chargement...

haut de page
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Haemoth - Satanik Terrorism

Chronique

Haemoth Satanik Terrorism
Qui ne connaît pas Haemoth dans la place ?

On pourra dire que ces deux français se seront taillés une place de choix dans nos nombreux et fourmillants trésors hexagonaux (cherchez pas, je dédicace cette expression à un ami !). D’ailleurs, quoi de plus normal puisque c’est cette personne qui m’a donné la motivation pour insister sur Haemoth, un groupe que je connaissais mais que j’avais jugé un peu vite ! Il méritait donc bien un petit hommage personnel, mais passons et venons-en au fait !

Haemoth est l’essence d’un true-black sans aucun compromis et saupoudré d’une aura orthodoxe et démoniaque incontestable. Haemoth ne cherche pas les ambiances frissonnantes et ne glisse pas de soubresauts païens ou atmosphériques dans son Black Metal pour titiller les ovaires du badaud. D’ailleurs il y a fort à parier qu’Haemoth s’en tamponne le coquillard de ce que peuvent penser ceux qui posent l’oreille sur un album du combo. Haemoth n’est que l’art noir au sens premier du terme et mine de rien, ce n'est pas si évident que ça.

Excessivement brutal, intrinsèquement true et résolument orthodoxe : voilà comment résumer la recette que le groupe applique depuis sa création jusqu’à aujourd’hui et ce avec une régularité sans faille. Et donc, le point de départ chronologique de cette riche discographie se situe en 1998, au moment où Syht rencontre son camarade Haemoth (oui, comme le nom du groupe et vu que ce n’est pas très pratique, on appellera le bonhomme Hth, pseudo qu’il utilise dans ses autres projets comme Spektr…). C’est seulement cinq ans après cette rencontre que les deux membres vont nous lâcher leur première bombe sur la caboche : « Satanik Terrorism ».

Un disque qui va annoncer joyeusement la couleur du projet de toute une vie. D’abord, cette production unique, grésillante, dévorée par les fréquences aiguës et surpuissante (on ne dirait pas, mais vous vous en rendrez compte si vous comparez la production des démos avec celle de l’album…) fait partie des marques de fabrique du combo. Stridente, presque paralysante, c’est la première réussite de ce disque. Le disque hurle dans nos oreilles et en plus Hth hurle en saturé de tout son être sur ce rendu sonore déjà proche de la souffrance. Une putain d’agression auditive pour faire simple.

Et Haemoth ne s’arrête pas là, puisque Syht claque un jeu de batterie dévastateur avec un rendu sonore étouffé et porté sur les cymbales qui sublime le tout. Point de subtilité ici, on a droit à un déchaînement de blasts, de double pédale et de quelques passages lents très binaires mais simplement jouissifs. Rajoutez aussi une immense basse très saturée dans les trèbles, mais paradoxalement incroyablement dense et lourde.

Pour les riffs, on peut dire que l’homme à fait dans la simplicité. Des cordes à vide, des dissonances des familles et des gros accords efficaces, le tout gratté à la vitesse grand V. Mais tout ceci est finalement une preuve que c’est dans les pots les plus communs qu’on fait les meilleures soupes et que le riffing est une science que Hth a étudiée avec le plus grand soin. Aucun temps mort ne viendra gâcher ces sept titres de pure folie qui bénéficient d’une haine hors du commun. Une grosse palpitation cardiaque accélérée qui vous fait VIVRE la musique, qui vous force à la prendre telle qu’elle est et à la ressentir au plus profond de vous. Loin des plaines glacées, mais ancré dans les tréfonds d’un enfer ardent et incontrôlable. Voilà ce qu’est Satanik Terrorism et « Sekth », « Agios Ô Baphomet ! » ou le titre éponyme ne me contrediront certainement pas.

Premier coup de maître pour le duo Picard, qui signe le premier opus d’un groupe qui n’aura de cesse de rester égal à lui-même en qualité, et toujours parfaitement intègre au style qu’il a su créer. On pourra juste signaler que ce disque est résolument introuvable (à moins d’être un gros chanceux comme moi…) car limité à 500 exemplaires et sold-out depuis belle lurette. Je vous conseille donc de vous rabattre sur les versions vinyles, en général plus abordables (encore qu’elles tournent généralement vers les 20/30€) ou de faire preuve comme moi d’une patience à la limite du légendaire… Néanmoins, n’hésitez pas à débourser un peu pour vous procurez ce disque, il vous le rendra bien !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

6 COMMENTAIRE(S)

citer
(ancien membre)
17/07/2012 19:49
Oui bon d'accord Glouton, alors okay.... pas mieux car je suis à l'apéro mais tu perds rien pour attendre...

Je connais certaines personne qui ne prennent pas les adorateurs du petit Bouc (parce que un bouc c'est petit !!) pour des canards sauvages (références à deux balles).
gulo gulo citer
gulo gulo
17/07/2012 18:57
les satanistes étant une secte de chrétiens, et même une des plus portées sur l'orthodoxie (dans le metal du moins), il n'y a rien pour choquer
citer
(ancien membre)
17/07/2012 18:49
J'ai fait un "bon" mot pour la forme mon ptit Flesh' mais il faut que je tente ce groupe, ça me changera du Crust crasseux de l'été tiens !!

Au fait pour des satanistes le terme orthodoxe m'a toujours fait sourire (et pas besoin de m'expliquer le BM orthodoxe les Blackeux hein !)
Invité citer
FleshOvSatan
17/07/2012 17:33
Oui Crom, on pourrait dire ça comme ça, mais c'est pour moi le meilleur Haemoth (avec Kontamination, un cran au dessous quand même).
citer
(ancien membre)
17/07/2012 16:46
Des Picards fatals pourrait- on dire ?
Backstaber citer
Backstaber
17/07/2012 16:32
note: 8.5/10
Excellent album ! Effectivement, la prod est à souligner tant elle renforce l'ambiance de folie glaciale

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Haemoth
True Black Metal / Orthodoxe
2003 - Broken wings Productions
2005 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (3)  5.17/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Invasion
02.  Sekth
03.  Satanik Terrorism
04.  Infested
05.  Agios Ô Baphomet!
06.  Supremacy
07.  Aeterne Diabolus
(8. Satanik Terrorism -Demo Version-, uniquement sur le pressage vinyle)

Durée : 39.33

line up

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Haemoth
Haemoth
Mortuales Delicti (Compil.)
(The Demonik Prophecies)

2011 - Nihilward
  
Haemoth
Haemoth
In Nomine Odium

2011 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Dark Opus
Dark Opus
Ignominious Fundamentals (EP)

2012 - Necrocosm Productions / Battleskrs
  

dossier Dossier
Kill-Town Death Fest 2014 / The Funeral Edition
chronique Chronique
1349
Hellfire
report Live report
No Compromise Metal Fest 2
Bulldozing Bastard + Crystal Viper + Eliminator...
chronique Chronique
Pulling Teeth
Martyr Immortal
chronique Chronique
Mortuus
Grape of The Vine
chronique Chronique
The Haunted
Exit Wounds
chronique Chronique
Petrychor
Makrokosmos
chronique Chronique
Dark Funeral
The Secrets Of The Black Arts
chronique Chronique
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance
chronique Chronique
Stryvigor
Забуте віками
(Forgotten by Ages)
chronique Chronique
Immortal
Battles In The North
chronique Chronique
Immortal
Diabolical Fullmoon Mysticism
chronique Chronique
Sarpanitum
Fidelium (EP)
chronique Chronique
Sigh
Imaginary Sonicscape
chronique Chronique
Botanist
VI: Flora
chronique Chronique
Noctem Cursis
Nocturnal Frost
chronique Chronique
Tamerlan
Ain
chronique Chronique
Nachtmystium
The World We Left Behind
chronique Chronique
Abigor
Leytmotif Luzifer
chronique Chronique
Ofdrykkja
A Life Worth Losing
chronique Chronique
Ichor
Depths
chronique Chronique
Altars
Paramnesia
chronique Chronique
Blood Of Kingu
Dark Star on the Right Horn of the Crescent Moon
report Live report
Metal Méan 2014
Aeternus + Ascension + Avatarium + Coroner + De...
chronique Chronique
Mastodon
Once More 'Round The Sun
chronique Chronique
Zoldier Noiz
Regression Process
chronique Chronique
Monarch!
Sabbracadaver
chronique Chronique
Krieg
Transient
chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress