chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Blacklodge - MachinatioN

Chronique

Blacklodge MachinatioN
(Fourth Level of Initiation : Chamber of Control)

Ahhhhh l’été ! La saison ou le nordiste moyen va sortir son break Nevada du garage pour partir dorer ses petits cuisseaux blanchis par la froideur de l’hiver au soleil. La saison ou le sudiste moyen va râler à coup de « Putaing cong ! » sur les touristes nordistes qui bouchonnent à l’entrée du périphérique marseillais. La saison ou le pêcheur breton va se dire qu’on est quand même mieux en Bretagne et que « Pourquoi allez se faire chier chez les crétins du sud ? ». La saison ou le Lorrain va maudire le Parisien qui vient désaltérer sa soif de randonnée en roulant à trente kilomètres par heure dans les cols Vosgiens.

Mais hormis notre côté « bon français adepte du râle », on aime tous l’été. Faire le kéké à la plage, draguer lourdement, boire sur le bord du « lac qui pue mais qu’on a tous à côté de chez nous et qu’est ce qu’on l’aime ce lac à la con ! » ou alors glandouiller jusqu’à quatre heures du matin dans notre bourgade déserte mais dont on ne se lasse pas, même le Lundi Soir, c’est dire... Oui, on aime l’été, surtout quand on est jeunes : On est en vacances, on sort les lunettes de soleil et la voiture de Papa-Maman qui a un lecteur CD, on pose le « A » et on met un CD de… mais oui, un CD de qui tiens ?

Bah pourquoi pas le dernier Blacklodge ! C’est chouette Blacklodge, y’a des grosses basses donc ça se la raconte au feu rouge les vitres ouvertes et en plus ça choque le péquin moyen parce qu’il y a de la guitare et des cris (oh allez, on aime tous faire ça en voiture !) ! En plus Blacklodge a eu l’idée de sortir son album le 21 Juin, c’est le jour de l’été donc c’est juste parfait !

Ce qui est sûr, c’est que ce 21 Juin 2012, moi je l’ai attendu avec la bave du chienchien devant le nonosse ou de bébé devant son petit pot goût bœuf-carottes. Pensez-donc, pendant la semaine avant la sortie du disque, je n’ai écouté quasiment que de l’industriel. Non pas pour le plaisir, mais pour être « en condition » pour le nouveau Blacklodge. Je me suis donc préparé comme un coureur du Tour de France à l’aide de précommande, de pochettes révélées et surtout du monstrueux titre en écoute « NeutroN ShivA [Sun, walk with me !] » que j’avais sûrement déjà écouté deux-cents fois avant même de recevoir l’album. Je me disais que je ne supporterais pas un jour de retard et effectivement, j’ai failli faire un AVC quand je me suis rendu compte que 21 Juin à Midi que le petit paquet n’était PAS dans la boîte aux lettres… MERCI La Poste ! Enfin, ne poussons pas le drame trop loin puisque le CD est arrivé le lendemain.

Est-il encore utile de rappeler qui est Blacklodge ? Bon d’accord, je le dis… Blacklodge est un des pionniers du Black Industriel, style qu’il a contribué à perfectionner, avec les premiers du genre type Mysticum, Aborym ou The Berzerker. Sauf que Blacklodge a ce petit côté chimico-dévoué et cette french-touch que les autres n’ont pas. « LogiN : SataN » avait posé les bases de ce style par la suite transcendé sur le fabuleux « SolarKult », un disque totalement réussi. Blacklodge avait rempilé avec son troisième niveau d’initiation « T/ME », album/split couplé au « Time is the sulphur in the vein of the saint » d’Abigor et malheureusement bien trop court. Toujours est-il que ça faisait deux ans qu’on attendait des nouvelles de Blacklodge et un « vrai » album long et riche comme pouvait l’être « SolarKult ». Non pas que « T/ME » ne soit pas riche, mais sa trop courte longueur me laisse toujours un peu sur ma faim. Mais bref, maintenant « MachinatioN » est là, et il serait temps d’arrêter les digressions pour en parler.

L’objet se présente dans un Digipack simple, qui contient un mini-poster/livret et le CD. L’artwork est très fouillé, et on prend pas mal de temps à la contempler. Bien sûr on est dans du 100% Blacklodge : la seringue, le nucléaire, le mysticisme, tout y est ! J’ai également remarqué deux Flashcodes, que je me suis empressé de « flashouiller » avec le Blackberry de ma compagne. Il est fort possible que je me sois loupé mais en tout cas ça n’a rien donné. Toujours est-il que l’ensemble claque méchamment au niveau visuel et que l’on attaque l’écoute avec la banane des grands jours.

Dès le premier titre « TridenT », on se retrouve collé au mur ! Ce titre est certainement le plus brutal jamais sorti par le groupe. Pas de petite intro industrielle, Blacklodge rentre directement dans vif du sujet, avec grosses basses de boucher et riffs de guitares agressifs à l’appui. La boîte à rythme donne clairement dans le dansant mais recèle également beaucoup de subtilités, en glissant des phrases rythmiques légèrement cachées mais au combien jouissives. Pour tout dire, ma compagne, adepte de Franz Ferdinand ou Foals, a quand même dit avec un sourire certain : « Ouah, mais j’aime bien ! ». Phrase qui m’a fait plaisir, et qui m’a fait rajouter un sournois : « Bah tu vois, depuis le temps que je te le dis ! ».

Que dire du ravageur (même si déjà connu) « NeutroN ShivA [Sun, walk with me !] », du mid-tempo surpuissant « Neo.Black.Magic », du carnage « Industrial Temple Mystica » ou de l’impressionnant « Culto al Sol [Solarkult] » ?

On ne peut rien reprocher à Blacklodge sur ce disque. Le groupe a su puiser dans les structures simples de « LogiN : SataN » pour apporter la puissance nécessaire, dans la subtilité de construction de « >SolarKult< » pour éviter toute lassitude et dans le grain de folie expérimentale de « T/ME » pour, par exemple, clôturer l’album avec le fantastique titre « The Other Side ». Le style ne change pas intrinsèquement, mais on s’en fiche puisque l’auditeur intéressé par Blacklodge ne cherche qu’à avoir son quota de Black Indus qui mixe Satan, la technologie et la came.

« MachinatioN » se veut puissant. On se plaît à vivre cet opus dès son achat en adhérant immédiatement aux passages les plus fédérateurs. Tout content d’injecter dans nos oreilles une nouvelle dose de Blacklodge, on est immédiatement happé par le disque et on prend clairement son pied ! Ce n’est qu’après quelques écoutes qui auront permises à l’euphorie de redescendre qu’on pourra commencer à cerner le potentiel plus subtil du disque. On se réjouira alors de discerner des riffs plus discrets, des lignes de basses calées au millimètre ou des subtilités rythmiques qui nous étaient encore inconnues jusque-là. Bien sûr la découverte de ces aspects plus subtils n’entachera en rien le potentiel au combien fédérateur du disque. Les paroles sont d’ailleurs par moment conçues pour que l’on puisse les hurler en cœur avec St-Vincent. « Satan… Eradicate ! Satan… Annihilate ! », « Neo Black Magic », « Take drugs, I’m watching you ! », « One world, one race, one master ! SataN ! », bref, on pourrait continuer longtemps cette liste de petites phrases qui vous transcendent, au point que vous vous sentez obliger de les chanter/hurler/meumeumer.

Quand même, je me dois de sortir un « Putain ! Chapeaux les mecs ! ». Je m’attendais à un bon disque mais pas à ce point là. En général tous les groupes qui signent chez Season of Mist se cassent un peu la gueule (sauf Aborym !) et ceci ne me rassurait pas. Je sais aussi que pas mal de connaissances avaient quelques craintes sur ce nouveau disque. Donc ce petit passage sert surtout à rassurer tous ceux qui se poseraient des questions. N’hésitez surtout pas à faire l’acquisition de « MachinatioN » !

N’importe quel fan de Blacklodge sera très satisfait de ce dernier né et je pense sincèrement qu’un petit paquet de profanes va se retrouver happé par la vague mécanique de ce dernier opus. Quant à moi je parie qu’avec une aussi bonne distribution, « MachinatioN » va propulser Blacklodge dans le haut-panier du Métal Français ou au moins leur apporter une renommée plus qu’importante ce qui ne serait que justice. J’anticipe peut-être un peu trop selon certains, mais on en reparlera dans six mois les mecs…

Pour conclure, que dire ? Blacklodge confirme à ne sortir que des bons disques et je crois que c’est bien là l’essentiel ! Les groupies comme moi vont tremper leur slip, ça c’est garanti, et les autres vont être agréablement surpris.

Listen to Blacklodge, I’m watching you !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

6 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
gulo
27/06/2012 21:41
y a un petit air (lointain, mais quand même) de Punish Yourself que j'aime bien, en effet
Momos citer
Momos
27/06/2012 20:52
Je me suis écouté hier des extraits, c'est frais et rafraîchissant. Et bandant.

Merci FoS de chroniquer du BM de disco, ça me change un peu.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
26/06/2012 15:17
note: 9/10
@The Shining : C'est vrai que ça fait pas mal, faut dire que celle-ci était en préparation depuis un petit bout de temps, c'est plus celle de Spektr qui m'est venue d'un coup.

@Mitch : Il faut vraiment que tu réessaies ! Si tu vénère Aborym, Diabolicum et surtout Mysticum, tu as tout les ingrédients nécessaires pour adhérer à Blacklodge !

Je vais essayer de rajouter des extraits en passant via Youtube. J'avais essayé avec Myspace et Soundcloud mais aucun des deux ne marche j'ai l'impression. Merci de me dire si ça marche !
Edit : Chez moi ça le fait.
Mitch citer
Mitch
26/06/2012 15:05
The Shining a écrit : et le thrasho-player ne fonctionne pas pour «Neutron Shiva». What the fuck?!

Je crois que le père FleshOvSatan n'a toujours pas compris que seuls les liens YouTube fonctionnaient... Mr Green

Je vénère Aborym, Mysticum ou Diabolicum mais j'ai jamais vraiment accroché à Blacklodge.... Je vais réitérer.
Momos citer
Momos
26/06/2012 14:40
2 kros d'affilée, tu fais vraiment dans l'industriel (ha ha ha).

Chronique qui fait envie, mais je ne trouve aucun extrait, et le thrasho-player ne fonctionne pas pour «Neutron Shiva». What the fuck?!
Chris citer
Chris
26/06/2012 10:53
Vu en concert en 2004 lors d'une fête de la musique, ils partageaient l'affiche avec Vader et Crystalium...pas ma tasse de thé (pinte de bière?), mais je réécouterai à l'occasion.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Blacklodge
Black Industriel
2012 - Season of Mist
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (19)  7.08/10

plus d'infos sur
Blacklodge
Blacklodge
Black Industriel - France
  

tracklist
01.   TridenT
02.   NeutroN ShivA [Sun, walk with me !]
03.   Neo.Black.Magic
04.   Industrial Temple MysticA
05.   Antichrist Ex Machina
06.   Order Of The Baphomet
07.   Empire's Hymn
08.   All Seeing Eye
09.   Culto Al Sol (Solarkult)
10.   The Other Side

Durée : 45.34 min.

line up
parution
23 Avril 2012

Essayez aussi
Alien Deviant Circus
Alien Deviant Circus
En To Pan Omegas

2006 - Autoproduction
  
Ad Hominem
Ad Hominem
Dictator
(A Monument Of Glory)

2009 - Darker Than Black
  
Pavillon Rouge
Pavillon Rouge
Solmeth Pervitine

2011 - Post Apocalyptic Music
  
Lanz
Lanz
Incinerator : The New Church

2008 - Autoproduction
  
Iperyt
Iperyt
No State Of Grace

2011 - Iperyt Productions
  

Wolfkrieg
Another Battle
Lire la chronique
Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview