chargement...

haut de page
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ne Obliviscaris - Portal of I

Chronique

Ne Obliviscaris Portal of I
9 ans après leur formation, 5 ans après leur seule et unique démo, les Australiens se décident enfin à sortir un premier album. On pourrait croire que Ne Obliviscaris est un groupe qui prend son temps ; à l'écoute de ce pavé vous changerez probablement d'avis tant ce temps semble nécessaire pour aboutir au résultat qu'est cette oeuvre. J'ai tendance à me méfier du buzz que provoquent certaines sorties, mais avec "Portal of I" personne ne s'y est trompé. Il n'y a qu'à parcourir webzines et forums pour s'en rendre compte et je ne serais d'ailleurs pas étonné qu'il se retrouve dans bons nombres de bilans annuels dans la catégorie "album de l'année". Vous l'aurez compris, ce n'est pas moi qui prendrait le contre-pied de l'avis général, peut-être simplement parce qu'il faudrait vraiment être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître la qualité de ce premier jet.

Ne Obliviscaris, c'est d'abord un putain de culot, un style hybride et expérimental qui puise dans diverses branches du metal, voir plus. Leurs compositions évoquent le death progressif d'Opeth à la fin des années 90, le dark folk teinté de black des derniers Agalloch, les envolées épiques et tragiques du Disillusion de "Back to Times of Spendor", les grandes heures du death mélodique suédois... et plus étonnant encore, les cordes de The Sins of Thy Beloved, au risque de déplaire aussi bien aux amateurs de metal extrême progressif que de gothique symphonique. Loin d'être bordélique, leur musique s'amuse à jouer les équilibristes, enchainant les ambiances dans une insolente cohérence. Vu la durée des morceaux et leur complexité, difficile de décrire précisément le style de Ne Obliviscaris. En majorité, c'est l'intensité qui prime, entre riffs ultra mélodiques et blasts black/folk sur lesquels viennent parfois se greffer du violon ou du chant clair, même si bien sûr, ce sont le growls black/death de Xenoyr qui se font la part belle. Outre le talent de composition des Australiens, cette intensité résulte d'un niveau technique ahurissant et d'une grande musicalité : chaque membre participe à la profondeur de ces paysages, de l'ingénieux jeu du batteur, à la basse en passant par le violon larmoyant de Tim Charles (Pete Johansen sort de ce corps), avec en tête ces guitares qui m'ont arraché une larme en bon vieux fan de death mélodique suédois. En dehors de ces moments, le groupe prend le temps de se poser sur de nombreux passages calmes où l'on retrouve principalement guitares acoustiques, violons et chant clair. Bien que ça ne soit pas forcément le point fort du groupe, ces passages offrent un autre visage à leur style et servent souvent de tremplin à des suites dantesques (la fin de "Xenoflux" parle d'elle-même).

La grande force de ces Australiens réside dans leur capacité à produire une musique très accessible de part ses riffs accrocheurs et son côté mélodique, tout en proposant un réel défi à l'auditeur qui au final, se heurtera à la richesse et à la complexité des structures de ces 7 pièces, conférant à ce premier album une grande capacité de réécoute. Chaque morceau évolue à sa manière à travers différentes ambiances et se construit sur un schéma de progression qui lui est propre, s'étirant souvent sur une dizaine de minutes. Ne Obliviscaris n'est visiblement pas du genre à faire du recyclage. On aimerait parfois que certains airs reviennent mais ici on va de l'avant et de surprises en surprises. Evidemment, avec un tel tableau, on ne peut qu'être surpris, le plus surprenant étant sans doute la qualité de l'ensemble qui ne se laisse jamais aller à quelques productions de moindre facture. Tout est travaillé jusqu'à épuisement : aucun titre n'est lésé, tous contiennent leur lots de temps forts et il y en a à revendre. Chacun aura évidemment ses préférences mais tous se valent tout en proposant quelque chose de différent. En ce qui me concerne, l'orgasme auditif a été atteint sur "Xenoflux" avec sa fin monumentale, "As Icicles Fall" à l'intro imparable et la fantastique conclusion "Of Petrichor Weaves Black Noise". Ce qui se dégage de "Portal Of I" risque également de vous surprendre. En effet, l'atmosphère de cet album a quelque chose d'étrange. Malgré l'absence de claviers, d'arrangements électroniques, malgré le fait que tout soit fait avec des instruments *classiques* et malgré le côté folk et mélodique de leur musique, cet album est incroyablement froid, d'une beauté tellement parfaite dans sa construction et son exécution qu'elle possède un charme glacial que même les moments les plus intimistes n'arrivent pas à faire taire.

Excepté quelques longueurs (notamment sur le début de "Forget Not"), je ne vois pas grand chose à reprocher à ce premier album qui place d'emblée la barre très très haut. Après la perfection reste subjective et vu l'audace des Australiens, certains auront probablement plus de griefs que moi à leur encontre, sans doute au sujet de l'intégration du violon que je trouve personnellement très bien sentie et au sujet du chant clair que certains trouveront peut-être trop pleurnichard. Rien d'étonnant néanmoins car les seules personnes pouvant adhérer à 100% à leur style sont souvent bien isolées, amateurs de death mélodique, de metal progressif et de gothique symphonique. Alors si par hasard vous vous renconnaissez un peu dans cette description, sachez que "Portal Of I" a été façonné pour vous. Absolument magnifique.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

17 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
02/10/2014 21:59
Bientôt Citadel !

J'suis impatient.
Fulgryn citer
Fulgryn
10/06/2013 20:03
note: 10/10
Cet album est tout simplement magnifique!
Ses 72 minutes passent beaucoup trop vite Déçu
Momos citer
Momos
23/07/2012 16:26
note: 9.5/10
Ikea a écrit : Cette pochette irait bien à un final fantasy next-gen. Repoussant.
Tu es une âme perdue.
Ikea citer
Ikea
23/07/2012 15:13
Cette pochette irait bien à un final fantasy next-gen. Repoussant.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
23/07/2012 01:53
PUTAIN DE DECOUVERTE ! Encore une fois !
Momos citer
Momos
22/07/2012 22:15
note: 9.5/10
gulo gulo a écrit : elle est parfaite, on imagine très exactement la musique qui va avec
Alors tout va bien, mon Bon. D'autant que je partage cet avis.

Cordialement vôtre avec toute l'affection la plus respectueuse que je vous dois.

Ou quelque chose du genre.
cglaume citer
cglaume
22/07/2012 22:09
Dead a écrit : cglaume a écrit : J'avoue, ta chro donne salement envie Deadounet (par contre une barre ne se place pas haute, mais tout simplement haut Sourire )

Merci et merci aussi pour le petit coup de poignard. Je corrige Moqueur


J'en ai profité au passage Mr Green, mais la vraie raison du message, c'était bien que tu me donnes envie de dépasser mes premiers mauvais a prioris...
gulo gulo citer
gulo gulo
22/07/2012 21:56
elle est parfaite, on imagine très exactement la musique qui va avec
Momos citer
Momos
22/07/2012 20:55
note: 9.5/10
gulo gulo a écrit : The Shining a écrit : pochette classe...


j'ai failli gober que t'étais sérieux, mais là tu t'es trahi tout seul

Tatata, nous sommes très sérieux, Monsieur.

Que reprochez-vous à cette jaquette?
gulo gulo citer
gulo gulo
22/07/2012 20:52
The Shining a écrit : pochette classe...


j'ai failli gober que t'étais sérieux, mais là tu t'es trahi tout seul
Dead citer
Dead
21/07/2012 20:21
note: 9/10
cglaume a écrit : J'avoue, ta chro donne salement envie Deadounet (par contre une barre ne se place pas haute, mais tout simplement haut Sourire )

Merci et merci aussi pour le petit coup de poignard. Je corrige Moqueur
cglaume citer
cglaume
21/07/2012 16:37
Mitch a écrit : cglaume a écrit : Mitch a écrit : Album de l'année pour ma part... Si il n'y avait pas ce chant clair. Confus

C'est pas cet album que tu avais essayé de me vendre il y a qq temps Mitchounet ?


Et je me suis pris un râteau.


'me rappelle qu'au 1er abord, c'était trop black sympho, trop "petit doigt en l'air". M'enfin ça nécessite sûrement des écoutes plus approfondies...
Mitch citer
Mitch
21/07/2012 16:06
cglaume a écrit : Mitch a écrit : Album de l'année pour ma part... Si il n'y avait pas ce chant clair. Confus

C'est pas cet album que tu avais essayé de me vendre il y a qq temps Mitchounet ?


Et je me suis pris un râteau.
cglaume citer
cglaume
21/07/2012 16:01
J'avoue, ta chro donne salement envie Deadounet (par contre une barre ne se place pas haute, mais tout simplement haut Sourire )
cglaume citer
cglaume
21/07/2012 15:56
Mitch a écrit : Album de l'année pour ma part... Si il n'y avait pas ce chant clair. Confus

C'est pas cet album que tu avais essayé de me vendre il y a qq temps Mitchounet ?
Momos citer
Momos
21/07/2012 15:26
note: 9.5/10
Alléchant sur papier, chronique enthousiaste, pochette classe...
Futur achat.
Mitch citer
Mitch
21/07/2012 14:35
Album de l'année pour ma part... Si il n'y avait pas ce chant clair. Confus

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Ne Obliviscaris
Dark/Death/Folk progressif
2012 - Code666
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  9.3/10
Webzines : (27)  8.34/10

plus d'infos sur
Ne Obliviscaris
Ne Obliviscaris
Dark/Death/Folk progressif - Australie
  

tracklist
01.   Tapestry of the Starless Abstract
02.   Xenoflux
03.   Of the Leper Butterflies
04.   Forget Not
05.   And Plague Flowers the Kaleidoscope
06.   As Icicles Fall
07.   Of Petrichor Weaves Black Noise

Durée : 72 min.

line up
parution
11 Juin 2012

Surprise de l'année
chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
5 : The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986
chronique Chronique
Expire
Pretty Low
chronique Chronique
Winterfylleth
The Divination of Antiquity