chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Death In June - The Wall Of Sacrifice

Chronique

Death In June The Wall Of Sacrifice
« J'ai fait un rêve qui a duré 3 nuits, la troisième nuit j'étais emmené dans une maison qui m'avait déjà été présentée dans les deux autres rêves. J'ai été conduit dans une chambre en haut où le plâtre des murs avait été enlevé, il n'y avait plus que des briques. Mais dans les briques, il y avait du sang et de l'eau gelés... En même temps que l'eau fondait, le sang s'égouttait. C'était le mur des sacrifices. A l'image du rêve où le sang et l'eau s'égouttent, la vie se déroule et forme un ruisseau qui s'écoule au gré de n'importe quel chemin. C'est la toile d'araignée. On est piégé, on est « gelé » mais ça va fondre inévitablement. Je crois en la destinée ».



C'est cette vision désabusée et fataliste de la vie qui a inspiré à Douglas Pearce, célèbre fondateur de DEATH IN JUNE en 1981 et sulfureux leader de cette entité jusqu'à aujourd'hui l'album The Wall of Sacrifice, pierre angulaire de la vaste discographie du Britannique. D'abord parue au format vinyl ultra limité en 1989, c'est son luxueux label New European Recordings qui sortira cette œuvre en CD en 1991. Une œuvre complexe, torturée, peut-être la plus noire et nauséeuse de toutes celles de l'instable tête pensante du plus renommé combo de Neofolk anglais. Une œuvre que l'on sent influencé par les pensées malsaines du bonhomme, plus que n'importe quel autre, d'autant plus dans l'alternance entre morceaux plus acoustiques et morceaux bruitistes. D'une part, la guitare est extrêmement minimaliste sur tout le disque : une seule et unique guitare dans quasiment tous les morceaux, sur laquelle se perche cette voix hypnotisante du martyr Pearce. Pas ou très peu d'accompagnement du genre trompettes, xylophone ou autres instruments que l'homme démocratisera dans ses albums suivants : ici, il est véritablement à nu, seulement caché par ses masques de théâtre et sa guitare. Son arme, outre la dague qu'il exhibe sur l'artwork magnifique de cet album, c'est la sueur qui se dégage de ses atmosphère tantôt martiales, tantôt mélancoliques à crever. Et il fait passer l'auditeur d'un état à l'autre sans transition...

Et c'est avec un morceau très difficile à appréhender que le leader attaque son album, par un véritable mur de sons sentant le souffre et le sinistre. Chants militaires superposés à des voix d'enfants puant l'innocence, notes fragiles de piano, « The Wall of Sacrifice » est un bloc indigeste de climats étouffants, de pôles presque désagréables qui se rencontrent pour guider la lente marche vers le fameux mur décrépi décri par notre poète dans son interview. Le Britannique arrive à recréer l'ambiance d'un rêve / cauchemar, avec ce mariage improbable d'éléments opposés qui sonne tellement onirique. Ce mélange mental étourdissant prépare le malheureux auditeur à aborder l'album, comme une terre d'Europe que l'on aurait labouré jusqu'à ce qu'elle devienne totalement inféconde. Un morceau schizophrène de 17 minutes qui exalte entièrement l'imagination, tantôt la tirant vers le haut, tantôt l'écrasant violemment entre ses notes totalitaires. Le moindre sample touche l'âme, comme si la personne qui parlait ou communiquait était dans la même pièce que nous, comme si les Bon, cet ensemble comporte certes certaines longueurs, la démarche totalitaire du créateur Pearce étant très difficile à suivre parfois. Et l'homme, lorsqu'il s'essaye à l'Ambient, peut être soit brillant (The World That Summer), soit bien plus contestable (la fin raté de All Pigs Must Die)... pour cet album, notre homme est en réussite, à l'image de l'autre grande réussite martiale « Bring In The Night » dans laquelle il pousse le minimalisme à son paroxysme, avec cette simple voix qui lance un message cryptique et invariable. A cela s'ajoute le très planant « Heilige Leben » qui diffuse des chants fantomatiques sur une simple note d'orgue pour un effet garanti... la conclusion du disque, « Death Is A Drummer » est encore plus radicale, puisque toute présence humaine y est absente, comme l'annonce d'ailleurs « Bring In The Night » si on écoute bien ses paroles très hostiles envers l'Homme en général. J'y ressens comme le lent écoulement de glace et de sang de ce mur du sacrifice, puisque la structure du morceau évoque carrément une matière visqueuse, plongeante et dégoulinante.

C'est aussi cet opus qui confirme le virage Neofolk adopté par le dictateur Pearce depuis quelques albums. Ses morceaux diffusent de plus en plus une mélancolie compressée, sobre et humble. Les morceaux Neofolk de ce disque s'en ressentent : notre homme se retrouve de plus en plus dans cette voie. Le véritable chef-d’œuvre « folk » n'est pourtant pas seulement à chercher du côté du perçant « Fall Apart », ballade culte de Douglas Pearce et grand moment d'émotion de sa discographie. Même si ce refrain obsédant touchera au cœur n'importe quel auditeur amateur de ce groupe, avec ce  « And why did you say that things shall fall ? And fall and fall and fall and fall apart... » qu'on se surprendra à avoir dans la tête en permanence une fois l'écoute du disque réalisée -et qu'il faudra évacuer en s'arrachant les cheveux un par un-, le cœur de l'album et son essence se trouvent pour moi dans le morceau « In Sacrilege », opportune collaboration avec David Tibet de CURRENT 93 dont la voix fantomatique est reconnaissable parmi mille. Duo total (à la fois aux guitares et aux voix), ce morceau über envoûtant exprime également la solitude la plus impénétrable de deux âmes en perdition. La voix de Tibet claque comme des coups de fouet : c'est un registre saccadé dans lequel il excelle et l'homme habite ce morceau comme un gardien de prison cruel... le mur, la prison, cet album fleure bon l’asile psychiatrique ! La « réponse » de Pearce à son frère ne se fait pas attendre avec un « Hullo Angel » de toute beauté, dernière salve Neofolk lancée dans un océan de brume renforcé par le morceau Ambient qui suit. Pierre angulaire, The Wall of Sacrifice l'est donc assurément : on sent la volonté chez Douglas Pearce de se vider de certains troubles récalcitrant pour passer définitivement à autre chose par la suite. Bien que ce ne soit pas son chef-d’œuvre absolu, surtout en comparaison avec ce qui suivra après, cela reste un grand disque de Neofolk, à la fois pour les morceaux du genre qu'il contient et pour ses expérimentations salvatrices... dans tous les cas, ce partage sanguin des cauchemars du soldat Pearce a quelque-chose de très intense et constitue une expérience dont on ne sort pas indemne !



DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
12/07/2012 01:49
note: 9/10
Je n'ai justement pas encore écouté Nada. Mais le morceau «She Said Destroy correspondait bien à ce que j'aimais dans le groupe...

Faut que je chope d'ailleurs la réédition.
Geisterber citer
Geisterber
12/07/2012 01:00
note: 8/10
Du coup je suppose que ton favori doit pas être loin d'être Nada! ? Pour moi c'est vraiment sa plus grande réussite à ce niveau (mix entre ces deux genres).
Momos citer
Momos
11/07/2012 23:33
note: 9/10
Geisterber a écrit : petit salaud pour la bouchée de pain. Je l'ai aussi en premier pressage CD mais ça m'a coûté plusieurs bouchées de pain, et c'était des baguettes bio.
Joli. Mort de Rire

Bizarrement, je préfère en effet quand Di6 mixe complètement Folk et martial/New-wave/Indus.
But What Ends... et Rose Clouds... m'attirent du coup moins, bien que je les aime beaucoup.
Geisterber citer
Geisterber
11/07/2012 19:56
note: 8/10
@ Crom : haha, ouais, avec que des baba cools qui parlent allemands.
@ Shining : petit salaud pour la bouchée de pain. Je l'ai aussi en premier pressage CD mais ça m'a coûté plusieurs bouchées de pain, et c'était des baguettes bio.
Ah ouais tu l'aimes moins que The Wall of Sacrifice But what ends... ? Franchement pour moi l'apogée de DI6 c'est les deux suivant ce The Wall of Sacrifice, je vais m'efforcer de les chroniquer ici d'ailleurs.
Momos citer
Momos
11/07/2012 19:47
note: 9/10
Album peut-être plus difficile que la moyenne chez Pearce, surtout dû aux premier et dernier morceaux, mais qui comme toujours possède un certains nombres de perles («In Sacrilege» en tête), et une certaine continuité.

Le début d'ailleurs d'un Folk plus épuré, bien moins indus que TWTS, annonçant le son BWEWTSS, que j'aime finalement moins.

À noter que j'ai eu la version originale en CD pour une bouchée de pain. Moqueur

Merci Geist.
citer
(ancien membre)
11/07/2012 19:43
Sinon il paraît Geist' que tu as créé un nouveau site où il y a que des baba cools, c'est vrai ??
Geisterber citer
Geisterber
11/07/2012 18:24
note: 8/10
Merci à toi !
Provocation avant tout je pense. Comme on peut le lire dans ses interviews, la politique n'intéresse absolument pas Douglas Pearce. A mon sens, l'utilisation de certains symboles prend réellement une valeur esthétique et ça fonctionne très bien je trouve!
Backstaber citer
Backstaber
11/07/2012 18:09
Chouette chronique !

Alors DiJ : fasciste ou antifa ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Death In June
Neofolk / Ambient
1989 - New European Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (2)  8.75/10

plus d'infos sur
Death In June
Death In June
Neofolk / Ambient - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   The Wall Of Sacrifice
02.   Giddy Giddy Carousel
03.   Heiligen Leben
04.   Fall Apart
05.   Bring In The Night
06.   In Sacrilege
07.   Hullo Angel
08.   Death Is A Drummer

Durée : 42:34

line up
Essayez aussi
Rome
Rome
Confessions d'un Voleur d'Ames

2007 - Cold Meat Industry
  
Rome
Rome
Masse Mensch Material

2008 - Cold Meat Industry
  
Rome
Rome
Nera

2006 - Cold Meat Industry
  

Dead Congregation
Sombre Doom (EP)
Lire la chronique
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)
Lire la chronique
Okkultokrati
Raspberry Dawn
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)
Lire la chronique
Motörhead
Snake Bite Love
Lire la chronique
Fluisteraars
Gelderland (EP)
Lire la chronique
Revel In Flesh
Emissary Of All Plagues
Lire la chronique
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)
Lire la chronique
Enthroned
Prophecies Of Pagan Fire
Lire la chronique
Qrixkuor
Three Devils Dance (EP)
Lire la chronique
Khonsu
The Xun Protectorate
Lire la chronique
While They Sleep
La Nausee
Lire la chronique
Ragnarok Tour
Dayazell + Wardruna
Lire le live report