chargement...

haut de page
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Devour The Fetus - Promo 2012

Chronique

Devour The Fetus Promo 2012 (Promo)
Avec un nom pareil vous aurez aisément compris que Devour The Fetus n'est pas un groupe de country, ni de folk, ni même de Black Metal. Il s'agit en effet d'un combo Parisien de Brutal Death Metal, ou plus précisemment de Trve Gore Breeeee Blues Kitsch Grind Cooking Ivol Metal, selon l'étiquette précise que s'est attribuée le groupe. En gros c'est du Brutal Death Gore avec du groove, du grind, de l'humour, de la cuisine et des fœtus dedans. Mais les Parigots ne se contentent pas de bourriner leurs instruments et de hurler comme des cochons à l'abattoir, ils tentent en effet de répondre à une grande question philosophique : que faire des fœtus non désirés après leur avortement ? En faire des abat-jours ? Les utiliser comme ustensile dans un nouveau sport olympique ? S'en servir comme digue anti-inondation ? Non rien de tout cela, le groupe propose plutôt d'en faire des plats succulents, tel le fameux ragoût de fœtus mijoté à la crème par exemple.
Après tout ne dit-on pas : rien de tel qu'un bon diner en famille ?

Des riffs qui taillent dans la bidoche, une batterie écrasante pour attendrir la viande, des vocaux ultra gutturaux et un poil d'humour pour cuisiner dans la bonne humeur, voilà ce qui vous attends à l'écoute de cette courte production des parisiens. L'ensemble ne suinte donc pas l'originalité, car là n'est pas l'objectif du groupe, les parisiens souhaitent juste réaliser la musique la plus efficace possible. De ce côté là par contre c'est une excellente découverte, les compositions recèlent de moments jubilatoires portés par des riffs sanguinolants et groovy au possible, nous rappelant immédiatement le fameux et déjà lointain Mr Patate d'Ultra Vomit (en plus typé Brutal Death et moins Grind). On retrouve en effet ici la très faible durée des titres, l'aspect décalé ainsi que la science du riff sauvage et efficace, qui sont également des caractéristiques du groupe nantais, dont le chanteur s'appelle Fetus d'ailleurs...
Coïncidence ou déclaration de guerre ?

En tout cas Devour The Fetus nous sert avec cette très (trop) courte production une mise en bouche fort délectable qui présage du mieux pour leur premier album (prévu pour cette année). Car, malgré quelques maladresses (comme ces variations de voix pas toujours bien effectuées ou mal placées), cette sortie est rafraîchissante et mettra de bonne humeur tout fan de Brutal Death bien groovy. Les riffs sont en effet bien jouissifs, la basse structure à merveille les morceaux, et le jeu de batterie est dynamique et extrêmement bien foutu. Le chant la plupart du temps guttural et ultra puissant n'est pas là pour déstabiliser les amateurs du genre, et est très efficace même s'il manque un peu de personnalité. Le tout est soutenu par une production à la fois claire et puissante, qui permet au groupe d'exprimer ses pulsions les plus brutales tout en restant totalement digeste. Une très bonne découverte en somme, et on ne peut donc qu'espérer que leur album à venir possèdent un menu bien plus fourni et que le groupe gagne quand même un petit peu en personnalité.

En attendant bon appétit et surtout : Stay Breeeeetal !!!!!
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

5 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Zyigh
25/03/2013 13:49
Vous êtes vous procuré le single "Babynception" récemment sorti ? On a hâte d'avoir des critiques dessus ^^"
Invité citer
Sven
03/08/2012 11:31
Bonjour,
Merci de vos remarques on va en prendre compte.
Sachant que c'est plus ou moins les premières choses qu'on enregistre ( pour ma part, c'était la première fois, de tous les groupes dont j'ai fait partie).
Pour ce qui est de Putrid et Insidious, ce sont des gens qui sont sur la scène brutal death américaine depuis un bon moment maintenant et ont une expérience bien plus grande que la notre. Donc ne soyez pas impatients, laissez nous le temps de murir et vous verrez que nos bébés n'en seront que plus savoureux Sourire

Merci pour la chronique qui est quand même très élogieuse et j'espère qu'on vous satisfera avec nos prochaines productions !
Invité citer
Darkmorue
29/07/2012 03:19
En tout cas y'a déjà un pas de plus par rapport à la démo précédente, surtout au niveau du son et du chant, donc moi aussi je suis sur l'affaire si ça continue de s'améliorer de la sorte... !
Høsty citer
Høsty
28/07/2012 18:28
Ah mais je suis complètement d'accord avec toi, on trouve largement mieux dans le genre. Mais comme il s'agit de l'une de leurs premières productions, je trouve que l'ensemble est d'assez bonne qualité et le thème assez sympathique pour que ce jeune groupe soit considéré comme une bonne découverte. Si leurs productions ultérieures reste de cette qualité, et ne sont donc pas meilleures, évidemment je lâcherais le groupe et me tournerais vers les groupes que tu as cités.
Invité citer
Desanusor
28/07/2012 06:12
Qui a dit chauvin ? Sérieux c'est pas catastrophique mais dans le style il y a juste 1000 fois mieux quelques bons riffs mais dans le secteur des groupes de brutal à BAR ils ont du chemin à faire avant de rejoindre le niveau de Putrid Pile, Insidious Decrepancy, Egemony et consorts.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Devour The Fetus
Brutal Death / Goregrind
2012 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  3.25/5

plus d'infos sur
Devour The Fetus
Devour The Fetus
Brutal Death - France
  

tracklist
01.   Anti-Wrinkle Fetus Cream
02.   Formol (Fetus Alcohol)
03.   Putrefying Tumor Placentomized

Durée : 5min

voir aussi
Devour The Fetus
Devour The Fetus
Cook'n'Roll

2014 - Nice To Eat You Record
  
Devour The Fetus
Devour The Fetus
Babynception (Single)

2013 - Autoproduction
  

Essayez aussi
SCID
SCID
Fucked Beyond Recognition

2005 - Undergrind
  

chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
5 : The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986
chronique Chronique
Expire
Pretty Low
chronique Chronique
Winterfylleth
The Divination of Antiquity