chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Children Of Bodom - Something Wild

Chronique

Children Of Bodom Something Wild
Voilà, c'est ici que commence l'aventure de ces 5 finlandais qui en seulement deux albums, vont asseoir sur le monde, leur style si particulier. "Something wild", leur premier album possède déjà tous les ingrédients qui ont fait la renommée du groupe, alliant la puissance du heavy metal à l'agressivité du black metal, en empruntant également un peu à la musique classique. C'est également avec cet album, que l'on va découvrir Alexi "Wildchild" Laiho, leader du groupe, compositeur talentueux et surtout excellent guitariste !!!

Une petite intro ouvre cet album. Une explosion, des sons étranges, des cris, ... puis un putain de riff !!! "Deadnight Warrior" commence à toute vitesse, avec un bon petit solo d'emblée afin de bien nous faire comprendre qu'on n'a pas à faire à des amateurs. Déjà, cet album sonne comme aucun autre, le groupe nous assommant de riffs rapides et efficaces, de solos tout aussi techniques, produisant une ambiance assez sombre renforcée par les nappes de clavier. La voix éraillée de Laiho se fond parfaitement dans le paysage mélodique de l'album (à tel point qu'on ne peut que se demander pourquoi les groupes de heavy n'ont pas opté pour ce type de chant qui passe tellement mieux ;) ). Et quelle claque mes amis lorsque l'on découvre un truc pareil : cet album a une patate folle !!! De plus, le concept de leur style est déjà bien rôdé et la qualité de l'ensemble impose le respect.

Contrairement à tous ceux qui vont le succéder, "Something Wild" explore plusieurs directions ce qui le rend très intéressant. Les morceaux ne se ressemblent pas tous, certains étant plus directs et rapides ("Deadnight Warrior", "Lake Bodom", "Touch Like Angel Of Death") tandis que d'autres s'attardent un peu plus ("In The Shadows", "The Nail"), proposant des petits passages mid-tempo et quelques breaks. Certains des morceaux de cet album sont devenus des standards du groupe, notamment les plus rapides comme l'incontournable "Lake Bodom", mais de moins point de vue, le meilleur se trouve dans les autres, et en particulier, le morceau "The Nail", avec sa partie symphonique et son solo final grandiose.

Bien évidemment, tout n'est pas encore au point et notamment le son du clavier qui fait un peu pitié sur certains passages. Et côté production, c'est correct, sans être vraiment génial. Le son est plutôt pas mal, même s'il manque un peu de puissance. La pochette est vraiment hideuse, kitch a souhait et ne contient pas grand chose. Cependant, on retrouve déjà la faucheuse qui deviendra la mascotte du groupe parce qu'ils sont méchants et qu'il le valent bien ;)

"Something Wild" est le premier témoignage ce petit groupe finlandais qui deviendra rapidement très grand, ce groupe qui a apporté un vent de fraîcheur dans le milieu du métal et dans ma vie de metalleux tout simplement. Malgré sa courte durée (seulement une demie heure et 7 morceaux) et ses quelques défauts, "Something Wild" est un excellent album, original (surtout pour l'époque), varié et moins compact que ceux qui suivront. Toutefois, il pourrait déplaire aux récents fans du groupe, ne possédant pas ce côté thrash d'aujourd'hui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Posth citer
Posth
28/12/2011 19:06
note: 9.5/10
Malgrès le chant vraiment pas terrible, (cela dit ça vaut pour tous leurs albums...) cet album est vraiment extra, quelle originalité... et dire que ce sont des gamins qui ont composé ça, gnah! Une bien belle série d'albums s'en est suivie!
Chris citer
Chris
06/07/2004
le plus black des COB, avec une réelle athmosphère qui se dégage de chaque compo, des mélodies sublimes, une réelle complexité ds les compos (qui sera malheureusement perdu au fil des albums) et des petites touches classiques du plus bel effet, le meilleur COB avec Hatebreeder!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Children Of Bodom
Heavy/speed extrême
1998 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (22)  8.23/10
Webzines : (20)  8.31/10

plus d'infos sur
Children Of Bodom
Children Of Bodom
Heavy/Power metal - 1997 - Finlande
  

vidéos
Deadnight Warrior
Deadnight Warrior
Children Of Bodom

Extrait de "Something Wild"
  

tracklist
01.   Deadnight Warrior
02.   In The Shadows
03.   Red Light In My Eyes, pt. 1
04.   Red Light In My Eyes, pt. 2
05.   Lake Bodom
06.   The Nail
07.   Touch Like Angel Of Death

Durée totale : 31:58

line up
Essayez aussi
Imperanon
Imperanon
Stained

2004 - Nuclear Blast
  

Cradle Of Filth
Cryptoriana - The Seductive...
Lire la chronique
Implore
Subjugate
Lire la chronique
Belphegor
Totenritual
Lire la chronique
Act Of Defiance
Old Scars, New Wounds
Lire la chronique
MORTUARY : Metal Extrême Lorrain depuis 1988
Lire l'interview
Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique