chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
24 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Al-Kamar - Bôshitsushita Kyôki no Mikazuki kara Seitanshita Tsukikage no Shôjo (The Style of Forgotten Vampires)

Chronique

Al-Kamar Bôshitsushita Kyôki no Mikazuki kara Seitanshita Tsukikage no Shôjo (The Style of Forgotten Vampires)
AL-KAMAR est un groupe qui, sur le papier, peut attiser la curiosité des éclectiques. Né en 2009, il cite sans avarice tout un tas de groupes dans ses influences dont ALCEST, CHAPTER HOUSE, RIDE, RAINBOW, ORPHANED LAND et SHINING. Même si on a du mal à imaginer le mélange, on devine qu’on aura du shoegaze et des expérimentations.

Son premier album sorti en 2011était finalement une sorte de post-black dépressif immature naviguant entre une haine misanthropique et une envie touchante d’espoir. L’originalité principale n’apparaissait que sur trois morceaux mais elle faisait tiquer les oreilles. Il s’agissait d'une voix totalement atypique et irréelle, similaire à celle de Mimi la Souris ! C'est à dire une voix suraigüe syntéthique, créée soit par un trafic informatique quelconque soit par l’inhalation abusive d’hélium. Vous imaginez la surprise à la première écoute ! Cela avait le don de repousser tout en entrainant un charme incompréhensible. On l’écoutait alors avec tendresse comme on regarde un enfant déguisé en arbre au spectacle de la kermesse à l'école.

Le deuxième album arrive donc près d'un an plus tard et notre petit est de retour pour la fête scolaire. A-t-il changé de rôle ? Et bien non, il joue encore l’arbre, mais cette fois-ci il a peaufiné son jeu et arbore de jolis fruits rouges. La pochette est ainsi toujours dans le même ton avec son design manga qui ne colle décidément pas au monde du black, même shoegazé. Ce visuel à gros yeux tend à castrer l’imagination et surtout à laisser croire que le groupe est gentillet, niais, inoffensif. Le titre ne rattrape pas grand-chose et est passé de l’anglais simple du premier méfait ("Abstract Spread") a du japonais tout aussi simple(t), mais à rallonge : Bôshitsushita Kyôki no Mikazuki kara Seitanshita Tsukikage no Shôjo, soit "La jeune fille de l'ombre lunaire, folle et oubliée, qui est née du croissant de lune". On préfèrera sûrement le sous-titre anglais "The Style of Forgotten Vampires". Bref, visuels et titres sont assez lourdingues même s’ils démontrent un effort pour créer un monde personnel et original. En tous cas ils ne laissent sûrement pas imaginer la violence contenue en partie sur les 10 titres.

Comme sur « Tamashi wo Kurau Mono » (Ce qui Bouffe l’Âme en français), certains passages proposent des ambiances surexcitées et torturées à souhait pouvant être rapprochées des autres Nippons d’ENDLESS DISMAL MOAN. Seulement ils sont minoritaires et apparaissent entre des parties plus claires et envolées à tendance post-punk / shoegaze. Ces dernières prennent plus de place et représentent carrément l’intégralité de quelques morceaux. L’ensemble est cependant bien géré et inventif. En tout cas, des progrès ont été faits et la qualité est moins hachée qu’avant. Il n’y a que sur la fin qu’on trouve des redites et des longueurs abyssales. La conclusion ambiante de 11 minutes, « Bōshitsu ni nezasu rintoshita suzu no neiro » (Le Son de la Cloche Digne Enracinée dans sa Perte) est trèèèèèèèès chiante et la nouvelle version d’un ancien titre placée en dernière piste est plus mauvaise que l’originale (« Pessimism »). Le dernier quart d’heure est donc à zapper totalement.

Par contre, pour apprécier les 40 premières minutes, il faut déjà avoir de l’intérêt dans le post-black / post-punk / post-machin, mais aussi parvenir à supporter les vocaux, cibles à polémiques. Ceux masculins restent variés et principalement bestiaux, mais à la place des cris stridents qui étaient les plus marquants et réussis sur le premier album, on trouve un peu de chant clair en japonais déclamé style visual key. C’est sur « Itetsuku Hi no Hikari » (La lumière froide du soleil) et « Recognition Swap ». Même si on n’aime pas, cela rend l’album plus riche. De plus, la voix stridente synthétique de Mimi la Souris n’est plus là, et on la regrette presque tant elle était unique. On en retrouve une synthétique mais bien moins marquée sur « Oborozuki » (Lune Floue), et une voix féminine plus humaine et douce pousse la chansonnette sur « Jôgen no Tsuki » (Quart de Lune). Autre passage douloureux, des Lala Lalalala immondes sur « Recognition Swap », les plus faux de toute l’histoire de la musique !

En résumé, AL-KAMAR est un disciple d’ALCEST qui se la joue aussi poète en proposant un voyage lunaire. Au moins il faut reconnaître que c'est space, proche ou non de la lune, et ce n’est pas nécessairement un compliment. La particularité de ce disciple est d’avoir de sérieux problèmes de schizophrénie et de devenir violent subitement. Il aurait dû en user un peu plus car cette fois-ci c'est un peu trop sage. Bien que les compositions soient plus abouties que sur le premier album, ça reste donc encore perfectible.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
14/07/2012 09:11
Tu peux le trouver ainsi que le premier chez Zero Dimensional Records : http://zero-dimensional.ocnk.net/product-list?keyword=al+kamar&Submit=%E6%A4%9C%E7%B4%A2
Momos citer
Momos
14/07/2012 04:44
Je te trouve aussi assez sévère niveau note, comparé à la chronique, sacré Sakri!

Je mentirais en disant que cet artwork kawai-otaku ne m'attire pas.
Où peut-on choper ceci?
Sakrifiss citer
Sakrifiss
14/07/2012 02:35
Merci pour ton opinion ! Il y a de bons passages, mais vraiment des problèmes sur les voix qui sont à améliorer et encore du travail à fournir.
je pense que je décris trop sans être assez clair sur mon opinion. C'est parce que je préfère mettre en avant la musique, e que n'importe quoi peut plaire à n'importe qui. J'essaie de guider les personnes éventuellement intéressées. Par contre, l'extrait en écoute est l'un de ceux sans vocaux masculins ni grande violence... A tester sur leurs sites d'autres morceaux.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
13/07/2012 20:14
C'est dommage la chronique est vraiment bien ça m'a donné envie de découvrir. Mais quand j'ai écouté j'imagine tout ces guignols en cosplay. Pas pour moi DU TOUT ! J'ai pas compris le 5.5 tu avais l'air d'apprécier.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Al-Kamar
Black shoegaze post-punk
2012 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Al-Kamar
Al-Kamar
Black shoegaze - Japon
  

tracklist
01.   Shigi Hateni Kuiha Nao
02.   Tamashi wo Kurau Mono
03.   Jôgen no Tsuki
04.   Lost Snow
05.   Recognition Swap
06.   Itetsuku Hi no Hikari
07.   Oborozuki
08.   Nichijô he no Kaiki
09.   Bôshitsu ni Nezasu Rintoshita Suzu no Neiro
10.   Pessimism (Studio Rec)

Durée : 53 min.

line up
voir aussi
Al-Kamar
Al-Kamar
枯れた献花台 (Kareta Kenkadaï)

2013 - Autoproduction
  

1996-2016 20 Years Tours
Shining + Slegest + Taake
Lire le live report
Sentient Horror
Ungodly Forms
Lire la chronique
Diapsiquir
180°
Lire la chronique
Crimson Moon
Oneironaut
Lire la chronique
Dead Congregation
Sombre Doom (EP)
Lire la chronique
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)
Lire la chronique
Okkultokrati
Raspberry Dawn
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)
Lire la chronique
Motörhead
Snake Bite Love
Lire la chronique
Fluisteraars
Gelderland (EP)
Lire la chronique
Revel In Flesh
Emissary Of All Plagues
Lire la chronique
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)
Lire la chronique
Enthroned
Prophecies Of Pagan Fire
Lire la chronique