chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Zombiefication - Reaper's Consecration

Chronique

Zombiefication Reaper's Consecration (EP)
Six groupes mexicains dans la base de données de Thrashocore, c’est peu… Outre les habituels Brujeria et Disgorge, le Mexique possède pourtant une scène metal relativement active mais encore bien trop méconnue outre-Atlantique. Le mythique Pulverised Records vient ici au secours d’un groupe de death old school. Formé en 2009 par le duo Mr. Jacko (Jacobo Córdova)/ Mr. Hitchcock (Arthuro), Zombiefication enregistrera une démo puis signera assez rapidement chez les Australiens d’Asphyxiate Recordings afin de divulguer son premier opus Midnight Stench en 2010 (réédité en 2011 par Osmose). Leur label n’étant plus, c’est Chaos Records qui se chargera de distribuer leur dernière offrande Reaper’s Consecration au mois d’avril de cette année, EP limité à 500 exemplaires sur leur terre natale. Pour le reste du monde, les Asiatiques de Pulverised Records s’occuperont du labeur.

Réputé comme l’un des meilleurs labels de death metal old school suédois, les sorties de Pulverised Records restent des valeurs sûres (un coup d’œil à nos chroniques pour s’en convaincre), souvent citées dans nos bilans annuels. Presque un devoir de chroniquer leurs promos. Il faut d’ailleurs noter que la plupart de ces signatures proviennent de Suède, mère patrie du genre. Personnellement je reste toujours assez sceptique lorsque d’autres nations s’essayent à ce style particulier de Stockholm, surtout venant d’un pays comme le Mexique, peu réputé pour ses offrandes « tronçonneuses ». Point d’ersatz ici, Zombiefication balayera mes préjugés. Comme la grande majorité de ces « revivals », n’attendez aucune originalité mais plutôt un death metal aux miasmes d’un Entombed et d’un Autopsy. Certes, mais une musique léchée et redoutable ! Des titres aux structures et riffs variés, alternant entre passages mid-tempo à l’atmosphère « horror death » (le clavier de « We Stand Alone ») et accélérations bestiales. Mais avant tout, impossible de faire abstraction du son ! Certes enregistré dans un studio inconnu, le mixage/mastering de Tore Stjerna au Necromorbus doit certainement être en partie responsable d’un tel déluge auditif (maître en la matière : Demonical, Nominon, Desultory…). Il m’en faut peu j’en conviens, mais cette basse vrombissante (le final de « Death Ride ») et ce son de guitare (associé à la double pédale, « Necrohell » à 2:57 est juste orgasmique) sauront vous mettre dans un état de transe meurtrière. La faute à ces quelques riffs imparables sur chaque morceau : « Dead Today, Dust Tomorrow » (1:20) « We Stand Alone » (1:53), « I Am The Reaper » (le riff leitmotif de 1:25)... A écouter obligatoirement le volume le plus fort possible.

Reaper’s Consecration ou 26 minutes d’un death metal old school suédois de qualité. J’ai peur malgré tout que sur un album complet, la musique de Zombiefication fasse décrocher l’écoute, souffrant d’un manque d’audace et d’avantages de passages mémorables. L’EP fera effet quelques écoutes après quoi il sera malheureusement assez vite rangé pour retourner à d’autres sorties récentes plus marquantes (Puteraeon). Prometteur pour le deuxième album cela étant dit, merci Pulverised Records pour ces découvertes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
16/06/2012 20:53
Je savais pas qu'ils avaient sorti un nouveau truc. Le 1er album était bien sympa!
Mitch citer
Mitch
16/06/2012 18:07
note: 3.5/5
Du son sur leur page SoundCloud.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Zombiefication
Death Metal
2012 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  3/5
Webzines : (3)  3.67/5

plus d'infos sur
Zombiefication
Zombiefication
Death Metal - 2009 - Mexique
  

écoutez
vidéos
Teaser
Teaser
Zombiefication

Extrait de "Reaper's Consecration"
  

tracklist
01.   Dead Today, Dust Tomorrow
02.   Death Rides
03.   Necrohell
04.   We Stand Alone
05.   I Am the Reaper

Durée : 26:47

line up
parution
9 Juillet 2012

Essayez aussi
Crematory
Crematory
Denial (Compil.)

2009 - Necroharmonic
  
Requiem
Requiem
Premier Killing League

2007 - Massacre Records
  
Demonic Oath
Demonic Oath
Crypt Of Mournful Summoning (Démo)

2012 - Impious Desecration
  
Vanhelgd
Vanhelgd
Relics Of Sulphur Salvation

2014 - Pulverised Records
  
Disma
Disma
The Manifestation (EP)

2011 - Necroharmonic
  

Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique