chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Diminished - Origin of Apocalypse

Chronique

Diminished Origin of Apocalypse
Il aura fallu que Diminished sorte trois albums pour que je commence à m'intéresser à ce groupe de Brutal Death texan formé en 2005. Après 5 ans d'existence sans la moindre sortie, du fait d'un nombre important de changement de line up (pas moins de 15 musiciens sont passés dans le groupe depuis sa formation), le quatuor sort son premier album Chainsaw Cunt en 2010, puis Rectal Torment fin 2011. Seulement trois mois après ce dernier méfait le groupe sort ce Origin of Apocaplypse, qui est donc le premier album du combo à tomber entre mes oreilles. Ce genre de sorties hâtives ont le don de m'inquiéter tant les albums parus de la sorte ont sérieusement tendance à être de gros navets, qui plus est quand il s'agit d'un groupe de Brutal Death. C'est donc avec la peur au ventre et les mains prêtes pour éjecter le CD en cas de catastrophe que je jette une première oreille sur ce Origin of Apocalypse. Verdict : bien que l'ensemble ne soit pas fameux il ne s'agit tout de même pas du cassage de gueule monumental auquel je m'attendais.

Et pourtant je ne vous cache pas que je n'y croyais vraiment pas au début. L'album commence avec l'intro "Abdictating the Throne", qui est une compilation de certains des discours les plus célèbres de l'histoire des Etats-Unis (vous pouvez donc y entendre, entre autres, les fameux « I have a dream ! » et le plus récent « Yes we can »). Ceci pourrait constituer une intro intéressante si la transition entre les différents fragments était mieux réalisée et si l'ensemble durait moins longtemps (2'15'' soit environ 8% de la durée totale de la galette). Mais ce n'est qu'avec le début de "Origin of Apocalypse" que j'ai réellement commencé à m'inquiéter. Début saccadé classique puis départ en fanfare avec un growl très bas incompréhensible, on est ici en plein Brutal Death bas de gamme. Mon doigt commençait alors déjà à tourner autour du bouton Stop de ma sono quand, après 1 minute et 11 secondes, la première rythmique intéressante de l'album vint enfin pointer le bout de son nez. Rien d'exceptionnel mais ce son accrocheur incite fortement à poursuivre l'écoute. Et bien en prendra à l'auditeur optimiste qui persévérera dans son écoute puisque le morceau contient ensuite un surprenant solo de guitare très mélodique, ainsi que différents petits leads tout aussi accrocheurs. Dès le premier morceau le groupe nous montre donc qu'il est capable du meilleur comme du pire, nous révélant d'entrée de jeu son principal défaut et sa qualité majeure.

D'une part les texans sont capables de nous montrer de véritables capacités d'écriture en nous octroyant souvent des passages « mélodiques » vraiment convaincants, emplis de leads de grattes délectables, dont le meilleur exemple est "Unhibited" à partir de 2'09''. Les gratteux s'essayent également à quelques passages techniques comme à 2'28'' de "Shattered by the Reformation" et sur "Initializing the Beginning" qui sont dans l'ensemble assez bien réussis. Le groupe parvient aussi à retenir l'attention grâce à quelques riffs bien groovy ("Unhibited") ou parfois à l'aide de rythmiques proches du Hardcore ("Initializing the Beginning").
Seulement voilà à par rythmes accrocheurs et autres passages bien sentis il n'y a absolument rien à se mettre sous la dent. Le reste du temps le groupe se perd dans les méandres les plus profonds de la médiocrité en nous pondant des riffs sans aucune saveur et totalement creux, soutenus par des parties de batteries tantôt lentes et chiantes comme la mort, tantôt j'accélère-et-j'en-fous-partout. On se rend alors compte que le groupe possède de réelles bonnes idées mais est incapable de créer une chanson structurée, possédant de réels liens entre les différentes parties intéressantes. Diminished essaye alors de combler les creux entres ces parties avec un bordel incroyable, parfois à la limite de l'écoutable. Ce maelström incompréhensible est de plus enfoncé par un growl la plupart du temps plat et sans aucune accentuation ainsi que par la production monstrueusement terne. Les quelques passages convaincants, qu'ils soient mélodiques ou simplement entrainants, représentent donc de rares oasis dans un immense désert gris et sans identité, œuvre incomplète dessiné à la va vite par ses créateur. Quel gâchis quand on voit les structures très solides que peuvent ériger les américains de Dimished.

Au final cet opus montre un groupe en pleine recherche d'identité, vacillant entre le Brutal Death banal bas du front et les passages nettement plus recherchés. L'apocalypse la plus totale est donc évitée de justesse grâce à ces temps forts entêtants et quelques rythmiques bien trouvées qui sont malheureusement beaucoup trop rares. Diminished nous sert alors un Origin of Apocalypse bien trop hétérogène, contenant des chansons entrainantes du début à la fin ("Uninhibited" et "Tearing Back the Flesh"), d'autres sont tout simplement inutiles ("Secretion of Bile", "Divine Rite") mais la majorité sont mi-figue mi-raisin, contenant de bonnes idées totalement gâchées par un côté remplissage éreintant. En somme y'a pas de quoi se taper le cul par terre, mais l'ensemble est assez sympathique pour que l'on surveille de près leur prochaine sortie, qui je pense pourrait être un cran au dessus si les texans s'appliquent un petit peu plus pour éviter ce côté remplissage. On ne peut qu'espérer que le groupe comprenne que ce n'est pas la peine de nous sortir un album du même acabit dans trois mois, mais qu'il faudrait mieux prendre plus son temps pour sortir un disque plus travaillé. A bon entendeur...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Høsty citer
Høsty
26/06/2012 16:27
D'après ce que j'ai écouté du 2ème album, celui là est quand même meilleurs Clin d'oeil
Keyser citer
Keyser
24/06/2012 08:53
J'avais écouté le 2ème album de ce groupe et j'avais trouvé ça complètement naze, à l'image de la pochette.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Diminished
Brutal Death
2012 - Sevared Records
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Diminished
Diminished
Brutal Death - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Abdicating the Throne
02.   Origin of Apocalypse
03.   Secretion of Bile
04.   Shattered by the Reformations
05.   Uninhibited
06.   Forced Fed Gratuitous Amounts of Semen
07.   Tearing Back the Flesh
08.   Divine Rite
09.   Inializing the Beginning

Durée : 32'59''

line up
parution
26 Mars 2012

Essayez plutôt
Brain Drill
Brain Drill
Apocalyptic Feasting

2008 - Metal Blade
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Reign Supreme

2012 - Relapse Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Osculum Obscenum

1993 - Nuclear Blast
  
Modus Delicti
Modus Delicti
Modus Delicti (EP)

2010 - The Spew Records
  
Kronos
Kronos
The Hellenic Terror

2007 - XtreemMusic
  

Swallowed
Lunarterial
Lire la chronique
Dephosphorus
Ravenous Solemnity
Lire la chronique
Earth and Pillars
Earth I
Lire la chronique
Raise Hell
Holy Target
Lire la chronique
Domains
Sinister Ceremonies
Lire la chronique
Dir En Grey
Arche
Lire la chronique
N.K.V.D.
Hakmarrja
Lire la chronique
Hypomanie
A City in Mono
Lire la chronique
Calm Hatchery
Fading Reliefs
Lire la chronique
Witchden
Consulting The Bones
Lire la chronique
Gloomy Grim
Grimoire (Démo)
Lire la chronique
More Than Life
Love Let Me Go
Lire la chronique
Combichrist
Lire le live report
AC/DC
Rock Or Bust
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Dark...
Lire la chronique
Behemoth
Zos Kia Cultus
Lire la chronique
Defeater
Travels
Lire la chronique
Sordide
La France a Peur
Lire la chronique
Khthoniik Cerviiks
Heptaedrone (Démo)
Lire la chronique
Riot V
Unleash The Fire
Lire la chronique
Heart In Hand
A Beautiful White
Lire la chronique
Artificial Brain
Labyrinth Constellation
Lire la chronique
Latitude Egress
To Take Up The Cross
Lire la chronique
Bring Me The Horizon
There Is a Hell, Believe Me...
Lire la chronique
Starofash
Lakhesis
Lire la chronique
Ad Patres + Gorod + Morbid Angel
Lire le live report
Dressed In Streams
The Search for Blood (EP)
Lire la chronique
Cendres de Haine
Nihil Mirari
Lire la chronique
Iron Monkey
Iron Monkey
Lire la chronique
The Body
Master, We Perish (EP)
Lire la chronique