chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
22 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deathspell Omega - Drought

Chronique

Deathspell Omega Drought (EP)
À moins d’avoir séjourné loin, très loin dans l’espace pendant plus de 10 ans, tout le monde devrait connaître DEATHSPELL OMEGA. Ce groupe français est effectivement considéré comme l’un des plus influents des années 2000 et comme le meilleur ambassadeur du black orthodoxe et déstructuré tellement (mal) copié désormais par d’autres. Enfin, « français », il ne faut pas oublier que si deux membres le sont, c’est le génial Finlandais de CLANDESTINE BLAZE, Mikka Aspa qui en est le vocaliste depuis 2004.

Si le groupe fait l’unanimité, les fans ne sont par contre pas d’accord sur son album phare. Plusieurs périodes se sont succédées et ont été appréciées différement. Certains regrettent ainsi les débuts de 1998 à 2002, lorsque DEATHSPELL OMEGA balançait un black oldschool haineux et direct. D’autres, comme moi, ont été traumatisés par l’album Si Monumentum Requires, Circumspice ainsi que le long EP Kénôse (2005) et le split Crushing The Holy Trinity (id.). Les titres y devenaient plus complexes tout en gardant un fort côté sombre. D’autres enfin ont préféré la suite, et surtout ce Fas – Ite, Maledicti, in Ignem Aeternum qui accentuait les côtés destructurés et lançait des titres plus longs demandant plus d’efforts de concentration. La complexité était à son comble et les textes n’étaient pas en reste, faisant dire aux déçus que l’intellectualisation de leur black leur avait fait dépassé les frontières acceptables de la prétention.

Ceux-là ont par contre pu retrouver un DEATHSPELL OMEGA plus à leur goût en 2010 avec Paracletus qui amorçait une petite marche arrière. Si on y constatait toujours des parties (trop) compliquées et alambiquées, on pouvait se réjouir du retour de mélodies plus accessibles par moments. Et bien ce nouvel EP de 2012 va dans le même sens. Les 6 titres qui le composent ne totalisent que 21mn et se suivent avec une telle fluidité qu’on a l’impression qu’il s’agit d’un seul. L’ensemble est d’une logique sans faille où chaque changement de rythme et cassure subite savent être subtiles et naturelles.

Les 4 premières minutes (« Salowe Vision ») surprennent pourtant car elles proposent une introduction très atmosphérique et calme. Ces sonorités à la WOLVES IN THE THRONE ROOMS / DEAFHEAVEN peu explorées jusqu’à maintenant par le groupe sont subitement coupées par une explosion musicale et vocale. C’est le début de « Fiery Serpents », un titre sombre et dégoulinant de 4.15mn dans la veine de l’album précédent. On y retrouve une ressemblance avec LEVIATHAN qui nous confirme que les deux groupes empruntent désormais un même chemin et se piétinent allègrement les pieds l’un de l’autre. Mais le groupe n’a pas fait une croix sur son passé et le prouve sur les deux titres suivants. « Scorpions & Drought » et le court « Sand » (1.36) sont plus proches de « Fas – Ite... », exigeants, distants, intelligemment composés. Ce sont des coups de scalpel assassins donnés avec sang-froid par un professionnel de la découpe. C’est clair, c’est net. Ce n’est pas mon style préféré du groupe mais il faut reconnaître le talent...

La moitié du titre suivant (« Abrasive Swirling Musk ») est dans la même veine, mais alors qu’on pourrait commencer à fatiguer sous les coups, la mélodie réapparait pour nous accompagner vers la mort. Le timing est idéal et fait de ce passage l’un des meilleurs de cette sortie. Il reste ensuite une conclusion instrumentale de 4.25. Elle nous carresse l’âme sur un rythme plus lent et un délicieux passage avec des chœurs faisant écho au cultissime Carnal Malefactor.

Les formules de DEATHSPELL OMEGA sont connues, mais comme pour les autres Français de BLUT AUS NORD, on se laisse entrainer à chaque fois. Même s'il a peu de surprises, cet EP a l’avantage d’être assez court pour que l’on ne perde pas le fil et du coup il est plus digeste que certaines sorties précédentes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Squirk citer
Squirk
01/08/2012 18:43
Quelques écoutes mais j'ai aimé à priori, il repassera. DsO à fait largement mieux (l'indétrônable Fas) mais ça reste tout de même bien au dessus de la masse à mes yeux. Mais j'ai bien aimé Paracletus aussi dans son genre alors ça ne compte pas.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
01/08/2012 03:35
note: 4.25/5
Saku.
Converge, c'est possible.
J'ai tendance à garder des références black car je ne maîtrise pas assez les autres styles (à part heavy années 90) pour oser des comparaisons. C'est sûrement l'une des qualités de DSO que de plaire ou d'attirer l'attention d'un public plus large que le seul black.
Saku. citer
Saku.
31/07/2012 23:23
Le 1er extrait dispo de cet EP m'a surtout fait penser à...Converge. J'ai adoré Paracletus mais celui-ci me semble plus barré, à voir car leurs passages blasts-sur-riffs-bruitistes me gavent un peu.
gulo gulo citer
gulo gulo
30/07/2012 17:32
je te rassure, j'aime pas les copies non plus ; mais passée son intro, cet album me déçoit à chaque fois, il promet beaucoup plus que ce truc somme toute assez traditionnel et un peu gnagnan *ferme la porte sous un déluge de tomates à clous
Sakrifiss citer
Sakrifiss
30/07/2012 08:15
note: 4.25/5
Gulo, tu vas aller en enfer !
Circumspice est trop long, je l'accorde, mais ce qu'il a pu etre bon. Il a ete copie et recopie par la suite, car meme si ce n'etait pas le premier du genre il a ete l'un des premiers a sublimer ce style, ou aa lui faire atteindre une intensite differente... Un peu le meme choc qu'avec Blut aus nord un peu avant...
gulo gulo citer
gulo gulo
30/07/2012 07:38
j'ai écouté en premier Circumspice ; il me fait gravement chier
Sakrifiss citer
Sakrifiss
30/07/2012 01:29
note: 4.25/5
Est-ce que ca ne fait partie des groupes dont on prefere l'album qu'on a ecoute en premier ?
C'est peut-etre pour ca que je prefere le Circumspice et surtout "Carnal malefector" !?
AxGxB citer
AxGxB
29/07/2012 20:11
note: 4/5
Les ressemblances avec Comity sont ici flagrantes à mon sens. Ce côté déstructuré, lumineux et intellectuel de leur musique me rappelle énormément celle des Parisiens.
gulo gulo citer
gulo gulo
29/07/2012 19:27
Ikea a écrit : à part "Sand", il m'a endormi. Depuis "Paracletus", DsO prend une direction qui ne me parle pas, malheureusement.

ahem, tout pareil ; et pour les périodes, pareil, sauf légèrement moins pour Kénose ; pour moi c'est avant tout Fas et les deux morceaux-fleuves, ce groupe
Ikea citer
Ikea
29/07/2012 18:50
Sakrifiss a écrit : Tu es plutôt quelle période ? Fas ?

Globalement, j'aime à des niveaux divers ce qu'ils ont fait depuis les Manifestations jusqu'au split avec SVEST (les deux inclus). "Fas" est certainement mon album préféré oui, mais je garde une préférence nette pour les EPs et morceaux-fleuves avec comme champions "Kénose", "Diabolus Absconditus" et "Mass Grave". Clin d'oeil
Sakrifiss citer
Sakrifiss
29/07/2012 18:41
note: 4.25/5
Je comprends bien. C'est pour ça que j'ai un peu récapitulé les périodes du groupe. Tu es plutôt quelle période ? Fas ? Moi, je le trouvais trop chargé, donc j'étais content de Paracletus qui revenait à de l'accessible. Mais je suis surtout fan de Circumspice...
Ikea citer
Ikea
29/07/2012 18:35
à part "Sand", il m'a endormi. Depuis "Paracletus", DsO prend une direction qui ne me parle pas, malheureusement.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deathspell Omega
Black orthodoxe alambiqué
2012 - Norma Evangelium Diaboli
notes
Chroniqueur : 4.25/5
Lecteurs : (16)  3.91/5
Webzines : (25)  4.15/5

plus d'infos sur
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Black Metal - France
  

tracklist
01.   Salowe Vision
02.   Fiery Serpents
03.   Scorpions & Drought
04.   Sand
05.   Abrasive Swirling Murk
06.   The Crackled Book of Life

Durée : 21mn

line up
parution
24 Avril 2012

voir aussi
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Fas
(Ite, Maledicti, in Ignem Aeternum)

2007 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Diabolus Absconditus (EP)

2011 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Si Monumentum Requires, Circumspice

2004 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
The Synarchy Of Molten Bones

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Kénôse (EP)

2005 - Norma Evangelium Diaboli
  

Dead Limbs
Spiritus/Sulphur
Lire la chronique
Predatory Light
Predatory Light
Lire la chronique
The Flight of Sleipnir
Skadi
Lire la chronique
Emptiness
Not For Music
Lire la chronique
Internal Suffering
Cyclonic Void Of Power
Lire la chronique
Hard Charger
Bad Omens
Lire la chronique
Goatmoon
Stella Polaris
Lire la chronique
Kickback
Cornered
Lire la chronique
Theosophy
Eastland Tales - Part II
Lire la chronique
Mors Principium Est
Embers Of A Dying World
Lire la chronique
Ekpyrosis
Asphyxiating Devotion
Lire la chronique
Angelcorpse
The Inexorable
Lire la chronique
Hour Of Penance
Cast the First Stone
Lire la chronique
Bilan 2016
Lire le bilan
Death Worship
Extermination Mass (EP)
Lire la chronique
Barren Earth + Insomnium + Wolfheart
Lire le live report
Wędrujący Wiatr
O turniach, jeziorach i no...
Lire la chronique
Niedergang
Átszellemülés
Lire la chronique
Putrid Pile
Paraphiliac Perversions
Lire la chronique
Cursed
III: Architects of Troubled...
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Mnemeed
Lire le podcast
Obed Marsh
Înnsmouth
Lire la chronique
Kladovest
Ignitiate
Lire la chronique
Motörhead
Inferno
Lire la chronique
Disposal Of The World - European Tour 2017
Defeated Sanity + Putrid Pile
Lire le live report
Totten Korps
Supreme Commanders Of Darkness
Lire la chronique
Ramesses
Misanthropic Alchemy
Lire la chronique
Dehumanized
Beyond The Mind
Lire la chronique
Mono
Requiem for Hell
Lire la chronique
Purgatory
Ωmega Void Tribvnal
Lire la chronique