chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Pendulum - Les Fragments du Chaos

Chronique

Pendulum Les Fragments du Chaos
Il y avait fort longtemps que je n'avais pas posé les oreilles sur un disque de Black Metal dit « dépressif », a fortiori moderne. Lassé par cette scène et son nombre extensible de groupes tous aussi pourraves les uns que les autres et préférant me repasser les classiques que sont NYKTALGIA, SILENCER ou les premiers SHINING, c'est donc avec une certaines appréhension que j'abordais PENDULUM, présenté par leur label Hass Weg Productions comme un groupe donnant dans ce registre. Ce groupe est formé par 4 musiciens qui ont roulé leur bosse dans le Black Metal Underground, avec Death, connu pour son projet APOPTOSIS, de même que Winter à la basse et à la plume, Errance de MIND ASYLUM au chant et Naja Atra (APOPTOSIS également) à la batterie. Formé en 2009, c'est après deux ans de travail que paraît leur premier disque Les Fragments du Chaos le 11 janvier 2012, une date qui marque la concrétisation de leur labeur.

Ce travail se ressent à plusieurs échelles, en premier lieu au niveau des textes, très travaillés, qui font en permanence référence au Temps, concept on ne peut plus cohérent au travers de tout l'album. Traduit bien sûr en premier lieu par le nom du groupe, ce temps qui déchire, qui ruine et qui fane l'âme des hommes s'exprime à travers ces références assez subtiles telles que « le pendule suspendu (qui) se balance lentement », altérant « une image, trahie et brisée / une lueur de celui que j'étais »... de même, l'importance des aiguilles (« oublié au son de l'aiguille d'une horloge »), du « tic-tac » quotidien renforce cette présence oppressante de la durée sur l'individu, « sphère assourdissante qui rythme (s)es gestes »... Les Français développent, dans leur langue maternelle, un personnage faible, complexé, en permanence en proie à la rupture, perdu dans un monde moderne dans lequel il ne parvient pas à s'intégrer, une sorte de Dorian Gray qui n'aurait pas encore réussi à poignarder ce portrait de lui qui lui confère son immortalité. « Le canon du revolver collé sur (s)a tempe », l'homme ne parvient pas à passer à l'acte : c'est ce complexe rapport entre la décrépitude mentale et le suicide que développe PENDULUM avec brio durant quarante minutes de noirceur.

Si certains ne seront pas forcément touchés à la lecture de certaines paroles, la majorité sera beaucoup plus atteinte par la manière avec laquelle ces dernières sont hurlées. C'est bien le vocaliste Errance qui plane en tyran sur ce disque avec sa voix puissamment déchirante, ses cris « autistes » de douleur pesant de tous leurs poids sur le disque habité par sa présence qui s'avère déterminante pour faire sortir celui-ci du lot, car aux premières écoutes, on pourrait être tenté le mettre directement dans la case du disque de Black Metal générique qu'on ressort une fois tous les 36 du mois. Pourtant, il suffit de gratter un peu le vernis noir ébène de nos Français pour se rendre compte qu'il y a quelque-chose de plus prenant derrière leur musique, qui délivre un Black Metal mélancolique finalement assez racé, avec ses apogées comme ses traversées du désert.

Car certains passages du disque font clairement défaut, notamment l'enchaînement « La Corde » / « La Poudre » / « Le Vide »... certains bons riffs plus lents sont gâchés par des accélérations regrettables, comme c'est le cas pour « La Poudre » qui voit l'un de ses bons riffs centraux étiolé par une accélération à la double pédale bien trop basique et « facile » pour un morceau qui aurait pu être bien mieux agencé. « Le Vide » souffre également de quelques longueurs toutefois bien rattrapées par les soli de Death. La production souffre également de quelques carences... un gros manque de basses dans ces riffs parfois trop mélodiques et formatés, mais aussi aussi cette batterie, parfois trop monotone et fade, notamment sur les passages en mid-tempo classique où elle ne brille vraiment pas par l'originalité de ses breaks et plafonne à cause de son manque d'inventivité. J'ai aussi un peu de mal avec le son de sa caisse claire, un peu trop redondant à force d'écoutes.

Pourtant, elle sait aussi souvent être très efficace durant Les Fragments du Chaos, et ce dès son morceau d'ouverture « L'Acier » qui plante directement l'étendard noir de ce Black Metal désabusé et douloureux dans les crânes disposés à cette offrande. Emmené par ses nombreux bons riffs sortis des entrailles, distillés tels un poison dans la gorge de l'auditeur attentif, PENDULUM sait également briller. « Le Poison », leur poison, est clairement jouissif, à l'image de ce morceau ultra mélodique (et fort bien nommé), vomissant ses riffs touchants au possible, armé de son arpège introductif hypnotique annonçant un riff contemplatif totalement poignant et possédé ! Quelques morceaux frisent la perfection, comme « La Nature » et ses deux dernières minutes absolument grandioses, clairement l'apogée d'un opus à la qualité certaine... lui succède l'excellent « La Folie », morceau au blast beat rageur, qui conclut ce disque avec une phrase très représentative de celui-ci, jetée à la gueule du monde qui regarde cet être qui déclare calmement : « je suis devenu fou ». On laisse un PENDULUM instable, en proie au trouble, un groupe qui a mis toutes ses forces négatives dans sa bataille contre la vie. Oui, malgré une pochette pas forcément très attirante et quelques défauts qui seront à coup sûr gommés dans une prochaine sortie que nous sommes en droit d'attendre après ce premier disque à fort potentiel, on tient là un disque tout à fait honnête. Certes, il demande un réel effort d’appesantissement pour en capter toute la saveur charbonnée et l'atmosphère mazoutée, mais il saura séduire les amateurs de cette frange de Black Metal, les mêmes qui découvraient tous les vendredis soirs ce genre de bons groupes diffusés par l'homme auquel le meilleur morceau du disque est dédicacé. Aventure à suivre !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
31/05/2012 16:16
TwinPeaks44x2 a écrit : Je ne sais pas pourquoi mon message s'affiche bizarrement. Ce doit être à cause de l'obscurité que dégage ce disque.

Ou du manque de courage du programmeur de ce site. Sérieux faut vraiment que je trouve la source du problème...
Invité citer
TwinPeaks44x2
31/05/2012 15:51
Je ne sais pas pourquoi mon message s'affiche bizarrement. Ce doit être à cause de l'obscurité que dégage ce disque.
Invité citer
TwinPeaks44x2
31/05/2012 15:49
"« Le Poison », leur poison, est clairement jouissif, à l'image de ce morceau ultra mélodique (et fort bien nommé), vomissant ses riffs touchants au possible..."

Je n'aurais pas mieux dit, touchant est le mot qui résume le plus cet album de ces Français bénis par le vent. La lourdeur de cet album n'a d'égale que ses émotions brutes et sombres, et les mélodies entourées d'un brouillard qui peine à se dissiper me touchent au plus profond de moi-même. Quel chef-d'oeuvre!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
31/05/2012 15:44
note: 5/10
Mec franchement ton interview,après deuxième lecture. Elle est digne d'une thèse au niveau de la recherche. Tu y développes des points que personne ne pense à choisir (la métaphore avec Wilde, extrêmement judicieuse), et elle est également très bien structuré. T'as du te creuser la tête ! Respect sur ce coup !
Geisterber citer
Geisterber
31/05/2012 15:42
note: 7/10
Merci beaucoup mon cher Flesh, d'autant que tu m'as fait pensé à joindre les deux extraits disponibles sur Youtube à ma chronique, afin que les lecteurs puissent se plonger dans cet univers si introspectif qu'est celui de PENDULUM, qui le mérite largement!
Un disque qui finira à coup sûr dans les "révélations de l'année" pour moi!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
31/05/2012 15:35
note: 5/10
Beau boulot (pour la chro + Interview) cher ami.
De ce que j'ai écouté de ce Pendulum, le titre "Le Poison" était celui qui avait le plus marqué mes oreilles.
Un titre vraiment troublant et très touchant. Enfin, il faudra que je m'y re-penche avec attention.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pendulum
Black Metal
2012 - Hass Weg Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  5.5/10
Webzines : (2)  7.5/10

plus d'infos sur
Pendulum
Pendulum
Black Metal - France
  

tracklist
01.   L'Acier
02.   Le Verre
03.   Le Poison
04.   La Corde
05.   La Poudre
06.   Le Vide
07.   La Nature
08.   La Folie

Durée : 39:35

line up
parution
11 Janvier 2012

Essayez aussi
Nuklear Frost
Nuklear Frost
Subjugation

2014 - Autoproduction
  
Autarcie
Autarcie
Epoque Révolue

2012 - Dernier Bastion
  
The Legion
The Legion
Revocation

2006 - Listenable Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Sardonic Wrath

2004 - Moonfog Productions
  
Samael
Samael
Above

2009 - Nuclear Blast
  

Blood Stain Child
Last Stardust (EP)
Lire la chronique
Chroniques à la con 13 : ça va couper !
Lire le dossier
Iskandr
Heilig Land
Lire la chronique
Finsterforst
#‎YØLØ (EP)
Lire la chronique
Season of Ghosts
The Human Paradox
Lire la chronique
Hån
Facilis Descensus Averni
Lire la chronique
Blood Incantation / Spectral Voice
Blood Incantation / Spectra...
Lire la chronique
Seher
Nachzehrer
Lire la chronique
SubRosa
For This We Fought the Batt...
Lire la chronique
Gorguts
The Erosion Of Sanity
Lire la chronique
Hellbringer
Awakened from the Abyss
Lire la chronique
Nuke
Nuke
Lire la chronique
Motörhead
Overkill
Lire la chronique
Cepheide
Respire (EP)
Lire la chronique
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs
Lire la chronique
Paradise Lost
The Plague Within
Lire la chronique
Diabolical
Umbra (EP)
Lire la chronique
Dystopia
Human = Garbage (Compil.)
Lire la chronique
Iron Maiden
Iron Maiden
Lire la chronique
Soilwork
Death Resonance (Compil.)
Lire la chronique
Eldamar
The Force of the Ancient Land
Lire la chronique
Inquisition
Bloodshed Across the Empyre...
Lire la chronique
Temtris
Enter the Asylum
Lire la chronique
Hell Militia pour leur passage au Fall Of Summer
Lire l'interview
Auriga
VII - Dimensions of Asymmetry
Lire la chronique
Harm
October Fire
Lire la chronique
Abigail
The Final Damnation
Lire la chronique
Cauchemar
Chapelle ardente
Lire la chronique
Myrkur
Mausoleum (Live)
Lire la chronique
Falaise
As Time Goes By (Rééd.)
Lire la chronique