chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
37 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The CNK - L'hymne à la joie

Chronique

The CNK L'hymne à la joie
Je me heurte à un assez gros dilemme personnel en chroniquant « L’hymne à la Joie » du groupe français The CNK.

Après un « Ultraviolence über Alles » intéressant à défaut d’être passionnant, la troupe française revient à la charge (toujours composée d’Heinrich et Hreidmarr, mais cette fois également gonflée par la présence de Sylvicious (Punish Yourself) et de Valnoir (Metastazis design). « Ultraviolence über Alles » posait le groupe comme une formation industrielle novatrice et intéressante dans la scène française. Seul problème, l’album manquait clairement de consistance ce qui amenait une lassitude omniprésente et poussait l’auditeur à ranger l’album dans le placard des disques qui prennent la poussière.

On dirait bien que The CNK s’en est rendu compte, car il est évident que le groupe à travaillé. Visuellement tout d’abord, exit la pochette un peu cheap de « Ultraviolence… ». Valnoir a repris les choses en main et c’est clairement un point positif. L’artwork est réussi, dans un délire très stalinien, et l’objet est beau. Par ailleurs le livret est complet, c’est donc un réél plaisir de le feuilleter et de lire ce qu’il contient. D’ailleurs les paroles sont assez excellentes, empreintes d’un second degré tout à faire ironique et délirant.

L’aspect massif du Stalinisme reflété sur le livret va d’ailleurs se traduire bien vite en musique. Le disque prend le parti d’être immense, voire d’être mégalomane. Le groupe prend le soin de glisser des orchestrations classiques, et des chœurs majestueux dans tous ses titres. Ceci pourrait paraître assez lourd voir pénible, mais finalement, le mélange est plutôt bien fait et apporte une identité au groupe. Identité, voilà ce que le CNK à cherché à mettre dans sa musique.

Tout est plus précis sur « L’hymne à la joie », les voix sont étudiées, la batterie parfaitement synchronisée et accompagnée de percussions martiales, les guitares et la basse sont bien fondues entre elles. Les voix s’améliorent elles aussi, en offrant un côté plus net, carré, tant sur les passages individuels que sur les effets de foule. Le cocktail est donc plutôt bien fait, grâce à la rugosité d’un métal industriel couplée à un ajout de musique classique forte et majestueuse. L’introduction annonce par exemple la couleur, en reprenant « L’hymne à la joie » de Beethoven. Si la recette CNK marche plutôt bien sur les très directs « Martialist » ou « Dinner is Ready », voire dans les titres plus longs et martiaux comme « Die Holzhammermethode », on ne pourra hélas pas en dire autant de tous les titres.

Ainsi « Cosa Nostra Klub » manque totalement d’attrait, alors que c’est paradoxalement le point fort du groupe sur « Total Eclipse of Dead Europa » par exemple. Rien ne se retient non plus du long « Inexorable Parade » ou du parfois pénible « Vote for Winners ». On citera de même « Судный день – The Doomsday », exemple incomparable du titre sur lequel on s’ennuie ferme. C’est là qu’est le Hic dans ce disque, mais pas que… Il est également bon de préciser qu’on se lasse assez vite de cet opus. Les titres accessibles et efficaces deviennent vite superflus, et les titres pénibles au départ ne s’améliorent absolument pas. Bref, ce disque vieillit très mal, à tel point qu’on le range bien vite au placard, après un laps de temps qui va de deux semaines à un mois suivant son achat. Pas la peine de s’éterniser des heures : on se fait chier.

Le dilemme, c’est que le bon chroniqueur devrait récompenser par une note correcte le travail accompli par le groupe. Il est impossible de dire que « L’hymne à la joie » est moins bon qu’ « Ultraviolence über alles », mais on ne peut pas non plus catégoriser ce dernier opus en tant que franche réussite du groupe. Il manque quelque chose pour obtenir un album agréable et que l’on réécoute régulièrement avec plaisir. Avec ce disque CNK vous convie à un moment particulièrement sympathique et intéressant dans sa démarche, mais malheureusement stoppé net dans sa progression par une lassitude trop prononcée et malheureusement incontournable.

Dommage, car même si CNK a bossé, ce disque a exactement les mêmes défauts que son prédécesseur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Ant1 citer
Ant1
12/07/2012 18:34
note: 8/10
FleshOvSatan a écrit : Bah je sais pas, certes y'a quelques titres qui m'accrochent comme je le dis dans la chro, mais je suis assez lassé de ce disque.
Par ailleurs, 2/3 titres sur dix que j'arrive encore à écouter sans m'ennuyer = 6/10, je trouve que j'ai pas trop saqué. Je voulais quand même récompenser le travail fait et la prise de risque. Mais j'attends un vrai CNK bon de A à Z.

Puis niveau Indus + Métal Extrême, y'a quand même nettement mieux, même sans aller dans les gloires du genre je trouve.
Je note que je préfère quand même celui-là au précédent. Ouais, CNK et moi, c'est pas vraiment le grand amour en gros même si je trouve ça sympathique à l'occasion.

Mais ta note est pafaitement expiquée et justifiée, pas de souci !
;-)
Je le trouve tout de même vachement cohérent, de bout en bout. Allez, je concède que Doomsday fait un creux sur la fin.
Saen_Ko citer
Saen_Ko
10/07/2012 16:25
Album que j'ai énormément attendu, car j'ai écouté en boucle le "UUA", et j'adore sa "simplicité", un bon gros défouloir.

Bref, j'attendais quelque chose de plus puissant, hormis deux trois chansons, je me suis ennuyé sur L'hymne à la joie.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
10/07/2012 16:11
note: 6/10
Bah je sais pas, certes y'a quelques titres qui m'accrochent comme je le dis dans la chro, mais je suis assez lassé de ce disque.
Par ailleurs, 2/3 titres sur dix que j'arrive encore à écouter sans m'ennuyer = 6/10, je trouve que j'ai pas trop saqué. Je voulais quand même récompenser le travail fait et la prise de risque. Mais j'attends un vrai CNK bon de A à Z.

Puis niveau Indus + Métal Extrême, y'a quand même nettement mieux, même sans aller dans les gloires du genre je trouve.
Je note que je préfère quand même celui-là au précédent. Ouais, CNK et moi, c'est pas vraiment le grand amour en gros même si je trouve ça sympathique à l'occasion.
citer
(ancien membre)
10/07/2012 12:18
note: 7.5/10
Suis d'accord avec ceux qui ne sont pas d'accord avec toi Flesh'.
Certes, je ne l'écoute jamais en entier d'un coup mais c le cas de la plupart des albums indus que je possède.
Même si l'intensité baisse sur la fin du skeud, 2/3 des titres vallent largement leur pesant de cahouèt'
Ant1 citer
Ant1
10/07/2012 07:22
note: 8/10
Pas d'accord avec la conclusion. Je le réécoutais il y a quelques jours, on se fait pas du tout chier sur la moitié de l'album !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
10/07/2012 02:34
note: 7.5/10
C'est un album à singles, dans le sens où il est plus agréable d'en écouter un titre à la fois plutôt que l'album d'une traite. Tandis que le précédent povait passer comme ça, tout d'un coup.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The CNK
Métal Industriel/ Symphonique
2007 - Season of Mist
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (7)  6.5/10
Webzines : (4)  7.73/10

plus d'infos sur
The CNK
The CNK
Métal Industriel/ Symphonique - France
  

tracklist
01.   L'hymne à la joie
02.   Cosa Nostra Klub
03.   The Martialist
04.   Total Eclipse of Dead Europa
05.   Vote for Winners
06.   Die Holzhammermethode
07.   Dinner is Ready
08.   The Doomsday
09.   Ineroxable Parade

Durée : 40.43 min.

line up
parution
6 Novembre 2007

voir aussi
The CNK
The CNK
Ultraviolence Über Alles

2002 - Kodiak Records
  

Motörhead
We Are Motörhead
Lire la chronique
Ultha
Converging Sins
Lire la chronique
Stench Price
Stench Price
Lire la chronique
Caveman Cult
Savage War Is Destiny
Lire la chronique
1996-2016 20 Years Tours
Shining + Slegest + Taake
Lire le live report
Sentient Horror
Ungodly Forms
Lire la chronique
Diapsiquir
180°
Lire la chronique
Crimson Moon
Oneironaut
Lire la chronique
Dead Congregation
Sombre Doom (EP)
Lire la chronique
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)
Lire la chronique
Okkultokrati
Raspberry Dawn
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)
Lire la chronique
Motörhead
Snake Bite Love
Lire la chronique