chargement...

haut de page
38 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mgla - With Hearts Toward None

Chronique

Mgla With Hearts Toward None
Malgré leur parcours écourté dans une compétition sportive européenne dont on entend beaucoup parler ces derniers temps, les Polonais se rattrapent largement, en 2012, dans un art qui sait pour l'instant rester à peu près dans l'ombre des médias trop généralistes : le Black Metal. Cette scène particulière, toujours aussi vivace et efficace, a déjà bien fourni cette année l'amateur exigeant, que ce soit du côté des surprises (pensons à FLAME OF WAR) ou des valeurs plus sûres dont MGLA fait assurément partie avec ce With Hearts Toward None qui était attendu par la base de fidèles du groupe d'un pied ferme. La réputation du groupe n'est plus vraiment à faire... 4 ans avant ce dernier opus fraîchement sorti des caves de Northern Heritage, MGLA s'était illustré avec un album très convaincant : Groza, première offrande succédant à quelques EP de très haute volée. Il n'a pourtant pas forcément réussi à s'imposer comme un album déterminant avec le recul, malgré l'enthousiasme qu'il avait suscité chez moi à sa sortie car il n'atteignait pas le niveau des EP ravageurs comme Further Down the Nest ou Presence, grosses réussites de l'homme qui se terre, quasiment seul, derrière ce groupe au mystère bien entretenu depuis sa fondation en 2000. En effet, M. a toujours joué avec l'occultisme qui entoure MGLA, livrant toujours des pochettes minimalistes sur lesquelles règnent des ombres éthérées à travers une omniprésence du gris qui illustre à merveille l'obscurité de ces riffs si particuliers. Cette nouvelle œuvre n'échappe pas à la règle : un livret de deux pages très frugal en guise de sustentation et une couverture rocailleuse et simpliste alimentent un disque suivant totalement la tradition des Krakovites, à l'image de cette tracklist dans laquelle un chiffre romain s'ajoute au titre de l'album pour en marquer la progression. Toujours très sobre, MGLA sait aussi être très juste dans un Black Metal qu'il maîtrise aujourd'hui très bien comme l'auditeur était en droit de l'attendre de ce dernier opus.

On pourra déjà noter le travail considérable réalisé sur le son. MGLA a bien progressé à ce niveau et atteint enfin la noirceur compacte qu'il a toujours cherchée ! Cette petite faiblesse qui pouvait faire défaut à ses sorties précédentes (sans être dérangeante bien sûr) est immédiatement effacée par des guitares plus amples, plus sordides, plus sombres, habitant un disque qui sublime de fait la patte de MGLA grâce à cette nouvelle capacité que sa production s'approprie, happant l'auditeur dès le premier morceau (avec l'énormissime entrée en matière que constituent les « With Heart Toward None I » et « II ») et ne lâchant son emprise animale qu'à la fin du dernier (ni plus ni moins le meilleur morceau du disque!). Quel son idyllique pour un groupe de la trempe de MGLA ! Un son qui s'adapte à merveille à l'ambition qu'il fomente. Que ce soit sur les ralentissements ou sur les passages blastés, l'instrument a bien plus de profondeur et de puissance, soumis qu'il est au panache de ces nouveaux riffs excellents et mis à merveille en valeur par ce deuxième souffle trouvé par les Polonais, renouvelant parfaitement leur ossature habituelle, à l'image d'une basse à la fois discrète et finement utilisée, puisque ses nuances exquises ne suivent pas systématiquement la trame principale, comme c'est le cas dans beaucoup de combos Black Metal de ce registre. Le travail derrière ces riffs cendreux est très palpable : deux voire trois couches de mélodies peuvent parfois se combiner, créant ainsi cette dissonance malsaine et maîtrisée que l'on connaît à ce combo de grande qualité.

Oui, MGLA aurait pu rester dans sa qualité de croisière, avec son Black Metal occulte baigné dans le sang et la bile... mais le groupe, doté de ce son parfaitement limpide, une nouvelle force, un nouvel atout, est allé plus loin que sa qualité habituelle que l'auditeur connaît bien, poussant le vice dans ses retranchements et amenant un regard bien plus critique sur l'album précédent. Alors qu'on aurait pu craindre une stagnation avec Groza, MGLA dépasse aujourd'hui cet état de fait de la tête des épaules, forçant encore plus le respect qui lui est dû. Si la batterie fait parfaitement le job, avec un jeu varié et fignolé, c'est bien dans l'atmosphère offerte par des guitares bien lourdes et cancéreuses que les Polonais brillent. Les vicieuses lignes mélodiques à la guitare lead sont ancrées dans une noirceur des plus sincères et forment une dissonance maîtrisée de bout en bout et surtout très accrocheuse, comme à l'accoutumée. M., que ce soit lorsqu'il éjacule un trémolo incisif (« I »), créant ainsi une couche aérienne de mélodie sur une rythmique bien lourde ou bien lorsqu'il souligne un riff plus agressif et gras avec ses lignes aiguës très habiles, hisse clairement sa musique vers le haut et la porte vers une intensité maximale.

Si quelques passages la font osciller légèrement, cette intensité ne rompt que très rarement. Certes, quelques riffs moins marquants se glissent dans cet ensemble qui reste proche de l'excellence, mais notre homme amène sa musique vers de si hautes cimes que l’exigence de l'auditeur averti monte avec elle très haut. MGLA est un groupe avec lequel on s'octroie le droit d'être plus sévère, à la manière d'un élève plus brillant que les autres et que l'on rechigne à interroger parce qu'il connaît toutes les réponses avant tout le monde. Bien qu'il n'y ait rien de préjudiciable aux exemples suivants, l'enchaînement des morceaux « V » et « VI », à cause de riffs moins intenses, lâche à quelques doigts prêts cette grâce dans lequel With Hearts Toward None cloisonne ses auditeurs, telle une dose de came moins puissante que celles avec lesquelles on est accoutumé. Que l'on soit d'accord, ces morceaux restent de très bonne facture et de toutes façons cet opus prouve une fois de plus qu'un bon morceau de MGLA reste un très bon morceau de Black Metal. Mais tout comme le Black Metal des Polonais, les spectateurs de cette offrande seront sans indulgence. L'une des grandes réussites de M. sur ce nouvel opus se situe dans le morceau « III ». Alors qu'il célèbre avec toute sa haine le titre de son album en hurlant son intitulé comme un damné à la fin du morceau (« WITH HEARTS... TOWARD... NONE! »), précédant une tension permanente en forme de montée en puissance, la tête pensante du groupe livre un excellent ensemble tout en changements de tempo. Cette qualité prépondérante, présente sur tout le disque, en fait une œuvre aérée, variée et très jouissive sur certains passages. Notre homme a gommé cette tendance à la répétition qu'il pouvait cultiver sur un Groza par exemple, de même que certaines transitions moins bien agencées à cause de la longueur. Il faut dire qu'il a composé davantage de morceaux pour servir son inspiration : 7 morceaux plus courts donc et nettement plus efficaces qu'auparavant. A l'image d'un « IV » qui alterne parfaitement entre tempo plus lent et blast beat ultra burné et efficace, les morceaux sont bien mieux agencés. M. sait à présent très bien couper un morceau au bon moment et non pas le prolonger inutilement comme il avait tendance à le faire sur Groza qui dévoile décidément bien des lacunes à l'écoute de ce nouvel opus... voilà un groupe qui sait surpasser ses précédentes œuvres sans avoir à baratiner dans les interviews !

Nettement plus équilibrés, aussi : il n'y a pour ainsi dire que peu de faiblesses dans ces brûlots occultes très fluides, parfois très proches du génie pur. On pensera par exemple à la conclusion de ce disque, le fameux « VII » donc, qui s'illustre par un riff contemplatif extrêmement prenant. Quels riffs, quelle maîtrise, quel panache ! Rarement un disque n'aura eu une si belle conclusion... compensant les « faiblesses » du morceau « VI », une basse aérienne se déplace subrepticement sur un ensemble poignant et libérateur, porté par la voix emplie de folie d'un M. qui se décharge totalement sur ce titre alternant de manière très fluide blast beat et tempo bien accrocheur avec en prime un jeu sur les rides absolument terrible de la part du batteur qui officie sur With Hearts Toward None, j'ai nommé Darkside, qu'on a connu dans l'autre groupe de la tête pensante de MGLA, à savoir KRIEGSMACHINE. Si notre homme n'a pas forcément la rage de ses débuts (je pense au premier morceau de Further Down the Nest dans lequel sa performance était dantesque), son organe ne cesse de bouillonner et de hanter ces hymnes qu'il livre avec toute la conviction qui le caractérise. « With Hearts Toward None VII » créera directement la transe chez les fanatiques, tout juste auront-ils la lucidité d'y voir une totale réussite qui tient sur quelques riffs dansant main dans la main avec Lucifer : « COME REDEMPTION ! / As the litany of abandonment rings through ruined temples... ». Si j'avais déjà pris une gifle avec l'extrait dévoilé par Northern Heritage quelques mois avant la sortie de ce With Hearts Toward None (l'empoisonné « IV » si je ne m'abuse), il m'a juste suffit de tendre l'autre joue... pas de doute, MGLA m'a bien administré la raclée que je méritais !

« Yes ! The LORD is on the prowl tonight... »

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

11 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Boris
01/07/2012 21:15
Tout à fait d'accord avec toi François quand à l'analyse de cette album majestueux du Polonais! Là où Groza m'avait laissé insensible, Mgla sait renouer avec la qualité de ses début. Tout ici prend au tripes que ce soit la production ou les compositions particulièrement soignées et travaillé. L'album, au fil des écoutes sait captiver de plus en plus l'auditeur de par ses mélodies poignantes qui dévoile un Black Metal sincère et authentique tout en ayant sa propre personnalité.
Je ne suis bien évidemment pas d'accord avec les commentaire de Von-Yogourth, si il y a bien évidemment bon nombre de groupe qui propose une musique dénué de personnalité, Mgla n'est pas à mettre dans ce panier. Outre le fait que ce n'est pas un argument valable pour juger un groupe de Black Metal, pour moi ce dernier se doit de rester fidèle à certains code et certaines valeurs essentielles, Mgla sait, comme à ses débuts, se distinguer de la frange médiocre de ce style. C'est un groupe que l'on reconnait entre mile, la façon dont les trémolos sont emmener et les breaks aussi inspiré que déterminent font la marque de fabrique de ce groupe. La voix est elle aussi particulière et apporte une certaine originalité, bien loin de la voix de pédale castré que l'on retrouve dans ce genre de Black Metal. Depuis que je connais se groupe (avec la sorti du split "Crushing the Holy Trinity" en 2005) je trouve qu'il a toujours su se démarquer du lot par sa qualité et sa sincérité. Le faux pas de Groza est bien et bel révolu pour mon plus grand plaisir et il va être dur de sortir un album meilleur que ce "With Hearts Toward None"!
Invité citer
Crom -Cruach
30/06/2012 13:47
Merdouille Von Yoghourt, g fais un lapsus pas bien réveillé !), toutes mes excuses !!
Invité citer
Crom -Cruach
30/06/2012 13:45
Geist' et Nikta', g lu avec attention votre échange et je partage certains arguments des deux: certes ça fait le gars qui se mouille pas trop mais je m'explique.
Si l'album de Mgla n'a rien de révolutionnaire, il est d'une efficacité redoutable.
C'est ce que je recherche dans le Metal, des galettes qui transpirent l'honneté et l'amour du "travail" bien fait.
Pour moi l'émotion et les images que m'inspirent la musique prîme sur le technicité ou toute considération d'originalité (un héritage keupon?).
L'album des Polonais a pour moi ses qualités essentielles.
Geisterber citer
Geisterber
29/06/2012 01:54
note: 8.5/10
Peut-être que pour MGLA, c'est l'écoute de l'album entier qu'il te faut éprouver, même si j'estime que j'ai mis les meilleurs extraits. Chose que j'ai oublié dans ma chronique, l'enchaînement des pistes est assez fluide, ça roule tout seul malgré quelques baisses d'intensité. Tu peux certes avoir une impression de déjà vu, mais au sein d'un album entier, cette impression peut soit s'amplifier (auquel cas tu lâches l'écoute), soit s'atténuer et tu découvres avec du recul des éléments qui augmentent ton admiration pour celui-ci. C'est ce qui se produit avec le MGLA pour moi mais je dirais encore plus pour FLAME OF WAR, c'est certes moins efficace que MGLA au premier abord mais ça a quelque-chose de vraiment puissant quand on gratte le vernis. On a certes affaire à un BM pourvu de moins de moyens (production + faible, son + synthétique) et de moins d'expérience, mais qui a d'énormes qualités: travail dans la composition, conviction dans le chant et de gros progrès issus d'un changement de formule (le groupe était beaucoup plus atmosphérique auparavant), ce qui donne des riffs dantesques et épiques. Non vraiment, là encore c'est une grande réussite qu'il ne faut pas prendre à la légère et pourtant je suis pas trop du genre à m'enthousiasmer sur tout et n'importe quoi dans le genre (malgré mes deux dernière chroniques très mélioratives), en tout cas moins qu'un temps.

Après, et je pense que c'est ton postulat, il est également possible de juger de la qualité d'un disque à partir d'un ou deux extraits, et je dois bien te reconnaître que ce qui est donné à entendre pour MGLA laisse largement présager le reste.

Enfin pour PLAGA, l'extrait est issu du MCD Pożeracze Słońc qui est disponible en France chez HassWeg Productions pour les intéressés... ça vaut vraiment le coup, une de mes grosses découvertes de ces derniers mois.
von_yaourt citer
von_yaourt
29/06/2012 00:03
Je suis bien conscient que le but n'est pas d'être original, mais j'ai l'impression de tourner en rond quand j'écoute ce genre de choses, comme quand on visite une ville tellement souvent qu'on la traverse sans en regarder les détails. Et tu te trompes, pour moi le phénomène s'amplifie avec Flame Of War, qui me paraît encore plus odieusement facile dans son black metal. Mgla a au moins le mérite d'élaborer un peu ses mélodies. En fait c'est ça qui me dérange le plus, je suis à deux doigts de tomber amoureux de ce groupe mais j'ai l'impression de voir une démarche inachevée, alors que la musique des Polonais pourrait être aussi onirique que les meilleurs moments de Memoria Vetusa II de BaN au final j'ai cette impression de déjà vu qui m'empêche d'en profiter. Pour moi il manque vraiment une prise de risque pour que je sois transcendé.

Je t'en ai déjà parlé, c'est une impression que j'ai depuis plusieurs années, mais j'arrive quand même à m'enthousiasmer de temps en temps pour autre chose que des ovnis à la Numen ou Stargazer. Récemment le Chroniken des Ablebens de Infestus m'avait botté le cul dans un style là aussi peu original, mais l'hommage était superbe et se démarquait par sa qualité. Même l'album suivant qui virait presque post-black avait réussi à me séduire.

Par contre le morceau de Plaga est bien sympa, plus risqué, assez personnel et très efficace. A creuser.
Geisterber citer
Geisterber
28/06/2012 23:24
note: 8.5/10
@von:
Certes, à ceci prêt que MGLA n'a aucunement l'ambition d'être original, simplement pour moi ils jouent dans un registre dans lesquels ils sont au-dessus des autres. Par contre tu vois si un jour tu me le fais écouter en aveugle, je reconnaitrai immédiatement : ça fait partie de ces groupes qui ont leur touche, leur patte et ils sont rares. On est d'accord pour dire que c'est le fan qui parle ici plus qu'autre chose, mais quelqu'un qui connaitra bien ce groupe (comme je le connais, sans prétention) te dira la même chose : il y a une cohérence dans l'atmosphère, une vraie personnalité dans ce Black Metal qui est effectivement marqué par la scène dont il vient.

Citation : la scène polonaise est sans doute le dernier bastion du black metal de qualité à l'heure actuelle.
Sans aller jusque là c'est sûr que la scène polonaise regorge de talent. As-tu écouté FLAME OF WAR ? Peut-être que c'est davantage ton truc que MGLA qui est effectivement plus "classique" et peut-être moins recherché, bien que plus efficace et parlant sans doute.

Même dans les petits groupes sortis de nulle part comme ça : PLAGA - Goblet of Bitterness, au son absolument dégueulasse et à la pratique de l'Art Noir totalement éculée effectivement, il y a vraiment quelque-chose de fort à mon sens.
(D'ailleurs je recommande l'extrait pour les amateurs de Black occulte et possédé... qui a dit "gluant" ? Monsieur gulo, au piquet!)

Et que dire des DARK FURY, SELBSTMORD, OHTAR, WAR, FURIA, et j'en passe... une des scène qui m'intéressent le plus en tout cas, c'est clair et net.
Geisterber citer
Geisterber
28/06/2012 23:12
note: 8.5/10
Personnellement je l'ai choppé sur Osmose mais il était disponible sur Those Opposed Records avant qu'il parte en congé et Drakkar (à ce qu'on m'a dit, je ne vais pas trop faire mes achats là-bas en temps normal).
Sinon, du même groupe, la compilation Mdolsci + Further Down The Nest est également hautement recommandable à mon sens, à l'image de ce morceau : Further Down The Nest I.
von_yaourt citer
von_yaourt
28/06/2012 23:04
C'est très sympa mais je n'arrive pas à m'enthousiasmer pour ce groupe, le rendu est certes irréprochable mais sans avoir jamais jeté une oreille sur les extraits j'ai déjà l'impression de connaître le morceau par cœur, j'anticipe tout facilement. C'est trop éculé pour que je m'enthousiasme devant une leçon de classicisme appliqué, et pourtant j'aimerais bien vu que la scène polonaise est sans doute le dernier bastion du black metal de qualité à l'heure actuelle. Je m'attendais à plus d'originalité venant de quelqu'un qui a fait ses armes chez Thy Disease et Crionics.
Niktareum citer
Niktareum
28/06/2012 21:53
Ah oui, les extraits sont très bons. Ca me parle aussi.

C'est chopable où?
citer
(ancien membre)
28/06/2012 21:08
Sont-ce des samples d'Hellraiser (les voix) en intro de l'exxxxcellent morceau VII ?
Très bon riffs épiques avec juste ce qu'il faut de mélodie, chant caverneux et pas criard. Un son soigné mais pas trop.
Tu savais que ça allait me plaire Geist' !!

Un futur achat je pense...
Momos citer
Momos
25/06/2012 13:04
Ce groupe sortira-t-il jamais quelque chose de faible?
Les morceaux en écoute sont excessivement bons. Autant de talent me rend jaloux et malade.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Mgla
Black Metal
2012 - Northern Heritage
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  8.1/10
Webzines : (7)  7.69/10

plus d'infos sur
Mgla
Mgla
Black Metal - Pologne
  

tracklist
01.  With Hearts Toward None I
02.  With Hearts Toward None II
03.  With Hearts Toward None III
04.  With Hearts Toward None IV
05.  With Hearts Toward None V
06.  With Hearts Toward None VI
07.  With Hearts Toward None VII

Durée : 43:44

line up
parution
28 Février 2012

voir aussi
Mgla
Mgla
Groza

2008 - Northern Heritage
  

Essayez aussi
Chaos Invocation
Chaos Invocation
Black Mirror Hours

2013 - World Terror Committee
  
Furia
Furia
Marzannie, królowej Polski

2012 - Pagan Records
  
Lascowiec
Lascowiec
Frostwind of the Apocalypse

2012 - Dark Hidden Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
What Once Was... Liber I (EP)

2010 - Debemur Morti Productions
  
Darkenhöld
Darkenhöld
A Passage To The Towers

2010 - Ancestrale Production
  

chronique Chronique
Myrkur
Myrkur (EP)
chronique Chronique
Mitochondrion
Antinumerology (EP)
chronique Chronique
Musk Ox
Woodfall
chronique Chronique
Terminal Death
Terminal Death (Compil.)
chronique Chronique
Амезарак
Daemonolatreia
chronique Chronique
Royal Blood
Royal Blood
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space III I
dossier Dossier
Kill-Town Death Fest 2014 / The Funeral Edition
chronique Chronique
1349
Hellfire
report Live report
No Compromise Metal Fest 2
Bulldozing Bastard + Crystal Viper + Eliminator...
chronique Chronique
Pulling Teeth
Martyr Immortal
chronique Chronique
Mortuus
Grape of The Vine
chronique Chronique
The Haunted
Exit Wounds
chronique Chronique
Petrychor
Makrokosmos
chronique Chronique
Dark Funeral
The Secrets Of The Black Arts
chronique Chronique
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance
chronique Chronique
Stryvigor
Забуте віками
(Forgotten by Ages)
chronique Chronique
Immortal
Battles In The North
chronique Chronique
Immortal
Diabolical Fullmoon Mysticism
chronique Chronique
Sarpanitum
Fidelium (EP)
chronique Chronique
Sigh
Imaginary Sonicscape
chronique Chronique
Botanist
VI: Flora
chronique Chronique
Noctem Cursis
Nocturnal Frost
chronique Chronique
Tamerlan
Ain
chronique Chronique
Nachtmystium
The World We Left Behind
chronique Chronique
Abigor
Leytmotif Luzifer
chronique Chronique
Ofdrykkja
A Life Worth Losing
chronique Chronique
Ichor
Depths
chronique Chronique
Altars
Paramnesia
chronique Chronique
Blood Of Kingu
Dark Star on the Right Horn of the Crescent Moon