chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
30 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Arkaik - Reflections Within Dissonance

Chronique

Arkaik Reflections Within Dissonance
Il en faut parfois peu pour se sentir attiré par un album. Une sublime pochette réalisée par le génial Pär Olofsson et une étiquette Unique Leader (Gorod, Disavowed, Deeds of Flesh,...) m'ont ainsi poussé à porter une attention particulière à ce Reflections Within Dissonance des américains d'Arkaik. Si ce genre de signes aguicheurs ne sont pas toujours synonymes d'une musique de qualité (The Faceless par exemple m'a attiré exactement de la manière mais je n'ai jamais accroché...), dans ce cas précis le contenu s'est avéré largement à la hauteur de mes espérances. Arkaik pratique un Death Technique ultra dense typique de leur Californie d'origine, terre si fertile en bon groupe de Death Tech (Dismal Lapse, Decrepit Birth, Severed Savoir, Odious Mortem, et la liste est encore longue). Mais ces origines peuvent s'avérer être une tare, la concurrence étant rude et les auditeurs habitués à du haut de gamme étant forcement très exigeants. On est donc en droit de se demander si un jeune groupe comme Arkaik peut tirer son épingle du jeu dans un maelström de groupes aussi extraordinaires. Comme vous avez déjà regardé la note avant même d'avoir commencé à lire la chronique, vous savez d'ores et déjà que la réponse est oui.

Oui car cet album est extrêmement riche, varié, puissant et empli de leads mélodiques tous plus magnifiques les uns que les autres. Pour vous donner une idée du style musical pratiqué par Arkaik il vous suffit d'imaginer qu'il s'agit du mélange parfait entre la richesse et la densité d'Odious Mortem et les changements de tempo bien sentis de Severed Savior, le tout agrémenté de leads mélodiques dignes de Decrepit Birth. Chaque morceau possède donc de nombreux tempi différents, toujours bien intégrés l'un dans l'autre, passant d'un passage lourd voire même groovy à un passage plus rapide, incisif ou aérien. C'est cette variété au sein des morceaux qui fait la force d'Arkaik, le groupe possédant une faculté impressionnante à allier brutalité et passages planants mélodiques, tout comme Decrepit Birth qui semble tout de même être l'influence principale des membres d'Arkaik. Écoutez le lead de "Reflections Within Dissonance" à 2'13'' qui intervient juste après un riff ultra incisif, impossible de ne pas penser au chef d'œuvre Diminishing Between Worlds à l'écoute de ce passage... Mais Arkaik n'est pas une copie conforme de Decrepit Birth rassurez vous, le combo possède sa patte caractéristique, son aura propre, et se veut bien moins démonstratif et mélodique que leurs compatriotes, le groupe misant beaucoup plus sur l'efficacité de ses titres. Les passages rapides à la double pédale s'avèrent donc être de véritables rouleaux compresseurs ("The Divine Manifestation", "Reflections Within Dissonance"), et sont appuyés par de nombreux breaks, parfois mid tempo, pesants et puissants à souhait. Le groupe aère très intelligemment ces compositions à première vue très compactes à grands coups de leads mélodiques, de passages de basse planants ou de riffs plus complexes et moins rentre-dedans.

Les compositions sont ainsi rendues très fluides, la densité de l'album ne l'empêchant alors pas d'être assez aisément assimilable (pour un album de Death Technique...). La production puissante mais aérée et le mixage parfaitement équilibré aident grandement dans ce sens, permettant de différencier facilement chaque instrument. Il est ainsi aisé de se repérer dans cette avalanche de notes induite par chacun des musiciens, qui malgré leurs partitions complexes se mélangent avec une harmonie parfaite. Le placement impeccable du duo basse/batterie permet aux guitares de s'adonner à diverses rythmiques alambiquées ou autres leads mélodiques, sans que cela ne déstructure le morceau. Le placement de la voix est également irréprochable, Jareid Chritianson sachant se taire quand il le faut pour laisser les instruments s'exprimer à sa place, et accentue parfaitement les moments forts grâce à son growl surpuissant.
La production excellente et ce placement parfait des instruments vous permettront donc de profiter pleinement de chaque lead de Craig Peters, mais également de chaque ligne de basse du très bon Eric Cohen. Le bougre s'offre de nombreux petits soli, dont certains sont justes merveilleux, tel celui à 5'34'' de "Face of Regretion", ou le dialogue mis en place entre la basse et les autres instruments à 2'01'' de "Obscured Luminosity".
Si certains de ces passages vous sautent tout de suite aux oreilles, il vous faudra tout de même de nombreuses écoutes pour capter l'essence d'Arkaik, et pour repérer toutes les subtilités cachées dans la galette. Car, un petit peu à la manière de Spawn of Possession, la richesse de la musique d'Arkaik se révèle au fil des écoutes, faisant jouir ce Reflections Within Dissonance d'une extraordinaire durée de vie.

Malheureusement des écoutes répétées il vous en faudra également pour parvenir à différencier les morceaux. Avec leurs structures rythmiques similaires, comportant toutes les mêmes éléments (riff rentre-dedans / break / lead mélodiques / solo de basse), il n'est en effet pas évident de différencier chaque chanson tant celles ci se ressemblent. Elles se distinguent surtout par les passages de basses et les leads de guitares qui eux par contre sont extrêmement variés d'un morceau à l'autre. Le chant growlé très monotone de Jareid Chritianson n'aide pas à rompre cette impression d'homogénéité qui règne sur l'ensemble de l'album, et heureusement que le bonhomme se fait parfois épauler par Peters et Cohen qui placent quelques chœurs ci ou là, histoire de varier un peu les vocaux. Au vu de la qualité générale des chansons il est tout de même compliqué de reprocher à Arkaik ce manque de disparité entre chaque morceau, qui est de toute façon complexe à obtenir dès lors que l'on joue une musique d'une telle brutalité.
Aucune chanson ne sort donc vraiment du lot, à part peut être "Face of Regression" qui est légèrement au dessus des autres, étant le seul morceau où Arkaik ose vraiment sortir de son jardin et expérimenter des passages que l'on ne trouve dans aucune autre chanson, comme ce passage Dum'n'Bass à 0'54'', ou le passage en chant hurlé à 2'10''. Le résultat n'en est que plus varié, et offre à l'album un bouquet final renversant où les musiciens semblent dire au revoir à l'auditeur en leur offrant le meilleur d'eux même.


Non exempt de défaut mais d'une qualité d'ensemble assez phénoménale, ce Reflections Within Dissonance permet à Arkaik de directement s'imposer comme un des groupes de la côte californienne sur lequel il faudra compter à l'avenir. Chance Strickland et Jareid Christianson ont crée Arkaik dans le but de « créer un Death Metal innovant et créatif, en espérant faire passer la musique extrême à un autre niveau », selon leurs propres dires. Si la première partie de cette phrase s'est réalisée, il faudra que les p'tits gars digèrent mieux leurs influences s'ils veulent vraiment faire progresser le Metal extrême. Il est en effet difficile de convenir qu'Arkaik est un groupe précurseur connaissant les nombreux albums sortis auparavant, et auxquels ce Reflections Within Dissonance fait trop souvent cruellement penser : Diminishing Between World, Servile Insurection ou encore Cryptic Implosion.
Pour leur prochain essai, prévu pour cette année (et dont le titre sera Metamorphignition), les américains devront réussir à développer leur personnalité s'ils veulent que leur album soit considéré comme un chef d'œuvre, au même titre que ceux cités précédemment. En attendant ce Reflections Within Dissonance reste un excellent album qui se laisse écouter encore et encore et encore....

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

2 COMMENTAIRE(S)

Høsty citer
Høsty
20/05/2012 21:40
note: 8/10
Merci Ander pour ces modifications, c'est vrai qu'on obtient des groupes plus similaires avec Brutal Death dans la description, et je n'avais jamais fait gaffe que c'est ReflectionS Confus.

On verra bien pour le prochain, c'est vrai que le nouveau morceau est beaucoup plus lourd, et à l'air d'éloigner Arkaik de ses influences. Ce qui ne serait que bénéfique.
Ander citer
Ander
20/05/2012 20:58
note: 8/10
Ah tiens, je l'attendais plus celle-là ! Von Yaourt s'est rendu compte qu'il pouvait plus rendre la kro dans les temps?

Très bon album, c'est un bon condensé de tout ce que j'aime dans le BDT, truffé d'excellent passages (j'adore l'outro de The Divine Manifestation!) malheureusement c'est vrai que ça manque franchement de personnalité, limite plagiat sur le title track avec ce riff principal pompé sur Dawn Of The Angry de l'Ange Morbide.

J'espère qu'ils arriveront à  confirmer l'essai, le nouveau morceau qui a filtré semble plus lourd que ce RWD.

Par contre tu devrais rajouter l'adjectif "brutal" sur l' étiquette de ta kro (et rajouté un "s" à "Reflection"), ça donne pas les bonnes correspondances sur les albums associés.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Arkaik
Brutal Death Technique
2010 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  7.63/10
Webzines : (3)  7.4/10

plus d'infos sur
Arkaik
Arkaik
Brutal Death Technique - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Transcendent Spectral Path
02.   Reflections Within Dissonance
03.   Paradigm
04.   Obscured Luminosity
05.   Womb of Perception
06.   The Divine Manifestation
07.   Malignant Ignorance
08.   Elemental Synthesis
09.   Elegy for the Disillusioned
10.   Face of Regression

Durée : 40 min 26

line up
parution
26 Janvier 2010

Essayez aussi
Viraemia
Viraemia
Viraemia (EP)

2009 - Autoproduction
  
Defeated Sanity
Defeated Sanity
Promo 2007 (Promo)

2008 - Autoproduction
  
Decrepit Birth
Decrepit Birth
...And Time Begins

2003 - Unique Leader Records
  
Augury
Augury
Fragmentary Evidence

2009 - Nuclear Blast
  
Origin
Origin
Echoes Of Decimation

2005 - Relapse Records
  

Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview