chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
38 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Tankard - A Girl Called Cerveza

Chronique

Tankard A Girl Called Cerveza
Qu’est ce que j’aimais chez TANKARD? Leur éternel statut d’outsiders du thrash, derrière les clients (parfois trop) sérieux SODOM et KREATOR, et surtout la capacité qui était la leur de hausser considérablement leur niveau de jeu. Car mine de rien, au-delà de l’image de joyeux bouffons rigolards qu’on leur prête souvent (ils l’entretiennent, les bougres), quand ils s’en donnent les moyens, les vermines de Frankfurt sont clairement – façon de parler – capables de rivaliser avec les meilleurs, un peu à la façon d’un sans grade du tennis sorti des qualifications pour disputer une finale grand chelem. Les Rainer Schuttler du thrash ? Les amateurs éclairés de la petite balle jaune citeront plutôt l’inénarrable Fernando Meligeni, qui régalait le public de Roland Garros avec son jeu de bûcheron limité avec cojones capable de faire dégoupiller des pointures comme Corretja, Pat Rafter ou Felix Mantilla.

Qu’est ce que je n’aime plus chez TANKARD ? En premier lieu son guitariste, Andy Gutjahr. Avant de tirer à boulets rouges sur un musicien trop esseulé au sein du combo Allemand, reconnaissons qu’après des débuts poussifs, l’ex CREED et SEVENTH AVENUE a fait ce qu’il fallait pour s’imposer dans le groupe et que le petit classique « Beast Of Bourbon » ainsi que les excellents « B-Day » et « The Beauty And The Beer » lui doivent beaucoup. Mais depuis un « Thirst » déjà en demi-teinte, c’est l’enfer en pente douce qui se profile à l’horizon avec des productions toujours plus stéréotypées, de moins en moins brutales et inspirées. Car autant l’auditeur frôlait la mort subite au carrefour de brûlots comme « Die With A Beer In Your Hand », « Notorious Scum » ou encore « Frankfurt We Need More Beer », autant TANKARD semble avoir banni l’excès de vitesse de son vocabulaire avec des compositions de plus en plus soft et mélodiques (« Son Of A Fridge », « Fandom At Random »), même si le tempo s’est vaguement relevé sur les traditionnelles « Witch Hunt » et « Not One Day Dead ». Le pauvre Andy ne pouvant guère se reposer sur une section rythmique donnant dans le minimum syndical (pourtant, le bassiste Frank Thorwarth a signé quelques classiques dans le temps), l’épuisement guette avec le sempiternel tricotage de riffs éculés et de solis éventés auxquel nous sommes malheureusement soumis depuis trois albums.

Le cas Gutjahr réglé, reste un groupe devenu vraiment trop gentillet à mon goût. Car les allemands ont beau tenter de remettre le fun au devant de la scène après un « Vol(l)ume 14 » franchement tristouille, Gerre reste en petite forme (où sont passées les gueulantes légendaires?) et les refrains sans envergure se succèdent (« Metal Magnolia », « Rapid Fire (A Tyrant’s Elegy) »), la seule aspérité notable restant le caméo calamiteux de DORO sur « The Metal Lady Boy », qui a au moins le mérite d’arracher un rictus au fan en rupture de Pelforth coupée à l’eau tiède. A peine moins mauvais que « Vol(l)lume 14 », « A girl Called Cerveza » n’est pas non plus aidé par une production insipide signée Michael Mainx (DISBELIEF), ravivant du même coup le spectre d’Andy Classen. Au final bien peu de choses à retenir de ce 15ème full length célébrant les trente années d’existence du groupe, et si l’auditeur de passage pourra se laisser berner par le fond de jeu somme toute correct des Allemands, le die hard fan que je suis ne peut retenir une larme devant la lente agonie d’un (ex) groupe culte enchainant les sorties dans l’indifférence de plus en plus générale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
18/09/2012 17:50
note: 5/10
hurgh a écrit : Houuu, ben t'es bien dur avec "A Girl...", franchement je le trouve pas mal du tout ce disque. Il a une bonne patate, c'est gorgé de bons riffs, nan vraiment un bon cru de Tankard. Certes il y a quelques longueurs mais dans l'ensemble je suis agréablement surpris.

Faut dire que ça fait quelques mois déjà que j'ai beaucoup de mal à écouter du Tankard, même les bons albums. Ceci explique en partie la sévérité de la note.
hurgh citer
hurgh
13/09/2012 15:23
note: 7.5/10
Houuu, ben t'es bien dur avec "A Girl...", franchement je le trouve pas mal du tout ce disque. Il a une bonne patate, c'est gorgé de bons riffs, nan vraiment un bon cru de Tankard. Certes il y a quelques longueurs mais dans l'ensemble je suis agréablement surpris.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/06/2012 20:35
note: 5/10
hurgh a écrit : Non, j'ai pas posé une oreille sur Beauty, mais si tu dis qu'il est bien... Déjà c'est toi qui m'a fait acheter Beast Of Bourbon (Satan te bennisse), alors allons-y pour The Beauty !

Tu peux y aller en confiance, c'est du solide Clin d'oeil
hurgh citer
hurgh
19/06/2012 20:19
note: 7.5/10
Non, j'ai pas posé une oreille sur Beauty, mais si tu dis qu'il est bien... Déjà c'est toi qui m'a fait acheter Beast Of Bourbon (Satan te bennisse), alors allons-y pour The Beauty !
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
19/06/2012 16:33
note: 5/10
Hélas pour nous, le retour de flammes n'est pas pour cette fois. Par contre laisse toi tenter par "The Beauty And The Beer" si tu ne l'as pas testé, il est franchement pas mal.
hurgh citer
hurgh
19/06/2012 15:12
note: 7.5/10
Bouarglllll, oh ben non merde, j'esperais vraiment que pour ses 30 piges Tankard allait nous sortir le grand jeu avec des torpilles thrash dignes de The Meaning, Morning After ou Beast Of Bourbon. J'ai pas acheté les 3 derniers, et je ferrai apparement aussi l'impasse sur celui ci. Reste à les voir en concert, là c'est toujours bien fun. Chier...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tankard
Thrash metal
2012 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines : (32)  6.88/10

plus d'infos sur
Tankard
Tankard
Thrash - 1983 - Allemagne
  

écoutez
vidéos
Trailer
Trailer
Tankard

Extrait de "A Girl Called Cerveza"
  

tracklist
01.   Rapid Fire (A Tyrant's Elegy)
02.   A Girl Called Cerveza
03.   Witchhunt
04.   Masters of Farces
05.   The Metal Lady Boy
06.   Not One Day Dead (But One Day Mad)
07.   Son of a Fridge
08.   Fandom at Random
09.   Metal Magnolia
10.   Running On Fumes

Durée : 50 min.

line up
parution
27 Juillet 2012

voir aussi
Tankard
Tankard
The Tankard

1995 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
The Beauty And The Beer

2006 - AFM Records
  
Tankard
Tankard
Zombie Attack

1986 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
The Meaning Of Life

1990 - Noise Records
  
Tankard
Tankard
Two Faced

1994 - Noise Records
  

Essayez plutôt
Exodus
Exodus
Impact Is Imminent

1990 - Capitol Records
  
Destruction
Destruction
Sentence Of Death (EP)

1984 - Steamhammer Records (SPV)
  
Kreator
Kreator
Phantom Antichrist

2012 - Nuclear Blast
  
The Haunted
The Haunted
The Haunted Made Me Do It

2000 - Earache Records
  
Razor
Razor
Shotgun Justice

1990 - Fringe Product
  

Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique