chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
24 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Early Graves - Goner

Chronique

Early Graves Goner
Bon. Je vais présumer que tu es quelqu’un d’initié au genre, assez pour bailler d’ennui dès que tu lis « Cursed », « Southern Lord », « urgence », « raw », « intense » (désolé pour ta mâchoire) et la ribambelle de superlatifs communément employés pour désigner la vague crust qui ne croule plus sur nous mais nous pèse, si bien qu’on ne ressent plus sa houle de violence mais un ras-le-bol proche de l’asphyxie.

Early Graves, tu l’auras deviné (parce que, cher interlocuteur imaginaire, tu ne connais pas Early Graves), se situe dans ces eaux-là. Il y baigne des pieds à la tête depuis 2008 et son premier album We, The Guillotine, soit un peu avant la déferlante mais sans avoir eu le temps de gagner la notoriété nécessaire pour qu’on lui accorde plus d’attention qu’à un autre situé dans le même giron. Deux ans plus tard paraît Goner, où la formation de San Francisco semble rester on-ne-peut-plus typique : production analogique qui dégueule sur les côtés ; voix d’ours énervé ; guitares à tremolos, cassures, accords énervés ; batterie à blasts, D-beat, mid- et up-tempos énervés ; basse inaudible (mais certainement énervée) ; expurgation des passages post-hardcore et noisy de son prédécesseur ; textes un peu satanistes, un peu agressifs, un peu comme tout le monde ; sortie en vinyle via le label de Greg Anderson ; confection d’une mixtape pour CVLT Nation… De l’habituel en somme.



Tu la sens, la blase ? Tu la sens, l’incapacité à dire pourquoi malgré ses airs de gendre idéal du crust moderne ce disque défonce tout ce qui s’est fait dans le domaine voire ravi sa couronne au créateur de III – Architects Of Troubled Sleep ? Early Graves n’est pas différent de ses contemporains et pourtant devient plus précieux qu’eux réunis, plus important qu’une surcharge/bourre/course pétrie d’influences, plus marquant que les adjectifs extrêmes que tu pourras trouver et qui euphémisent n’importe quelle seconde prise au hasard sur Goner. Il enlève à ce type de hardcore ce qu’il a attrapé de protocolaire pour devenir aussi limpide qu’une claque sur ta gueule en posant en loi ce que les meilleurs ont seulement esquissé : la mandale exponentielle. Les riffs augmentent constamment en brutalité et les premières mesures du premier titre te soufflent déjà comme un magasin de ventilateurs aux potards mis sur « Tempête ». Ce qui fait qu’il ne parait avoir d’abord aucun temps fort (peu varié et court – l’une des rares œuvres où ces mots sont qualités) puis finit par progressivement s’imposer en un unique jet découpé en dix titres laissant labouré d’exemples donnant à la métaphore « la tête contre un mur » un sens concret et renouvelé à chaque écoute (qu’il a entrainé par paquet depuis sa sortie et desquelles je ne reviens toujours pas, simplement). C’est alors abruti que tu ressors de ses vingt-cinq minutes, détruit par cette chose continuellement raide le constituant, une chose qui n’est pas que dynamique bestiale, pas que sauvagerie bœuf, pas que sincérité brute, qui dépasse la synthèse blackenedgrindcrustcorethrashydeathmetal pour atteindre le but rêvé : transformer le corps en cervicale sans baisse ou ménagement puisque la finalité n’est ni le beau, ni le bon, ni le bien. L’objectif est de briser.

Cette chose-là est trop totale pour être déconstruite, trop précise pour être formulée. Vu que cette chronique tombe dans les stéréotypes qu’elle souhaitait éviter et se révèle impuissante à expliquer ce qui place Goner au dessus, ce qui le pose en aboutissement d’une partie des musiques extrêmes actuelles, sans doute m’autoriseras-tu un dernier cliché navrant en le qualifiant d’indescriptible. Aller, ça pourrait être pire ! J’aurais pu jouer sur les sentiments en évoquant le statut « culte » qu’il a acquis depuis le drame ayant suivi sa sortie (à la place, je te laisse te renseigner). Il n’en a pas besoin mais peut-être un meilleur transcripteur a réussi ou réussira à dépatouiller ce que je suis incapable d’exprimer par des descriptions ou citations de cas similaires. Après tout, des groupes qui n’ont en apparence rien de particulier et retournent un style, il y en a eu d’autres qu’Early Graves. J’imagine.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

KPM citer
KPM
02/02/2014 04:56
note: 9.5/10
L'album qui met Ben Koller à l'amende, avec effet rafale de bastos à têtes creuses dans la carlingue inclus.
citer
(ancien membre)
03/09/2012 22:19
note: 8.5/10
Ouch gros paf dans la tronche !!
tasserholf citer
tasserholf
21/05/2012 12:08
gulo gulo a écrit : quant à moi je préfère de ce point de vue la fraîcheur unballouesque d'Early Graves - le Trap Them, tu parles du dernier ? il ne sont pas vraiment en concurrence pour moi, le TT a ce petit côté limite pop, un peu travaillé, tubesque ... Goner est juste un disque de punk trop mortellement énervé pour aller autrement que tout droit, vers le mur qui s'approche à 180 à l'heure - mais au fait, Ikea le dit ci-dessus, aussi, pas de tubes ici, qu'un bref shot fatal de fureur pyromane et sans retour

"Give up" fait très tube pourtant. Très bon album en effet, sans détours ni chichis.

Ca fait du bien un lundi matin de pluie.
Karamazov citer
Karamazov
19/05/2012 23:06
note: 9/10
Oh pour la comparaison c'était juste un petit commentaire spontané et pas franchement péremptoire.
Car je n'y connais que Béatrice Dalle là dedans.
Autrement dit tu trouves que le Goner est moins préoccupé du rendu que le Darker Handcraft.
J'ai pas la bouteille pour juger là dessus (concernant l'aspect pop du Trap Them notamment, mais sur le fond j'ai compris).
gulo gulo citer
gulo gulo
19/05/2012 21:48
note: 10/10
quant à moi je préfère de ce point de vue la fraîcheur unballouesque d'Early Graves - le Trap Them, tu parles du dernier ? il ne sont pas vraiment en concurrence pour moi, le TT a ce petit côté limite pop, un peu travaillé, tubesque ... Goner est juste un disque de punk trop mortellement énervé pour aller autrement que tout droit, vers le mur qui s'approche à 180 à l'heure - mais au fait, Ikea le dit ci-dessus, aussi, pas de tubes ici, qu'un bref shot fatal de fureur pyromane et sans retour
Karamazov citer
Karamazov
19/05/2012 20:08
note: 9/10
Très loin d'être connaisseur de cette scène, cette chose est sacrément furibarde. Tout casser.
J'ai pour l'heure une toute petite préférence pour le Trap Them, mais c'est juste une question de "son", qui frotte encore plus les joues.
AxGxB citer
AxGxB
19/05/2012 19:38
note: 9.5/10
Album absolument incroyable. Une énorme claque aussi brute que jouissive qui donne envie de tout envoyer valser!
Ikea citer
Ikea
19/05/2012 19:28
note: 9.5/10
En écoute sur Bandcamp : http://earlygraves.bandcamp.com/

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Early Graves
Aboutissement du Cursed-core
2010 - Ironclad Recordings
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (10)  8.6/10
Webzines : (3)  6.17/10

plus d'infos sur
Early Graves
Early Graves
Blackened Crust/Metal - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Goner
02.   Faithisshit
03.   Oldbones
04.   Rot
05.   Mayday
06.   Wraiths
07.   Trauma
08.   Giveup
09.   Bastardtears
10.   Harm

Durée : 25 Mns

line up
parution
21 Juin 2010

voir aussi
Early Graves
Early Graves
Red Horse

2012 - No Sleep Records
  

HKY
Omega (MCD)
Lire la chronique
Darkest Hour
Godless Prophets & The Migr...
Lire la chronique
Unearthly Trance
Stalking the Ghost
Lire la chronique
Motörhead
Motörizer
Lire la chronique
Absolvtion
Obscure Catharsis (Démo)
Lire la chronique
Charlotte the Harlot
Agamogir (EP)
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
Blizzard Of Ozz
Lire la chronique
Taphos
Demo MMXVI (Démo)
Lire la chronique
Throane
Derrière-Nous, La Lumière
Lire la chronique
Oathbreaker
Rheia
Lire la chronique
Manetheren
The End
Lire la chronique
Bekëth Nexëhmü
De Dunkla Herrarna
Lire la chronique
Lock Up
Demonization
Lire la chronique
Benighted
Lire le live report
Pestifer
Execration Diatribes
Lire la chronique
Black Metal Japonais - L'homme qui en savait trop
Lire le podcast
Diablerie
The Catalyst Vol. 1: Control
Lire la chronique
Sale Freux
Vindilis
Lire la chronique
Atomikylä
Keräily
Lire la chronique
Infamovs
Under The Seals Of Death
Lire la chronique
Sinmara / Misþyrming
Ivory Stone / Hof (Split 10")
Lire la chronique
Bear Mace
Butchering The Colossus
Lire la chronique
Impious
Terror Succeeds
Lire la chronique
Malevolent Creation
Retribution
Lire la chronique
Machinae Supremacy
Into the Night World
Lire la chronique
Goûter d'anniv'Asile !
Atavisma + Grusterror
Lire le live report
Mordbrand
Wilt
Lire la chronique
Omnizide
NekroRegime
Lire la chronique
Satan
Un Deuil Indien
Lire la chronique
Cnoc An Tursa
The Forty Five
Lire la chronique