chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
23 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Charon - Sulphur Seraph

Chronique

Charon Sulphur Seraph
(The Archon Principle)

Charon (prononcez karonne pour éviter la dévirilisation) est le fils des Ténèbres (Érèbe) et de la Nuit (Nyx) dans la mythologie grecque. Dieu psychopompe, il conduit les âmes des morts de l'autre côté de l'Achéron, un des fleuves de l'Enfer, en échange d'argent. C'est aussi l'un des satellites de Pluton, planète naine déchue de son statut de planète à part entière en 2006. Mais pour le coup, c'est surtout le nom d'un groupe de death metal allemand. Formé en 1997, Charon va se montrer très peu productif puisqu'il ne sortira que deux démos, un EP et un split avec Hatespawn (qui avait fait équipe avec Dead Congregation en 2008), les deux groupes partageant le même chanteur. Après quinze années d'existence, les Allemands, constitués du duo R.cc./Dthmngr entourés de musiciens de session, livrent enfin leur premier full-length Sulphur Seraph (The Archon Principle) en début d'année sur Sepulchral Voice Records, label underground de qualité (Excoriate, Grave Miasma, Venenum, Necros Christos...).

Même si je ne vous avais pas déjà indiqué le style de la formation, vous n'auriez sans doute pas mis longtemps à le découvrir. Les indices s'accumulent en effet en faveur d'un death metal evil: le nom du groupe, le logo, le titre de l'album, le label et la belle pochette à l'iconographie chrétienne souillée. Je tiens d'ailleurs à souligner que le groupe a soigné son package avec slipcase noir orné du logo du groupe en doré ainsi qu'un chouette livret comportant les paroles également imprimées en doré. Et oui, on peut être evil et classe! Et je dois dire que le titre de l'opus retranscrit à merveille ce qu'on retrouve sur Sulphur Seraph (The Archon Principle): une ambiance sulfureuse. Non seulement grâce une brutalité omniprésente à grands coups de blast-beats dont l'impact se trouve renforcé par une production à la fois massive et agressive, mais aussi par tout un tas de riffs aux mélodies dark forgés dans les fosses les plus profondes de l'Enfer. Sans oublier des paroles blasphématoires comme on les aimes écrites par Scorn de Katharsis. S'y ajoute un côté assez dense et chaotique, avec notamment quelques solos torturés et pas mal de larsens qui servent souvent de transition entre les huit morceaux de ce Sulphur Seraph (The Archon Principle), dont une intro classique issue de l'imagination morbide de Drakh (Katharsis à nouveau) à base de samples de cris de torture et de bruits de chaînes, ainsi qu'une outro instrumentale sombre et atmosphérique à faire pâlir de jalousie Incantation. Mais Charon, si ce n'est l'esprit evil, n'a pas grand chose à voir avec les Américains et développe un son, non pas novateur, mais personnel. Car à leur base death metal sale et méchant, les Teutons accolent des influences thrash (riffs et rythmiques) et black (riffs, atmosphère, vocaux) bienvenues. Le groupe est d'ailleurs qualifié de black/thrash sur Metal-Archives, étiquette que je ne partage pas puisque la musique du duo infernal se veut avant tout death metal. Cela permet en tout cas à la formation d'étoffer sa musique et de se démarquer des combos death old-school habituels. Et s'il y a bien un domaine dans lequel Charon s'émancipe, c'est le chant, où le groupe fait preuve de diversité et de personnalité (growls, shrieks reptiliens, murmures, grondements, cris de douleur, voix grave claire presque parlée..). On saluera donc le travail du versatile Dthmngr qui apporte énormément au son de Charon, à l'instar de Travis Ryan dans Cattle Decapitation (bien que différent, la volonté est la même).

Voilà donc une vraie bonne surprise que ce Sulphur Seraph (The Archon Principle), en cette année 2012 surtout marquée par les déceptions en ce qui me concerne. Point déçu je n'ai été ici, malgré quelques petits défauts comme la durée parfois exagérée de certains morceaux ("Solution... Averse... Tenebrous... Answer: Nothingness" presque 8 minutes, "Flagellum Horribils (Trident Lash)" à 7...) qui ne s'imposait pas. Certains pourront aussi se plaindre de la production peut-être trop propre pour le style. Un son plus raw et bestial aurait effectivement accentué la violence du propos et les influences BM mais la musique de Charon aurait perdu son côté heavy, massif et dense propre au death. Ça me va donc très bien comme ça, d'autant que le combo maîtrise les deux points essentiels du death metal: la brutalité et l'ambiance. Les influences thrash et black contribuent elles à diversifier le son teuton et à le rendre plus personnel, tout comme les vocaux variés aux intonations limite originales. Bref, si vous aimez le metal extrême brutal, evil, old-school, chaotique et sulfureux, Charon s'impose comme une cible de choix. Décidément, l'Allemagne n'en finit pas de nous fournir des putain de bons groupes!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
06/07/2012 07:59
J'avais hésité à le choper lorsque j'ai récupéré le Venenum il y a quelques mois. J'aurais du. Achat futur en tout cas.
gulo gulo citer
gulo gulo
05/07/2012 19:28
note: 8/10
mais dites donc ! c'est singulier, cette chose ! y a une ferveur et une extravagance qui me font davantage penser à du black, très croyant à la Nightbringer ou Ondskapt, et juste un soupçon de death dans certains graves - et puis, boudu, ces longs piaulements, là, qui doivent sûrement porter un nom, en jargon guitaristique ... je sens la bonne découverte, merci

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Charon
Sulphurous Thrashy Blackened Death Metal
2012 - Sepulchral Voice Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (4)  8.24/10

plus d'infos sur
Charon
Charon
Sulphurous Thrashy Blackened Death Metal - Allemagne
  

tracklist
01.   I
02.   Sulphur Seraph (The Archon Principle)
03.   Flagellum Horribils (Trident Lash)
04.   Ambassador of Bonds
05.   Thy Weapon
06.   Key to Nowhere - The Absolute
07.   Solution... Averse... Tenebrous... Answer: Nothingness
08.   II

Durée : 38'16

line up
parution
7 Janvier 2012

Moon
Render of the Veils
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique
Weird Fate
Cycle of Naught
Lire la chronique
Mercyless
Abject Offerings
Lire la chronique