chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mutilation Rites - Empyrean

Chronique

Mutilation Rites Empyrean
Mutilation Rites ? Une recrue black metal de Prosthetic Records (label de qualité), des phrases d’accroches promotionnelles plutôt efficaces ainsi qu’une pochette tirée d’une illustration de la « Divine Comédie » (l’Empyrée, lieu paradisiaque où sont rassemblés tous les pêchés) de Gustave Doré, Empyrean traverse logiquement mes tympans dans une période plutôt creuse en terme de découvertes. Alléchant sur le papier ma foi, les écoutes confirmeront ce sentiment. Formé en 2009 à New-York, Mutilation Rites fait partie de ces jeunes groupes américains puisant sur les terres du black (évidemment avec un nom pareil) et death scandinaves et l’associant à d’autres styles locaux (crust, thrash, doom, black…). Je pense tout particulièrement à ses camarades que sont The Funeral Pyre et Withered, il y a pire comme comparaison. Deux membres de Mutilation Rites alerteront certaines personnes puisque le nouveau bassiste Ryan Jones est au sein de Today Is The Day et le batteur Justin Ennis est un ex-Tombs. Pas vraiment des projets de seconde zone. Après un split ainsi que deux EP’s, voici le premier album Empyrean.

Mutilation Rites catalogue lui-même son style comme un croisement entre black metal, doom et crust. Cela me semble légèrement réducteur tant la musique pioche sans vergogne dans un bon nombre de genres. Le socle demeure malgré tout le black metal, qu’il soit US dans sa teinte expérimentale et dense (Weakling parmi les références majeures) ou norvégien pour ses aspects punk/thrash bas du front (Darkthrone, Aura Noir) ou mid-tempo étouffant (« Realms Of Dementia » transpirant le Gorgoroth). Soutenus par cette base, des morceaux relativement longs aux structures riches et n’hésitant pas à jongler entre des styles différents avec une aisance similaire à Withered. Le résultat est probant. Ainsi d’une musique agressive projetée, Mutilation Rites transite avec le plus de naturel possible vers quelque chose d’ambiancée aux relents post/doom. Les hurlements schizophréniques (incompréhensibles) et déchirés du guitariste dans cette atmosphère glaciale très mélancolique sauront inéluctablement vous prendre aux tripes. Difficile d’imaginer un décor de buildings de « The Big Apple » quand tout prête à une misanthropie au fin fond de forêts enneigées d’Europe du Nord. Les quelques leads mélodiques en provenance de ces terres (« Realms Of Dementia » ou l’épique « Fogwarning ») enfonceront indubitablement le clou.

Des saveurs édulcorées délicieuses qui ne masquent en rien une dominante extrême. Une batterie surexcitée aux blasts beats bien placés (très éloignée du jeu d’un Tombs, nous en conviendrons) et à la rythmique « groovy » des plus étoffées qui ne fera qu’une bouchée de vos pauvres cervicales. Les relents grind de « Fogwarning » ou les riffs puissants et accrocheurs (labélisé « from Stockholm ») de « Ancient Bloodoath » demeurent assez jouissifs ! La production balançant entre puissance et immondice de Kevin Bernsten (Magrudergrind) ne pouvait pas mieux s’associer à la musique du groupe. Les écoutes s’enchaînent après et Empyrean commence à devenir très vite addictif. 36 minutes qui paraîtront malheureusement bien avares, surtout après une fin d’album assez « doomy ». Un ou deux morceaux supplémentaires n’auraient clairement pas fait tache… De facto, l’on commence à assimiler en profondeur les titres et à leur trouver par moment quelques passages inégaux. Je reste sur ma faim.

Bien peu de bonnes surprises ces dernières semaines pour m’inspirer… Empyrean saura me contredire : encore une bonne pioche pour Prosthetic Records, black metal qui plus est ! Rien de franchement révolutionnaire c’est sûr, mais une musique éclectique finement composée à la fois touchante et dévastatrice. Cela suffit amplement à éveiller nos sens en cette période d’hibernation. Un premier essai des plus prometteurs pour la suite. A suivre de très près !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mutilation Rites
Black / Doom / Crust
2012 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (10)  6.92/10

plus d'infos sur
Mutilation Rites
Mutilation Rites
Black / Doom / Crust - Etats-Unis
  

tracklist
01.   A Season Of Grey Rain
02.   Realms Of Dementia
03.   Ancient Bloodoath
04.   Fogwarning
05.   Dead Years
06.   Broken Axis

Durée : 36:36

line up
parution
22 Mai 2012

Shining
IX - Everyone, Everything, ...
Lire la chronique
Wake Up The Souls
System Of A Down
Lire le live report
Demonical
Black Flesh Redemption (EP)
Lire la chronique
No Omega
Shame
Lire la chronique
Malmort
Excerpta Funebris
Lire la chronique
Monstrosity
Imperial Doom
Lire la chronique
Sect Pig
Self Reversed (EP)
Lire la chronique
One Tail, One Head
One Tail, One Head (Compil.)
Lire la chronique
Sigh
Graveward
Lire la chronique
Very 'Eavy 2015 - 2ème Jour
Air Raid + Ear Danger + Rav...
Lire le live report
Very 'Eavy 2015 - 1er Jour
Elise + Enchantress + Night...
Lire le live report
Northlane
Singularity
Lire la chronique
Nekkral
Nekkral
Lire la chronique
De Jeffrey Walker à Alexi Laiho
Jouer à The Small Metal World Experiment
Délétère
Les heures de la peste
Lire la chronique
Pseudogod
The Pharynxes Of Hell (EP)
Lire la chronique
Herscher
Herscher
Lire la chronique
Saturnalia Temple
To the Other
Lire la chronique
Ages
The Malefic Miasma
Lire la chronique
Infra
Initiation On The Ordeals ...
Lire la chronique
Underoath
They're Only Chasing Safety
Lire la chronique
Ad Nauseam
Nihil Quam Vacuitas Ordinat...
Lire la chronique
Hooded Menace
Gloom Memorial (Compil.)
Lire la chronique
Ultra-Violence
Deflect The Flow
Lire la chronique
United Nations
The Next Four Years
Lire la chronique
Morgue
Eroded Thoughts
Lire la chronique
Hypno5e + Idensity + Trepalium
Lire le live report
Loch Vostok
From These Waters
Lire la chronique
Irreversible Mechanism
Infinite Fields
Lire la chronique
Unbirth
Deracinated Celestial Oliga...
Lire la chronique