chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bilocate - Summoning The Bygones

Chronique

Bilocate Summoning The Bygones
Retour sur le devant de la scène d’un de mes coups de coeur de 2008, les excellents BILOCATE dont le deuxième full length « Sudden Death Syndrome » m’avait laissé un très bon souvenir. Mais avant de nous plonger en détail dans le contenu de « Summoning The Bygones », précisons d’emblée que le groupe Jordanien a fait le choix de réenregistrer les trois quarts des titres de son premier sang « Dysphoria » (2005), seules « Beyond Inner Sleep » et « Dead Emotion » faisant office d’inédits, encore que cette dernière soit une reprise de PARADISE LOST.

N’ayant jamais porté l’oreille sur les compositions originelles, j’aborderai donc « Summoning The Bygones » comme l’album neuf d’une formation à fort potentiel, ici épaulée par Dan Swanö himself, en qualité de producteur comme de guest star de luxe (sur « Hypia » et la trilogie « A Desire To Leave »). Les die hard fans friands du moindre caméo du maître sont donc conviés à remettre la main au portefeuille, si tant est que l’ex BLOODBATH et EDGE OF SANITY ne les ait pas déjà mis sur la paille vu le nombre élevé d’apparitions de l’homme orchestre ! Et pour quelques dinars de plus, le doom death de tradition de BILOCATE vaut bien un crédit à la consommation supplémentaire, tant les qualités de la surprise « Sudden Death Syndrome » ne se sont pas évaporées en quatre ans dans le désert du Wadi Rum. Où l’on retrouve tout ce qui faisait le charme de leur deuxième opus, à savoir la voix d’outre tombe du puissant Ramzi Essayed et le chassé croisé très maitrisé entre notes de piano/nappes de claviers diffuses et riffs bien sombres ; un voyage première classe dans les catacombes des années 90, régulièrement illuminé par deux guitaristes n’ayant par leur pareil pour perdre l’auditeur dans un dédale de lignes mélodiques envoûtantes (amateurs de tapping sur fond de double pédale de fin de règne, sortez la tête de l’eau !) sur « The Tragedy Within » ou encore « Dead Emotion ». Cerise sur le caveau, BILOCATE a profité de l’intermède pour muscler son jeu – ou peut être n’ont-ils pas voulu dénaturer de trop un « Dysphoria » plus vindicatif – et c’est avec plaisir que l’on retrouvera quelques parties death à l’ancienne (« 2nd War In Heaven ») voire quelques envolées black (« Beyond Inner Sleep »). Quant aux parties de chant clair assurées par Swanö, elles sont suffisamment longues et inspirées pour apporter une véritable plus value à l’ensemble, ce qui n’est pas toujours gagné d’avance lorsque l’on cause featuring.

Cela étant posé, qui dit doom death dit forcément durée déraisonnable et fort de son heure et quart de durée totale, « Summoning The Bygones » n’échappe pas à la règle. Du coup, pour ceux qui comme moi ne fréquentent le genre que de manière occasionnelle (« Brave Murder Day » et « Morningrise » se sentent bien seuls au milieu des centaines d’albums de thrash qui composent ma disco personnelle), la dérive goth du duo « Passage » / « Dead Emotion » peut constituer un écueil de taille avant la reprise en main rythmique opérée sur « 2nd War In Heaven ». Car on ne se refait pas, le profane que je suis trouve bien plus son compte dans les parties death appuyées à la double pédale des premiers titres que dans le spoken words accompagné de piano de « Desire To Leave – Obscurity », pour n’en citer qu’une. Difficile toutefois de jeter l’opprobre sur un titre particulier tant BILOCATE prend un malin plaisir à les varier au sein d’un seul et même morceau. Non, c’est plutôt affaire de dosage ici et reconnaissons que le trop plein de pistes à rallonge alourdit un peu un « Summoning The Bygones » qui aurait gagné à raréfier les solis (Rami Haikal et Baha Farah en font parfois un peu trop) pour mieux les mettre en valeur. Dans le même ordre d’idée, même si la trilogie finale multiplie les morceaux de bravoure, on parvient trop épuisé à ce stade de l’écoute pour apprécier l’exercice à sa juste valeur. Malgré ces réserves de doom deatheux casual, le bilan reste très positif pour un BILOCATE qui confirme tout le bien que l’on pensait d’un des principaux animateurs de la scène moyen-orientale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bilocate
Doom death
2012 - Code666
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (19)  7.6/10

plus d'infos sur
Bilocate
Bilocate
Doom death - Jordanie
  

écoutez
tracklist
01.  The Tragedy Within
02.  Beyond Inner Sleep
03.  A Deadly Path
04.  Passage
05.  Dead Emotion (Paradise Lost Cover)
06.  Hypia
07.  2nd War In Heaven
08.  A Desire to Leave - Obscurity
09.  A Desire To Leave - Surrounding Hell
10.  A Desire To Leave - ... Of Leaving

Durée : 75 min.

line up
parution
11 Juin 2012

voir aussi
Bilocate
Bilocate
Sudden Death Syndrome

2008 - The End Records
  

Essayez aussi
Anathema
Anathema
The Silent Enigma

1995 - Peaceville Records
  
Kuolemanlaakso
Kuolemanlaakso
Tulijoutsen

2014 - Svart Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
The Fourth Dimension

1994 - Nuclear Blast
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Canto III

2013 - Kaotoxin Records
  
Hesper Payne
Hesper Payne
Unclean Rituals

2010 - Works Of Ein
  

Motörhead
We Are Motörhead
Lire la chronique
Ultha
Converging Sins
Lire la chronique
Stench Price
Stench Price
Lire la chronique
Caveman Cult
Savage War Is Destiny
Lire la chronique
1996-2016 20 Years Tours
Shining + Slegest + Taake
Lire le live report
Sentient Horror
Ungodly Forms
Lire la chronique
Diapsiquir
180°
Lire la chronique
Crimson Moon
Oneironaut
Lire la chronique
Dead Congregation
Sombre Doom (EP)
Lire la chronique
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)
Lire la chronique
Okkultokrati
Raspberry Dawn
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)
Lire la chronique
Motörhead
Snake Bite Love
Lire la chronique