chargement...

haut de page
15 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Lunar Aurora - Hoagascht

Chronique

Lunar Aurora Hoagascht
Même si LUNAR AURORA s’est formé et a sorti trois albums dans les années 90, il a plutôt marqué de son empreinte le black des années 2000 au point d’en être l’un des représentants les plus appréciés. Les 5 albums sortis à cette période sont devenus cultes pour beaucoup, et surtout des pièces maîtresses du début de millénaire au même titre que les LEVIATHAN, BLUT AUS NORD, DEATHSPELL OMEGA, SHINING ou DRUDKH. Comme ces formations, les Allemands se sont imposés sur la durée contrairement à d’autres qui symbolisent une époque ou un genre passé de mode (sympho, dépressif ou pagan...).

LUNAR AURORA a survécu aux années et ce malgré une longue pause qu’il nous a imposée entre 2007 et 2012, 5 années durant lesquelles on se demandait si ce repos ne serait pas éternel. Heureusement non, et voilà le groupe revenir subitement, sans tambours ni trompettes, sous la forme d’un duo. Sindar, présent depuis 1998, manque effectivement à l’appel, laissant Aran et Whyrhd s’occuper de tous les instruments et vocaux. Ce rétrécissement de line-up faisait partie des inquiétudes d’avant écoute, comme cette longue absence qui aurait pu être synonyme de changement de style. Tout le monde se demandait si le groupe allait jouer dans la même catégorie, et si cela était souhaitable ou non ! Le groupe a toujours eu du talent pour nous prendre à contrepied et mieux nous happer et c'est pourquoi chaque sortie est parvenue à imposer la patte LUNAR AURORA. Tous les albums possédent une touche personnelle, rendant difficile l’élection du meilleur.

Hoagascht ne déroge pas à la règle et certains vont être décontenancés à la première écoute à cause des passages atmosphériques plus nombreux qu’à l’accoutumée... La faute au concept, particulièrement explicite sur la pochette et le livret : la nature, la nuit. Effectivement, on a connu des thèmes plus agités, d’autant que LUNAR AURORA a choisi de s’attarder sur leurs côtés mystérieux. Les claviers sont du coup pratiquement omniprésents, installant une ambiance sereine, embrumée et enivrante. Alors la nuit n’est ni vraiment inquiétante, ni obscure mais éclairée par une pleine lune attentive et bienveillante.

Les riffs répétitifs aussi procurent cet effet hypnotique et laconique, parfois emprunté à BURZUM (« Im Gartn »), parfois similaire à MANETHEREN (« Sterna »). On se retrouve vite enfermé dans un cocon confortable difficile à percer. Il y a pourtant de la vie qui vient perturber ces décors : la batterie et les guitares sont à plusieurs reprises emballées, voire agressives durant les 52mn. Ces passages représentent des animaux nocturnes qui viennent s’accaparer les lieux (« Nachteule ») ou des visiteurs qui réveillent les animaux endormis en faisant frémir le sol (« Geisterwoid », « Beagliachda »). La civilisation, rurale, s’invite parfois dans ce monde et c’est alors que l’agressivité se fait le plus sentir (« Wedaleichtn »)... Ces éléments sont amenés naturellement et sans cassure, comme le groupe nous a habitués à le faire dans le passé mais étant donné que les claviers, parfois accompagnés de choeurs, ne disparaissent jamais et continuent de nous tenir la main, l’obscurité ne peut jamais s’imposer (« Habergoass », « Reng »). C’est pour cela que malgré la rage, c’est un sentiment d’apaisement qui règne.

Les optimistes s’en réjouiront, persuadés que le groupe est arrivé à maturité et que les deux trentenaires font partager leur sagesse à travers ces 8 titres oniriques, perdus aux frontières du rève. Chacune de ces pièces, naviguant entre 5.23 et 7.44 minutes, berce effectivement avec volupté et il est bien difficile de ne pas être transporté. L’album est bon, inspiré et travaillé. Il nous rassure sur la santé du groupe mais ne vaut pas ses prédécesseurs parce qu’il ne bouscule pas assez. Il n’a ni l’étoffe d’un Andacht, ni la profondeur d’un Zyklus et peu de passages reviennent nous hanter. En tous cas, LUNAR AURORA est de retour et prouve qu’il a les moyens pour reprendre une grande place au sein du black metal... au prochain essai.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

3 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
12/07/2012 18:05
Ikea Pas prévu de faire les vieux albums. Je ne chronique en fait que des nouveautés, des albums qui sont sortis dans l'année, et plus rarement l'année précédente. Mais Andacht est l'un des meilleurs de Lunar Aurora !
Momos citer
Momos
09/07/2012 17:51
Ikea a écrit : Pas de commentaires pour un groupe qui est pourtant un incontournable ? J'ai beau n'apprécier de lui que "Andacht" (chronique prévue ?) j'en suis tout étonné !
Excusez-moi, mais j'étais à Paris, moi, Monsieur!

L'aura de bon goût qui vous entoure dans ce post (surtout pour Andacht) me fait néanmoins perdre l'indignation que vous m'avez provoquée.
Ikea citer
Ikea
09/07/2012 00:58
Pas de commentaires pour un groupe qui est pourtant un incontournable ? J'ai beau n'apprécier de lui que "Andacht" (chronique prévue ?) j'en suis tout étonné !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Lunar Aurora
Black Metal Atmosphérique
2012 - Cold Dimension
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (16)  7.83/10

plus d'infos sur

tracklist
01.  Im Gartn
02.  Nachteule
03.  Sterna
04.  Beagliachda
05.  Håbergoaß
06.  Wedaleichtn
07.  Geisterwoid
08.  Reng

Durée : 52mn

paroles
line up

parution
Sortie : 06/03/2012

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Walknut
Walknut
Graveforests And Their Shadows

2007 - Stellar Winter Records
  
Rauhnåcht
Rauhnåcht
Urzeitgeist

2014 - Hammerheart Records
  
Forest Silence
Forest Silence
Philosophy Of Winter

2006 - Candlelight Records
  
Paysage D'Hiver
Paysage D'Hiver
Das Tor

2013 - Kunsthall Produktionen
  
Secrets Of The Moon
Secrets Of The Moon
The Ambience Of A Dead Star (MCD)

2004 - Lupus Lounge
  

report Live report
Enthroned + Mortuary Drape + Archgoat + Lvcifyre + Bestial Raids + Possession
chronique Chronique
Obscure Sphinx
Void Mother
chronique Chronique
Amestigon
Sun Of All Suns
chronique Chronique
A Very Old Ghost Behind The Farm
La Came Crude
chronique Chronique
Menace
Impact Velocity
chronique Chronique
Cynic
Kindly Bent To Free Us
chronique Chronique
Mysticum
In The Streams of Inferno
chronique Chronique
Erebus Enthroned
Temple Under Hell
chronique Chronique
Luror
The Iron Hand of Blackest Terror
chronique Chronique
Lifelover
Dekadens (EP)
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space II
chronique Chronique
Ormgård
Ormblot
chronique Chronique
Gravehill
Death Curse
chronique Chronique
Aborym
Dirty Remix (Compil.)
chronique Chronique
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)
chronique Chronique
Sarke
Aruagint
chronique Chronique
Terra Tenebrosa / The Old Wind
The Disfigurement Bowl / Serpent Me (Split 7")
chronique Chronique
Castevet
Summer Fences
chronique Chronique
Om
Pilgrimage
chronique Chronique
Sacrilege
Behind The Realms Of Madness
chronique Chronique
Merkabah
Moloch
chronique Chronique
Blut Aus Nord
Debemur MoRTi (EP)
chronique Chronique
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu
chronique Chronique
Mass Infection
For I Am Genocide
chronique Chronique
Abraham
The Serpent, the Prophet & the Whore
chronique Chronique
Rauhnåcht
Urzeitgeist
chronique Chronique
Vanhelga
Längtan
chronique Chronique
Cultes Des Ghoules
Henbane
chronique Chronique
Behemoth
The Satanist
chronique Chronique
Debauchery
Germany's Next Death Metal