chargement...

haut de page
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Chthonic - Final Battle at Sing Ling Temple

Chronique

Chthonic Final Battle at Sing Ling Temple (DVD)
CHTHONIC est l’un de mes groupes favoris. Les Taïwanais ont d’abord su attirer mon attention avec Seediq Bale (2005) puis me convaincre définitivement avec Mirror of Retribution (2009) qui a fait exploser leur personnalité jusqu’alors un peu trop lisse. Ils effectuent depuis longtemps un black à clavier très imprégné de death et comparé à CRADLE OF FILTH, en grande partie à cause de vocaux tout aussi nasillards. CHTHONIC est parvenu à s’affranchir peu à peu de ses influences avec l’intégration d’éléments traditionnels de plus en plus assumée, mise en avant et surtout efficace. On retrouve surtout un Erhu, instrument à cordes aussi appelé « violon chinois », qui a longtemps été utilisé pour la musique de l’opéra chinois. Tout le monde a déjà dû en entendre puisqu’on en retrouve souvent dans les bandes originales des films asiatiques. Le mélange des claviers, de l’Erhu et des mélodies agressives a trouvé son apogée sur Takasago Army, un des albums phares de 2011, et a rendu de plus en plus difficile la comparaison avec un CRADLE OF FILTH qui a en plus pris une autre voie depuis quelques années.

Ces Asiatiques restent encore peu connus en Occident et pourtant ils soulèvent les foules dans leur pays. Pas uniquement pour des raisons musicales, mais aussi pour leurs idéologies. Pour eux, le black et la musique tout simplement est un outil de propagande pure et dure. Ils affichent ouvertement leur opinion sur la Chine et réclament plus d’autonomie pour Taïwan. Ils dénoncent surtout le passé et les violences subies par leurs grand-parents. Le leader de la formation organise des groupes de discussion et des conférences à propos des droits humains et a même eu l’occasion de s’entretenir avec le Dalaï-Lama, avec lequel il partage de nombreux points de vue. Difficile de trouver quelqu’un qui s’engage autant dans une cause et l’argument « Que de la gueule ! » est irrecevable. C’est ce que certains ont pourtant pensé en ne regardant le groupe que de loin. C’est à cause des costumes portés par les musiciens, le merchandising agressif et aussi la notoriété de la bassiste attirant les puceaux en chaleur (ou les vieux vicelards comme moi). Mais non, CHTHONIC c’est vraiment un tout. Une musique, un visuel, un concept, une façon de penser et de revendiquer.

On retrouve cette sincérité et cette logique indéniables sur cet album live, ne serait-ce qu’en découvrant le lieu où a été donné le concert : le temple Sing Ling. Celui-là même qui apparaît dans les chansons du groupe : « Sing Ling Temple » sur Mirrors of Retribution et « Quell the Souls in Sing Ling Temple » sur Takasago Army. Cet endroit situé à 400 kilomètres de Taipei est chargé d’histoire. Certains doivent connaître l’incident 228 de 1947 qui a vu le gouvernement Kuomintang réprimer violemment un soulèvement et faire entre 10.000 et 30.000 victimes. Les derniers retranchés se réfugiaient alors dans ce temple et beaucoup de victimes y sont tombées. On comprend pourquoi CHTHONIC tenait tant à y faire un live mémorable. L’entreprise a été difficile et a pris plusieurs mois car les religieux étaient opposés au projet. Il a fallu que la mairie intervienne, persuadée que cela serait une bonne campagne de pub pour la ville.

C’est ainsi que cette soirée mythique du 22 octobre 2011 s’est organisée et qu’elle a été enregistrée pour donner 2 CD et 1 DVD. Leur contenu est le même, à savoir un live de près de 105mn découpé en deux parties. La première est composée de 5 titres tirés de Mirrors of Contribution suivis d’un solo à la flûte Pgaku par un vieillard mystique qui semble perdu sur scène et qui disparait aussi vite qu’il est arrivé. 3 morceaux de Seediq Bale suivent. La deuxième partie propose quant à elle la totalité de Takasago Army avec deux invités de marque. C’est d’abord Zhan Ya Wen, la chanteuse de musique traditionnelle taïwanaise, d’ordinaire habituée aux maisons de retraite et émissions Druckerienne du dimanche mais qui n’est qu’une demie-surprise pour les connaisseurs puisqu’elle a déjà posé sa voix sur des titres d’album. Elle aussi n’est pas vraiment dans son élément, mais elle apporte de la fraîcheur, battant lentement le rythme du bras pour ne pas se perdre dans le morceau surdynamité (« Southern Cross »).
L’autre invité est l’Américain Randy de Lamb of God. Il arrive sur la fin de « Takao » puis enchaine sur « Oceanquake » en emportant tout sur son passage ! Complètement possédé, sa voix d’outre-tombe ajoute une énergie démentielle ! Il court dans tous les sens et bouge plus en 5mn que le reste du groupe pendant tout le live ! Il tabasse un max et on rêverait presque qu’il prenne la place du chanteur attitré. C’est un des grands moments du live.

A part ces interventions, peu de surprises dans ce live un peu trop statique et où l’image est assez moyenne. Les plans manquent d’impact et il y a pas mal de parlotte aussi, un problème quand on ne parle pas le chinois. Ces passages qui ont été coupés sur le CD ont l’air de galvaniser l’auditoir et on imagine qu’il s’agit de discours refaisant le monde et surtout l’histoire de Taïwan. Pour preuve le moment durant « Quell of the Souls In Sing Ling » où l’on brûle un drapeau du Kuomintang (je rappelle que c’est le parti politique de Taïwan qui fut lié à Tchang Kaï-chek).
Par contre, le son est plus que satisfaisant. Les claviers sont là mais moins en avant que sur l’album et l’agressivité des titres en est augmenté. Les guitares ont un vrai côté death, et c’était un très bon choix pour électriser l’auditeur. On bat du pied tout du long et on frémit en reconnaissant dès les premières notes chaque titre. On retrouve le plaisir habituel dû au mélange du black et death occidental lié à une forte personnalité et quelques apports asiatiques.

Le DVD propose aussi un clip de « Quell of the Souls In Sing Ling » et deux minutes de successions d’images présentant la préparation du concert. Les deux sont très gadgets et inutiles.

L’avantage de ce live est qu’il peut donner envie de s’intéresser au groupe si on ne le connaît pas. Il représente bien son orientation depuis 3 albums, et plaira aussi aux fans. La pochette est dans le ton, le livret aurait pu être plus fourni, et le seul point faible est le manque de variation dans le filmage. Le CD permet surtout de se faire une copie sur Ipod ou autre pour l’écouter n’importe où, mais on pourra alors préférer les albums studio...
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

8 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Crom -Cruach
04/07/2012 14:37
C'était le "mouton noir" du troupeau !!
Sakrifiss citer
Sakrifiss
04/07/2012 06:37
Randy de Lamb of God qui participe à ce concert de Chthonic a été arrêté en République Tchèque ces jours-ci pour homicide involontaire.
Invité citer
Solo Necrozis
25/06/2012 14:37
Vu en concert à Reims en décembre dernier en première partie d'Arch Enemy, je ne connaissais que de nom et moi comme mes potes avons pris une belle grosse claque. L'influence Cradle ne saute pas tant que ça aux oreilles je trouve. Très bon groupe en tout cas.
citer
(ancien membre)
22/06/2012 22:37
Un poil trop sympho pour moi mais la voix est bien terrible et les sons trad. apporte une touche exotique (vu d'ici) pas dégueux.

PS: c'est vrai que la bassiste est très "aimable".
Sakrifiss citer
Sakrifiss
22/06/2012 14:39
Tu peux y aller si tu as apprécié l'extrait que tu as tenté. Moi, je trouve vraiment que c'est de mieux en mieux... Le titre Takao est énorme, mais il faut apprécier l'apport asiatique. Takasago Army est mon album préféré de 2011...
Momos citer
Momos
22/06/2012 00:30
Vu que c'est pas la première fois que tu en parles, j'ai décidé de prêter une oreille sur «Blooming Blades»: c'est assez «fou», c'est pas mal.

En jetant un œil sur metal-archives, je vois qu'ils ont de belles moyennes pour Mirror of Retribution et surtout Seediq Bale.
Ce sont de bonnes accroches pour rentrer chez les taiwanais?
Sakrifiss citer
Sakrifiss
21/06/2012 16:56
Tu devrais alors t'intéresser aussi à l'album de 2011, même si c'est encore plus poussé claviers / Erhu.
pripri citer
pripri
21/06/2012 16:11
C'est vrai que leurs albums de 2005 et 2009 sont très très bons (je garde une préférence pour Seediq Bale qui a été mon premier contact avec eux) même si ils ont parfois tendance à abuser des synthés à mon goût.
Bon ce commentaire ne sert pas à grand chose mais je soutiens l'idée qu'il faut leur donner une chance à ces gars, même moi qui suis réfractaire du black et du "sympho" j'ai apprécié (c'est dire !).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Chthonic
Black Metal Asiatique
2012 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 4.25/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur

tracklist
Intro (1947)
49.  Theurgy Chains
Rise of the Shadows
Sing Ling Temple
Bloody Waves of Sorrow
Mirror of Retribution - Spell of Setting Sun
Pgaku Flute Solo
Indigenous Laceration
Bloody Gaya Fulfilled
Quasi Putrefaction
The Island
Legacy of the Seediq
Southern Cross
Kaoru
Mahakala
Quell the Souls in Sing Ling Temple
Takao
Oceanquake
Broken Jade

Durée : 145mn

line up

parution
Sortie : 15/02/2012

achetez sur
voir aussi
Chthonic
Chthonic
Bú-Tik

2013 - Spinefarm Records
  

report Live report
Enthroned + Mortuary Drape + Archgoat + Lvcifyre + Bestial Raids + Possession
chronique Chronique
Obscure Sphinx
Void Mother
chronique Chronique
Amestigon
Sun Of All Suns
chronique Chronique
A Very Old Ghost Behind The Farm
La Came Crude
chronique Chronique
Menace
Impact Velocity
chronique Chronique
Cynic
Kindly Bent To Free Us
chronique Chronique
Mysticum
In The Streams of Inferno
chronique Chronique
Erebus Enthroned
Temple Under Hell
chronique Chronique
Luror
The Iron Hand of Blackest Terror
chronique Chronique
Lifelover
Dekadens (EP)
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space II
chronique Chronique
Ormgård
Ormblot
chronique Chronique
Gravehill
Death Curse
chronique Chronique
Aborym
Dirty Remix (Compil.)
chronique Chronique
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)
chronique Chronique
Sarke
Aruagint
chronique Chronique
Terra Tenebrosa / The Old Wind
The Disfigurement Bowl / Serpent Me (Split 7")
chronique Chronique
Castevet
Summer Fences
chronique Chronique
Om
Pilgrimage
chronique Chronique
Sacrilege
Behind The Realms Of Madness
chronique Chronique
Merkabah
Moloch
chronique Chronique
Blut Aus Nord
Debemur MoRTi (EP)
chronique Chronique
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu
chronique Chronique
Mass Infection
For I Am Genocide
chronique Chronique
Abraham
The Serpent, the Prophet & the Whore
chronique Chronique
Rauhnåcht
Urzeitgeist
chronique Chronique
Vanhelga
Längtan
chronique Chronique
Cultes Des Ghoules
Henbane
chronique Chronique
Behemoth
The Satanist
chronique Chronique
Debauchery
Germany's Next Death Metal