chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Neo Inferno 262 - Hacking the Holy Code

Chronique

Neo Inferno 262 Hacking the Holy Code
Neo Inferno est un projet bien mystérieux, puisqu'on ne sait pas vraiment qui se cache derrière ce groupe de Black Industriel. Enfin si, je le sais mais je trouve ça un peu con de gâcher le mystère, étant donné que c’est aussi ce qui le rend le projet intéressant. Laissons donc le tout au stade de la supposition et contentons-nous de ce que nous savons. Ce qui est sûr, déjà, c'est que cet opus bénéficie d'un graphisme signé Metastazis typiquement inspiré par le design Stalinien (en gros, ce qui se fait de mieux niveau grandeur). Neo Inferno affirme via son graphisme un concept dictatorial et prônant un nouvel ordre politique, comme le prouve le livret et son organisation administrative de la patrie que créer le groupe.

Rien que le nom du groupe porte aussi sa signification, Neo Inferno, le nouvel Enfer donc mais appuyé par le nombre 262 qui offre une multitude de significations possibles entre autres : nombre méandrique, intouchable ou lien avec le Messerschmitt 262, avion de bombardement allemand ? Bref, un sombre mélange entre dictature, mathématiques, Orthodox Black Metal et mysticisme. Un programme conceptuel qu'on peut donc facilement qualifier d'ambitieux, voire de très ambitieux, mais aussi d'excessivement alléchant. Musicalement, il va falloir envoyer la purée sérieusement, si le groupe veut coller à son image.

Croyez-moi, aucun souci la dessus. Si l’on voulait rapprocher Neo Inferno 262 d’un groupe de Black Industriel, on penserait à Blacklodge pour l’énergie et le feeling, Aborym pour l’ambiance et le riffing, et The CNK pour le visuel. Un joyeux cocktail exécuté de manière plus que pertinente. Premièrement, le groupe prend bien soin de varier la rythmique. Blast-beats Industriels, ou plus organiques, rythmes Gabber, Drum & Bass, Big Beat, et parfois une batterie lente et organique, le groupe a pris le parti risqué de mixer les productions et les influences. Chaque titre a donc sa petite ambiance particulière pour la plus grande joie de l’auditeur. De même, les finesses électroniques se multiplient avec beaucoup d’effets, types réverbération, flanger, chorus, etc... De même des synthétiseurs parsèment le disque de sons tordus du meilleur acabit. Une très belle illustration se trouve par exemple sur l’instrumentale électronique : « A Needle In Your Eardrum » (et ça ne doit pas faire du bien…). On assiste aussi à beaucoup de samples parlés qui renforcent encore l’impact visuel/auditif/conceptuel du groupe. Tout ça sent donc bien fort la C17H21NO4 brute et avec plein d'isomères et donc je plonge véritablement à plein nez (ah ah !!) dans l'opus.

En fait NI 262 cherche tout simplement la fusion parfaite entre l'électronique/industriel et le Black Metal et même si tout se chevauche pendant un même titre, on voit bien que le groupe sait ce qu'il fait. Forcément, le mélange est réussi. Le tout est grandement rehaussé par un mixage puissant, équilibré et précis. Les guitares et le chant souvent aidé d'un effet "mégaphone" pour les parties hurlées en aigu, servent donc à renforcer la dose de haine et de violence qu’on aurait éventuellement pu perdre dans le déluge éléctronico-futuriste.

Les chœurs prenants sur le premier titre « Black Pulse Negativity », l'excellent morceau éponyme, le mystique "F.A.I.T.H." et son final hypnotisant montrent différentes facettes d’un album définitivement réussi, qui ne possède comme défaut que sa complexité. Complexité bien vite oubliée dès lors que l’on a cerné le disque (comptez dix écoutes pour les fans du genre, et vingt pour les novices…). NI 262 livre donc tranquillement un disque de qualité, riche et bien construit. Un disque réellement d’excellent niveau dans le Black Industriel, à ranger aux côtés des Blacklodge ou autres Alien Deviant Circus sur lequel vous reviendrez souvent et avec enthousiasme.

J'attends donc avec une grande impatience que les acteurs qui se cachent derrière ce patronyme nous offrent, à nous amateurs de Black Industriel, un second opus (aux dernières nouvelles prévu pour 2013, patience les enfants, patience….)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
27/06/2012 22:32
note: 8.5/10
Bien d'accord, c'est beaucoup trop long ah ah !
Invité citer
pezzini
27/06/2012 21:10
2013 le second? putain c'est long tt ça!
tasserholf citer
tasserholf
13/06/2012 15:06
Vraiment sympa à ma première écoute ! A creuser.
Tankkore citer
Tankkore
13/06/2012 00:10
Alléchant effectivement !!!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
12/06/2012 21:40
note: 8.5/10
Clairement, ça dépote au kilomètre. Et ça vieilli bien, en plus !
Momos citer
Momos
12/06/2012 18:14
Bien bandant, ce truc.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Neo Inferno 262
Black Industriel / Electronique
2008 - Necrocosm Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.67/10
Webzines : (3)  7.83/10

plus d'infos sur
Neo Inferno 262
Neo Inferno 262
Black Industriel / Electronique - France
  

tracklist
01.   Black Pulse Negativity
02.   Halluci Nation Above Abomi Nation
03.   Hacking The Holy Code
04.   Neuronal Revolution
05.   F.A.I.T.H.
06.   SAlvation T rotagivAN
07.   The Great Industrial God
08.   A Needle In Your Eardrum
09.   Vessel NTS VII

Durée : 48.17 min.

parution
30 Septembre 2011

Essayez aussi
Pavillon Rouge
Pavillon Rouge
Solmeth Pervitine

2011 - Post Apocalyptic Music
  
Iperyt
Iperyt
No State Of Grace

2011 - Iperyt Productions
  
(V.E.G.A.)
(V.E.G.A.)
Cocaïne

2002 - Debemur Morti Productions
  

Dephosphorus
Ravenous Solemnity
Lire la chronique
Earth and Pillars
Earth I
Lire la chronique
Raise Hell
Holy Target
Lire la chronique
Domains
Sinister Ceremonies
Lire la chronique
Dir En Grey
Arche
Lire la chronique
N.K.V.D.
Hakmarrja
Lire la chronique
Hypomanie
A City in Mono
Lire la chronique
Calm Hatchery
Fading Reliefs
Lire la chronique
Witchden
Consulting The Bones
Lire la chronique
Gloomy Grim
Grimoire (Démo)
Lire la chronique
More Than Life
Love Let Me Go
Lire la chronique
Combichrist
Lire le live report
AC/DC
Rock Or Bust
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Dark...
Lire la chronique
Behemoth
Zos Kia Cultus
Lire la chronique
Defeater
Travels
Lire la chronique
Sordide
La France a Peur
Lire la chronique
Khthoniik Cerviiks
Heptaedrone (Démo)
Lire la chronique
Riot V
Unleash The Fire
Lire la chronique
Heart In Hand
A Beautiful White
Lire la chronique
Artificial Brain
Labyrinth Constellation
Lire la chronique
Latitude Egress
To Take Up The Cross
Lire la chronique
Bring Me The Horizon
There Is a Hell, Believe Me...
Lire la chronique
Starofash
Lakhesis
Lire la chronique
Ad Patres + Gorod + Morbid Angel
Lire le live report
Dressed In Streams
The Search for Blood (EP)
Lire la chronique
Cendres de Haine
Nihil Mirari
Lire la chronique
Iron Monkey
Iron Monkey
Lire la chronique
The Body
Master, We Perish (EP)
Lire la chronique
Armageddon
Captivity & Devourment
Lire la chronique