chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
77 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Amon Amarth - Versus The World

Chronique

Amon Amarth Versus The World
Si "Death In Fire" est devenu le titre de conclusion de la plupart des concerts d’Amon Amarth, c'est qu'il y a une bonne raison. Qu'il figure en tête sur l'album qui fût le premier "succès" du groupe n'y est pas étranger; qu'il soit une synthèse efficace et concise du heavy saupoudré de death scandinave des Suédois en est une autre. Quoi qu’il en soit, ce « Versus the World » est une pierre angulaire de leur discographie, et le pinacle d’un groupe qui n’a jamais évolué mais toujours proposé des albums dans l’ensemble de qualité.

Suite directe d’un « The Crusher » qui était aussi compact dans sa construction que puissamment produit, « Versus The World » (en tout cas dans sa version originale, l’album ayant été remasterisé lors d’une réédition il y a 2-3 ans) est étonnamment plus timide et fluet en comparaison. Fini les chevauchées heavy, avec un Johann Hegg hurlant à tue tête qu’il décapiterait le premier qui toucherait à sa pinte de cervoise ; avec « Versus the World » l’ambiance est plus sérieuse, un brin mélancolique et les mélodies ont un caractère plus mature, moins guerrier. Mettons de côté la « Mort par le Feu » qui a prouvé la persistance d’un aspect revanchard chez nos 5 grands gaillards, et penchons nous sur le berceau des 8 autres titres : l’inauguration de « For The Stabwounds In Our Backs » par exemple. Tiens, de la mélodie utilisée autrement qu’en fond sonore d’une charge de cavalerie ? Mais, que fait ce lead un brin mélancolique sur le couplet d’ « Across the Rainbow Bridge » ? Sur l’intro de « …And Soon the World Will Cease to Be ? » Mais, mais, mais… qu’est-ce que cette rythmique sur « Thousand Years of Oppression » ? Un riff en palm mute, presque calme, et Hegg qui … PARLE ? Il ne hurle pas ? On se calme, la tendance s’inverse ensuite, mais vous aurez compris que l’ambiance globale est moins portée sur la surenchère guerrière qu’à l’accoutumée, et que le groupe prend ici le parti de développer un autre aspect de sa personnalité, plus soft et non moins excellente. Si vous ne devez retenir qu’un titre, retenez justement ce « Thousand Years of Oppression », qui est la synthèse parfaite de l’album, et comprend une belle montée en pression à 2mn30

Pour autant, le côté grand gueule du groupe, foutrement heavy « mon slip panthère in your face », n’est pas complètement absent : le titre éponyme est ainsi taillé pour la scène, on imagine aisément les foules scander à l’unisson « Versus the World » une fois son riff de couplet déroulé ; mais c’est « Bloodshed » qui obtient la palme de celui qui beugle le plus fort, avec une structure extrêmement similaire à celle de son confrère précédemment cité, mais que voulez vous la recette fonctionne ici encore mieux ! « BLOOOD-SHED », le poing levé vers les cieux, vraiment ça a de la gueule, aussi ridicule que cela puisse paraître.

Si vous ne devez posséder qu’un album d’Amon Amarth dans l’absolu, c’est celui là. 9 chansons excellentes, et qui montrent une facette apaisée d’un groupe qui donnait jusqu’alors dans la démesure. « Versus the World » évite également à mon sens de tomber dans le « mou », malgré une prédominance de mid-tempos ; écueil que son successeur « Fate of Norns » n’évitera malheureusement pas. Dans la discographie d’un groupe qui frôle souvent le point de non-retour à force d’être aussi facilement mémorisable que rapidement oublié, « Versus the World » fait office d’exception réelle et sérieuse, qui pourrait sérieusement remettre en cause votre vision un brin négative de ces Manowar Suédois. A essayer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jotun35 citer
Jotun35
21/07/2012 11:44
Bonne chronique Chris ! Clin d'oeil

Probablement parmis les 10 premiers albums de metal que j'ai acheté dans ma "jeunesse" et clairement l'un de mes préféré du groupe !
Je le mettrais à égalité avec "With Oden On Our Side" par contre, dernier album vraiment couillu du groupe avec "Asator" qui déchire tout à chaque fois qu'il est joué en concert.
Sur cet album il y a aussi "Where Silent Gods Stand Guard" et ses lyrics assez gores qui poutre bien comme il faut.
citer
(ancien membre)
17/07/2012 16:43
note: 7/10
Et sans oublier le poil dedans !!
cglaume citer
cglaume
17/07/2012 00:38
note: 9.5/10
Du bonheur avec du poil autour !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amon Amarth
Viking Metal
2002 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  7.71/10
Webzines : (20)  7.96/10

plus d'infos sur
Amon Amarth
Amon Amarth
Heavy / Viking Metal - Suède
  

vidéos
Death in fire
Death in fire
Amon Amarth

Extrait de "Versus The World"
  

tracklist
01.   Death in fire
02.   For the stabwounds in our backs
03.   Where silent gods stand guard
04.   Vs the world
05.   Across the rainbow bridge
06.   Down the slopes of death
07.   Thousand years of oppression
08.   Bloodshed
09.   ...And soon the world will cease to be

line up
voir aussi
Amon Amarth
Amon Amarth
With Oden On Our Side

2006 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
The Avenger

1999 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
Twilight of the Thunder God

2008 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
Surtur Rising

2011 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
The Crusher

2000 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Månegarm
Månegarm
Legions of the North

2013 - Napalm Records
  
Turisas
Turisas
Battle Metal

2004 - Century Media
  
Moonsorrow
Moonsorrow
Voimasta Ja Kunniasta

2001 - Spikefarm Records
  
Thyrfing
Thyrfing
Farsotstider

2005 - Hammerheart Records
  
Thyrfing
Thyrfing
Hels Vite

2008 - Regain Records
  

Throane
Derrière-Nous, La Lumière
Lire la chronique
Oathbreaker
Rheia
Lire la chronique
Manetheren
The End
Lire la chronique
Bekëth Nexëhmü
De Dunkla Herrarna
Lire la chronique
Lock Up
Demonization
Lire la chronique
Benighted
Lire le live report
Pestifer
Execration Diatribes
Lire la chronique
Black Metal Japonais - L'homme qui en savait trop
Lire le podcast
Diablerie
The Catalyst Vol. 1: Control
Lire la chronique
Sale Freux
Vindilis
Lire la chronique
Atomikylä
Keräily
Lire la chronique
Infamovs
Under The Seals Of Death
Lire la chronique
Sinmara / Misþyrming
Ivory Stone / Hof (Split 10")
Lire la chronique
Bear Mace
Butchering The Colossus
Lire la chronique
Impious
Terror Succeeds
Lire la chronique
Malevolent Creation
Retribution
Lire la chronique
Machinae Supremacy
Into the Night World
Lire la chronique
Goûter d'anniv'Asile !
Atavisma + Grusterror
Lire le live report
Mordbrand
Wilt
Lire la chronique
Omnizide
NekroRegime
Lire la chronique
Satan
Un Deuil Indien
Lire la chronique
Cnoc An Tursa
The Forty Five
Lire la chronique
Power Trip
Nightmare Logic
Lire la chronique
Code Orange
Forever
Lire la chronique
Brutality
Sea Of Ignorance
Lire la chronique
Insomnium
Winter's Gate
Lire la chronique
Candelabrum
The Gathering (Compil.)
Lire la chronique
Bornholm
Primaeval Pantheons
Lire la chronique
Noctem pour l'album "Haeresis"
Lire l'interview
黒狂
KOKUKYOU (Démo)
Lire la chronique