chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Expire - Pendulum Swings

Chronique

Expire Pendulum Swings
Alors que dans ma chronique du premier album de Backtrack, je laissais supposer que la scène Hardcore actuelle avait perdu de sa superbe, force est de constater qu'il existe quand même quelques groupes encore capables de nous prendre aux tripes. Parmi ces Backtrack, Ceremony, Verse, Have Heart, Miles Away et autres Defeater, on compte désormais sur les excellents Expire.
Découvert en 2010 lors de la sortie de son premier EP, le très bon Grim Rythm, j'ai rapidement été séduit par ce Hardcore direct et vindicatif. L'année suivante le groupe réitérait l'exercice avec un second EP intitulé Suffer The Cycle sur le label Six Feet Under (Trash Talk, Nails, Blacklisted...). Avec un tel potentiel, il n'a pas fallut bien longtemps à Expire pour se faire remarquer. Ainsi, Bridge 9 annonçait la signature du jeune groupe originaire du Midwest à la fin de l'année dernière. Ne manquait plus qu'un album pour concrétiser tout cela. C'est aujourd'hui chose faite avec ce qui se pose d’emblée comme étant probablement le meilleur album Hardcore de 2012.

Rien que ça? Oui, rien que ça! Pendulum Swings compte ainsi douze titres (dont deux déjà présents sur le EP Suffer The Cycle) pour à peine plus de vingt minutes. C'est court, trop court, mais au moins on n'a ni le temps de s'ennuyer ni le temps de trouver la formule trop redondante. Loin de faire preuve d'une originalité débordante, les quatre garçons d'Expire reprennent donc une recette depuis longtemps éprouvée, celle d'un New York Hardcore direct et efficace ne s'embarrassant d'aucune fioriture. Pour preuve, aucun des titres de ce premier album ne dépassent les deux minutes. Vite fait, bien fait donc.
Mais alors pourquoi ce statut d'album Hardcore de l'année 2012? Parce que derrière cette relative simplicité, ce cache absolument tout ce qu'il faut pour faire un album de Hardcore incontournable. Des guitares abrasives et tranchantes qui doivent davantage au Punk et au Hardcore qu'au Metal, une batterie sèche, dynamique et généreuse en tchouka tchouka, un sens du groove imparable, une basse bien ronde et toujours à l'attaque et bien sur une voix énergique et vindicative appuyée de temps à autres par quelques backing plus viriles ("Spit Out", "Bark", "Focus").

Je vous l'ai dit, ce n'est certainement pas avec cet album qu'Expire révolutionnera le petit monde du Hardcore qui, soit dit en passant, n'en demande pas tant. Nos quatre garçons ont juste tout compris et nous servent ici avec Pendulum Swings une bonne grosse leçon de Hardcore à l'ancienne avec son lot de riffs nerveux à vous enflammer n'importe quel dance floor ("Just Fine" à 1:11, "Pills And A Promise" à 0:22, les premières secondes de "Focus"...), ses mosh part ultra efficaces ("Just Fine" à 1:22, "Spit Out" à 1:30, "Abyss" à 1:23...), ses accélérations old school hyper dynamiques ("Dig Deep", "Pendulum Swings"...) souvent ponctués par des passages plus lourds, ses refrains à scander le doigt levé, ce sens du groove absolument imparable qui ferait danser n'importe quel cul de jatte et cette voix arrachée et nerveuse prête à vous décoller la tête. Que dire de plus? Pas grand chose en fait. Ces vingt minutes filent à une telle vitesse que j'en viens même à me repasser l'album après chaque écoute. Parfait de bout en bout.

Vous l'aurez compris, Pendulum Swings suit à la lettre les standards du New York Hardcore édicté il y a déjà plusieurs années par des groupes comme Sick Of It All ou Madball. Si l'écoute de ce premier album ne surprend pas, elle a le mérite de vous hérisser le poils et surtout de vous faire le même effet qu'un bon litre de Red Bull sans tous ces produits chimiques dégueulasses. Aussi simple qu'efficace, Expire se contente ici de peaufiner l'art du mosh part, des riffs assassins et du groove irrésistible. Ça fonctionne à 100% et c'est bien là l'essentiel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

korbendallas citer
korbendallas
19/07/2012 19:41
Très bon cet album !!! Dans la veine Backtrack ... le premier titre c'est à s'y méprendre !!!
Invité citer
daminoux
19/07/2012 19:31
dans le style vraiment old school retour au année 80 il y a OFF!
citer
(ancien membre)
19/07/2012 19:02
Effectivement mais tellement enthousiaste que je voulais le faire partager !!
AxGxB citer
AxGxB
19/07/2012 19:01
note: 8.5/10
Effectivement, c'est plutôt intéressant ce Enablers même si on est pas tout à fait dans le même registre malgré tout.
Invité citer
daminoux
19/07/2012 18:43
on loin du hardcore de papa quand même avec ENABLER....... mais très bonne découverte ....
Invité citer
Crom -Cruach
19/07/2012 17:06
Dans le Hardcore rien ne m'a tamponné la gueule tout récemment comme l'album d'ENABLER "All hail the void", dans un style moins oldschool certes !!
Invité citer
Crom-Cruach
18/07/2012 23:38
ça sent bon les groupes de mon adolescence !!!
Invité citer
daminoux
18/07/2012 20:30
une tres bonne sortie hardcore pour l'année 2012 ..mais pas l'album de l'année 2012 pour moi....

je reste sur fire and ice plus groovy....

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Expire
Hardcore
2012 - Bridge Nine
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (5)  7.4/10

plus d'infos sur
Expire
Expire
Hardcore - Etats-Unis
  

écoutez
vidéos
Abyss
Abyss
Expire

Extrait de "Pendulum Swings"
  

tracklist
01.   Just Fine
02.   Reputation
03.   Spit Out
04.   Dig Deep
05.   Anxiety
06.   Abyss
07.   Bark
08.   Sleep Lost
09.   Pills And A Promise
10.   YDN
11.   Focus
12.   Pendulum Swings

Durée : 20:24

line up
parution
22 Mai 2012

voir aussi
Expire
Expire
Pretty Low

2014 - Bridge Nine
  

Essayez aussi
Black Bomb A
Black Bomb A
Straight In The Vein (EP)

1999 - Autoproduction
  
Death Before Dishonor
Death Before Dishonor
Better Ways To Die

2009 - Bridge Nine
  
Raw Justice
Raw Justice
We Don't Need Your Friends (EP)

2013 - Straight & Alert
  
Defeater
Defeater
Empty Days & Sleepless Nights

2011 - Bridge Nine
  
Benchpress
Benchpress
Controlled By Death (EP)

2013 - Autoproduction
  

Autokrator
The Obedience To Authority
Lire la chronique
Blut Aus Nord / Ævangelist
Codex Obscura Nomina (Split...
Lire la chronique
Withered
Grief Relic
Lire la chronique
Funeral Circle
Funeral Circle
Lire la chronique
ADE
Prooemivm Sangvine
Lire la chronique
Annonce : Un chroniqueur arrête ! Mais c'est qui ?
Lire le podcast
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Nucleus
Sentient
Lire la chronique
Skeleton Wolf
Skeleton Wolf
Lire la chronique
Sylvaine
Wistful
Lire la chronique
Mora Prokaza
Dark Universe
Lire la chronique
La photo mystère du 22 Juin 2016
Jouer à la Photo mystère
The Poisoned Glass
10 Swords
Lire la chronique
Forteresse
Thèmes Pour La Rébellion
Lire la chronique
Draugur
By the Rays of His Golden L...
Lire la chronique
Dux
Carnations
Lire la chronique
Vale Of Pnath
II
Lire la chronique
Cult of Luna / Julie Christmas
Mariner (Coll.)
Lire la chronique
Dream Theater
The Astonishing
Lire la chronique
Sojourner
Empires of Ash
Lire la chronique
Nuisible
Inter Feces et Urinam Nasci...
Lire la chronique
Ritual Chamber
Obscurations (To Feast On T...
Lire la chronique
Nails
You Will Never Be One Of Us
Lire la chronique
Almyrkvi
Pupil Of The Searing Maelst...
Lire la chronique
Sakrifiss en vidéo, le retour du cauchemar Part IV.
Lire le podcast
Gloomy Grim
The Age of Aquarius
Lire la chronique
Terra Tenebrosa
The Reverses
Lire la chronique
Anthrax
For All Kings
Lire la chronique
Doomed Gatherings III
Lire le dossier
Devilgroth
Morena
Lire la chronique