chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
76 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ihsahn - Eremita

Chronique

Ihsahn Eremita
En nostalgique du regretté Emperor, je m'étais naturellement tourné vers le projet solo du leader du cultissime combo norvégien. Sorti 5 ans après "Prometheus", "The Adversary" prolongeait d'une certaine façon la tendance post-black progressive opérée sur le dernier témoignage de l'ancien groupe d'Ihsahn, un album puissant et prenant. "angL" par contre m'avait beaucoup déçu à l'époque, pour je ne sais quelle raison d'ailleurs et ce désagréable souvenir ne m'avait pas incité à me plonger dans "After". Traumatisé par ce troisième album, notre chroniqueur à raquette Thomas Johansson m'a naturellement cédé sa place. Alors comment refuser cette seconde chance à un homme qui a pris part à la création d'albums aussi grandioses que "Anthems to the Welkin at Dusk" ou "Lost in Reverie" ?

En 4 ans, la musique d'Ihsahn a beaucoup évolué. Autrefois à la croisée des chemins sinueux d'un Emperor en pleine mutation et des réflexions mélancolico-atmosphériques d'un Peccatum ressuscité, le Norvégien s'est détaché de ses influences au fil des ans pour créer un univers qui lui est propre, une démarche artistique comparable aux évolutions de personnalités telles que Vintersorg ou Devin Townsend. "Eremita" est un album personnel, l'oeuvre d'un artiste mature qui ne fait plus de compromis dans ses choix musicaux, ses expérimentations, ses ambiances. Les morceaux qui le composent ne s'inscrivent dans aucun schéma et n'auront de cesse de vous surprendre jusqu'à la dernière note. Accès de rage, passages atmosphériques, atmosphères torturées, moments de plénitude, les émotions antagonistes se succèdent sans faire défaut à la cohérence de l'ensemble ; tout bascule parfois sur quelques notes, le placement d'un instrument ou du chant, ... Ihsahn a soigné ses arrangements, ses transitions pour faire de ce quatrième album, une sorte de voyage aux paysages hétérogènes.

Pour donner vie à cette fresque aux multiples facettes, l'homme s'est entouré de divers artistes. Ainsi Devin Townsend et Einar Solberg viendront pousser la chansonnette respectivement sur "Instrospection" et "Arrival", Jeff Loomis taquiner du manche sur "The Eagle And The Snake", sans oublier sa femme Heidi S. Tveitan (aka Ihriel) dont les apparitions vocales sur le titre de conclusion rappelleront le défunt Peccatum aux connaisseurs. Enfin, à l'instar de l'album précédent, une place de choix a été réservée au saxophoniste Jørgen Munkeby dont les interventions donnent un feeling jazzy délicieusement déconstruit aux compositions. Les exemples ne manquent pas mais les plus représentatifs demeurent pour moi les hypnotiques "The Grave" et "Catharsis". Pour le reste, ou plutôt le principal, c'est Ihsahn qui tient la barre. Guitariste accompli, hurleur emblématique du black metal, rien n'est remis en cause ici, notamment son feeling qui fait des merveilles aux côtés de Munkeby. Ses progrès au chant clair sont également impressionnants : moins pompeux, plus fluide, plus naturel, il donne une autre dimension aux refrains et laissent s'éloigner les dernières réminiscences d'un Emperor tenace. Peut-être inspiré par l'ami Akerfeldt, les claviers apportent quant à eux, une touche progressive absolument irrésistible, tout comme certains riffs et solos de guitare légèrement saturés.

Devant la richesse et la complexité d'un tel travail, on pourrait imaginer une oeuvre élitiste. Et pourtant, jamais une production d'Ihsahn n'a été plus accessible. Les mélodies, les refrains vous impriment instantanément la cervelle et le plaisir est immédiat, que les compositions soient tournées vers l'extrême ("Something Out There", "The Paranoid") ou globalement plus calmes ("Departure", superbe...). Malheureusement cette démocratisation va de pair avec quelques fausses notes, des longueurs ("The Eagle And The Snake", "Grief", "The Grave") et des refrains en demi-teinte ("The Eagle And The Snake", "Introspection") qui viennent ternir le tableau. Mais que ces détails ne vous arrêtent pas car si "Eremita" n'est pas parfait, son écoute vous réserve de grands moments de musique. Surprenant, personnel et audacieux à bien des égards, ce quatrième épisode devrait faire fondre votre petit coeur d'amateur de metal extrême progressif. Avouez qu'il serait dommage de passer à côté de ça.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jimmy Jazz citer
Jimmy Jazz
24/08/2016 22:31
Tombé par hasard sur "Catharsis" cet après midi en faisant la vaisselle. Splendide. D'habitude les expérimentations à coups d'instruments "non Metal" me laissent froid mais là je suis tombé sous le charme immédiatement. J'espère que le reste de l'album est dans la même veine.
MATR citer
MATR
11/06/2012 15:34
La même... me tarde !
NightSoul citer
NightSoul
10/06/2012 23:37
Grosse attente si ce n'est MON attente number one de cette année.
Hâte de le recevoir !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ihsahn
Metal extrême progressif
2012 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  8.4/10
Webzines : (38)  8.45/10

plus d'infos sur
Ihsahn
Ihsahn
Metal extrême progressif - 2005 - Norvège
  

écoutez
vidéos
Teaser
Teaser
Ihsahn

Extrait de "Eremita"
  

tracklist
01.   Arrival
02.   The Paranoid
03.   Introspection
04.   The Eagle And The Snake
05.   Catharsis
06.   Something Out There
07.   Grief
08.   The Grave
09.   Departure

Durée : 52 min.

line up
parution
18 Juin 2012

voir aussi
Ihsahn
Ihsahn
Das Seelenbrechen

2013 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
After

2010 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
Arktis.

2016 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
angL

2008 - Candlelight Records
  
Ihsahn
Ihsahn
The Adversary

2006 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Anciients
Anciients
Heart of Oak

2013 - Season Of Mist
  
Memfis
Memfis
Vertigo

2011 - Autoproduction
  
Nahemah
Nahemah
The Second Philosophy

2007 - Lifeforce Records
  
Ne Obliviscaris
Ne Obliviscaris
Citadel

2014 - Season Of Mist
  
Opeth
Opeth
Watershed

2008 - Roadrunner Records
  

Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast