chargement...

haut de page
8 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Neo Inferno 262 - Hacking the Holy Code

Chronique

Neo Inferno 262 Hacking the Holy Code
Neo Inferno est un projet bien mystérieux, puisqu'on ne sait pas vraiment qui se cache derrière ce groupe de Black Industriel. Enfin si, je le sais mais je trouve ça un peu con de gâcher le mystère, étant donné que c’est aussi ce qui le rend le projet intéressant. Laissons donc le tout au stade de la supposition et contentons-nous de ce que nous savons. Ce qui est sûr, déjà, c'est que cet opus bénéficie d'un graphisme signé Metastazis typiquement inspiré par le design Stalinien (en gros, ce qui se fait de mieux niveau grandeur). Neo Inferno affirme via son graphisme un concept dictatorial et prônant un nouvel ordre politique, comme le prouve le livret et son organisation administrative de la patrie que créer le groupe.

Rien que le nom du groupe porte aussi sa signification, Neo Inferno, le nouvel Enfer donc mais appuyé par le nombre 262 qui offre une multitude de significations possibles entre autres : nombre méandrique, intouchable ou lien avec le Messerschmitt 262, avion de bombardement allemand ? Bref, un sombre mélange entre dictature, mathématiques, Orthodox Black Metal et mysticisme. Un programme conceptuel qu'on peut donc facilement qualifier d'ambitieux, voire de très ambitieux, mais aussi d'excessivement alléchant. Musicalement, il va falloir envoyer la purée sérieusement, si le groupe veut coller à son image.

Croyez-moi, aucun souci la dessus. Si l’on voulait rapprocher Neo Inferno 262 d’un groupe de Black Industriel, on penserait à Blacklodge pour l’énergie et le feeling, Aborym pour l’ambiance et le riffing, et The CNK pour le visuel. Un joyeux cocktail exécuté de manière plus que pertinente. Premièrement, le groupe prend bien soin de varier la rythmique. Blast-beats Industriels, ou plus organiques, rythmes Gabber, Drum & Bass, Big Beat, et parfois une batterie lente et organique, le groupe a pris le parti risqué de mixer les productions et les influences. Chaque titre a donc sa petite ambiance particulière pour la plus grande joie de l’auditeur. De même, les finesses électroniques se multiplient avec beaucoup d’effets, types réverbération, flanger, chorus, etc... De même des synthétiseurs parsèment le disque de sons tordus du meilleur acabit. Une très belle illustration se trouve par exemple sur l’instrumentale électronique : « A Needle In Your Eardrum » (et ça ne doit pas faire du bien…). On assiste aussi à beaucoup de samples parlés qui renforcent encore l’impact visuel/auditif/conceptuel du groupe. Tout ça sent donc bien fort la C17H21NO4 brute et avec plein d'isomères et donc je plonge véritablement à plein nez (ah ah !!) dans l'opus.

En fait NI 262 cherche tout simplement la fusion parfaite entre l'électronique/industriel et le Black Metal et même si tout se chevauche pendant un même titre, on voit bien que le groupe sait ce qu'il fait. Forcément, le mélange est réussi. Le tout est grandement rehaussé par un mixage puissant, équilibré et précis. Les guitares et le chant souvent aidé d'un effet "mégaphone" pour les parties hurlées en aigu, servent donc à renforcer la dose de haine et de violence qu’on aurait éventuellement pu perdre dans le déluge éléctronico-futuriste.

Les chœurs prenants sur le premier titre « Black Pulse Negativity », l'excellent morceau éponyme, le mystique "F.A.I.T.H." et son final hypnotisant montrent différentes facettes d’un album définitivement réussi, qui ne possède comme défaut que sa complexité. Complexité bien vite oubliée dès lors que l’on a cerné le disque (comptez dix écoutes pour les fans du genre, et vingt pour les novices…). NI 262 livre donc tranquillement un disque de qualité, riche et bien construit. Un disque réellement d’excellent niveau dans le Black Industriel, à ranger aux côtés des Blacklodge ou autres Alien Deviant Circus sur lequel vous reviendrez souvent et avec enthousiasme.

J'attends donc avec une grande impatience que les acteurs qui se cachent derrière ce patronyme nous offrent, à nous amateurs de Black Industriel, un second opus (aux dernières nouvelles prévu pour 2013, patience les enfants, patience….)
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

6 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
27/06/2012 22:32
note: 8.5/10
Bien d'accord, c'est beaucoup trop long ah ah !
Invité citer
pezzini
27/06/2012 21:10
2013 le second? putain c'est long tt ça!
tasserholf citer
tasserholf
13/06/2012 15:06
Vraiment sympa à ma première écoute ! A creuser.
Tankkore citer
Tankkore
13/06/2012 00:10
Alléchant effectivement !!!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
12/06/2012 21:40
note: 8.5/10
Clairement, ça dépote au kilomètre. Et ça vieilli bien, en plus !
Momos citer
Momos
12/06/2012 18:14
Bien bandant, ce truc.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Neo Inferno 262
Black Industriel / Electronique
2008 - Necrocosm Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (3)  7.83/10

plus d'infos sur
écoutez
tracklist
01.  Black Pulse Negativity
02.  Halluci Nation Above Abomi Nation
03.  Hacking The Holy Code
04.  Neuronal Revolution
05.  F.A.I.T.H.
06.  SAlvation T rotagivAN
07.  The Great Industrial God
08.  A Needle In Your Eardrum
09.  Vessel NTS VII

Durée : 48.17 min.

line up
parution
30 Septembre 2011

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Iperyt
Iperyt
No State Of Grace

2011 - Iperyt Productions
  
(V.E.G.A.)
(V.E.G.A.)
Cocaïne

2002 - Debemur Morti Productions
  
Pavillon Rouge
Pavillon Rouge
Solmeth Pervitine

2011 - Post Apocalyptic Music
  

chronique Chronique
Tuman
The Past is Alive
chronique Chronique
Odraza
Esperalem tkane
chronique Chronique
Sabbatory
Endless Asphyxiating Gloom
interview Interview
Dead Congregation pour l'album ''Promulgation Of The Fall''
chronique Chronique
Thou
Heathen
report Live report
Hellfest 2014 - 3ème Jour
Annihilator + Black Sabbath + Carnal Lust + Dar...
report Live report
Hellfest 2014 - 2ème Jour
Aerosmith + Benighted + Brutal Truth + Gorguts ...
report Live report
Hellfest 2014 - 1er Jour
Angelus Apatrida + Deströyer 666 + Hail Of Bull...
chronique Chronique
Sigrblot
Blodsband (Blood Religion Manifest)
chronique Chronique
Ars Moriendi
La singulière noirceur d'un astre
chronique Chronique
Within The Ruins
Phenomena
interview Interview
Belphegor pour l'album ''Conjuring The Dead''
chronique Chronique
Duszę Wypuścił
Ludowy nihilizm absolutny (EP)
interview Interview
Behind the Curtain : entretien avec Emptiness
chronique Chronique
Lyrside
And Thus The Elder One (EP)
chronique Chronique
Antartandes
Rising Okkult Spiritus
chronique Chronique
Pact
The Infernal Hierarchies, Penetrating the Thres...
chronique Chronique
Blut Aus Nord / P.H.O.B.O.S.
Triunity (Split-CD)
chronique Chronique
Goatwhore
Constricting Rage of the Merciless
chronique Chronique
Mondkopf
Hadès
chronique Chronique
King Of Asgard
Karg
chronique Chronique
Castleumbra
Cthulu Wgah'nagl Fntagn (EP)
chronique Chronique
Illdisposed
With The Lost Souls On Our Side
chronique Chronique
Conan
Blood Eagle
chronique Chronique
Sacrilege
Within The Prophecy
chronique Chronique
Plaga
Trąby Zagłady / Pożeracze Słońc (Compil.)
chronique Chronique
Chasma
Omega Theorian
chronique Chronique
The Great Old Ones
Tekeli-Li
chronique Chronique
Henker
Slave of my Art
chronique Chronique
Origin
Omnipresent