chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Writhing / Ad Patres - Writhing / Ad Patres

Chronique

Writhing / Ad Patres Writhing / Ad Patres (Split-tape)
Jamais le dernier à découvrir des jeunes groupes prometteurs (Heaving Earth, Entrails, Impureza, Herpes), Nihilistic Holocaust fait encore des siennes avec une nouvelle split tape regroupant les Américains de Writhing et nos compatriotes d'Ad Patres dont ce cher Thomas Johansson nous avait déjà vanté les mérites il y a quelques mois.

On commence avec Writhing, combo originaire de Detroit. Mais au lieu de faire du rap, le quatuor a choisi de faire du death metal, et du bon! Formé en 2003, le groupe m'était totalement inconnu. Il faut dire que Writhing est resté plutôt discret jusque là, ne sortant qu'une démo en 2004, un EP en 2008 et un autre, Indomitable, cette année. C'est ce dernier qui a été utilisé pour le split. Une bonne idée puisque sur ces trois titres, Writhing démontre des qualités certaines. Marqué par la scène américaine des années 1990, notamment la floridienne, le groupe pratique un death metal thrashy et evil qui poutre sévère (ça blaste dès le début d'"Indomitable"...) tout en restant varié (... mais pas que!). Pensez à Deicide pour les riffs sombres en tremolo, le growl alterné aux shrieks et le côté diabolique, ainsi qu'à Malevolent Creation pour l'aspect plus thrash. Quelques passages plus mélodiques viennent enrichir les morceaux avec notamment une belle intro acoustique sur "Prey". Le groupe y va aussi de ses solos chaotiques à la Slayer sur "Death Of Your Dream". Mais ce sont les influences black metal bien senties qui surprendront le plus sur l'excellent "Prey". Et si je vous dis que le tout est emballé dans une production puissante et claire, même si on pourra toujours chipoter sur la batterie triggée, vous comprendrez que Writhing, sans révolutionner quoi que ce soit, a tout ce qu'il faut pour satisfaire les fans de death. Une bonne découverte pour ma partie préférée du split et un potentiel prometteur qu'on espère voir rapidement confirmé par une sortie à la durée plus conséquente.

Difficile de passer après Writhing mais Ad Patres a des arguments pour se défendre. À commencer par une brutalité plus importante que chez Writhing, soutenue par pléthore de blast-beats et une production impressionnante pour une démo. Les trois morceaux de la partie française sont en effet issus du promo 2010, seule sortie du combo à ce jour. Une sortie qui lui a suffit à se faire un nom dans l'underground national. À juste titre puisque les Bordelais, formés en 2008 sous l'impulsion du batteur Alsvid (Seth, Fornication, ex-Enthroned) et où l'on retrouve également l'ex-Withdrawn Olivier Bousquet à la guitare, ne font pas dans la dentelle. Et comme Writhing, c'est le parfum de la scène US dont on sent les agréables effluves, mais celles d'une frange plus extrême. Suffocation n'est ainsi jamais loin, notamment sur "To The Fathers" et "Scorn Aesthetics". On ressent également l'influence d'Aborted sur les parties les plus bourrines et les tournures porcines que prend parfois le chant d'Axel Doussaud. Pour ma part, je préfère quand il growle normalement. À noter qu'Ad Patres a l'intelligence de ne pas servir que du blast en purée et sait aussi varier les rythmiques et donner des atours plus mélodiques à sa musique, quoique moins que Writhing, que ce soit par des riffs plus "aérés" ou des solos de bonne facture. Moins convaincantes par contre, les influences modernes comme ce passage saccadé à la double au début de "To The Fathers" qui desservent la musique des Girondins. Heureusement, ces séquences se font rares et la qualité des riffs, de la mise en place et du son, sans oublier la brutalité qui fait du bien par où elle passe, font de cette deuxième partie une réussite, même si je garde une préférence pour la première. Pour plus de détails, je vous encourage à consulter la chronique détaillée de la bête par mon confrère TJ.

Nihilistic Holocaust nous sort donc un bon petit split ici en nous présentant deux groupes de death metal à la fois suffisamment proches et éloignés. Writhing s'avère une découverte intéressante avec son death aux influences thrash et même black qui sait se montrer autant rugueux que varié et mélodique. Confirmation pour moi en ce qui concerne Ad Patres. Je n'avais lu que des compliments sur leur démo et les louanges étaient bien méritées. Sans être exceptionnels ou novateurs, les Bordelais font montre d'un savoir-faire certain dans l'art du bûcheronnage et devraient convaincre tout amateur de douceurs sonores. Il n'y a plus qu'à attendre la suite pour chacun des groupes histoire de confirmer toutes ces bonnes choses.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Gabalgabow citer
Gabalgabow
14/07/2012 21:32
Merci pour la kro :-)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Writhing / Ad Patres
Death Metal
2012 - Nihilistic Holocaust
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ad Patres
Ad Patres
Brutal Death - 2008 - France
  
Writhing
Writhing
Death Metal - 2003 † 2016 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Writhing - Indomitable
02.   Writhing - Death Of Your Dream
03.   Writhing - Prey
04.   Ad Patres - The Lock
05.   Ad Patres - To The Fathers
06.   Ad Patres - Scorn Aesthetics

Durée : 20'36

parution
19 Avril 2012

voir aussi
Ad Patres
Ad Patres
Scorn Aesthetics

2012 - Kaotoxin Records
  
Ad Patres
Ad Patres
Ad Patres (EP)

2011 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Wombbath
Wombbath
Downfall Rising

2015 - Pulverised Records
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
The Ten Commandments

1991 - R/C Records
  
Brutality
Brutality
Sea Of Ignorance

2016 - Repulsive Echo Records
  
Nader Sadek
Nader Sadek
In The Flesh

2011 - Season of Mist
  
Entrapment
Entrapment
Lamentations Of The Flesh

2014 - Soulseller Records
  

River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique
Gravity pour l'album "Noir"
Lire l'interview
Wo Fat
Live Juju : Freak Valley an...
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulc...
Lire la chronique
Opium Warlords
Droner
Lire la chronique