chargement...

haut de page
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ectovoid - Fractured In The Timeless Abyss

Chronique

Ectovoid Fractured In The Timeless Abyss
L'Alabama, c'est un peu le trou du cul des États-Unis. Ou plutôt l'un de ses orifices nauséabonds puisque les USA ont le privilège d'en avoir plusieurs. Niveau metal extrême et même metal tout court, on n'est donc pas loin du vide total et j'aurais bien du mal à vous citer des noms. C'est du Cœur de Dixie, plus précisément de Birmingham, la plus grande ville de l'État, que nous vient Ectovoid, nouvelle découverte de Hellthrasher Productions qui enchaîne les sorties à un rythme impressionnant pour un si jeune label. Formés en 2010 sous la forme d'un trio, les Américains sont tous d'anciens membres de Bloated Carcass, obscure groupe de death/thrash. Chris McDonald, le batteur, faisait également partie de Meathole Infection, l'ancienne appellation de Grave Ritual qui avait sorti en 2010 son premier album chez Dark Descent Records et que je n'ai jamais eu le courage de chroniquer vu le peu d'enthousiasme qu'il m'a procuré. Ah bah tiens, en voilà un groupe d'Alabama que je connais finalement! En y repensant, il y a aussi les regrettés Fleshtized, la relève Chaos Inception (dont la chronique du nouvel album arrivera dans le mois) et les plus mélodiques Quinta Essentia. Pas si vide que ça en fait!

Mais revenons à Ectovoid. Surtout que le groupe mérite le détour. Ça commence d'ailleurs très bien avec une belle pochette vaporeuse et originale signée Christina Casperson, artiste femelle connue pour avoir illustré des bons petits groupes comme Dawnbringer, Züül ou Bones. À sa vue toutefois, difficile de s'imaginer le genre pratiqué par le combo. On en apprend déjà plus par le titre de ce premier full-length baptisé Fractured In The Timeless Abyss qui semble nous diriger vers du bon vieux death metal. Et c'est exactement ce à quoi s'adonne Ectovoid. Du death metal d'obédience old-school à la croisée d'Incantation pour l'ambiance sombre et evil et le growl profond à la Craig Pillard du bassiste Chuck Bryant (qui place quelques rares shrieks moins convaincants), et d'Autopsy pour les parties entraînantes au groove salissant. La formation y rajoute un peu de black occulte et caverneux à la Archgoat, notamment sur les parties rapides, et quelques touches à la Demilich comme sur le début de "Dark Clouds Of Conciousness". Dans ce trip obscur/occult/evil/filthy DM, Ectovoid me rappelle pas mal Vasaeleth. Sauf que j'ai une petite préférence pour Ectovoid dont la musique se révèle plus "catchie" par le biais d'un groove efficace et entraînant et de nombreux riffs en tremolo aux mélodies dark qui accrochent l'oreille ("Chewing Through The Membranes Of Time And Space" à 0'30, "Splintered Phantasm" à 0'42, "Emanating Spectral Vapor" à 3'25, "Murmurs From Beyond" à 0'35, "Locked In Dismal Gaze" à 0'48, 1'32 et 2'28 ou encore "Delusional And Disembodied" à 0'23), mélodies que l'on retrouve sur quelques leads sympathiques ("Shapeshifting Mass" à 2'39 assez posée, l'excellent solo de "Chewing Through The Membranes Of Time And Space" à partir de 3'22). On a même le droit à une outro au piano sur "Splintered Phantasm"! Plus catchie, la musique d'Ectovoid s'avère aussi plus lisible que celle de ses compatriotes grâce à une production claire et moins étouffée. C'est cependant un peu trop light pour le genre et la batterie, sous-mixée, manque clairement de puissance. Plutôt regrettable sur les séquences bourrines qui du coup n'ont pas l'impact escompté. En clair, c'est rapide mais ça pourrait sonner bien plus brutal. On excusera toutefois Ectovoid puisque le groupe, malgré son affection pour la blastouille bestiale, se concentre davantage sur l'atmosphère que sur la brutalité. On retrouve d'ailleurs pas mal de mid-tempos ou de passages plus lents bien chargés. Et à ce niveau, difficile de reprocher quoique ce soit aux Américains qui auraient du mal à se montrer plus ténébreux avec tout un tas de riffs sinistres, une basse grondante et menaçante et des vocaux sortis de la bouche de l'Enfer. Certains passages sont à rendre jaloux Embrace Of Thorns!

Tout ça fait d'Ectovoid une bonne découverte et un ajout de choix dans la roster de Hellthrasher Productions qui s'occupe de la version CD de ce Fractured In The Timeless Abyss. Pour la version vinyle, il vous faudra patienter jusqu'en juillet/août chez Blood Harvest. Ce premier album des Américains est toutefois un peu trop répétitif et unidimensionnel pour devenir une vraie bonne surprise mais le potentiel est suffisamment prometteur pour que je guette leur prochaine sortie. Et puis j'adore leurs titres de morceaux métaphysico-transcendants! Si vous avez aimé les derniers méfaits de Vasaeleth et Ritual Necromancy, qu'Incantation, Autopsy, Archgoat et Demilich font partie de vos références et qu'une atmosphère ultra chargée vous colle des frissons, nul doute que vous partagerez mon avis positif. Alors, prêt à plonger dans l'abysse éternel?
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
08/06/2012 17:51
avec ce nom, cette pochette, ils partent avec un bon petit capital sympathie ; ta chronique achève le boulot, j'ai faim

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Ectovoid
Death Metal
2012 - Hellthrasher Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.08/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Transcend Into The Moonless Night
02.  Shapeshifting Mass
03.  Dark Clouds Of Conciousness
04.  Chewing Through The Membranes Of Time And Space
05.  Splintered Phantasm
06.  Emanating Spectral Vapor
07.  Murmurs From Beyond
08.  Locked In Dismal Gaze
09.  Delusional And Disembodied

Durée : 40'47

line up

parution
25 Mai 2012

achetez sur
Essayez aussi
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Those Once Loyal

2005 - Metal Blade
  
Grave
Grave
You'll Never See

1992 - Century Media
  
Zombiefication
Zombiefication
Reaper's Consecration (EP)

2012 - Pulverised Records
  
Scars On Murmansk
Scars On Murmansk
Into Dead Lights

2012 - Great Dane Records
  
Vader
Vader
Reign Forever World (EP)

2001 - Metal Blade
  

chronique Chronique
Arkha Sva
Donusdogama: En Accrochant Le Mendiant Qui Tomb...
chronique Chronique
Tuman
The Past is Alive
chronique Chronique
Odraza
Esperalem tkane
chronique Chronique
Sabbatory
Endless Asphyxiating Gloom
interview Interview
Dead Congregation pour l'album ''Promulgation Of The Fall''
chronique Chronique
Thou
Heathen
report Live report
Hellfest 2014 - 3ème Jour
Annihilator + Black Sabbath + Carnal Lust + Dar...
report Live report
Hellfest 2014 - 2ème Jour
Aerosmith + Benighted + Brutal Truth + Gorguts ...
report Live report
Hellfest 2014 - 1er Jour
Angelus Apatrida + Deströyer 666 + Hail Of Bull...
chronique Chronique
Sigrblot
Blodsband (Blood Religion Manifest)
chronique Chronique
Ars Moriendi
La singulière noirceur d'un astre
chronique Chronique
Within The Ruins
Phenomena
interview Interview
Belphegor pour l'album ''Conjuring The Dead''
chronique Chronique
Duszę Wypuścił
Ludowy nihilizm absolutny (EP)
interview Interview
Behind the Curtain : entretien avec Emptiness
chronique Chronique
Lyrside
And Thus The Elder One (EP)
chronique Chronique
Antartandes
Rising Okkult Spiritus
chronique Chronique
Pact
The Infernal Hierarchies, Penetrating the Thres...
chronique Chronique
Blut Aus Nord / P.H.O.B.O.S.
Triunity (Split-CD)
chronique Chronique
Goatwhore
Constricting Rage of the Merciless
chronique Chronique
Mondkopf
Hadès
chronique Chronique
King Of Asgard
Karg
chronique Chronique
Castleumbra
Cthulu Wgah'nagl Fntagn (EP)
chronique Chronique
Illdisposed
With The Lost Souls On Our Side
chronique Chronique
Conan
Blood Eagle
chronique Chronique
Sacrilege
Within The Prophecy
chronique Chronique
Plaga
Trąby Zagłady / Pożeracze Słońc (Compil.)
chronique Chronique
Chasma
Omega Theorian
chronique Chronique
The Great Old Ones
Tekeli-Li
chronique Chronique
Henker
Slave of my Art