chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Miseration - Tragedy Has Spoken

Chronique

Miseration Tragedy Has Spoken
Un plaisir de pouvoir entendre de nouveau les grognements de la (ex ?) coqueluche boulimique suédoise Christian Ävelstam (j’apprécie beaucoup le gaillard), nettement plus discret depuis son départ de la machine Scar Symmetry à vrai dire. Le revoilà ainsi dans des groupes plus intimistes et « extrêmes ». Un an après la sortie du dernier Torchbearer, le Scandinave refait son apparition dans Miseration. Deux ans et demi se sont écoulés depuis la deuxième galette The Mirroring Shadow, toujours chez Lifeforce Records, les Suédois se sépareront de leur batteur ainsi que de leur bassiste Johan Ylenstrand (Inevitable End) pour le remplacer (après l'enregistrement) par une autre « brutasse », Christian Lundgren (Vomitous). Son acolyte Pär Olofsson s’occupera une nouvelle fois de l’artwork du groupe (classique mais efficace).

La transition entre Your Demons - Their Angels et The Mirroring Shadow a été plutôt abrupte (doux euphémisme) : Miseration est passé d’un death mélodique « catchy » (duo avec Jani Stefanović dans la lignée des groupes mélodiques de Christian Älvestam) vers un death metal moderne nettement plus « couillu ». L’arrivée de deux membres du groupe de death/grind Inevitable End (porté lui aussi sur le christianisme) n’y est clairement pas étrangère. Pas vraiment de surprise cette fois-ci, les Suédois suivent leur direction « brutale » et « technique » pour leur troisième album Tragedy Has Spoken. Christian se met en retrait de la composition (uniquement aux paroles au côté de Pär Johansson) et laisse les deux guitaristes armés de leurs engins à 8 cordes pour accoucher de plans alambiqués. Là où The Mirroring Shadow laissait toujours entrevoir une musique mélodique et assez facile d’accès, Miseration fait clairement du pied aux auditeurs en manque de sauvagerie musicale. L’ombre Inevitable End est encore plus flagrante : vagues dévastatrices (l’accélération à 2:51 de « Ghost Barrier » est juste hallucinante), riffs imparables (« White Light / Black Rain »), nouveau batteur sous anabolisants (au son pas franchement naturel) et grognements modulés de Christian. Les rares percées mélodiques restent ici quasi-anecdotiques (l’épique « Ciniphes », « Tomb Of Tephra »). Habitué aux passages accrocheurs antérieurs, 42 minutes assez éprouvantes lors des premières écoutes il faut bien l’avouer. La production synthétique et le mixage façon « mousseline sonore » (batterie typée « BAR » en premier plan) n’aidera pas la chose. Assez rageant car avec quelques efforts d’oreille et pas mal d’écoutes, on découvrira un réel boulot dans la recherche des riffs et des structures des morceaux.

Comme d’habitude, les prestations vocales de maître Christian demeurent exemplaires (puissantes et variées) mais surprise, on retrouvera quelques escapades au chant clair. « Quelques » est un bien grand mot, un seul titre en profite (« On Wings Of Brimstone »). Bien loin des débuts de Miseration (parfois trop poussif il est vrai), un léger brin de fraîcheur pas franchement négligeable dans ce death metal « étouffant »et relativement linéaire. Malgré tout, quelques expérimentations seront perceptibles et pas des moindres ! Esraj (harpe indienne), santour (cithare perse), scie musicale, orgue, mandoline, piano (la fin poignante de « Ciniphes »)… Pour le style pratiqué il fallait oser. Sur le papier cela éveillera la curiosité de bon nombre, le problème c’est que cela reste très anecdotique, aspiré dans un maelström sonore trop imposant. C’est bien dommage. Le titre final « Waylaver » aux accents black démontre le potentiel du groupe, un Miseration sachant créer une atmosphère frissonnante particulière et pas simplement un death metal à la violence assez fade.

Carré et aux compositions fouillées, il manque malheureusement à Tragedy Has Spoken l’efficacité passé. Après s’être accommodé de la nouvelle tournure méchamment agressive de Miseration, l’album s’enfile sans trop de problème mais on n’en retiendra pas foncièrement grand-chose. Une nouvelle fois, Miseration prouve son talent dans les passages plus « aérés » et mélodiques, leur aspect « brutal » trop inégal peine à convaincre. On redemande d’avantage d’expérimentations et une ambiance plus « léchée », les Suédois sont capables de choses encore plus étonnantes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
01/06/2012 21:36
J'écouterai mais ça m'a l'air d'être du genre "vite écouté, vite rangé".
Déjà que le dernier Torchbearer et son son ultra synthétique m'avait grave soulé, il serait temps que Alvestam & Co se renouvelle un peu car tout se ressemble massivement au final...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Miseration
Death Metal
2012 - Lifeforce Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (16)  7.76/10

plus d'infos sur
Miseration
Miseration
Death Metal - Suède
  

tracklist
01.   Stepping Stone Agenda
02.   Children of the Flames
03.   Ghost Barrier
04.   Ciniphes
05.   Hill of the Poison Tree
06.   Disaster Cage
07.   On Wings of Brimstone
08.   White Light / Black Rain
09.   Tomb of Tephra
10.   Waylayer

Durée : 42:18

line up
parution
2 Juillet 2012

voir aussi
Miseration
Miseration
The Mirroring Shadow

2009 - Lifeforce Records
  
Miseration
Miseration
Your Demons - Their Angels

2008 - Lifeforce Records
  

Essayez aussi
Entombed
Entombed
Clandestine

1991 - Earache Records
  
Abyssal
Abyssal
Novit Enim Dominus Qui Sunt Eius

2013 - Autoproduction
  
Ancient Crypts
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)

2014 - Mushantufe Productions
  
Vorum
Vorum
Current Mouth (EP)

2015 - Sepulchral Voice Records
  
Mitochondrion
Mitochondrion
Parasignosis

2011 - Profound Lore Records
  

State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique
Weird Fate
Cycle of Naught
Lire la chronique
Mercyless
Abject Offerings
Lire la chronique
Acherontas
Ma-IoN (Formulas Of Reptil...
Lire la chronique
Myrkur
M
Lire la chronique