chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Darkened Nocturn Slaughtercult - Nocturnal March

Chronique

Darkened Nocturn Slaughtercult Nocturnal March
Un peu d’intégrité ne fait pas de mal.

Les intégristes du Black Metal et tout ce qui va avec, ce n’est pas trop mon truc, mais force est de constater que je trouve séduisant un groupe qui campe sur sa ligne de conduite. Archgoat, Patria, pour ne citer qu’eux, font partie de ces groupes que je respecte pour leurs convictions et leur façon de voir un style qui ne bouge pas d’un iota.

Darkened Nocturn Slaughtercult. Un patronyme qui claque et qu’on retient, c’est le moins qu’on puisse dire. N’importe quel aficionados du Black Metal est un jour tombé, lors d’une ballade sur Youtube, sur le live de ce groupe intitulé « The Dead Hate The Living ». Le visionnage de ce live a du entraîner l’habituel « Haann, mais c’est une fille !! ». Mais Darkened Nocturn Slaughtercult (que je vais abréger en D.N.S., pour plus de commodité et à cause de ma flemme légendaire) ce n’est pas qu’un bon live avec une blonde qui s’égosille. D.N.S. fait partie de ces groupes qui ne changent pas, qui restent volontairement undergound jusqu’à l’os, et qui sont intègres aux Black Metal depuis maintenant quinze ans de carrière et quatre albums au compteur.

Pour parler un peu de ce groupe, nous allons nous intéresser à leur deuxième album, « Nocturnal March », sorti en l’année 2004 et en autoproduction (TRUE, je vous dis !). « Nocturnal March », c’est neuf titres, dont deux interludes, qui démontent tout sans trop se poser de questions. L’artwork annonce la couleur, avec un logo tout ce qu’il y a de plus Black et des images en corpse-paint couplée à des scénettes médiévales. Pas de surprises, on sait très bien ce qui va nous tomber dessus dès le premier titre.

Le disque nous offre donc une ouverture qui mêle les poncifs du genre, couplant un petit sample horrifique qui disparait bien vite pour laisser la place à des riffs tout droit sortis de la plus ancienne des cryptes ayant fait la gloire Black Metal traditionnel. Le disque bénéficie d’une production à tout épreuve, sale pour honorer la tradition, mais ne manquant pas de puissance ce qui est appréciable pour mieux se délecter de la déflagration qui nous est offerte par le quartet teutonique. Le batteur enchaîne les blasts, qu’il couple avec des rythmiques que l’on a déjà entendues sur le premier Immortal par exemple. La basse ne fait pas de grandes folies instrumentales, mais quand elle se permet de glisser une petite fantaisie, c’est souvent avec une grande réussite, comme sur le break de « Through Rotting Stench ».

Alors dis comme ça, vous devez vous dire : « Oui, encore un énième album de Black Metal générique et sans véritable attrait ». Sauf que là je vous arrête tout de suite, D.N.S a ce petit plus que les autres n’ont pas. Je ne sais pas si c’est parce qu’Onielar fait des rituels avec les autres membres du groupe, ou si c’est parce qu’ils sont réellement possédés et que leurs âmes sont bannies à jamais de notre Terre, mais D.N.S distille ce feeling incroyable. Un feeling qui fait, par je ne sais quelle magie, que chaque titre et chaque riff sonne comme l’essence la plus pure d’un style pourtant si souvent bondé de clichés. Il y a une étincelle de conviction qui s’allume dès le début du disque et ne s’éteint qu’à la fin. Tout ceci affirme haut et fort que Darkened Nocturn Slaughtercult n’est pas un groupe de poseurs à la con mais bel et bien un combo qui vit sa passion pour cette musique. Et ça, quand on en voit passer des vertes et des pas mûres à longueur de temps, croyez-moi bien que ça vous réconcilie avec tout un style. Attendez-vous à retrouver ici l’osmose parfaite entre tradition et respects des pères, qui concilie titres haineux et passages plus ambiancés ( cf : le titre éponyme, synthèse parfaite du style de D.N.S et au demeurant excellent !).

Merci Darkened Nocturn Slaughtercult. Merci de nous prouver que le Black Metal traditionnel, galvaudé, raillé et pourri par des groupes ou des fans miteux, peut encore nous offrir quelque chose de grand. Il y a certaines choses qui ne s’apprennent pas, comme le feeling inné ou la dévotion, et pour le reste, il y a la patience, le travail, la passion et l’intégrité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
02/08/2012 21:38
gulo gulo a écrit : en lisant le nom du groupe, j'ai cru à un autre projet de Seth Putnam
Je me suis étouffé avec ma salive.
gulo gulo citer
gulo gulo
31/07/2012 17:50
en lisant le nom du groupe, j'ai cru à un autre projet de Seth Putnam
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
31/07/2012 13:46
note: 8/10
Du Black Nature et Tradition.
Encore un de mes jeux de mots douteux, mais Nature et Tradition, ça colle plutôt pas mal à DNS, je trouve ah ah !
Niktareum citer
Niktareum
31/07/2012 13:12
Et sinon c'est quoi du black CPNT? Du black soutenu par Frédéric Nihous?
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
31/07/2012 12:33
note: 8/10
Bah alors fonce, parce que dans le genre discographie irréprochable, DNS fait très fort. Pour moi, peu importe le disque que tu écoutes d'eux, tu n'es jamais déçu.
AxGxB citer
AxGxB
31/07/2012 08:20
Je ne connais que le petit dernier qui date déjà de 2009 mais j'aime vraiment beaucoup. Il faudrait que je m'intéresse au reste de leur discographie à l'occasion.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkened Nocturn Slaughtercult
Black Metal CPNT
2004 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (2)  8.2/10

plus d'infos sur
Darkened Nocturn Slaughtercult
Darkened Nocturn Slaughtercult
Trve Black - Allemagne
  

tracklist
01.   Wicher za górami
02.   Chronicler Of Chaos
03.   Spectral Runlets Of Tulwod
04.   Scaffold Salvation
05.   Whispers Of Arcane Cimonar
06.   The Dead Hate The Living
07.   Through Rotting Stench
08.   Gathering Upon Saldorian Fields
09.   Nocturnal March

Durée : 38.23 min.

line up
voir aussi
Darkened Nocturn Slaughtercult
Darkened Nocturn Slaughtercult
Necrovision

2013 - War Anthem Records
  

Torturerama
It Begins At Birth (EP)
Lire la chronique
Ghost Bath
Moonlover
Lire la chronique
Megamix
Jouer au blindtest
Nocternity
Onyx (Rééd.)
Lire la chronique
Satanic Warmaster
Fimbulwinter
Lire la chronique
Night Demon
Curse Of The Damned
Lire la chronique
Marilyn Manson
The Pale Emperor
Lire la chronique
Legion Of Andromeda
Iron Scorn
Lire la chronique
Finsterforst
Mach dich frei
Lire la chronique
Thulcandra
Ascension Lost
Lire la chronique
Num Skull
Ritually Abused
Lire la chronique
Totem Skin
Still Waters Runs Deep
Lire la chronique
Leviathan
True Traitor, True Whore
Lire la chronique
Ethereal
Opus Aethereum
Lire la chronique
Quel format de musique achetez-vous le plus ?
Pour ceux qui achètent ou pas
Voir le sondage
Macabre
Dahmer
Lire la chronique
Sinmara
Aphotic Womb
Lire la chronique
Irkallian Oracle
Grave Ekstasis
Lire la chronique
Amenra
Mass V
Lire la chronique
Bilan 2014
Lire le bilan
Darkall Slaves
Transcendental State Of Abs...
Lire la chronique
Vardan
Verses from Ancient Times
Lire la chronique
Mudbath
Corrado Zeller
Lire la chronique
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames
Lire la chronique
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator
Lire la chronique
Athanatos
Unholy Union (Démo)
Lire la chronique
De Hellhammer à Nicholas Barker
Jouer à The Small Metal World Experiment
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)
Lire la chronique
Entretien avec Mondkopf
Lire l'interview
Marduk
Frontschwein
Lire la chronique