chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
50 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ahab - The Giant

Chronique

Ahab The Giant
La preuve par l’image : Les deux premiers albums d’Ahab présentaient des artworks austères, où la grandeur de leur funeral doom/death trouvait à s’exprimer aux travers de peintures classiques figurant chacune à leur manière la bataille opposant l’homme aux océans. Des illustrations on ne peut plus adaptées, leur magnificence d’un autre âge devenant une clé pour lire une musique pareillement symbolique. The Giant, quant à lui, tranche par un dessin éloigné du concept rencontré auparavant, non pas par ses thèmes – l’eau et sa fureur sont toujours présentes – mais son côté « Comics » étrange pour une formation ancrée dans le traditionnel, au point d’entrainer incompréhension puis déception. L’objet est moche. Il donne peur, même. Et malheureusement, il n’est pas le seul élément à déplorer ici.

En effet, le sentiment causé par la vision de la pochette trouve écho dans ce troisième jet, celui-ci fonçant tête baissée dans une direction que The Divinity of Oceans avait su éviter : remplacer définitivement le funeral doom ayant fait le succès d’Ahab par un doom/death atmosphérique déraisonnablement simpliste. Là où son prédécesseur faisait se demander quel Dieu les Allemands vénéraient, The Giant laisse penser qu’il ne se trouve nulle part et certainement pas dans ces structures empruntant leur linéarité au post-rock (introduction arpégée/guitares heavy/break en guise d’accalmie/relance… Vous êtes sûrs que ce n’est pas Caspian s’essayant au doom que j’écoute ?). Une perte en inspiration que le chant clair de Daniel Droste maquille peu, tout juste le temps de premières plongées encourageantes où la relève d’un Pantheist parti vers un rock/doom suranné semble assurée, le leader des créateurs de The Call of the Wretched Sea n’ayant rien perdu de sa pureté plaintive. Le principal grief se fait à l’encontre des moments lourds des compositions : ils ne sont que lourds, appuyant sans but autre qu’un changement de rythme des parties cadrées à en devenir convenues incapables de transmettre cette ambiance aqueuse dont le groupe se veut le conteur. Dépourvues de cette capacité à écraser d’hectolitres sans prévenir, les variations de « Deliverance Shouting at the Dead » ont du mal à faire valoir leur contraste, rendant les passages liturgiques peu prenants. A ce sujet, la production de l’ensemble est révélatrice : cristalline mais aseptisée, peinant à transmettre la beauté esseulée d’un The Divinity of Oceans, elle ajoute du chlore à ce qui n’a déjà plus grand-chose d’un voyage en haute-mer.

Voir Ahab se contenter du petit bassin après avoir dépeint des profondeurs aussi abstraites que concrètes, forcément, la tentation de s’énerver et écrire des métaphores pourries telles que « jeter le bébé avec l’eau du bain » est grande ! C’est sans compter sur trois morceaux rattrapant partiellement l’inégalité parcourue (notamment lors du titre-éponyme et « Fathoms Deep Blue » – les œuvres d’Ahab ont toujours faibli dans leurs conclusions mais là, le pompon est tenu en matière de rabâchage !) et permettant à The Giant de trouver temporairement une place parmi ses ainés : « Further South » et « Aeons Ellapse » (l’un ouvrant l’opus par une solitude recueillie aperçue sur The Divinity of Oceans, l’autre jouant d’une voix posant puissamment sa déroute et guitares ballotant leur vague à l’âme) ainsi qu’« Antarctica the Polymorphess » et sa formule sublimée où les plages électro-acoustiques transpercent de froideur aigüe et religiosité éperdue, des notes grêles s’écoulant lentement jusqu’à une libération par l’amplification et un Daniel Droste nous offrant une de ses performances les plus éclatantes.

La preuve par l’image : le trait est forcé, le graphisme enfantin bien que parfois en grande pompe, assez pour se croire dans un « Pirates des Caraïbes » mais trop peu pour faire une quelconque référence à Melville. Une sacrée redescente sur terre pour qui imaginait Ahab continuer à emprunter des voies solennelles où la mélodicité sert l’isolement et l’appel implorant qui veut bien l’entendre. Sûr, la note pourra paraître salée ; il n’en est pas de même concernant ce disque, The Giant laissant finalement un goût trop fade au palais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

4 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
19/07/2012 21:19
gulo gulo a écrit : au fait t'es sûr, pour le "palet" ?

Je l'étais mais en fait c'est faux. Corrigé, merci !
gulo gulo citer
gulo gulo
19/07/2012 20:47
au fait t'es sûr, pour le "palet" ?
Henrik citer
Henrik
17/07/2012 19:37
Ouep j'ai le même avis que toi, là où les deux premiers nous écrasaient par une lourdeur agréable et irrésistible. The Giant patauge malhabilement dans un style qu'on ne veut surtout pas entendre chez Ahab, le post-rock déclinant.
gulo gulo citer
gulo gulo
17/07/2012 19:20
deux morceaux et puis s'en vont ; merci d'avoir eu le courage de t'acharner pour me le confirmer

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Ahab
Doom/Death atmosphérique
2012 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (26)  8.03/10

plus d'infos sur
Ahab
Ahab
Doom/Death atmosphérique - Allemagne
  

tracklist
01.   Further South
02.   Aeons Elapse
03.   Deliverance Shouting at the Dead
04.   Antarctica the Polymorphess
05.   Fathoms Deep Blue
06.   The Giant

Durée : 61 Mns

line up
parution
25 Mai 2012

voir aussi
Ahab
Ahab
The Call Of The Wretched Sea

2006 - Napalm Records
  
Ahab
Ahab
The Divinity Of Oceans

2009 - Napalm Records
  

Essayez plutôt
Mar de Grises
Mar de Grises
Streams Inwards

2010 - Season of Mist
  
The Fall of Every Season
The Fall of Every Season
From Below

2007 - Aftermath Music
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
New Moon

2009 - Spinefarm Records
  
Hanging Garden
Hanging Garden
I Was a Soldier (EP)

2013 - Lifeforce Records
  
Hanging Garden
Hanging Garden
At Every Door

2013 - Lifeforce Records
  

Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique