chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

God Dethroned - Ravenous

Chronique

God Dethroned Ravenous
« Quand un album avec Tony Laureano tu fera, très bourrin tu sera ». Voilà probablement l'un des 10 commandements qui a donné la ligne de conduite aux Néerlandais de GOD DETHRONED pour nous pondre ce « Ravenous ». Tony Laureano, pour ceux qui ne savent, est le bûcheron aux fûts chez NILE et qui charcla nombre de caisses claires chez ANGELCORPSE (oui c'est du brutal death). Bref le monsieur est loin d'être un débutant, et quand GOD DETHRONED fait appel à lui pour enregistrer son 3ème album, on est en droit de s'attendre à de bons gros blasts à tout va.

Et bien pas de surprises, « Ravenous » est bien l'album le plus agressif de GOD DETHRONED à ce jour, alliant toujours ce death / thrash très violent à de courts passages mélodiques de toute beauté, marque de fabrique du groupe. Vous voulez des blasts et de la double grosse caisse ? Vous écouterez « Swallow the Spikes », « The Poison Apple » (et sa magnifique mélodie pendant le break), « Villa Vampiria », « The Crown for the Morbid » (assurément le titre le plus rapide de l'album) ou bien encore le titre éponyme, assurément juste ce qu'il vous faut !

Il serait facile de réduire GOD DETHRONED à un simple groupe doué pour faire du bruit, mais justement les teutons ont toujours eu la délicatesse de ne pas nous abrutir continuellement sous un déluge continu de violence, préférant placer ici et là des titres mid-tempos qui aèrent un peu l'album et nous abreuvent de courtes mélodies d'inspiration scandinaves (c'est-à-dire très accrocheuses et plaisantes à l'écoute). On pensera alors à la reprise de MACABRE END « Consumed by Darkness », à l'ambiant « The Iconoclast Deathride » et ses nappes de claviers omniprésentes, ou bien encore à « Winter Campaign 2002 ». Une reprise de DEATH « Evil Dead » conclut l'album en beauté.

La production de l'album est bien meilleure que sur les précédentes réalisations, et la double grosse caisse de Laureano sonne vraiment comme un marteau-piqueur tout au long du cd. Pour ce qui est des paroles, elles sont toujours aussi basiques et terre à terre, le Christianisme c'est pas bien et on va tous vous tuer, c'est un peu le gros défaut du groupe de ne pas savoir écrire des paroles un tant soit peu crédibles, mais bon c'est du death métal et on est avant tout là pour la musique donc…

« Ravenous » n'est pas l'album le plus inspiré de GOD DETHRONED mais le plus violent assurément, doté d'une excellente production et de chansons efficaces, il n'attend que votre attention pour révéler ses secrets.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
grizzlyburn
21/06/2012 12:48
Euh, teutons? Ils ne viennent pas plutôt des Pays Bas?
Je connais pas cet album, mais The Grand Grimoire était très bon!
narog citer
narog
07/07/2004
J'ai entendu je sais plus où l etitre éponyme... très sympa.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
God Dethroned
Brutal Death / Thrash mélodique
2001 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (11)  8.41/10
Webzines : (7)  8.75/10

plus d'infos sur
God Dethroned
God Dethroned
Death Metal - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Swallow the Spikes
02.   The Poison Apple (Eve & Serpentio in the garden of Eden)
03.   Villa Vampiria
04.   Consumed by Darkness
05.   The Mysteries that make you Bleed
06.   The Iconoclast Deathride
07.   The Crown for the Morbid
08.   Ravenous
09.   Autumn Equinox
10.   Winter Campaign 2002
11.   Evil Dead

Durée : 39:31

line up
voir aussi
God Dethroned
God Dethroned
The Grand Grimoire

1997 - Metal Blade
  
God Dethroned
God Dethroned
Passiondale

2009 - Metal Blade
  
God Dethroned
God Dethroned
The Lair of the White Worm

2004 - Metal Blade
  
God Dethroned
God Dethroned
Into the Lungs of Hell

2003 - Metal Blade
  
God Dethroned
God Dethroned
Under The Sign of the Iron Cross

2010 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Vomitory
Vomitory
Revelation Nausea

2000 - Metal Blade
  

Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique
Thrasho en interview sur Horns Up
Lire le podcast
Allobrogia
Sonnocingos
Lire la chronique
Hoth
Oathbreaker
Lire la chronique
Hortlak
Hortlak
Lire la chronique
Grandes vacances
Jouer au blindtest
Noumena
Death Walks with Me
Lire la chronique