chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
38 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Darkified - Cthulhu Riseth

Chronique

Darkified Cthulhu Riseth (Compil.)
(The Complete Works Of Darkified)

Si tu souhaitais impressionner tes amis adeptes de death de Stockholm des années 90 ayant fraîchement découvert la scène avec le bouquin de Daniel Ekeroth (néophytes en somme héhé), il suffirait de leur citer les obscurs Darkified. « Hmmm… plaît-il ? » Formé en 1991 à partir des cendres de Grimorium, le groupe se séparera un an plus tard… Comme longévité, difficile de faire plus court. Un laps de temps qui aura tout de même suffit aux jeunes Suédois à enregistrer une démo (Dark) et un EP (Sleep Forever) sorti sur le label espagnol Drowned Productions. Une compilation A Dance On The Grave suivra en 1995 (désormais introuvable). Pourtant si vous êtres friands de Metal-Archives (pain béni pour dénicher de nouveaux groupes), le line-up de Darkified pèse son poids et en alerta quelques uns. Deux personnages bien connus de la scène metal en Suède : Joakim Göthberg aux fûts (Dimension Zero, ex-Marduk, ex-Cardinal Sin) et Roberth Karlsson à la basse (Facebreaker, Scar Symmetry, Tormented, ex-Edge Of Sanity, ex-Pan-Thy-Monium…). 20 ans après la séparation de Darkified, Vic Records (habitué à ce genre d’exercice) décide de ressortir du grenier les œuvres du groupe mais en y ajoutant aussi leur unique concert à Göteborg en 1991 (ainsi qu’une version « répétition » anecdotique de « Sleep Forever ») sous le remastering (parfait) de maître Swanö. Pour embellir l’objet, Erik Danielsson (Watain) s’occupera de l’artwork tandis que Dan Swanö ([liste de groupes tenant sur deux pages]), Uffe Cederlund (Disfear, ex-Entombed, ex-Nihilist, ex-Morbid) et Niklas Sundin (Dark Tranquillity) agrémenteront le booklet de quelques anecdotes.

La démo Dark démontre à première écoute une musique death metal à la base typique des prémices du style (Nihilist, Carnage, Grotesque…) : crade et bestial. Certains titres n’auraient d’ailleurs pas fait taches sur un album d’Edge Of Sanity (première époque : production et riffs) voire d’un plus récent « tribute » comme Bloodbath (la ressemblance entre « A Summon for the Nameless Horrors » et « Omnious Bloodvomit » est carrément flagrante). Pas étonnant quand on sait qu’en plus d’enregistrer la chose, Dan Swanö aura aussi mis son nez dans les compositions (à la guitare et aux claviers). « Claviers » effectivement, plutôt original pour l’époque (à l’instar d’un Cemetary) et qui se marie merveilleusement bien avec le reste des instruments. Résultat : un « evil death metal » à l’atmosphère « Lovecraftienne » oppressante (dès l’ « Intro » frissonnante) mettant un pied dans d’autres styles extrêmes émergeant, et plus particulièrement le black metal (Grotesque au porte étendard). On rappelle d’ailleurs qu’à ce moment là, Jocke Göthberg venait tout juste de former un certain Marduk (à la guitare et à la batterie). Compréhensible. Au centre, le frontman Martin Gustavsson aux hurlements jouissifs ponctués de lamentations poignantes (le hit « The Forgotten City » : « Leave Me Alone, I got nothing to do with this, Phnglui mglwnath cthulu, R'lyeh wghnagl fhtagh… »). Ces titres en « live » (« raw » au possible) de Darkified confirmeront son appétence pour le black metal (la reprise de Bathory est assez explicite). Une ambiance noire où les Suédois délivrent un concert d’une rare intensité (pour ne pas dire « chaotique ») et violence (tout particulièrement pour l’époque, nous ne somme qu’en 1991). Le chant possédé de Martin est juste hallucinant et la frappe de Jocke démentielle. La maturité des membres semble étonnante (certains n’étant même pas majeurs).

Sleep Forever demeure la partie la plus intéressante de cette compilation. L’EP qui ne contient que deux « réels » morceaux (l’inquiétant « The Whisperer In The Darkness » étant instrumental), vaut à lui seul son achat à mon sens, le titre éponyme « Sleep Forever » figurant assurément parmi les perles de ces années là. Darkified affûte son death metal aux teintes black et accouche d’une musique aux airs « pro » (en préparation d’un futur album). Des vagues de riffs atomiques (nuque en agonie à 2:12), des nappes de claviers toujours aussi mystiques et ce break (passage acoustique magnifique à 3:10) à vous crucifier sur place… Encore une fois, on retrouve le père Swanö (clairement le Midas de Suède, tout ce qu’il touche se transforme en or) au son (la production se veut cette fois nettement plus « propre »), à la guitare et aux claviers. Le tube « The Forgotten City » déjà présent sur la démo ne change pas tellement, il parait cela dit plus « carré » et potentiellement plus redoutable encore. 8 minutes au compteur ?! Rageant…

Frustrant et triste… Un an pour enregistrer quelques hits death metal « originaux » (relents black savoureux assez uniques pour l’époque) puis disparaître abruptement… Je n’ose imaginer la suite de la discographie de Darkified si ils ne s’étaient pas séparés, nous aurions très certainement eu droit à des albums de chevet ainsi qu’un nom à inscrire au panthéon du death metal suédois. La compilation Cthulhu Riseth (aisément trouvable à moins de 10€) saura pour sûr satisfaire ceux appréciant le style et souhaitant ajouter un groupe au statut « underground et culte » dans leur étagère.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Crom -Cruach
05/07/2012 18:54
Purée les Grands Anciens sont à la mode en ce moment: ça craint !!!
J'vais pas me tremper le cul à la mer cet été, on sait jamais !! Les Profonds nous guettent. AAAARGGH !!
AxGxB citer
AxGxB
04/07/2012 16:14
Je ne suis pas vraiment un néophyte mais j'étais complètement passé à côté de ce groupe. Ceci étant, après une écoute, je n'ai pas trouvé ça ultra mortel. A approfondir peut-être.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkified
Death Metal
2012 - Vic Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (3)  3.83/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Darkified
Darkified
Death Metal - 1991 † 1992 - Suède
  

vidéos
Sleep Forever
Sleep Forever
Darkified

Extrait de "Cthulhu Riseth"
  

tracklist
01.   Intro
02.   Howlings from the Darkness
03.   A Summon for the Nameless Horrors
04.   The Forgotten City
05.   Outro – Out from Darkness
06.   Sleep Forever
07.   The Forgotten City (1992 version)
08.   The Whisperer in the Darkness
09.   Intro (live)
10.   A Summon for the Nameless Horrors (live)
11.   Howlings from the Darkness (live)
12.   Enter the Eternal Fire (Bathory cover) (live)
13.   The Forgotten City (live)
14.   Sleep Forever (rehearsal)

Durée : 38:01

line up
parution
26 Mars 2012

Essayez aussi
Unleashed
Unleashed
Odalheim

2012 - Nuclear Blast Records
  
Uncanny
Uncanny
The Path Of Flesh (EP)

2012 - Dark Descent Records
  
Affliction Gate
Affliction Gate
Dying Alone (EP)

2016 - Transcending Obscurity
  
Vicious Art
Vicious Art
Pick Up This Sick Child

2008 - Mighty Music
  
Debauchery
Debauchery
Rage Of The Bloodbeast

2004 - Black Attakk
  

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique