chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mutilation Rites - Empyrean

Chronique

Mutilation Rites Empyrean
Mutilation Rites ? Une recrue black metal de Prosthetic Records (label de qualité), des phrases d’accroches promotionnelles plutôt efficaces ainsi qu’une pochette tirée d’une illustration de la « Divine Comédie » (l’Empyrée, lieu paradisiaque où sont rassemblés tous les pêchés) de Gustave Doré, Empyrean traverse logiquement mes tympans dans une période plutôt creuse en terme de découvertes. Alléchant sur le papier ma foi, les écoutes confirmeront ce sentiment. Formé en 2009 à New-York, Mutilation Rites fait partie de ces jeunes groupes américains puisant sur les terres du black (évidemment avec un nom pareil) et death scandinaves et l’associant à d’autres styles locaux (crust, thrash, doom, black…). Je pense tout particulièrement à ses camarades que sont The Funeral Pyre et Withered, il y a pire comme comparaison. Deux membres de Mutilation Rites alerteront certaines personnes puisque le nouveau bassiste Ryan Jones est au sein de Today Is The Day et le batteur Justin Ennis est un ex-Tombs. Pas vraiment des projets de seconde zone. Après un split ainsi que deux EP’s, voici le premier album Empyrean.

Mutilation Rites catalogue lui-même son style comme un croisement entre black metal, doom et crust. Cela me semble légèrement réducteur tant la musique pioche sans vergogne dans un bon nombre de genres. Le socle demeure malgré tout le black metal, qu’il soit US dans sa teinte expérimentale et dense (Weakling parmi les références majeures) ou norvégien pour ses aspects punk/thrash bas du front (Darkthrone, Aura Noir) ou mid-tempo étouffant (« Realms Of Dementia » transpirant le Gorgoroth). Soutenus par cette base, des morceaux relativement longs aux structures riches et n’hésitant pas à jongler entre des styles différents avec une aisance similaire à Withered. Le résultat est probant. Ainsi d’une musique agressive projetée, Mutilation Rites transite avec le plus de naturel possible vers quelque chose d’ambiancée aux relents post/doom. Les hurlements schizophréniques (incompréhensibles) et déchirés du guitariste dans cette atmosphère glaciale très mélancolique sauront inéluctablement vous prendre aux tripes. Difficile d’imaginer un décor de buildings de « The Big Apple » quand tout prête à une misanthropie au fin fond de forêts enneigées d’Europe du Nord. Les quelques leads mélodiques en provenance de ces terres (« Realms Of Dementia » ou l’épique « Fogwarning ») enfonceront indubitablement le clou.

Des saveurs édulcorées délicieuses qui ne masquent en rien une dominante extrême. Une batterie surexcitée aux blasts beats bien placés (très éloignée du jeu d’un Tombs, nous en conviendrons) et à la rythmique « groovy » des plus étoffées qui ne fera qu’une bouchée de vos pauvres cervicales. Les relents grind de « Fogwarning » ou les riffs puissants et accrocheurs (labélisé « from Stockholm ») de « Ancient Bloodoath » demeurent assez jouissifs ! La production balançant entre puissance et immondice de Kevin Bernsten (Magrudergrind) ne pouvait pas mieux s’associer à la musique du groupe. Les écoutes s’enchaînent après et Empyrean commence à devenir très vite addictif. 36 minutes qui paraîtront malheureusement bien avares, surtout après une fin d’album assez « doomy ». Un ou deux morceaux supplémentaires n’auraient clairement pas fait tache… De facto, l’on commence à assimiler en profondeur les titres et à leur trouver par moment quelques passages inégaux. Je reste sur ma faim.

Bien peu de bonnes surprises ces dernières semaines pour m’inspirer… Empyrean saura me contredire : encore une bonne pioche pour Prosthetic Records, black metal qui plus est ! Rien de franchement révolutionnaire c’est sûr, mais une musique éclectique finement composée à la fois touchante et dévastatrice. Cela suffit amplement à éveiller nos sens en cette période d’hibernation. Un premier essai des plus prometteurs pour la suite. A suivre de très près !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mutilation Rites
Black / Doom / Crust
2012 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (11)  6.84/10

plus d'infos sur
Mutilation Rites
Mutilation Rites
Black / Doom / Crust - Etats-Unis
  

tracklist
01.   A Season Of Grey Rain
02.   Realms Of Dementia
03.   Ancient Bloodoath
04.   Fogwarning
05.   Dead Years
06.   Broken Axis

Durée : 36:36

line up
parution
22 Mai 2012

Near
Own Sun
Lire la chronique
Glorior Belli
Sundown (The Flock That Wel...
Lire la chronique
Grave Miasma
Endless Pilgrimage (EP)
Lire la chronique
Lustravi
Cult of the Blackened Veil
Lire la chronique
Moongates Guardian
...And in the Glade a Light...
Lire la chronique
Darkestrah
Turan
Lire la chronique
Atheist
Elements
Lire la chronique
Malevolentia
Répvblique
Lire la chronique
Gutter Instinct
Age Of The Fanatics
Lire la chronique
Solothus
No King Reigns Eternal
Lire la chronique
European Thought Patterns Tour 2016
Bodyfarm + Death To All
Lire le live report
We Are a Young Team #5
Celeste + Jakob + Thisquiet...
Lire le live report
De Paul Bostaph à Gene Hoglan
Jouer à The Small Metal World Experiment
Cadaveric Fumes
Dimensions Obscure (EP)
Lire la chronique
Deveikuth + Full of Hell + The Body
Lire le live report
Skelethal
Morbid Revelations (Compil.)
Lire la chronique
Aborted
Termination Redux (EP)
Lire la chronique
Kawir
Father Sun Mother Moon
Lire la chronique
October Tide
Winged Waltz
Lire la chronique
Korpiklaani + Moonsorrow
Lire le live report
Putrevore
Tentacles Of Horror
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Cendres Célestes
Lire la chronique
Asgrauw
Krater
Lire la chronique
Mistur
In Memoriam
Lire la chronique
Crematory
Denial (Compil.)
Lire la chronique
Antimatter
The Judas Table
Lire la chronique
Goatess
Purgatory Under New Management
Lire la chronique
The Foreshadowing
Seven Heads Ten Horns
Lire la chronique
Abhomine
Larvae Offal Swine
Lire la chronique
Ihsahn
Arktis.
Lire la chronique