chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Spektr - Mescalyne

Chronique

Spektr Mescalyne (EP)
Est-ce que vous connaissez Henri Michaux ? Pour ceux qui ne sauraient pas qui est cet homme, il s’agit d’un écrivain et peintre belge. Ayant étudié plus jeune la médecine, l’homme a, par un beau matin d’Août (étayons un peu le récit !), décidé d’étudier les réactions humaines sous Mescaline. Aidé d’un pote médecin, l’artiste s’est mis en tête de noter et peindre ce qui lui venait en tête, histoire de voir ce que les psychotropes pouvaient apporter en termes de créations artistique. D’ailleurs, il a écrit un livre à ce sujet : « L’infini turbulent », paru en 1957.

Alors, c’est bien beau de faire le point Lettres Modernes à la Olivier Barrot mais si je vous raconte ça, c’est parce que Spektr, groupe de Black Français, a fait à peu près la même chose qu’Henri Michaux. Formé de Hth d’Haemoth et de kl.K, le groupe s’est surtout fait connaître grâce à son formidable « Near Death Experience », un disque qui vous attirait inexorablement vers le BAS. Et c’est donc un an après, en 2007, que Spektr revient sur le devant de la scène avec « Mescalyne ».

Si le cas Michaux est concevable (écrire, peindre sous drogue, pourquoi pas…), le cas de Spektr est plus complexe à appréhender. Retranscrire en musique des images fractales ou des délires de perceptions auditives et visuelles, ce n’est pas non plus ce qui semble le plus évident dans la vie… Sauf que ce serait bien mal connaître les deux bonhommes qui sont actifs dans le groupe. En effet, les deux hommes ont largement le bagage musical et l’expérience de la drogue pour vous emmener avec eux. Alors allons-y et embarquons pour une vingtaine de minutes dans les tréfonds de nos esprits malades.

L’objet en soi est très joli. Debemur Morti a du budget et on a donc droit à un superbe digipack trois panneaux -tout de noir vêtu- alternant les textures en relief et un bel échantillon de photos dans le plus pur style visuel que les copains des bad-trips hallucinogènes doivent bien connaître.

Il faut avant tout savoir que sur cet EP, rien n’est droit. La batterie est extrêmement bancale, comme si l’esprit qui l’avait crée avait vraiment du mal à coordonner ses pensées. Quoi de plus normal au final, puisque cet esprit est censé être sous psychotropes. De mêmes les guitares sont très dissonantes et décalées et les titres s’arrêtent parfois en plein milieu d’une structure pour laisser place à un passage totalement ambient. Pour fait simple, c’est un beau bordel, mais un bordel parfaitement justifié. Il suffit d’écouter « Hollow contact », un titre qui porte très bien son nom, pour se rendre compte du style particulier de ce disque.

« Les choses doivent vous paraître plus intenses, plus agressives, plus habiles, plus tremblantes, plus étranges, plus vivantes, plus terrifiantes. Cette drogue est au-delà. Quand à la vitesse, elle est telle que toutes les séquences réunies devraient tenir en cinquante secondes. ». L’extrait samplé sur le titre éponyme dit tout : c’est exactement ça que l’on entend en écoutant ce disque. Il vous suffit de vous rendre compte de la folie maladive de cet opus en écoutant « Revelations » avec son rythme entêtant et répétitif parfois pris de violentes accélérations. Dans le noir « Mescalyne » vous fera frissonner de bonheur, vous glaçant parfois le sang ou vous désorientant complètement. Distordu, fêlé, maladif, violent et vous entraînant directement dans les questionnements de votre esprit, le disque tape toujours en plein dans la cible.

« Mescalyne » est un disque à la Michaux. Il s’écoute et se vit comme une expérience. L’expérience de deux âmes ayant tentées de voir le grand Satan. Ceux qui ont déjà touchés à la substance n’en reviendront pas du réalisme et des sensations presque traumatisantes de ce disque et ceux qui n’ont pas tentés le diable devraient se satisfaire de ce moment musical intense et résolument à part, surtout si ceux-ci aiment les groupes avant-gardistes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

5 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
25/06/2012 20:41
note: 4.25/5
Bah, je dirais que les trois Spektr se valent. Fugit est bon, même si je l'aime un peu moins. NDE et Mescalyne sont tout les deux de très bons disques. Je considère Mescalyne comme un peu plus renversant, mais NDE contient une bonne dose de folie également.
gulo gulo citer
gulo gulo
25/06/2012 19:17
note: 3.5/5
je ne connaissais pas le concept du disque ; mais maintenant que tu le dis, en effet, ça me rappelle assez le peu que j'ai retenu de L'Infini Turbulent, soit les dessins ; c'est assez chouette, je risque de me le procurer ; merci pour la piqure (pouf pouf) de rappel
Ikea citer
Ikea
25/06/2012 17:41
Je n'ai que NDE et il est très bon. Celui-ci est un achat prévu !
Squirk citer
Squirk
25/06/2012 16:50
Ah oui, ça m'a l'air bien barré par ici ! Faut que je me penche sur ce groupe, les quelques titres en vracs écoutés sur le tube sont vraiment prometteurs. Pour commencer, un disque en particulier à me conseiller ? NDE ?
gulo gulo citer
gulo gulo
25/06/2012 16:17
note: 3.5/5
personnellement, après deux albums excellents, ce disque m'avait un peu fait décrocher ; à retenter

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Spektr
Black avant-gardiste/ambient/industriel
2007 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 4.25/5
Lecteurs : (3)  3.83/5
Webzines : (16)  3.46/5

plus d'infos sur
Spektr
Spektr
Black à syndromes post-hallucinatoires persistants. - France
  

tracklist
01.   Hollow Contact
02.   Mescalyne
03.   Maze of torment
04.   Revelations

Durée : 22.58 min.

line up
  • Hth / Basse, Guitare, Programmations, Samples, Voix
  • kl.K / Batterie, Samples, Programmations, Voix, Paroles

parution
21 Septembre 2007

voir aussi
Spektr
Spektr
Cypher

2013 - Agonia Records
  
Spektr
Spektr
Et Fugit Interea Fugit Irreparabile Tempus
(No Longer Human Senses)

2004 - Appease Me Records
  

Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview