chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Burzum - Umskiptar

Chronique

Burzum Umskiptar
Vous vous attendiez sûrement à ce que ce soit Geisterber qui vous dise à quoi ressemble le BURZUM annuel mais il faudra l’excuser, il est allé faire caca rien qu’en repensant aux deux albums post-prison...
Du coup, je reprends le flambeau en commençant d’abord par donner rapidement mon avis sur Belus et Fallen pour mieux traiter (de) Umskiptar. J’aurais mis 7.5/10 au premier parce que même si Varg ne retrouvait pas le niveau d’antan, il parvenait à faire des titres variés reprenant les différentes périodes du groupe culte. Il osait aussi de nouvelles choses avec un « Kaimadalthas’ Nedstigning » aux relents WINDIRiens. Par contre, le deuxième portait plus à polémique. Musicalement, il y avait un grand changement avec une incitation continue au voyage de l’esprit mais la surprise « Jeg Faller » passée, le manque de variations entrainait un album avec trop peu de hargne et trop concentré sur la sérénité (voire sénilité). Seuls les vocaux venaient nous sortir de la torpeur avec des murmures et des déclamations en fin de souffle. On pouvait les détester, mais ils apportaient au moins une nouveauté originale dans une mare de riffs trop convenus. 6/10
Voilà où j’en étais personnellement avec BURZUM au moment de découvrir Umskiptar, titre qui signifie « Métamorphoses ». Et si vous avez l’espoir que ce soit celles de la musique, vous allez être déçu. Sur ces 11 titres il n’y a ni métamorphose, ni changement, ni variation par rapport à Fallen. C’est une suite qui reprend inlassablement la formule du néo-BURZUM. Il pousse juste encore plus loin son nouveau concept de sérénité et si vous avez trouvé le précédent chiant, celui-ci sera pire car le rythme ne change pour ainsi dire jamais. Umskiptar, c’est du « black » folk introspectif pour retraités. Pour l’apprécier, il faut avoir aimé les effets de voix du précédent et surtout vouloir planer dans les airs, s’élever encore plus haut que les plus hauts des nuages, dépasser les cimes et partager la sensation de liberté des si fiers faucons... Quel programme !
Personnellement, j’ai du mal. Les morceaux se ressemblent trop et ont trop de longueurs. Du coup on atteint la durée record de 65mn. Et « Gullaldr » ne méritait pas 10mn, « Galgvidr » n’a plus d’intérêt au bout de 2mn alors qu’il en dure 7... Certains titres n’ont aucune personnalité comme l’heureusement bien court « Aera »... Même l’outro(p) n’en finit plus avec ses 5mn quasi-tribales. Certains rappelleront que BURZUM a toujours fait dans la répétition des riffs et les longueurs à la fin de ses albums, mais là, l’originalité et la qualité en moins sont fatals.
Le manque d’intérêt global est aussi dû aux vocaux qui récitent et soufflotent les paroles de manière tellement systématique qu’ils deviennent communs et perdent en efficacité. C’est dommage car lorsque ces effets sont bien employés, ils peuvent faire mouche. Ils passent vite inaperçus car noyés dans la masse (« Hit Helga Tre »).
Les rares moments où les oreilles se redressent se comptent alors sur les doigts d’une main. Il s’agit des parties au piano d’« Alfadanz », des chœurs sur « Valgradr », de l’unique rythme légèrement soutenu sur « Joln », et de l’émotion déployée sur l’acoustique « Gullaldr » (enfin sa moitié parce que je rappelle qu’il bassine la 4ème minute passée).
Varg ne fait plus vraiment du black, il faut faire le deuil du vieux BURZUM et se rendre à l’évidence que l’homme est sur un autre chemin. Plus spirituel, plus intimiste, plus poétique, plus ennivrant diront les optimistes. Tous les textes sont d’ailleurs tirés d’un poème nordique : la Völuspá. Il s’agit à l’origine d’un monologue fleuve d’une magicienne qui a des visions sur les dieux, les hommes, l’origine de l’homme et le Ragnarök. En le sachant, on peut peut-être être transporté et se sentir touché par le concept, mais pour en comprendre le contenu, il faudra soit maîtriser le norvégien (ancien en plus) soit en lire la traduction en anglais dans le livre « Sorcery and Religion » par... Varg Vikernes himself !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

11 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Moonshield
19/07/2013 00:19
Enfin libre notre Vargounet.
Sinon cet album est super beau, jsuis bien emmerdé qu'il lache le black (qui n'en était plus vraiment) pour du total ambiant...
Ça reste sympa ce qu'il a fait dans le dernier mais j'ai l'impression qu'il aurait pu continuer à faire de magnifiques albums avant de lâcher complètement les grattes au profit du synthé
citer
(ancien membre)
18/07/2013 21:39
Ben, justement, elle est à toc là.
gulo gulo citer
gulo gulo
18/07/2013 21:27
Pas mal d'enlèvements de posts, dernièrement, que fait la police ?
citer
(ancien membre)
18/07/2013 21:39
Tiens mon post culturel a disparu. C'est bien étrange ma foi.
Momos citer
Momos
17/07/2013 14:22
Ant'oïn a écrit : Non qu'il prenne perpete.
Il le mérite, rien que pour ses derniers fressbees.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
17/07/2013 13:26
Non qu'il prenne perpete.
FredBéague citer
FredBéague
16/07/2013 15:43
note: 10/10
Sacré coup de pub pour BURZUM que l'actualité du jour. Se faire arrêter par la police française pour gagner en notoriété dans l'hexagone : il fallait oser. Tous les médias se mettent. à délaisser COEUR DE PIRATE et RIHANNA pour découvrir BURZUM et le BLACK METAL... Reste à espèrer un non lieu en tout cas pour VIKERNES. D'autant plus que moi, l'évolution musicale de ce dernier, j'adore... et que j'aimerais la sortie d'autres compositions dans le style de l'album UMSKIPTAR, sachant que la prison, pour enregistrer, ce n'est pas l'idéal.....
UMSKIPTAR ça me rappelle mes premières écoutes de l'album phare de THEATRE OF TRAGEDY : AEGIS (La voix de LIV KRISTINE en moins malheureusement....) : à tomber en pamoison... Même atmosphère envoutante et mélancolique. Le recours au vieil anglais ici, à du norvégien ancien là, et cette voix tantôt gutturale tantôt grave et rugueuse, qui rendent chaque chanson mystérieuse... fascinante....Sans oublier cette musique puissante tout en contraste au posé de la voix qui fournit de l'énergie pour les heures à venir ... Si en plus je comprenais les paroles, pour sûr ce serait l'extase....;-)
UMSKIPTAR : c'est certain, un album à écouter et réécouter pour moi, sans me lasser, dans les années à venir....
Bonne chance VARG....

FredBéague
Saen_Ko citer
Saen_Ko
27/09/2012 03:31
Pour ma part, je trouve aussi la démarche intéressante et je suis totalement pour une évolution d'albums en albums (sauf pour in flames loulz), faire du filosofem en 2012 n'aurait aucun sens, l'album se suffit à lui même...

J'apprécie le coté "je te raconte une histoire" de l'album, la musique qui sert seulement à accompagner quoi, mais ce que je reproche à cet album, c'est qu'il n'attire pas l'attention en fait, je décroche complétement au bout de deux titres. Je trouve les titres interminables, et sans intérêt pour la plupart. Un peu comme si ta télé était en fond, mais que tu n'y prête pas attention.

Et pourtant je suis un amateur d'Atmo, de mid tempo, de morceaux prog, de tout ce que tu veux qui fait plus de 10 mins quoi.

Depuis que Varg est sorti de taule, y'a un album que j'ai aimé, et je pense qu'on va me jeter des boules de pétanque, mais c'est le Belus, que j'écoute, régulièrement, et avec plaisir. Le fallen avait des titres que j'aimais bien, sans plus, voir méga naze pour certains.

Du coup, j'ai l'impression qu'il baisse un peu en level le Varg là...enfin je sais pas, j’attends le prochain avec impatience, parce que bon, le mec c'est pas Joe le Clodo, et puis c'est quand même carrément excitant une nouvelle sortie de Burzum.
Invité citer
Syndrome
25/09/2012 22:37
Etant adepte et fervent défenseur de FIlosofem et Hvis Lyset tar Oss, je vous déclare que j'ai trouvé quelque chose dans Umpskitar qui manquait à ce vieux Varg.
Ok, l'age dor de Burzum est loin dérière, (gullaldr comme on dit), mais l'évolution fait partie du bonhomme et surtout de sa musicalité.
Burzum a toujours été dans une évolution constante et je trouve normal d'en arriver là. Même si on est en droit de ne pas s'y retrouver, même si on se sent sale en écoutant ce "Burzum", mais il faut l'écouter et se détacher de la période Filosofem et s'ouvrir à cet albu bien loin de la magnificence et la noirceur que représentait Sir Vikernes.

Je vous accorderai bien le fait que cet album est plat, sans saveur et sans folie, mais là est tout le but de cet album justement.
Gullaldr est pour moi une piste importante dans cet album. Elle représente toute la solitude et la mélancolie du gars. C'est la seule qui m'a attiré l'attention à la première écoute, et c'est la seule que je retient. Le reste, j'apprécie dans vraiment entrer dedans.
Mais à quoi bon défendre un album dans lequel on apprécie qu'une seule piste ?
Et bien parce que c'est un tout, je suis de ceux qui soutient que les choses qui ne changent pas sont d'la pure crasse en devenir, du déchet comme on en fait si souvent. Mais ce changement là est profond dans sa démarche, mais peut être pas dans les choses que l'on retient.

Bref, cet album est pour les mecs persistants, les connards qui restent à la fin des génériques au cinéma. A vous de voir. Sourire
Sakrifiss citer
Sakrifiss
11/06/2012 02:43
note: 4.5/10
J'en ai écouté un morceau de ces réenregistrements sur Youtube, mais comme il y a pas mal de sorties d'autres groupes, je ne suis pas allé plus loin que ça. Pareil pour celui proposé par Gorgoroth d'ailleurs.
Et merci pour les louanges.
Geisterber citer
Geisterber
10/06/2012 21:46
Hahaha, merci pour le petit hommage scatophile du premier paragraphe et surtout de m'avoir évité le supplice de l'écoute de cette troisième saison de "BURZUM Prison Break". Je me suis déjà fait pigeonner deux fois avant Umskipsta (Decathlon Black Metal ?) et ta chronique confirme largement mon impression née à l'écoute des deux albums précédents: BURZUM continue sa longue et douloureuse descence vers les abysses de la médiocrité. C'est que je commençais à en avoir marre de changer les couches de l'incontinent Papy Vikernes depuis 2010!

Très bonne chronique sinon, à la fois par les éclaircissements que tu portes au concept de l'album, qui me semble pertinent... on doit quand même reconnaître à Vikernes une certaine maîtrise du sujet, et par l'avertissement que tu adresses aux auditeurs contre ce qu'est devenu la musique de l'homme malgré ce que tu as apprécié dans les deux précédents opus.
Avais-tu posé une oreille sur ses réenregistrements de vieux titres de l'année dernière, j'ai nommé la catastrophe From the Depths of Darkness (une compilation qui porte son nom... à merveille!) ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Burzum
Folk Black Metal
2012 - Byelobog Productions
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs : (4)  6.88/10
Webzines : (20)  5.86/10

plus d'infos sur
Burzum
Burzum
Folk Black Metal - Norvège
  

tracklist
01.   Blóðstokkinn
02.   Jóln
03.   Alfadanz
04.   Hit helga Tré
05.   Æra
06.   Heiðr
07.   Valgaldr
08.   Galgviðr
09.   Surtr Sunnan
10.   Gullaldr
11.   Níðhöggr

Durée : 65mn

line up
parution
16 Mars 2012

voir aussi
Burzum
Burzum
Fallen

2011 - Byelobog Productions
  
Burzum
Burzum
Hvis Lyset Tar Oss

1994 - Misanthropy Records
  
Burzum
Burzum
Belus

2010 - Byelobog Productions
  
Burzum
Burzum
Filosofem

1996 - Misanthropy Records
  

Essayez plutôt
Falkenbach
Falkenbach
Asa

2013 - Prophecy Productions
  
Windir
Windir
Sóknardalr

1997 - Head Not Found
  
Empyrium
Empyrium
Songs Of Moors And Misty Fields

1997 - Prophecy Productions
  
Windir
Windir
Arntor

1999 - Head Not Found
  
Mistur
Mistur
Attende

2009 - Einheit Produktionen
  

Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique