chargement...

haut de page
79 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Writhing / Ad Patres - Writhing / Ad Patres

Chronique

Writhing / Ad Patres Writhing / Ad Patres (Split-tape)
Jamais le dernier à découvrir des jeunes groupes prometteurs (Heaving Earth, Entrails, Impureza, Herpes), Nihilistic Holocaust fait encore des siennes avec une nouvelle split tape regroupant les Américains de Writhing et nos compatriotes d'Ad Patres dont ce cher Thomas Johansson nous avait déjà vanté les mérites il y a quelques mois.

On commence avec Writhing, combo originaire de Detroit. Mais au lieu de faire du rap, le quatuor a choisi de faire du death metal, et du bon! Formé en 2003, le groupe m'était totalement inconnu. Il faut dire que Writhing est resté plutôt discret jusque là, ne sortant qu'une démo en 2004, un EP en 2008 et un autre, Indomitable, cette année. C'est ce dernier qui a été utilisé pour le split. Une bonne idée puisque sur ces trois titres, Writhing démontre des qualités certaines. Marqué par la scène américaine des années 1990, notamment la floridienne, le groupe pratique un death metal thrashy et evil qui poutre sévère (ça blaste dès le début d'"Indomitable"...) tout en restant varié (... mais pas que!). Pensez à Deicide pour les riffs sombres en tremolo, le growl alterné aux shrieks et le côté diabolique, ainsi qu'à Malevolent Creation pour l'aspect plus thrash. Quelques passages plus mélodiques viennent enrichir les morceaux avec notamment une belle intro acoustique sur "Prey". Le groupe y va aussi de ses solos chaotiques à la Slayer sur "Death Of Your Dream". Mais ce sont les influences black metal bien senties qui surprendront le plus sur l'excellent "Prey". Et si je vous dis que le tout est emballé dans une production puissante et claire, même si on pourra toujours chipoter sur la batterie triggée, vous comprendrez que Writhing, sans révolutionner quoi que ce soit, a tout ce qu'il faut pour satisfaire les fans de death. Une bonne découverte pour ma partie préférée du split et un potentiel prometteur qu'on espère voir rapidement confirmé par une sortie à la durée plus conséquente.

Difficile de passer après Writhing mais Ad Patres a des arguments pour se défendre. À commencer par une brutalité plus importante que chez Writhing, soutenue par pléthore de blast-beats et une production impressionnante pour une démo. Les trois morceaux de la partie française sont en effet issus du promo 2010, seule sortie du combo à ce jour. Une sortie qui lui a suffit à se faire un nom dans l'underground national. À juste titre puisque les Bordelais, formés en 2008 sous l'impulsion du batteur Alsvid (Seth, Fornication, ex-Enthroned) et où l'on retrouve également l'ex-Withdrawn Olivier Bousquet à la guitare, ne font pas dans la dentelle. Et comme Writhing, c'est le parfum de la scène US dont on sent les agréables effluves, mais celles d'une frange plus extrême. Suffocation n'est ainsi jamais loin, notamment sur "To The Fathers" et "Scorn Aesthetics". On ressent également l'influence d'Aborted sur les parties les plus bourrines et les tournures porcines que prend parfois le chant d'Axel Doussaud. Pour ma part, je préfère quand il growle normalement. À noter qu'Ad Patres a l'intelligence de ne pas servir que du blast en purée et sait aussi varier les rythmiques et donner des atours plus mélodiques à sa musique, quoique moins que Writhing, que ce soit par des riffs plus "aérés" ou des solos de bonne facture. Moins convaincantes par contre, les influences modernes comme ce passage saccadé à la double au début de "To The Fathers" qui desservent la musique des Girondins. Heureusement, ces séquences se font rares et la qualité des riffs, de la mise en place et du son, sans oublier la brutalité qui fait du bien par où elle passe, font de cette deuxième partie une réussite, même si je garde une préférence pour la première. Pour plus de détails, je vous encourage à consulter la chronique détaillée de la bête par mon confrère TJ.

Nihilistic Holocaust nous sort donc un bon petit split ici en nous présentant deux groupes de death metal à la fois suffisamment proches et éloignés. Writhing s'avère une découverte intéressante avec son death aux influences thrash et même black qui sait se montrer autant rugueux que varié et mélodique. Confirmation pour moi en ce qui concerne Ad Patres. Je n'avais lu que des compliments sur leur démo et les louanges étaient bien méritées. Sans être exceptionnels ou novateurs, les Bordelais font montre d'un savoir-faire certain dans l'art du bûcheronnage et devraient convaincre tout amateur de douceurs sonores. Il n'y a plus qu'à attendre la suite pour chacun des groupes histoire de confirmer toutes ces bonnes choses.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

Gabalgabow citer
Gabalgabow
14/07/2012 21:32
Merci pour la kro :-)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Writhing / Ad Patres
Death Metal
2012 - Nihilistic Holocaust
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ad Patres
Ad Patres
Brutal Death - France
  
Writhing
Writhing
Death Metal - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.  Writhing - Indomitable
02.  Writhing - Death Of Your Dream
03.  Writhing - Prey
04.  Ad Patres - The Lock
05.  Ad Patres - To The Fathers
06.  Ad Patres - Scorn Aesthetics

Durée : 20'36

parution
19 Avril 2012

voir aussi
Ad Patres
Ad Patres
Scorn Aesthetics

2012 - Kaotoxin Records
  
Ad Patres
Ad Patres
Ad Patres (EP)

2011 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Bloodbath
Bloodbath
The Wacken Carnage (Live)

2008 - Peaceville Records
  
Nominon
Nominon
Recremation

2005 - Konqueror Records
  
Desecration
Desecration
Cemetery Sickness

2014 - Metal Age Productions
  
Immolation
Immolation
Unholy Cult

2002 - Listenable Records
  
Nader Sadek
Nader Sadek
In The Flesh

2011 - Season of Mist
  

report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
5 : The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986
chronique Chronique
Expire
Pretty Low
chronique Chronique
Winterfylleth
The Divination of Antiquity
chronique Chronique
Bloodsoaked
Religious Apocalypse (EP)
chronique Chronique
Diapsiquir / Peste Noire
Le Rat des Villes et le Rat des Champs (Split 12")