chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Coroner - Mental Vortex

Chronique

Coroner Mental Vortex
Si j’ai découvert CORONER au détour d’un bac poussiéreux (chez un disquaire porté disparu depuis au moins aussi longtemps que la reconversion de Chuck dans WALKER : TEXAS RANGER), quelque part, c’est autant grâce à la presse metal de l’époque qu’à … mon prof de français de 3ème. Car si je me souviens encore qu’on avait tous bien rigolé à l’heure de regarder « Psychose » du père Hitchcock – pensez donc, un film en noir et blanc de 1960 quand tout le monde ne jure que par « Universal Soldier » ? Hérésie ! - une fois le film terminé, il n’y avait plus grand monde pour moufter dans la salle ! Le genre de claque cinématographique qui vous marque un cinéphile en formation, et surtout une brutasse en devenir qui n’oubliera jamais la figure d’angoisse légendaire d’Anthony Perkins.

Comme des musiciens qui choisissent l’âme tourmentée de « Psycho » ne peuvent pas être fondamentalement mauvais, j’ai donc misé une pièce sur « Mental Vortex » (60 francs pour l’époque) sans avoir entendu la moindre note provenant de chez CORONER. Merci Alfred! Et rétrospectivement, ce quatrième full length est si parfait qu’il m’a presque gâché le plaisir d’écoute des œuvres précédentes (la production en carton de « Punishment For Decadence », un « No More Color » objectivement très bon mais dénué de tout caractère hypnotique) et futures (un « Grin » spatial mais moins frontal et thrashisant). C’est le prix à payer lorsqu’on tombe sur un classique instantané de cette trempe, juste après avoir investi à bon escient dans deux autres poids lourds du genre (au hasard, « Cause Of Death » et « Human » !). Premier album des Suisses à bénéficier d’une production décente – signée Tom Morris – « Mental Vortex » est également l’album de la maturité stylistique pour un CORONER qui s’affranchit enfin d’influences de jeu assez prégnantes, malgré une étiquette techno-thrash que Ron Broder et les siens ont largement contribué à façonner. On délaisse donc la relecture hystéro-dark de MEGADETH sur « No More Color » pour une musique plus ambiancée (le break atmosphérique de « Divine Step : Conspectu Mortis ») mais pas moins rythmée, la furia up tempo des premiers temps cédant une partie de sa place aux rythmiques plus martiales magistralement imprimées par Marky Mark. Plus de groove pour moins d’épate donc, encore que le moindre solo du génial Tommy T. Baron suffise à arracher des frissons de plaisirs à la brute la plus épaisse qui soit (qui a dit Chuck Norris ?).

Et il n’y a absolument rien à jeter sur les 8 perles qui composent un « Mental Vortex » se payant tout de mêmes quelques accélérations de choix (« About Life », le break de « Metamorphosis », le tempo speedé de "Pale Sister"), là où « Grin » capitalisait essentiellement sur « Internal Conflicts » et le final mitraillette de son title track. CORONER conserve donc un pied solidement arrimé dans le thrash metal, tout en prenant bien soin de hisser un contenu déjà sans équivalent à des hauteurs inespérées pour un groupe jeté en pâture par sa maison de disque (Noise) aux piliers de comptoir (TANKARD) toujours partant pour une rixe à l’allemande (KREATOR). Invendable pour les uns, incompris pour les autres, CORONER appartient à cette catégorie de groupes maudits tellement en avance sur leur temps qu’il eut mieux valu qu’il émerge quinze à vingt ans plus tard, comme on a pu s’en rendre compte lors de l’édition 2011 du Hellfest. Une rouste anthologique qui a rappelé (si besoin était) aux anciens que CORONER reste une pièce unique sur l’échiquier métallique et fauché sur le champ ceux qui les découvraient à cette occasion. Comme il est acquis que le trio ne remettra jamais le couvert en studio – même si, comme pour MORGOTH, on peut s’attendre à un DVD de leurs récentes prestations scéniques – il n’est pas trop tard pour se pencher sur cet indispensable du metal toutes catégories confondues, qui subjugue (l’irrésistible « Sirens ») autant qu’il transporte (le groove infernal de « Pale Sister »), jusque dans cette reprise enivrante d « I WantYou (She’s So Heavy) » des BEATLES. Un exercice de free style bien plus séduisant qu’un « Purple Haze » trop en décalage avec l’univers sombre et puissant (samples de « Reanimator » et « Hellraiser II : Hellbound » à l’appui, sans parler du chant inclassable de Ron Broder) d’un CORONER ici au sommet de son art, quoi qu'en dise dans les commentaires à suivre cet ignare de Von Yahourt. Essentiel, tout simplement!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

10 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
un passant
15/12/2013 13:22
je me repasse "mental vortex", pas réécouté depuis...l'époque du CD...quelle claque..toujours aussi bon. une super re-découverte.

cela dit ...comme BBB, "grin" reste l'album que je préfere et que j'ai du le plus écouter de toute ma vie...(en n°2 death-spiritual healing et en 3 tous les sepultura avant "roots" /mavie) aaaah les coups de cymbale dans serpent moves...et le bourrinage de la fin de grin(nails hurt)...juste parfait...
Momos citer
Momos
24/05/2012 19:26
Thomas Johansson a écrit : The Shining a écrit : Thomas Johansson a écrit : The Shining a écrit : Groupe qui m'a l'air essentiel, je n'arrive pourtant pas à accrocher après quelques essais.

Tu as écouté quel album?

Je dois reconnaître n'avoir écouté aucun album entier,mais divers morceaux de Grin (je sais plus lesquels) et de celui-ci (Son of Lilith et Semtex Revolution).

Je trouve ça original, ce qui impose mon respect, mais ça n'accroche pas. Du coup, je me dis que ça passera mieux en écoutant d'une traite un album (tu parles d'aspect hypnotique). Sourire


"Grin" est le plus varié des deux (avec une petite baisse d'intensité sur la fin) et le plus groovy, "Mental Vortex" est plus speedé, plus homogène et surtout sans aucune faille. Après, si tu n'as rien contre le thrash, "No More Color" est aussi très recommandable Clin d'oeil

C'est peut-être aussi par ce que j'ai jamais beaucoup accroché au Thrash en général, à quelques exceptions près. Mais l'aspect "expérimental" du groupe m'a attiré, sinon je n'aurai probablement pas écouté.
BBB citer
BBB
24/05/2012 13:44
Grin sera à tout jamais mon album de chevet du groupe. Mental Vortex le suit de près, mais Grin est bourré d'originalité et les morceaux et leur progressions sont tellement bien foutus...

Groupe lâché à l'époque par leur label Noise qui ne les a jamais correctement promotionnés et avec qui ils étaient coincés contractuellement. Quel gâchis!
Henrik citer
Henrik
24/05/2012 09:57
Mental Vortex est leur meilleur album haut-la-main. Par contre ça dépend du thrash qu'on aime, Mental Vortex c'est du mid-tempo technique et bien leché. Il s'écoute en entier et il faut savoir l'apprécier sur plusieurs écoutes... bref on est loin du thrash brise-rein de Sodom
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
24/05/2012 07:06
note: 10/10
The Shining a écrit : Thomas Johansson a écrit : The Shining a écrit : Groupe qui m'a l'air essentiel, je n'arrive pourtant pas à accrocher après quelques essais.

Tu as écouté quel album?

Je dois reconnaître n'avoir écouté aucun album entier,mais divers morceaux de Grin (je sais plus lesquels) et de celui-ci (Son of Lilith et Semtex Revolution).

Je trouve ça original, ce qui impose mon respect, mais ça n'accroche pas. Du coup, je me dis que ça passera mieux en écoutant d'une traite un album (tu parles d'aspect hypnotique). Sourire


"Grin" est le plus varié des deux (avec une petite baisse d'intensité sur la fin) et le plus groovy, "Mental Vortex" est plus speedé, plus homogène et surtout sans aucune faille. Après, si tu n'as rien contre le thrash, "No More Color" est aussi très recommandable Clin d'oeil
Momos citer
Momos
23/05/2012 21:58
Thomas Johansson a écrit : The Shining a écrit : Groupe qui m'a l'air essentiel, je n'arrive pourtant pas à accrocher après quelques essais.

Tu as écouté quel album?

Je dois reconnaître n'avoir écouté aucun album entier,mais divers morceaux de Grin (je sais plus lesquels) et de celui-ci (Son of Lilith et Semtex Revolution).

Je trouve ça original, ce qui impose mon respect, mais ça n'accroche pas. Du coup, je me dis que ça passera mieux en écoutant d'une traite un album (tu parles d'aspect hypnotique). Sourire
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
23/05/2012 15:40
note: 10/10
The Shining a écrit : Groupe qui m'a l'air essentiel, je n'arrive pourtant pas à accrocher après quelques essais.

Tu as écouté quel album?
Jotun35 citer
Jotun35
23/05/2012 13:26
note: 10/10
Meilleur album du groupe, de loin ! Le mélange parfait entre le côté thrash et technique de "No More Color" et le groove de "Grin".

P.S : J'adore le jeu de batterie sur cet album d'ailleurs. Ca parait simple et assez dépouillé au premier abord, mais au final c'est bien groovy et blindé de contre-temps judicieusement placés. Du grand Art !
Momos citer
Momos
23/05/2012 03:56
Groupe qui m'a l'air essentiel, je n'arrive pourtant pas à accrocher après quelques essais.
Niktareum citer
Niktareum
22/05/2012 14:52
note: 9/10
Excellent album effectivement, très abouti, 1er que j'ai écouté du groupe. Peut-être mon préféré aussi même si j'aime beaucoup "Punishment".
Par contre je n'aurais pas été contre un titre supplémentaire en lieu et place de la reprise des Beatniks.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Coroner
Techno thrash
1991 - Noise Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (8)  9.25/10
Webzines : (9)  8.94/10

plus d'infos sur
Coroner
Coroner
Techno thrash - Suisse
  

tracklist
01.   Divine Step (conspectu Mortis)
02.   Son Of Lilith
03.   Semtex Revolution
04.   Sirens
05.   Metamorphosis
06.   Pal Sister
07.   About Life
08.   I Want You (she's So Heavy)

Durée : 47:22

line up
voir aussi
Coroner
Coroner
No More Color

1989 - Noise Records
  
Coroner
Coroner
Coroner (Compil.)

1995 - Noise Records
  
Coroner
Coroner
Grin

1993 - Noise Records
  

Essayez aussi
Sadist
Sadist
Sadist

2007 - Beyond Productions
  
Voight Kampff
Voight Kampff
More Human Than Human

2012 - Autoproduction
  
Mekong Delta
Mekong Delta
Lurking Fear

2007 - AFM Records
  
Believer
Believer
Sanity Obscure

1990 - Roadrunner Records
  
Voivod
Voivod
Killing Technology

1987 - Noise Records
  

Winterfront
Northwinds
Lire la chronique
Bring Me The Horizon
Suicide Season
Lire la chronique
Fen
Carrion Skies
Lire la chronique
Necrowretch
Bestial Rites 2009-2012 (Co...
Lire la chronique
Wolfkrieg
Another Battle
Lire la chronique
Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique