chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Opera IX - Strix - Maledictae in Aeternum

Chronique

Opera IX Strix - Maledictae in Aeternum
Cela fait des années que j’attendais ce nouvel album d’OPERA IX. Je sais que j’étais le seul et que beaucoup sont insensibles à la carrière de ces Italiens, mais je sais aussi que chaque album était parvenu à proposer suffisamment de bons éléments pour que je les réécoute tous au fil des ans. À l’origine je suis fan de The Call of the Woods, leur premier essai de 1995, et de ses ambiances sombres qui s’étalent sur des titres fleuves pouvant dépasser les 10mn. Il était très occulte et marquant pour les vocaux de louve-garou© de Cadaveria, l’une des premières femmes à avoir hurlé avec autant de dévotion pour le black metal. Elle a posé son timbre si particulier sur les deux albums suivants, puis a quitté le groupe qui a alors dû tenter de se reconstruire sans elle. Il sortait Maleventum en 2002 avec un nouveau vocaliste, adapté aux atmosphères toujours occultes des compositions mais il avait un gros problème de charisme. Il n’a pas fait long feu et a été remplacé par M. dès l’album suivant, Anphisbena (2004). Le style aussi changeait et passait à un black épique et pagan plus facile d’accès et bien ancré dans la mouvance de l’époque. L’occultisme était pratiquement absent au bénéfice de mélodies au clavier dégoulinant qui ont rebuté beaucoup de fans de la première heure. Moi, je tombais sous le charme et attendais donc impatiemment une suite, qui arrive enfin 8 ans plus tard.
Mais Strix n’est pas vraiment une suite logique. C’est plutôt une synthèse mal contrôlée du groupe et un semi-retour aux sources. Au revoir les facilités, rebonjour les ambiances occultes ! Les claviers sont toujours là, mais ils ne sont plus omniprésents. Ils jouent les seconds rôles en se cachant derrière les guitares et la batterie agressives. Mais au lieu de renforcer les compositions, la nouvelle recette frustre. On reconnaît un travail minutieux fait à partir d’idées accumulées au fil des mois et en écoutant le résultat on imagine bien nos trentenaires exécuter des rites interdits dans une clairière peu avant la tombée de la nuit, mais il y a un fâcheux problème d’efficacité. On ne se sent pas impliqué parce que l’oreille n’est pas assez sollicitée. Beaucoup trop de parties ne vont nulle part et ne sont pas percutantes. Les titres s’enchainent et nous glissent dessus.
Il y a heureusement des exceptions et certains passages tirent leur épingle du jeu. Ce sont à chaque fois ceux où l’occultisme se fait plus discret et que les claviers sont lâchés. Leurs apparitions sur «Mandragora», «Earth and Fire» et «Historia Nocturna» font mouche et viennent nous sortir de la torpeur mais toujours trop peu de temps. Au lieu de les faire durer ou de les multiplier, OPERA IX revient vite à du basique parce qu’il a décidé d’être... OCCULTE. Ça, on l’aura bien compris à défaut de l’accepter tant c’est loin des compositions de leur âge d’or ! Rares sont les riffs dévastateurs qui de toutes façon fuient également aussi vite qu’ils sont arrivés («Ecate»).
Au final, après 12 titres ; on a l’impression que les Italiens ont voulu éviter les reproches faits à Anphisbena. Pour éviter la facilité ils ont tenté de se muscler sans en avoir vraiment l’envie ni l’inspiration. Ils s’acharnent pendant 69 minutes, tentant de faire passer la pillule avec des intermèdes et de multiples intros, mais rien n’y fait, c’est fatigant à écouter d’un trait.
Il y avait un travail de rognage supplémentaire à effectuer pour rendre Strix plus attrayant. Il aurait déjà fallu enlever le soporifique «Nemus Tempora Maleficarum», rajouter les quelques guitares sèches efficaces sur les anciens opus, et assumer les bonnes parties de clavier en les mettant plus en avant. Là on aurait tenu un album plus attrayant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

14 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
11/06/2012 21:38
eh bien ma foi, merci pour la découverte, je vais me prendre Sacro Culto chez Agonia, pour amortir les frais de port sur le nouveau Necrovation, voilà du metal gothique bien excessif, malade et baroque comme il se doit pour mériter l'appellation
Dysthymie citer
Dysthymie
09/06/2012 07:01
gulo gulo a écrit : desolee, alors

Aie! Oui, pardon pour la faute...
gulo gulo citer
gulo gulo
09/06/2012 00:25
desolee, alors
Dead citer
Dead
08/06/2012 21:06
Dysthymie a écrit : Ah! Bonne nouvelle! Par contre chere amie (desole j y tiens....).

Au temps pour moi Clin d'oeil
Dysthymie citer
Dysthymie
08/06/2012 21:05
Ah! Bonne nouvelle! Par contre chere amie (desole j y tiens....).
Dead citer
Dead
08/06/2012 20:04
Dysthymie a écrit : Ok il ne faut pas mettre d accent etc sinon bug!

Ce temps est bientôt révolu cher ami. J'espère ce week-end Sourire
Dysthymie citer
Dysthymie
08/06/2012 19:31
Ok il ne faut pas mettre d accent etc sinon bug!
Dysthymie citer
Dysthymie
08/06/2012 19:30
J'ai connu ce groupe avec l'album "Anphisbena" que j’avais beaucoup aimé...Ta chro ne me donne pas trop envie d'écouter leur nouvel opus (mais je vais quand même jeter une oreille pour me faire une opinion).
tasserholf citer
tasserholf
08/06/2012 11:41
Tiens Opera IX j'en avais plus écouté depuis "The black opera" le cd de 2000 quand la chanteuse était encore là.
Je sens que j'ai bien fait d'en rester là Clin d'oeil

Sinon bonne chronique, bien complète.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
07/06/2012 19:39
note: 5.5/10
Oui, deux coquilles que tu fais bien de me signaler.
Par contre pour "fatigant", je ne pense pas, mais je vais verifier alors.
Invité citer
La_girondelle
07/06/2012 19:26
J'arrive plus à me connecter, mais je relève quelques fautes : ligne 8 : attendaiS
ligne 22 : fatigant est un adjectif, là je crois que tu utilises le participe présent (fatiguant) à vérifier
ligne 22 : éCouter
Tankkore citer
Tankkore
07/06/2012 19:10
Et puis les sons de caisse claire et de grosse caisse sont plastique à mort! Bonjour l'occulte Sourire
Sakrifiss citer
Sakrifiss
07/06/2012 17:53
note: 5.5/10
Merci,
Le travail est là, il y a de bons passages, ce n'est pas minable: C'est pour ça que j'ai tout de même mis la moyenne ^^
Momos citer
Momos
07/06/2012 17:40
Bienvenue dans la team j'ai envie de dire, mais je ne peux me le permettre, vu que je n'en fait pas parti.

Belle chronique, en tout cas. C'est peut-être caricatural de dire ça, mais on sent vraiment combien tu aimes ce groupe et combien tu as été déçu, à tel point que je trouve la note trop haute par rapport à l'écrit. :/

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Opera IX
Black Metal
2012 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (5)  5.62/10

plus d'infos sur
Opera IX
Opera IX
Black Metal - Italie
  

tracklist
01.   Strix the Prologue (Intro)
02.   1313 (Eradicate the False Idols)
03.   Dead Tree Ballad
04.   Vox in Rama (part 1)
05.   Vox in Rama (part 2)
06.   Mandragora
07.   Eyes in the Well
08.   Earth and Fire
09.   Ecate -The Ritual (intro)
10.   Ecate
11.   Nemus Tempora Maleficarum
12.   Historia Nocturna

Durée : 69mn

line up
parution
13 Mars 2012

Essayez plutôt
Doombringer
Doombringer
The Grand Sabbath

2014 - Malignant Voices
  
Leviathan
Leviathan
True Traitor, True Whore

2011 - Profound Lore Records
  
False
False
False

2015 - Gilead Media
  
Behemoth
Behemoth
Pandemonic Incantations

1998 - Solistitium Records
  
Ende
Ende
The God's Rejects - Demo MMVIII (Démo)

2015 - Cold Dark Matter
  

Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)
Lire la chronique
Motörhead
Snake Bite Love
Lire la chronique
Fluisteraars
Gelderland (EP)
Lire la chronique
Revel In Flesh
Emissary Of All Plagues
Lire la chronique
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)
Lire la chronique
Enthroned
Prophecies Of Pagan Fire
Lire la chronique
Qrixkuor
Three Devils Dance (EP)
Lire la chronique
Khonsu
The Xun Protectorate
Lire la chronique
While They Sleep
La Nausee
Lire la chronique
Ragnarok Tour
Dayazell + Wardruna
Lire le live report
Belligerent Intent
The Crucifire
Lire la chronique
In Flames
Battles
Lire la chronique
Cowards
Still (EP)
Lire la chronique