chargement...

haut de page
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cattle Decapitation - Monolith Of Inhumanity

Chronique

Cattle Decapitation Monolith Of Inhumanity
C'est toujours un plaisir de découvrir un nouvel album de Cattle Decapitation. Surtout depuis que le combo de San Diego a trouvé sa marque de fabrique et est entré dans la cour des grands. C'était en 2006 avec Karma.Bloody.Karma. D'un goregrind sans intérêt puis d'un brutal death correct mais pas transcendant, la formation était enfin passée au stade supérieur sur cet opus personnel et ambitieux. The Harvest Floor confirmait trois ans plus tard que Cattle Decapitation, c'était du sérieux désormais. Deux très bons albums de suite dans l'escarcelle, le groupe avait donc la pression pour cette nouvelle tranche de barbaque étiquetée Monolith Of Inhumanity et livrée début mai sur Metal Blade, label qui croit dans les végétariens pro-animaux depuis leur premier full-length To Serve Man en 2002 quand personne ou presque ne les connaissait. Alors, jamais deux sans trois?

Bah si, des fois. Comme je le dis souvent, tous les groupes finissent un jour par décevoir. C'est au tour de Cattle Decapitation qui après deux tueries marque le pas sur ce Monolith Of Inhumanity pas déplaisant mais clairement inférieur. On remarque déjà que les Américains et leur nouveau bassiste Derek Engemann (Unmerciful, Covenance) ont renoué avec les pochettes moches alors qu'ils avaient fait un effort pour The Harvest Floor. Bien sûr, les causes de ma déception sont tout autres. Je m'y attendais après la mise en ligne du premier extrait sur la Toile, le son de batterie s'avère disgracieux, surtout la caisse claire. C'est ce qui m'a marqué en premier et m'a fait grincer des dents plus d'une fois. Notez que je me plains uniquement du son tout sauf naturel, pas de la performance du batteur. Blast-beats, gravity-blasts foudroyants ("The Carbon Stampede" à 2'05, "A Living, Breathing Piece Of Defecating Meat" à 0'35, "Do Not Resuscitate" à 0'17), rafales de double-pédale dévastatrices ("Dead Set On Suicide"), séquences plus groovies, passages plus techniques (le break limite jazzy de "Do Not Resuscitate" vers 2'50), le jeu de David McGraw est irréprochable si on omet ces "semi-blasts" exaspérants, notamment à cause du son de la caisse claire. Un très bon batteur rapide, endurant et diversifié qui soutient parfaitement les compositions de Cattle Decapitation. Et ce n'est pas une mince affaire vu le joyeux bordel auquel nous invite une nouvelle fois le combo. On le sait, les Américains aiment bien le chaos. Ça part donc dans tous les sens à un rythme effréné en enchaînant les passages aux influences diverses et variées comme le brutal death, le death moderne, le slam death, le grind ou encore le black. Mais tout cela reste parfaitement maîtrisé. Le groupe a acquis beaucoup d'expérience ces dernières années et ça se ressent, le groupe gérant tout aussi bien la technicité (ça maîtrise grave!), la brutalité (ça bourre!), la mélodie (sweeps et solos au programme) et le groove (rapide, pas plan-plan) pour nous offrir onze titres bien distincts qui ont chacun leur âme. Qu'on se le dise, pas un groupe ne sonne comme Cattle Decapitation. Et ça, c'est cool. Le problème, c'est que Monolith Of Inhumanity n'est pas toujours très inspiré. L'excellent côtoie ainsi souvent le banal. La faute notamment à une modernisation de la musique encore plus prononcée qu'avant. Des riffs modernes et saccadés comme ceux de "A Living, Breathing Piece Of Defecating Meat" à 1'58, "Gristle Licker" à partir de 0'34 ou "Projectile Ovulation" à 1'53, je n'en veux pas. Le groupe vaut bien mieux que ça!

Niveau riffs, c'est en fait un peu tout ou rien, un problème récurrent sur ce nouvel opus. Heureusement, tout un tas de riffs viennent rappeler que Cattle Decapitation n'a pas complètement perdu sa verve. Certains accélérations en particulier, blastées ou non, avec un riffing souvent sombre, se révèlent jouissives à mort comme sur "The Carbon Stampede" à 2'52, "Forced Gender Reassignment" à 2'40, "Projectile Ovulation" à 2'12, "Lifestalker" à 0'59, "Do Not Resuscitate" à 1'22 ou encore "Your Disposal" à 1'44. Et la liste pourrait être plus longue. Comme quoi tout n'est pas mauvais sur ce Monolith Of Inhumanity, juste que la qualité globale a baissé. On notera d'ailleurs un gros déséquilibre entre une première partie d'album moyenne qui fait régulièrement le yoyo et une seconde beaucoup plus convaincante. Il y a bien quelques bons titres au début comme "The Carbon Stampede" sur lequel tous les musiciens de Cephalic Carnage (ainsi que des ex-membres) sont invités pour les chœurs, "Dead Set On Suicide" ou l'excellent "Forced Gender Reassignment", l'une des meilleurs pistes, mais sinon, des morceaux comme "Gristle Licker", trop mou, et surtout "Projectile Ovulation" avec un featuring tout naze de Mike Majewski de Devourment, ne sont pas au niveau. C'est vraiment à partir de "Lifestalker" que Cattle Decapitation trouve sa vitesse de croisière avec un enchaînement de tueries qui relève la note. On a même droit avec "The Monolith" à un quasi instrumental très ambient (John Wiese à la baguette comme sur The Harvest Floor) à l'atmosphère dark et torturée qui me fait penser à du Shining. Et d'ailleurs, pour continuer dans les bonnes nouvelles, Cattle Decapitation a insufflé des influences black metal à ses compositions comme il l'avait fait sur Karma.Bloody.Karma qui reste mon album préféré du quatuor. Des influences que le groupe distille intelligemment comme sur les riffs de "Forced Gender Reassignment" à 1'35, "Projectile Ovulation" à partir de 0'24 (comme quoi même la piste la plus faible de l'album a des bons côtés!), "Lifestalker" à 1'08, "Your Disposal" à 0'53 et 2'21 et "Kingdom Of Tyrants" à 0'25 et 3'50. Dans le même ordre d'idée, Travis Ryan utilise davantage sa voix "black", que je qualifierais plutôt de "reptilienne". Encore mieux, il nous sort avec cette même voix du chant clair aussi particulier que charmant sur des passages parmi les plus intéressants de l'album: le refrain de "A Living, Breathing Piece Of Defecating Meat", "Forced Gender Reassignment" à 2'09, le break calme et mélodique génial à 1'32 de "Lifestalker", le refrain blasté énorme de "Your Disposal" et "Kingdom Of Tyrants" à partir de 1'22 sur un très bon riff lourd et lancinant. Le frontman délivre sans doute sur Monolith Of Inhumanity sa meilleure prestation grâce à un registre original et tellement varié qu'on n'est pas loin d'un cas psychiatrique de personnalités multiples. Non seulement ses shrieks tuent mais son growl le plus guttural impressionne, à la manière d'un Angel Ochoa et ses raclements de gorge glaireux au possible. Bon appétit! Ryan utilise régulièrement ces gutturals sur les passages slammisants, de plus en plus nombreux dans la musique de Cattle Decapitation. Mais à la différence de la plupart de groupes de slam death pur et dur, ceux-ci restent utilisés avec parcimonie pour un maximum d'effet.

Du bon et du moins bon, voilà qui résume bien ce nouvel album de Cattle Decapitation. Monolith Of Inhumanity reste un disque très correct dans l'ensemble mais sa qualité en dents de scie déçoit après les deux tueries Karma.Bloody.Karma et The Harvest Floor. Trop moderne par moment, moins inspiré que d'habitude et affublé d'un son de batterie atroce, j'attendais mieux d'un groupe pour lequel j'ai toujours eu beaucoup de sympathie. Reste heureusement un album plus intéressant que la moyenne de la part d'un combo au caractère et à la personnalité bien trempés. Les influences black metal pimentent en plus des compositions chaotiques aux rebondissements incessants qui atteignent leur apogée lors d'une deuxième partie bien plus convaincante que la première. On se consolera aussi sur le fait qu'en live, Cattle Decapitation reste une tuerie absolue!
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

8 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Mayhem
22/12/2013 19:10
Pas mal de bonnes choses dans cette critique. Les gros points noir ? Monolith of Inhumanity est un excellent album et, au contraire, le son bien clair de la batterie est excellent.
Sinon d'excellent morceaux comme Lifestalker, Dead Set on Suicide et surtout le meilleur, Your Disposal !
Efelnikufesin citer
Efelnikufesin
20/05/2012 18:23
J'ai mis du temps à rentrer dedans, a cause du son de batterie assez affolant et surtout du fait que The Harvest Floor était tellement parfait, mais dès qu'on rentre dedans ca colle a la peau !
'Dead Set on Suicide' méga-tube !
Invité citer
DeathCrumble
20/05/2012 14:23
Seb` a écrit : J'ai pris une claquasse à l'écoute de cet album.
Rien que "Kingdom Of Tyrants" vaut à lui seul l'album ! Quel titre !

Pareillement !
Ce morceau est juste extraordinaire !
Invité citer
Seb`
20/05/2012 10:18
J'ai pris une claquasse à l'écoute de cet album.
Rien que "Kingdom Of Tyrants" vaut à lui seul l'album ! Quel titre !
Miike citer
Miike
19/05/2012 20:11
note: 8/10
Une énorme claque pour ma part.
Invité citer
DeathCrumble
19/05/2012 18:29
6,5 ?
Moi jle trouve super bon cet album !
Je l'avais précommandé et ben j ai pas été décu !
Les passages en chant clair sont geniaux, et Travis a fait un énorme boulot niveau chant.
Invité citer
Desanusor
19/05/2012 15:16
sérieux 6,5 faut arrêter de picoler ce groupe est monumental......
AxGxB citer
AxGxB
19/05/2012 12:20
Bien du mal à accrocher à ce groupe. Dommage car je partage à 100% la cause qu'ils défendent...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Cattle Decapitation
Schizophrenic Anti-Human Vegan Modern Extreme Metal
2012 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (4)  8.25/10
Webzines : (30)  8.08/10

plus d'infos sur

écoutez
vidéos
The Monolith/Kingdom Of Tyrants
The Monolith/Kingdom Of Tyrants
Cattle Decapitation

Extrait de "Monolith Of Inhumanity"
  

tracklist
01.  The Carbon Stampede
02.  Dead Set On Suicide
03.  A Living, Breathing Piece Of Defecating Meat
04.  Forced Gender Reassignment
05.  Gristle Licker
06.  Projectile Ovulation
07.  Lifestalker
08.  Do Not Resuscitate
09.  Your Disposal
10.  The Monolith
11.  Kingdom Of Tyrants

Durée : 43'03

paroles
line up

parution
8 Mai 2012

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
Karma.Bloody.Karma

2006 - Metal Blade
  
Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
The Harvest Floor

2009 - Metal Blade
  

chronique Chronique
Mastodon
Once More 'Round The Sun
chronique Chronique
Zoldier Noiz
Regression Process
chronique Chronique
Monarch!
Sabbracadaver
chronique Chronique
Krieg
Transient
chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)