chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
30 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Woods of Infinity - Förintelse & Libido

Chronique

Woods of Infinity Förintelse & Libido
Vous aimez les fous ? Vous aimez la provocation sans faille ? Vous aimez être dérangés dans votre petit confort mental et éthique ? Vous aimez avoir la sensation que ce que vous écoutez vous plante un pique dans le cœur ? Vous aimez que ça vous glace le sang ? Vous aimez frissonner tellement vous êtes mal à l’aise ?

D’accord, réjouissez-vous mes amis, car je suis là, avec un groupe de psychopathes tout droit venu du pays d’Ikea (ah ah !) et des Krisprolls. Là je vous préviens tout de suite on y va très fort car Woods of Infinty compile en son sein tout ce qu’il y a de plus vomitif en ce bas-monde. Racisme, pédophilie, viol, homophobie… on est comme ça chez Woods of Infinity, on y va pas par quatre chemins. Déjà rien que l’artwork en dit long, avec ce bébé en pochette, et cette photo imprimée sur le CD qui sent fort le viol d’adolescente autour du feu de bois en forêt. Rien que ça.

Alors évidemment, on pourrait crier tout de suite à l’infamie, en disant que je suis un ignoble connard, parce que premièrement j’achète ce genre de disques et que deuxièmement je le chronique. Mais rassurez-vous un tantinet, Woods of Infinity c’est surtout une grosse provocation très basse, et un humour excessivement cru (comme le prouve le sample de New York, New York présent dans ce disque, une prise de position très « What The Fuck ? La genta esta muy loca »…). Même si les membres du groupe sont certainement un poil débauchés, ils ne vont sûrement pas faire du tourisme sexuel à Bangkok le week-end. Tout ça est donc plus de l’ordre de la catharsis ultime ou d’un immense fantasme entièrement pervers et assumé.

« Förintelse & Libido » est la première sortie des suédois et si elle a très longtemps été sold-out, le label français Those Opposed Records (label de Wolok, N.K.V.D., Supplicium, entre autres…) a eu la bonne idée de rééditer cette première production dans un digipack des plus soigné et augmenté des paroles en anglais (tout mais pas ça…).

Musicalement, Woods of Infinity ça ressemble à quoi ? Vaste question à laquelle je répondrais facilement « J’en sais trop rien, mais c’est hideux…. ». Le groupe se complait joyeusement dans une production pourrie comme ce n’est pas permis, et dans une crasse mal-mixée. On se retrouve donc avec la sensation horriblement désagréable de sentir le sang s’écouler dans nos conduits auditifs. On rajoutera à cela des riffs dégoutants, abjects et puants joués sur une guitare nullissime et accordée d’une manière douteuse. La batterie ne relèvera pas le niveau puisqu’elle exhibe fièrement ses patterns simplistes et son sens rythmique approximatif. Le chanteur se contentera de hurler avec un micro empreint d’une saturation extrême et incroyablement artificielle…

Oui je sais, ça ne donne pas vraiment envie… Mais malgré tout ça, Woods of Infinity est un groupe exceptionnel. Il possède un talent unique, celui de torturer chacun de ses riffs à l’extrême en partant parfois d’une mélodie presque enfantine. Woods of Infinity change en sombre merde tout l’or qu’il peut éventuellement toucher et dans un délire presque coprophile, j’adore ça… Le premier titre « Förlorad » est d’une exemplarité sans faille avec ce sentiment de puanteur extrême qui surgit dès les premières notes. Et que dire de ce passage en guitare claire à une minute vingt qui rend le tout absolument hideux et tellement inconcevable dans notre esprit (on pourra aussi citer le riff final plus bidon qu’un baril de pétrole mais paralysant à l’extrême). « Förintelse & Libido » est extrêmement violent pour notre pauvre petit crâne, mais il est aussi très délicat… En d’autres termes, il prend bien soin de détruire sa proie.

Il n’y a que ce groupe qui peut provoquer ce genre de sentiment car si Diapsiquir joue également sur une imagerie à la limite du pédo-gore (à titre d’exemple), Woods of Infinity la retranscrit dans sa musique, et avec une fierté palpable pour couronner le tout. A tel point qu’un tel disque est tout simplement éprouvant à tout les sens du terme… Ecouter « Förintelse & Libido » d’une traite dans être happé par l’atmosphère ou sans ressentir un certain dégout/malaise relève du Livre des Records (ou de la maladie mentale)… J’ai parfois du couper ce disque tellement il me mettait mal et pourtant des disques tordus, on m’en livre par camion-benne …

L’ambiance du groupe pourrait se décrire visuellement par une copulation avec une chèvre dans une cabane en bois, sous les yeux d’une douzaine de fillettes bâillonnées avec une chanson honteusement douce et délicate en fond sonore. Woods Of Infinity est un groupe monumental. Personne ne sait faire ce genre de « musique » sur cette vaste terre et uniquement pour ça, je leur tire mon chapeau.

Un excellent test pour votre santé mentale et un disque vomitif qui vous pousse dans vos propres retranchements musicaux. Pour les plus courageux d’entre vous, sans aucun doute.

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

16 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
31/08/2012 11:13
note: 8.5/10
Le mauvais goût, vaste débat sur lequel je ne m'attarderais pas. ah ah !
tasserholf citer
tasserholf
30/08/2012 12:15
J'aime bien, mais bon comme j'ai mauvais goût je sais pas si c'est un compliment Moqueur
Sakrifiss citer
Sakrifiss
05/07/2012 02:20
note: 7.5/10
Des similitudes quand même avec Lifelover, dans le mal être surtout, mais pas exprimé de la même façon. De toute façon, les deux groupes sont maintenant enterrés...
Momos citer
Momos
04/07/2012 22:06
gulo gulo a écrit : The Shining a écrit : Ikea a écrit : Du "Le nouveau détective" Black Metal ? ça a l'air intéressant. Noté.
Joliment formulé.

De ce que j'avais écouté, ça me rappelait Lifelover, en moins «glauque» (relatif) et moins bon. :/


personnellement, ceux que je connais (Hamptjarn et Ljuset) me semblent bieeeeeeen plus glauques que Lifelover et leur cold gentiment screamo des débuts (et surtout que leur metal à rimmel d'aujourd'hui)

Oui. Et mieux fait également dans mon cas.
Y'a ptet un peu de malaise ici, mais surtout de l'ennui pour moi. :/
gulo gulo citer
gulo gulo
04/07/2012 20:03
The Shining a écrit : Ikea a écrit : Du "Le nouveau détective" Black Metal ? ça a l'air intéressant. Noté.
Joliment formulé.

De ce que j'avais écouté, ça me rappelait Lifelover, en moins «glauque» (relatif) et moins bon. :/


personnellement, ceux que je connais (Hamptjarn et Ljuset) me semblent bieeeeeeen plus glauques que Lifelover et leur cold gentiment screamo des débuts (et surtout que leur metal à rimmel d'aujourd'hui)
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
04/07/2012 19:32
note: 8.5/10
Ouais Hamptjarn est meilleur, je suis d'acc, mais je n'ai que le gravé, donc je n'en fait pas de chro. Sauf si je me procure le skeud, ce qui va sûrement arriver un jour.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
04/07/2012 19:19
note: 7.5/10
Groupe culte, nécessaire, mais je mets loin devant l'album Hamptjarn... C'est touchant...
Momos citer
Momos
02/06/2012 19:17
Ikea a écrit : Du "Le nouveau détective" Black Metal ? ça a l'air intéressant. Noté.
Joliment formulé.

De ce que j'avais écouté, ça me rappelait Lifelover, en moins «glauque» (relatif) et moins bon. :/
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
02/06/2012 19:15
note: 8.5/10
Pas vraiment "Le Nouveau Détective", plutôt "Le Nouveau Meurtrier" ah ah !
Ikea citer
Ikea
02/06/2012 10:11
Du "Le nouveau détective" Black Metal ? ça a l'air intéressant. Noté.
citer
(ancien membre)
01/06/2012 22:14
G juste trouvé un décalage entre ta kro et ce que g écouté vite fait, peut-être trop vite d'ailleurs.
Promis je me repenche sur le truc plus sérieusement pour avoir un avis plus objectif.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
01/06/2012 21:48
note: 8.5/10
Ouais, Förlat il est "plus mature" entre guillemet, notamment par la prod. Plus "clean". ceci dit il reste très WoI dans l'esprit, même si pour moi moins primaire et moche que celui que j'ai chroniqué.

A mon sens, WoI c'est excessivement cucul/planplan comme BM. D'aucun trouveront ça ridicule (toi visiblement) et d'autres trouveront que ça ajoute un truc bizarre à l'ambiance (moi). Mais c'est tout à fait voulu de la part du groupe.
citer
(ancien membre)
01/06/2012 19:51
J'écoute l'album Förlat en ce moment... C'est les mêmes ?? Je trouve la forme plutôt risible... c'est voulu ou j'ai loupé un truc ??
G évoqué Diapsbidule car tu en a parlé dans ta kro (burp!!) et c'était pas un compliment sur Diaps'machin ARF ARF !!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
01/06/2012 19:37
note: 8.5/10
Musicalement, Diaps et WoI n'ont absolument rien en commun (juste au cas où), par ailleurs j'ai pas compris si c'était un compliment ou non sur Diapsiquir ah ah !

Enfin quoiqu'il en soit, je conseille à ceux qui voudraient tenter d'écouter sur Youtube (il n'y a pas d'extraits officiels) "Förlorad" ou "Tribut till Självmördare". Parfaitement représentatifs dans leurs genres.

citer
(ancien membre)
01/06/2012 18:52
Une kro au petit oignon, Flesh' après ça donne envie au pas du tout !!
Pour ma part Diapsiquir, je trouve cela pénible et vain !!
Invité citer
gulo
01/06/2012 16:44
connais pas ce disque, mais ceux que je connais s'y entendent en effet pour provoquer de douceâtres haut-le-coeur

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Woods of Infinity
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Woods of Infinity
Woods of Infinity
Black métal déviant - Suède
  

tracklist
01.   Förlorad
02.   Jorden Är Satans Hora
03.   Raping the Hexagram
04.   Tribut Till Självmördare
05.   Excrucior
06.   Den Eviga Natten
07.   Vid Kedjan Av Kommande År
08.   Framtid
09.   Dystopia
10.   Brutalt Mord
11.   Missfostret Tellus
12.   Bortom Tveksamheten

Durée : 73.19 min.

line up
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Lire le dossier
Anathema
Distant Satellites
Lire la chronique