chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
80 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

God Dethroned - Ravenous

Chronique

God Dethroned Ravenous
« Quand un album avec Tony Laureano tu fera, très bourrin tu sera ». Voilà probablement l'un des 10 commandements qui a donné la ligne de conduite aux Néerlandais de GOD DETHRONED pour nous pondre ce « Ravenous ». Tony Laureano, pour ceux qui ne savent, est le bûcheron aux fûts chez NILE et qui charcla nombre de caisses claires chez ANGELCORPSE (oui c'est du brutal death). Bref le monsieur est loin d'être un débutant, et quand GOD DETHRONED fait appel à lui pour enregistrer son 3ème album, on est en droit de s'attendre à de bons gros blasts à tout va.

Et bien pas de surprises, « Ravenous » est bien l'album le plus agressif de GOD DETHRONED à ce jour, alliant toujours ce death / thrash très violent à de courts passages mélodiques de toute beauté, marque de fabrique du groupe. Vous voulez des blasts et de la double grosse caisse ? Vous écouterez « Swallow the Spikes », « The Poison Apple » (et sa magnifique mélodie pendant le break), « Villa Vampiria », « The Crown for the Morbid » (assurément le titre le plus rapide de l'album) ou bien encore le titre éponyme, assurément juste ce qu'il vous faut !

Il serait facile de réduire GOD DETHRONED à un simple groupe doué pour faire du bruit, mais justement les teutons ont toujours eu la délicatesse de ne pas nous abrutir continuellement sous un déluge continu de violence, préférant placer ici et là des titres mid-tempos qui aèrent un peu l'album et nous abreuvent de courtes mélodies d'inspiration scandinaves (c'est-à-dire très accrocheuses et plaisantes à l'écoute). On pensera alors à la reprise de MACABRE END « Consumed by Darkness », à l'ambiant « The Iconoclast Deathride » et ses nappes de claviers omniprésentes, ou bien encore à « Winter Campaign 2002 ». Une reprise de DEATH « Evil Dead » conclut l'album en beauté.

La production de l'album est bien meilleure que sur les précédentes réalisations, et la double grosse caisse de Laureano sonne vraiment comme un marteau-piqueur tout au long du cd. Pour ce qui est des paroles, elles sont toujours aussi basiques et terre à terre, le Christianisme c'est pas bien et on va tous vous tuer, c'est un peu le gros défaut du groupe de ne pas savoir écrire des paroles un tant soit peu crédibles, mais bon c'est du death métal et on est avant tout là pour la musique donc…

« Ravenous » n'est pas l'album le plus inspiré de GOD DETHRONED mais le plus violent assurément, doté d'une excellente production et de chansons efficaces, il n'attend que votre attention pour révéler ses secrets.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
grizzlyburn
21/06/2012 12:48
Euh, teutons? Ils ne viennent pas plutôt des Pays Bas?
Je connais pas cet album, mais The Grand Grimoire était très bon!
narog citer
narog
07/07/2004
J'ai entendu je sais plus où l etitre éponyme... très sympa.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
God Dethroned
Brutal Death / Thrash mélodique
2001 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (11)  8.41/10
Webzines : (7)  8.75/10

plus d'infos sur
God Dethroned
God Dethroned
Death Mélodique - 1991 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Swallow the Spikes
02.   The Poison Apple (Eve & Serpentio in the garden of Eden)
03.   Villa Vampiria
04.   Consumed by Darkness
05.   The Mysteries that make you Bleed
06.   The Iconoclast Deathride
07.   The Crown for the Morbid
08.   Ravenous
09.   Autumn Equinox
10.   Winter Campaign 2002
11.   Evil Dead

Durée : 39:31

line up
voir aussi
God Dethroned
God Dethroned
Bloody Blasphemy

1999 - Metal Blade
  
God Dethroned
God Dethroned
The World Ablaze

2017 - Metal Blade
  
God Dethroned
God Dethroned
Under The Sign of the Iron Cross

2010 - Metal Blade
  
God Dethroned
God Dethroned
The Lair of the White Worm

2004 - Metal Blade
  
God Dethroned
God Dethroned
The Toxic Touch

2006 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Vomitory
Vomitory
Revelation Nausea

2000 - Metal Blade
  

French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique