chargement...

haut de page
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Expire - Pendulum Swings

Chronique

Expire Pendulum Swings
Alors que dans ma chronique du premier album de Backtrack, je laissais supposer que la scène Hardcore actuelle avait perdu de sa superbe, force est de constater qu'il existe quand même quelques groupes encore capables de nous prendre aux tripes. Parmi ces Backtrack, Ceremony, Verse, Have Heart, Miles Away et autres Defeater, on compte désormais sur les excellents Expire.
Découvert en 2010 lors de la sortie de son premier EP, le très bon Grim Rythm, j'ai rapidement été séduit par ce Hardcore direct et vindicatif. L'année suivante le groupe réitérait l'exercice avec un second EP intitulé Suffer The Cycle sur le label Six Feet Under (Trash Talk, Nails, Blacklisted...). Avec un tel potentiel, il n'a pas fallut bien longtemps à Expire pour se faire remarquer. Ainsi, Bridge 9 annonçait la signature du jeune groupe originaire du Midwest à la fin de l'année dernière. Ne manquait plus qu'un album pour concrétiser tout cela. C'est aujourd'hui chose faite avec ce qui se pose d’emblée comme étant probablement le meilleur album Hardcore de 2012.

Rien que ça? Oui, rien que ça! Pendulum Swings compte ainsi douze titres (dont deux déjà présents sur le EP Suffer The Cycle) pour à peine plus de vingt minutes. C'est court, trop court, mais au moins on n'a ni le temps de s'ennuyer ni le temps de trouver la formule trop redondante. Loin de faire preuve d'une originalité débordante, les quatre garçons d'Expire reprennent donc une recette depuis longtemps éprouvée, celle d'un New York Hardcore direct et efficace ne s'embarrassant d'aucune fioriture. Pour preuve, aucun des titres de ce premier album ne dépassent les deux minutes. Vite fait, bien fait donc.
Mais alors pourquoi ce statut d'album Hardcore de l'année 2012? Parce que derrière cette relative simplicité, ce cache absolument tout ce qu'il faut pour faire un album de Hardcore incontournable. Des guitares abrasives et tranchantes qui doivent davantage au Punk et au Hardcore qu'au Metal, une batterie sèche, dynamique et généreuse en tchouka tchouka, un sens du groove imparable, une basse bien ronde et toujours à l'attaque et bien sur une voix énergique et vindicative appuyée de temps à autres par quelques backing plus viriles ("Spit Out", "Bark", "Focus").

Je vous l'ai dit, ce n'est certainement pas avec cet album qu'Expire révolutionnera le petit monde du Hardcore qui, soit dit en passant, n'en demande pas tant. Nos quatre garçons ont juste tout compris et nous servent ici avec Pendulum Swings une bonne grosse leçon de Hardcore à l'ancienne avec son lot de riffs nerveux à vous enflammer n'importe quel dance floor ("Just Fine" à 1:11, "Pills And A Promise" à 0:22, les premières secondes de "Focus"...), ses mosh part ultra efficaces ("Just Fine" à 1:22, "Spit Out" à 1:30, "Abyss" à 1:23...), ses accélérations old school hyper dynamiques ("Dig Deep", "Pendulum Swings"...) souvent ponctués par des passages plus lourds, ses refrains à scander le doigt levé, ce sens du groove absolument imparable qui ferait danser n'importe quel cul de jatte et cette voix arrachée et nerveuse prête à vous décoller la tête. Que dire de plus? Pas grand chose en fait. Ces vingt minutes filent à une telle vitesse que j'en viens même à me repasser l'album après chaque écoute. Parfait de bout en bout.

Vous l'aurez compris, Pendulum Swings suit à la lettre les standards du New York Hardcore édicté il y a déjà plusieurs années par des groupes comme Sick Of It All ou Madball. Si l'écoute de ce premier album ne surprend pas, elle a le mérite de vous hérisser le poils et surtout de vous faire le même effet qu'un bon litre de Red Bull sans tous ces produits chimiques dégueulasses. Aussi simple qu'efficace, Expire se contente ici de peaufiner l'art du mosh part, des riffs assassins et du groove irrésistible. Ça fonctionne à 100% et c'est bien là l'essentiel.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

8 COMMENTAIRE(S)

korbendallas citer
korbendallas
19/07/2012 19:41
Très bon cet album !!! Dans la veine Backtrack ... le premier titre c'est à s'y méprendre !!!
Invité citer
daminoux
19/07/2012 19:31
dans le style vraiment old school retour au année 80 il y a OFF!
citer
(ancien membre)
19/07/2012 19:02
Effectivement mais tellement enthousiaste que je voulais le faire partager !!
AxGxB citer
AxGxB
19/07/2012 19:01
note: 8.5/10
Effectivement, c'est plutôt intéressant ce Enablers même si on est pas tout à fait dans le même registre malgré tout.
Invité citer
daminoux
19/07/2012 18:43
on loin du hardcore de papa quand même avec ENABLER....... mais très bonne découverte ....
Invité citer
Crom -Cruach
19/07/2012 17:06
Dans le Hardcore rien ne m'a tamponné la gueule tout récemment comme l'album d'ENABLER "All hail the void", dans un style moins oldschool certes !!
Invité citer
Crom-Cruach
18/07/2012 23:38
ça sent bon les groupes de mon adolescence !!!
Invité citer
daminoux
18/07/2012 20:30
une tres bonne sortie hardcore pour l'année 2012 ..mais pas l'album de l'année 2012 pour moi....

je reste sur fire and ice plus groovy....

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Expire
New York Hardcore
2012 - Bridge 9
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (5)  7.4/10

plus d'infos sur

écoutez
vidéos
Abyss
Abyss
Expire

Extrait de "Pendulum Swings"
  

tracklist
01.  Just Fine
02.  Reputation
03.  Spit Out
04.  Dig Deep
05.  Anxiety
06.  Abyss
07.  Bark
08.  Sleep Lost
09.  Pills And A Promise
10.  YDN
11.  Focus
12.  Pendulum Swings

Durée : 20:24

paroles
line up

parution
22 Mai 2012

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Madball
Madball
Best Of (Compil.)

2003 - Roadrunner Records
  
Backtrack
Backtrack
Darker Half

2011 - Reaper
  
All Out War
All Out War
Truth In The Age Of Lies

1997 - Gain Ground
  
Merauder
Merauder
Master Killer

1995 - Century Media
  
H2O
H2O
Don't Forget Your Roots

2011 - Bridge 9
  

chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful