chargement...

haut de page
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Faceless - Planetary Duality

Chronique

The Faceless Planetary Duality
Qui n’est pas tombé au moins une fois sur la pochette « over the top » (façon « Michael Bay ») du deuxième album de The Faceless ? Difficile d’y échapper. Assurément l’œuvre la plus « tape à l’œil » du Suédois boulimique Pär Olofsson (j’aime beaucoup personnellement). Les débuts sur Akeldama auront généré un buzz important, porte étendard du deathcore technique et socle de beaucoup de groupes du genre qui suivront (Veil Of Maya et Born Of Osiris entre autres). Pour sa première signature, Sumerian Records a parfaitement su gérer son coup. Sans batteur fixe (le groupe usera des services de Marco Pitruzzella pour ses concerts), The Faceless recrutera un jeune gaillard méconnu, Lyle Cooper. Deux ans après Akeldama, atterri le nouveau brûlot Planetary Duality.

A tous ceux qui reprochaient à The Faceless un aspect « death technique » comme simple « ornement » sous le joug d’un deathcore « direct » conformiste sur Akeldama, Michael Keene (toujours à la composition et à la production) pose un pied franc dans la mare des Necrophagist et Spawn Of Possession pour une musique nettement plus « intense » et « technique ». On peut dire tout le mal que l’on veut sur Keene (mon collègue von_yaourt me souffle « arriviste »), mais le bonhomme n’a rien d’un vulgaire manchot et confirmera ses prouesses à la guitare. Le fossé avec Akeldama est assez conséquent. Le format est identique mais l’intensité tout autre, des titres condensés (4 minutes en moyenne) regorgeant de riffs tordus et de breaks épileptiques. Une intensité principalement causée par un batteur d’à peine 20 ans… Et déjà une technique « poulpe » qui fera des envieux malgré un jeu moins riche (surenchères de blasts) que sur Akeldama (quatre batteurs de session en même temps…). Le chant modulé (souvent associé aux groupes « core ») du frontman s’efface (de rares passages hurlés), une dominante « gutturale » qui reste dans l’esprit d’avantage orienté « death metal » de The Faceless. Son débit demeure plutôt convaincant (« Xenochrist »). Reste que les « breakdowns » et riffs « saccadés » ne sont pas pour autant gommés, ce qui leur vaudra encore leur appellation « core » (et certaines moqueries) dès le titre d’ouverture « Prison Born ».

Outre une technique et brutalité encore plus poussée, on retiendra surtout une thématique sur la science-fiction assez bien fichue. Evidemment l’artwork et les paroles, mais le chant « robotique » sous « vocoder », la production synthétique à la fois martiale et froide (en parfaite adéquation avec la musique pour le coup) associés au jeu des Californiens (l’instrumental « Shape Shifters »), arrivent à dégager une certaine atmosphère. Une ambiance qui manquait d’ailleurs à Akeldama. Le sample de « Planetary Duality I : Hideous Revelation » par exemple reste des plus jouissifs (bien connu des adorateurs de Tool et Lateralus, utilisé sur la conclusion « Faaip de Oiad »). Petit aparté. Le fameux témoignage à la radio (datant de 1997) d’un prétendu employé complètement paniqué (en pleurs) de la Zone 51, racontant les expériences faites sur des « extra-terrestres » et d’une soit disant conspiration du gouvernement. Témoignage coupé abruptement. « Hoax » (excellent acteur dans ce cas) ou pas, étant un grand fan de tout ce qui touche au paranormal, je savoure à chaque nouvelle écoute ses délires paranoïaques. Une tripotée d’articles existe sur ce sujet (utilisez le mot clé « The Art Bell Show's "Area 51 Worker" »).

Malgré tout, les défauts de jeunesse subsistent… Le manque de personnalité indiscutable (musique parfois trop générique), les compositions manquent de fluidité (que ce soit les transitions sur les passages brutaux ou les titres plus « posés » comme « Sons Of Belial ») et de passages réellement marquant (point qui aurait certainement fait oublier les autres défauts). Bref, grossièrement une sorte de death technique moderne « fast food » à gober sans trop réfléchir. « Exit » les passages aériens (trop rares ici) et les mélodies redoutables du groupe (si ce n’est l’imparable « Legion Of The Serpent »). Le clavier tend lui aussi à s’effacer et les quelques virées symphoniques sont peu savoureuses (« Xenochrist » et son côté Abigail Williams). Quant au chant clair, j’ai encore bien du mal… Mais sa plus grosse tare n’est pas là. C’est sa durée, une nouvelle fois inacceptable pour le style pratiqué… 31 minutes, de qui se moque-t-on ?! Akeldama était déjà suffisamment frustrant, Planetary Duality saura vous mettre dans une transe quasi-meurtrière.

The Faceless s’éloigne de ses débuts deathcore convenus pour un death technique plus « épuré » et « alambiqué » en réponse à ses détracteurs. Les points faibles liés au manque d’expérience de côté (personnalité et compositions inégales), avec 2 ou 3 morceaux supplémentaires marquant, nul doute que Planetary Duality aurait mérité une bien meilleure note. Un arrière gout d’inachevé quelque peu rageant… A l’instar de 2006, 2008 aura certainement été l’une des années les plus fastes en terme de death technique (je vous invite à faire un tour sur notre bilan). Ce deuxième album aura bien du mal à tirer son épingle du jeu… Le prochain opus Autotheism peut-être ?
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

8 COMMENTAIRE(S)

KPM citer
KPM
04/02/2014 10:53
The Ancient Covenant est pourtant le meilleur titre de l'album.
Atreyu citer
Atreyu
04/02/2014 09:16
Ayant pris une grosse claque avec Akeldama, j'attendais beaucoup de cet opus.

Un teaser de The Ancient Covenant avait déboulé sur Youtube, très très prometteur et à la sortie de l'album, la ligne de batterie a changé, un son vraiment plat par rapport au teaser .

Niveau compositions il est clairement plus abouti mais impossible d'oublier ce son de batterie qui m'a tant déçu ...
human citer
human
27/07/2012 19:40
note: 8.5/10
Onizoku a écrit : Dommage qu'ils ne savent pas jouer en live...

The Faceless est certainement le groupe le plus carré que j'ai jamais vu sur scène (et j'en ai vu un paquet), même pas un petit passage légèrement brouillon, c'était juste parfait. Quoiqu'on puisse penser de ce groupe.
Donc je pense que pour dire une connerie pareil tu ne dois jamais les avoir vu ( ou alors tu es sourd).
Onizoku citer
Onizoku
27/07/2012 14:06
Dommage qu'ils ne savent pas jouer en live... et oui, c'est là que le bât blesse avec quasi toute la scène Deathcore Technique du genre, ils savent pas jouer ensemble sur scène, sortis de leur studio, alambiqués, recalés, il y a plus grand chose qui tient la route.
Mitch citer
Mitch
26/07/2012 15:20
note: 7.5/10
Ywen a écrit : J'ai un peu l'impression sur toutes les critiques que je lis que les chroniqueurs partent du principe que le deathcore est intrinsèquement un mauvais genre dont il faut bannir les influences, etc.

Vu que j'en écoute et que c'est un genre dont j'apprécie certains des représentants, ça m'énerve un peu d'avoir ce genre de sentiment qui ressort dans les reviews.
Ils ne sont pas obligés de se coller dans un genre. S'ils ont envie de marier et les influences et de ne pas s'enfermer dans la case "technical death" ils ont le droit de le faire.


Hmmm... Tu parles au membre de la team qui a chroniqué le plus d'albums du genre... J'apprécie le style et je suis très ouvert musicalement. Une soupe à la mode camouflée par une grosse production et jouée par des ados attardés (quel que soit le style), non. Tout comme le metalcore à une époque (là j'en ai chroniqué des wagons), il faut juste savoir faire le tri. The Faceless reste d'un tout autre standing, son genre hybride n'est pas vraiment un défaut ici de mon point de vue.

Ywen a écrit :
Mais dire que la durée n'est pas acceptable "pour le style pratiqué" c'est vraiment moyen. Qu'elle ne soit pas acceptable tout court parce que ça laisse l'auditeur sur sa faim (et visiblement d'après le reste de la chronique ça n'est pas le cas) ou parce que ça fait feignant est une chose, mais dire "un bon album de death technique doit faire au moins 45 minutes !" c'est limite intégriste. Et prendre le risque de rajouter 2 ou 3 mauvais morceaux, c'est pire que de ne rien rajouter du tout.


Sur un album violent et intense (brutal death, grind and co) ok, ici non. Tu enlèves les interludes, tu as moins de 30 minutes, donc oui frustrant quand tu achètes un "full length".
Invité citer
Ywen
26/07/2012 14:09
J'ai un peu l'impression sur toutes les critiques que je lis que les chroniqueurs partent du principe que le deathcore est intrinsèquement un mauvais genre dont il faut bannir les influences, etc.

Vu que j'en écoute et que c'est un genre dont j'apprécie certains des représentants, ça m'énerve un peu d'avoir ce genre de sentiment qui ressort dans les reviews.
Ils ne sont pas obligés de se coller dans un genre. S'ils ont envie de marier et les influences et de ne pas s'enfermer dans la case "technical death" ils ont le droit de le faire.

Mais dire que la durée n'est pas acceptable "pour le style pratiqué" c'est vraiment moyen. Qu'elle ne soit pas acceptable tout court parce que ça laisse l'auditeur sur sa faim (et visiblement d'après le reste de la chronique ça n'est pas le cas) ou parce que ça fait feignant est une chose, mais dire "un bon album de death technique doit faire au moins 45 minutes !" c'est limite intégriste. Et prendre le risque de rajouter 2 ou 3 mauvais morceaux, c'est pire que de ne rien rajouter du tout.
pripri citer
pripri
25/07/2012 16:46
note: 10/10
Putain je pense rarement au deathcore quand j'écoute cet album, pourtant ma chanson préférée de l'album reste à tout jamais Xenochrist. En ce qui concerne la durée de l'album, l'ayant téléchargée je m'en plains pas, je suis même plutôt fan des albums courts (surtout dans le metal technique).
AxGxB citer
AxGxB
25/07/2012 11:09
Je l'aime plutôt bien cet album. Même si la frontière avec le Deathcore putassier n'est jamais loin. Faudrait que je le réécoute tient.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

The Faceless
Death(core) technique
2008 - Sumerian Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (8)  8.56/10
Webzines : (25)  8.14/10

plus d'infos sur
The Faceless
The Faceless
Death technique moderne et progressif - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Prison Born
02.   The Ancient Covenant
03.   Shape Shifters
04.   Coldly Calculated Design
05.   Xenochrist
06.   Sons of Belial
07.   Legion of the Serpent
08.   Planetary Duality I : Hideous Revelation
09.   Planetary Duality II : A Prophecies Fruition

Durée : 31:42

line up
parution
27 Janvier 2009

voir aussi
The Faceless
The Faceless
Autotheism

2012 - Sumerian Records
  
The Faceless
The Faceless
Akeldama

2006 - Sumerian Records
  

Essayez aussi
Veil Of Maya
Veil Of Maya
The Common Man's Collapse

2008 - Sumerian Records
  
Veil Of Maya
Veil Of Maya
Eclipse

2012 - Sumerian Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
A Higher Place

2009 - Sumerian Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Elite

2013 - eOne Music
  
After The Burial
After The Burial
Wolves Within

2013 - Sumerian Records
  

chronique Chronique
Eyehategod
Eyehategod
chronique Chronique
Septycal Gorge
Scourge Of The Formless Breed
chronique Chronique
Queens Of The Stone Age
Queens Of The Stone Age
chronique Chronique
Thy Darkened Shade
Liber Lvcifer I
chronique Chronique
AC/DC
Back In Black
chronique Chronique
At The Gates
At War With Reality
chronique Chronique
Centinex
Redeeming Filth
chronique Chronique
Cancer
Death Shall Rise (Rééd.)
chronique Chronique
Falloch
This Island, Our Funeral
chronique Chronique
Thantifaxath
Sacred White Noise
chronique Chronique
Oraculum
Sorcery Of The Damned (EP)
chronique Chronique
Fides Inversa
Mysterium Tremendum et Fascinans
chronique Chronique
Opeth
Pale Communion
chronique Chronique
Lacuna Coil
Broken Crown Halo
chronique Chronique
Have a Nice Life
Deathconsciousness (Rééd.)
chronique Chronique
Pornography
Pornography (Compil.)
(This is a collection)
chronique Chronique
Internal Bleeding
Imperium
chronique Chronique
Starofash
Ghouleh
chronique Chronique
Dark Fortress
Venereal Dawn
interview Interview
Machinae Supremacy pour l'album ''Phantom Shadow''
chronique Chronique
Unearth
Watchers Of Rule
chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
.5: The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude