chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Repugnant - Epitome Of Darkness

Chronique

Repugnant Epitome Of Darkness
Chez Thrashocore, on aime bien la scène death revival, notamment la Swedish. La preuve avec toutes ces chroniques de death suédois à l'ancienne qui fleurissent dans nos pages, entre Tribulation, Tormented, Brutally Deceased, Undead Creep, Entrails, Cryptborn, Morbus Chron et j'en passe. Tout n'est pas bon à prendre mais une fois la sélection obligatoire effectuée, il reste tout de même un bon paquet de formations intéressantes pour les nostalgiques et autres passéistes. Mais la plupart de ces combos, si talentueux soient-ils, n'ont fait que prendre le train en marche il y a quelques années. Une petite poignée, au contraire, peut se targuer d'être à l'origine du phénomène. Et je ne parle pas des célèbres Bloodbath ou Death Breath que tout le monde connaît. Il est désormais temps de se pencher sur le cas d'un groupe moins connu mais ô combien recommandable qui manquait ici, surtout que son unique album est sans doute une des meilleures sorties de toute cette scène retro. Ce groupe, c'est Repugnant et cet album, Epitome Of Darkness.

Sorti en 2006 sur Soulseller Records à titre posthume puisque Repugnant a splité en 2004, Epitome Of Darkness et sa pochette bordélique rappelant le Scum de Napalm Death a en fait été enregistré dès 2002, quatre ans après la formation des Suédois déjà auteurs de quelques démos/splits/EPs ayant fait sensation. À cette époque, le death sortait de sa léthargie post-mid 90s et commençait à prendre une direction plus technique et synthétique. Repugnant lui, fait machine arrière en arborant maquillage et thématiques de vieux films d'horreur et en vomissant un death metal raw, punk et thrashy aux forts accents fin 1980/début 1990. Mais à la différence de la nouvelle vague ne jurant que par Entombed et Dismember et le son Sunlight, le quatuor de Stockholm prend sa source ailleurs (même si Nihilist fait bien sûr partie de ses modèles). Toujours dans son ancienne scène nationale mais plutôt la frange davantage crade et evil comme les démos de Merciless ou Morbid, dont le groupe reprend d'ailleurs le titre "Another Vision". Grosse claque, comme tous les autres morceaux de toute façon! Loin de se limiter à son pays, Repugnant emprunte également beaucoup à la scène américaine, du côté du early Morbid Angel, Possessed, Necrovore, Repulsion ou Autopsy. L'ombre de Celtic Frost plane aussi régulièrement. Tout en étant redevables de pas mal de combos, les Scandinaves évitent cependant de passer pour un simple tribute band, ce à quoi beaucoup de jeunes groupes d'aujourd'hui échouent, en y ajoutant de la personnalité. Et une putain de conviction communicative! Comment résister à ce déferlement primaire et chaotique incarnée par une production agressive sans artifice particulièrement savoureuse, des solos torturés et le débit vocal impressionnant de l'illuminé Mary Goore (a.k.a. Tobias de Ghoul) et son chant râpeux jubilatoire parfois distordus par quelques effets dont l'"aquatique" sur "Premature Burial" à 2'36? Ou encore par le rythme très souvent soutenu proche du thrash. Le batteur Tom Bones (que l'on a aussi croisé chez Insision ou plus récemment Dismember) blaste même un peu sur "Hungry Are The Damned", morceau d'ouverture à l'intro rampante qui part ensuite en sucette pour tout emporter sur son passage, sans oublier la ligne de chant traumatisante de Goore qui vous hante pour toujours (Nosferatu, inside of you), et le début d'un "Spawn Of Pure Malevolence" orgasmique marqué à nouveau par les vocaux catchy du frontman sur le refrain (à ce petit jeu, "Voices of the Dead" n'est pas mal non plus). C'est ce qu'il y a de bien avec Epitome Of Darkness. On ressent une vraie sensation de vitesse contrairement à beaucoup de groupes modernes plastique soit-disant brutaux. Une agressivité contagieuse au feeling punk/thrash, couplé à un côté catchy ultra efficace, non seulement grâce au chant génial de Mary Goore mais aussi à quelques mid-tempos irrésistibles disséminés intelligemment ("Hungry Are The Damned" à 2'22 puis à partir de 3'20 limite rock 'n roll, "Premature Burial" à 1'44, "Draped In Cerecloth" à 0'56, "Spawn Of Pure Malevolence" à 1'52, "From Beyond The Grave" à 2'50 sur un bon petit solo, "Sacred Blasphemy" à 0'37, "Eating From A Coffin" à 2'33, "Another Vision" à 1'42...). Comme quoi Repugnant ne fait pas que bourrer. On a même le droit à 2-3 passages plus lourds comme au début de "Hungry Are The Damned" ou au milieu de "Mutilated Remains" sur une lead sombre typiquement suédoise.

Mais c'est vrai que la plupart du temps, Repugnant ne fait pas de quartier. Et c'est pour ça qu'on l'aime tant ce Epitome Of Darkness. Qu'est-ce que c'est bon! Dire que j'aurais dû les voir au Black Mass Ritual Fest III à Helsinki pour un concert de reformation si ces cons n'avaient pas annulé! Même s'il n'y a plus que Mary Goore comme membre originel, j'aurais bien aimé assister au carnage en live. Je me console en écoutant toujours la bête de temps en temps car elle a le don de me mettre dans un état second. Il faut dire que l'album a tout ce qu'il faut, des riffs mortels sombres et acérés de la paire Mary Goore/Sid E. Burns (ex-General Surgery) aux rythmiques tapageuses, en passant par un chant prenant, une basse bien présente de Carlos Sathanas et une efficacité sans faille. Pas de temps mort, on s'en prend plein les oreilles pendant près de trois quarts d'heure et on en redemande! Entre parenthèses, c'est assez marrant de se dire que trois des membres ont formé au même moment le combo heavy/glam 80s Crashdïet, là aussi avant tout le monde! Comme les autres, Repugnant n'a rien inventé mais il fait partie des premiers à donner dans le rétro. Le tout sans sonner comme une bête copie grâce à des influences diverses et variées et une vraie personnalité. Mais surtout, Repugnant reste un des rares à faire aussi bien que les anciens, si ce n'est mieux!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

2 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
19/06/2012 21:25
note: 8.5/10
AxGxB a écrit : Cet album manque à ma collection ainsi que le précédent EP bien goûtu également! Content de le voir enfin chroniqué ici Sourire
Yep! Un très bon album de death metal avec de bons morceaux de thrash dedans. Headbang
Il faut que je le chope aussi en original...
AxGxB citer
AxGxB
19/06/2012 18:43
note: 8.5/10
Cet album manque à ma collection ainsi que le précédent EP bien goûtu également! Content de le voir enfin chroniqué ici Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Repugnant
Death Metal
2006 - Soulseller Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (7)  8.28/10

plus d'infos sur
Repugnant
Repugnant
Death Metal - Suède
  

tracklist
01.   Hungry Are The Damned
02.   Premature Burial
03.   Voices Of The Dead
04.   Draped In Cerecloth
05.   Spawn Of Pure Malevolence
06.   From Beyond The Grave
07.   Sacred Blasphemy
08.   Eating From A Coffin
09.   Another Vision (Morbid cover)
10.   Mutilated Remains

Durée : 43'18

line up
voir aussi
Repugnant
Repugnant
Hecatomb (EP)

1999 - To The Death
  
Repugnant
Repugnant
Premature Burial (EP)

2004 - Soulseller Records
  

Essayez aussi
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf (Split 7")

2011 - Doomentia Records
  
Chaosbreed
Chaosbreed
Brutal

2004 - Century Media
  
Chapel Of Disease
Chapel Of Disease
Summoning Black Gods

2012 - F.D.A. Rekotz
  
Gojira
Gojira
The Link Alive (DVD)

2004 - Gabriel Editions
  
Undead Creep
Undead Creep
The Ever-Burning Torch

2011 - Dark Descent Records
  

Winterfront
Northwinds
Lire la chronique
Bring Me The Horizon
Suicide Season
Lire la chronique
Fen
Carrion Skies
Lire la chronique
Necrowretch
Bestial Rites 2009-2012 (Co...
Lire la chronique
Wolfkrieg
Another Battle
Lire la chronique
Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique