chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Horseback - Half Blood

Chronique

Horseback Half Blood
On connait tous l’image : celle du cowboy qui, après avoir tâté du six-coups avec des adversaires à mine à peine plus patibulaire que la sienne, se faufile vers l’horizon ardent. On a tous eu cette question en tête : entre la poignée de dollars acquise et les quelques-uns de plus, que se passe-t-il lors de cette molle chevauchée ? De nouveaux culs bottés au débotté ? Ou plutôt la beauté de l’Ouest traversé, avec ce que les hors champs et génériques de fin laissent imaginer de mystique primaire dans laquelle fond l’homme fatigué d’avoir abattu ? Je le vois errer pour l’errance, sans but précis, tout juste celui d’aller vers de nouveaux décors floutés par la chaleur, les couleurs se mélangeant (jaune du désert, rouge du soleil, brun des canyons… on s’y perd) en un conglomérat visuel puis sonore la nuit venue. Je le vois petite menace parmi la grande, silencieux, l’attente de nouvelles chasses inscrites dans le sinoquet et la conviction qu’il suffit de rester là, patienter que la terre apporte son lot de sang à faire jaillir. Calme, mais dorloté par l’envie de tuer.

Je le vois comme j’écoute Horseback. Le one man band a conquis son monde avec The Invisible Mountain, œuvre jouant des mêmes ambiances que les derniers Earth mieux que ces derniers. Une compilation (The Gorgon Tongue: Impale Golden Horn / Forbidden Planet regroupant les deux premiers albums du Ricain) et un split dispensable avec Pyramids plus tard, il s’agissait de vérifier si son dernier essai longue-durée ne relevait que du coup de chance profitant d’un double-effet de mode pour le folklore américain et le black metal dilué ou était l’une des pierres angulaires d’une entité dont on retrouve avec plaisir le caractère atypique entre drone, rock psychédélique et voix carnassière. Et, même si l’atmosphère particulière de son prédécesseur n’y est pas totalement présente, Half Blood convainc dans sa direction plus concrète, « musicale ». Dès « Mithras », Jenks Miller montre un visage plus humain composé de riffs non plus perdus dans des flots de reverb mais situés classiquement en premier plan. Toujours construits sur un mode cyclique, les premiers morceaux préfèrent enchainer des parties mélodiques que s’étioler, l’apport de différents instruments et chants (« Arjuna » et son passage où les grognements sont supplantés par un chant incantatoire) apportant des variations tranquilles à un album s’écoutant d’abord sans y prêter attention – tel beaucoup de son acabit – puis par recherche. Une impression de découverte renouvelée, que ce soit par cette batterie changeante ou cette juxtaposition progressive de sonorités cristallines rajoutant ce qu’il faut d’agréable à ces structures visant l’hypnose.

Davantage fluide (si on m’autorise un mot passe-partout – et pourtant, ce disque coule de source !), pensé et lumineux (bien que toujours vorace, cf. « Hallucigenia I : Hermetic Gifts »), Half Blood semble surpasser The Invisible Moutain sur tous les plans. Son atmosphère positive manque cependant du côté « sans retour » de son ainé marquant mieux la solitude de « Pale Rider » que j’aime retrouver chez la formation. Enfin, le triptyque clôturant l’ensemble et renouant avec le bruitiste fait durer ses montées un peu trop longtemps pour son propre bien, comme si Horseback revenait sur sa décision de composer de façon plus « cadrée » sans pour autant retourner à l’ambiant crépusculaire qu’il sait si bien figurer (« Hallucigenia II : Spiritual Junk » et « Hallucigenia III : The Emerald Table », reposant sur une légèreté ennuyeuse en bout de course).

Un final qui aurait pu être mieux, ce n’est pas assez pour dire qu’Horseback fait les choses à moitié sur Half Blood. Le cerveau en sort évasé et éveillé, un rêve de garçon vacher que Jenks Miller sait transmettre plus fortement que quiconque. Alors, plutôt qu’attendre qu’Earth arrête d’écrire ses Angels Of Darkness, Demons Of Light comme moi mes listes de courses, vous feriez bien de prendre votre dose de far (far) west par ici.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Horseback
Drone/Rock Psychédélique/Black Metal
2012 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (24)  7.51/10

plus d'infos sur
Horseback
Horseback
Drone/Rock Psychédélique/Black Metal - Etats-Unis
  

vidéos
Inheritance (The Changeling)
Inheritance (The Changeling)
Horseback

Extrait de "Half Blood"
  

tracklist
01.   Mithras
02.   Ahriman
03.   Inheritance (The Changeling)
04.   Arjuna
05.   Hallucigenia I: Hermetic Gifts
06.   Hallucigenia II: Spiritual Junk
07.   Hallucigenia III: The Emerald Tablet

Durée : Durée : 45 Mns

line up
parution
8 Mai 2012

Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique