chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Grave Ritual - Euphoric Hymns From The Altar Of Death

Chronique

Grave Ritual Euphoric Hymns From The Altar Of Death
À force d'y faire allusion (cf. chroniques d'Ectovoid et Resurgency), je me suis enfin décidé à vous parler de Grave Ritual. Si vous avez bien suivi, vous savez déjà que le combo américain nous vient de l'Alabama et qu'il a sorti son premier full-length Euphoric Hymns From The Altar Of Death, mixé et masterisé par le batteur de Resurgency, en 2010. Ce que vous devez aussi savoir, c'est que l'opus m'en a touché une sans faire bouger l'autre. En complément d'information, on rajoutera que c'est Razorback Recordings qui s'est chargé de la version CD et Dark Descent Records de l'édition vinyle de l'album qui fait suite à la démo éponyme de 2009 dont seul le titre "Drenched In Madness" est repris ici.

Vous voyez la pochette typée early 90s death metal demo tape? Hé bien la musique, c'est pareil! Grave Ritual s'inscrit dans le courant revival pour exhumer un death metal d'un autre âge. Pas de metal de la mort à la suédoise cette fois mais plutôt du bon vieux death américain qui colle et qui blasphème. Pour faire simple, et c'est bien là le but du trio de toute façon, Grave Ritual s'inspire très fortement de deux groupes US légendaires: Incantation et Autopsy. En gros, Euphoric Hymns From The Altar Of Death = 3/4 Onward To Golgotha + 1/4 Severed Survival. Le son de guitare étouffé, les riffs brutaux aux mélodies sombres et evil et l'ambiance blasphématoire renvoient en effet au premier album culte de la bande de McEntee. Le rapprochement saute aux oreilles dès le début de "Beyond Diabolus". Pour le côté Autopsy, c'est le gras de certaines séquences et les rythmiques punk/thrash entraînantes qui lient les deux entités nauséabondes.

De belles références qui donnent envie. Malheureusement, si on ne peut pas reprocher au combo d'avoir bien appris sa leçon, la musique n'est pas à la hauteur des modèles. C'est bien fait, bien exécuté mais l'impact et l'effet sur l'auditeur ne sont pas du même niveau. Il manque en effet quelque chose à Grave Ritual malgré des compositions de qualité qui tiennent toute la route, à commencer par "Beyond Diabolus", "Abysmal Rotting", "Drenched In Madness", "Invoke The Realm Of Tormenting Blasphemy" et le duo final "Obscurdom" et "Incanted Celestial Devourment". Les mélodies sinistres alliées à la brutalité des passages les plus radicaux vous feront sentir souffler le vent de l'Enfer (le début de "Beyond Diabolus" et à 1'56, l'ouverture de "Invoke The Realm Of Tormenting Blasphemy", "Morbid Aura Of Desolation" à 3'40, "Incanted Celestial Devourment" à 0'13), les parties entraînantes vous donneront envie de piter ("Beyond Diabolus" à 3'26, la catchie "Sick Into The Grave", "Abysmal Rotting" à 2'08, "Grotesque Summoning" à 1'04, "Morbid Aura Of Desolation" à 0'50...), les ralentissements doomy vous enterreront six pieds sous terre (surtout l'intro jouissive de "Incanted Celestial Devourment" qui rivaliserait presque avec le monumental "Abolishment Of Immaculate Serenity" et qui rappelle aussi ce que propose un groupe comme Encoffination), le growl et les intonations plus écorchées vous renverront à une autre époque, les mid-tempo ultra evil à la Grave Miasma feront apparaître le Cornu dans votre salon ("Abysmal Rotting", "Drenched In Madness", "Invoke The Realm Of Tormenting Blasphemy", etc.), bref, tout un tas de choses classiques mais indispensables comme une vraie ambiance maléfique et malpropre ou une efficacité certaine vous feront passer un moment agréable en compagnie du trio infernal. Mais difficile de retenir des passages vraiment marquants qui resteront en tête longtemps après l'écoute. Pas de mélodies noires à vous hanter pendant des jours comme sur "Unholy Massacre" ou "Immortal Cessation" par exemple. Ou très peu de leads histoire de sublimer les morceaux (un vrai solo sur "Incanted Celestial Devourment" tout de même et pas mal en plus, dommage). Quelques éclairs de génie parsèment effectivement l'opus mais ceux-ci restent trop marginaux pour en faire une sortie qui compte.

Grave Ritual ne démérite pas sur ce premier album, montrant même des qualités indéniables dans l'art du death metal evil. Mais à trop vouloir se rapprocher des flammes du grand Onward To Golgotha dont ce Euphoric Hymns From The Altar Of Death est un hommage flagrant, le combo se brûle les doigts. La ré-écoute de l'album fondateur d'Incantation après celle du premier full-length du combo de Montgomery n'est ainsi pas favorable à ce dernier, même en rajoutant des influences Autopsy sympathiques. Des tas de groupes s'inspirent d'Incantation et certains le font mieux que les ritualistes de la tombe. Il faudra donc montrer davantage sur une prochaine sortie si Grave Ritual veut exister parmi tous les copycats. Ou alors il lui faudra se détacher de ses modèles et proposer quelque chose de plus personnel. En attendant de voir où les chemins tortueux du death blasphématoire vont mener les Américains, Euphoric Hymns From The Altar Of Death restera réservé aux die-hard fans d'Incantation qui n'en ont jamais assez de découvrir de nouveaux disciples.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grave Ritual
Death Metal
2010 - Razorback Recordings
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  4.5/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Grave Ritual
Grave Ritual
Death Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro/Beyond Diabolus
02.   Sink Into The Grave
03.   Abysmal Rotting
04.   Drenched In Madness
05.   Grotesque Summoning
06.   Invoke The Realm Of Tormenting Blasphemy
07.   Morbid Aura Of Desolation
08.   Obscurdom
09.   Incanted Celestial Devourment

Durée : 37'14

line up
  • R.E. / Chant et Guitare
  • R.S. / Guitare
  • J.B. / Batterie et Basse

parution
15 Décembre 2010

Essayez plutôt
Convulse
Convulse
World Without God

1991 - Thrash Records
  
Verminous
Verminous
Impious Sacrilege

2003 - Xtreem Music
  
Unleashed
Unleashed
Midvinterblot

2006 - Steamhammer Records (SPV)
  
Mitochondrion
Mitochondrion
Parasignosis

2011 - Profound Lore Records
  
Coldworker
Coldworker
The Doomsayer’s Call

2012 - Listenable Records
  

Moon
Render of the Veils
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique
Weird Fate
Cycle of Naught
Lire la chronique
Mercyless
Abject Offerings
Lire la chronique