chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Afgrund - The Age Of Dumb

Chronique

Afgrund The Age Of Dumb
Je ne suis pas fan de grind à la base. Du moins, pas de grind pur et dur. Parce que des groupes au grind fortement métallisé comme Afgrund ou les plus connus Rotten Sound qui ont pris le relais de Nasum, ça ça me va! Les Scandinaves font ainsi partie de mes groupes de choix dès qu'on cause grind moderne aux teintes death, au même titre que Sayyadina ou Jigsore Terror. Autant dire qu'un large sourire a accueilli l'annonce d'un nouvel album du combo finno-suédois. Toujours fidèle au label Willowtip Records qui n'est pas le dernier à prendre sous son aile des formations de la sorte (Defeatist, Magrudergrind, Kill The Client, Maruta...) à côté de groupes de death plus techniques, Afgrund sort donc fin juillet son troisième album, The Age Of Dumb, sous la forme d'un quatuor cette fois. Panu Posti reste à son poste de mitrailleur en chef, Enrico Marchiori conserve la basse mais Andreas Baier s'est retiré du chant et de la guitare. Pour le remplacer, deux musiciens viennent renforcer le line-up: Olli Nokkala (Feastem) à la guitare et Armin Schweiger au micro. The Age Of Dumb est aussi le premier opus intégralement en anglais puisque le groupe nous avait habitué à beugler dans sa langue natale. Un peu dommage pour le coup mais cela ne change en rien la qualité de la musique.

Car une nouvelle fois, Afgrund fait mal. Sans dévier de sa trajectoire initiale, le groupe a radicalisé son propos pourtant déjà peu enclin aux concessions. En résulte des titres encore plus expéditifs (seul "He Who Plants Sorrow" dépasse deux minutes) et brutaux. Dix-huit morceaux pour vingt-six minutes de carnage auditif, voilà à quoi nous convient ces poètes des temps modernes, décidément bien remontés contre le système. L'excellente pochette, montrant un individu la tête dans le cul et soulevant un haltère orné d'une croix et du symbole dollar, résume bien la chose. Dans les faits, cela se traduit par un festival jouissif de blast-beats portés par une production moderne et puissante qui, si elle ne satisfera pas les purs grindeux car trop métallique et propre, nous fait bien comprendre que le quatuor n'est pas là pour rigoler. Le son épais des guitares a d'ailleurs un grain très death metal suédois tout en gardant une certaine abrasivité indispensable à tout album de grind. Là-dessus, Agrund se démarque par une grande qualité de riff. Rien de révolutionnaire ou d'ultra technique mais ceux-ci sont suffisamment élaborés, avec ce qu'il faut de "mélodie", pour qu'on retienne quelque chose de l'écoute et qu'on y prenne vite goût (l'excellente "Carniwars" comme meilleur exemple). Le tout étant bien sûr auréolé d'atours sombres, influences death metal oblige.

Et les 10% du temps où la formation ne blaste pas? Afgrund se rappelle à ses racines punk/crust en envoyant les rythmiques entraînantes sur des riffs basiques. Ou alors il ralentit le tempo et balance du bon gros mid-tempo pour travailler les cervicales. Celui du titre final, "The Carrier", aussi simpliste que transcendant, donne d'ailleurs envie de tout péter. Dans tous les cas, difficile de faire plus efficace! Le groupe essaye même d'instaurer, avec réussite, une ambiance menaçante par du down-tempo au début de "He Who Plants Sorrow", morceau le plus long de l'œuvre qui attend presque une minute avant de blaster, un exploit pour un batteur à la gâchette si facile! Quant au chant et au nouveau hurleur Armin Schweiger, on retrouve les cris des précédentes œuvres mais plus ou moins arrachés et avec davantage de growls. Personnellement, ça me convient tout à fait, bien que cela enlève une certaine fureur au combo. Et la basse? Elle vrombit comme il faut, notamment sur "Le Grand Illusion", très efficace en dépit de la faute de français qui prouve une nouvelle fois que les groupes ne devraient pas utiliser une langue qu'ils ne parlent pas.

Ce qu'il y a de bien aussi, c'est qu'Afgrund sait s'arrêter avant d'ennuyer. Les vingt-six minutes se révèlent ainsi amplement suffisantes. Car malgré des riffs plus travaillés que dans le grind de base, la musique des suédo-finlandais tourne vite en rond. Une impression de répétition plus présente sur ce The Age Of Dumb que sur le précédent album Vid Helvetets Grindar pour lequel je garde une préférence. Comme quoi la radicalisation n'a pas que des avantages, ce nouvel album s'avérant moins varié et marquant que son prédécesseur. Mais ne vous y trompez pas. À dose homéopathique, The Age Of Dumb fait un effet bœuf pour qui aime quand ça tartine du début à la fin, quitte à rendre le pavé plus indigeste.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Efelnikufesin citer
Efelnikufesin
06/02/2013 13:47
note: 3.5/10
Grosse, grosse, grooooosse déception... La magie qui faisait du précédent album une énorme tuerie à été troquée contre des riffs anémiques, un son d'une platitude assez dingue (mon dieu ce son de gratte, ils les ont chopées chez Leader Price ?), un chant redondant et ennuyeux... Pas grand chose à sauver, écoutez-vous plutot le dernier Feastem, c'est la même chose mais en 4000 fois mieux.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Afgrund
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  3.5/10
Webzines : (8)  7.43/10

plus d'infos sur
Afgrund
Afgrund
Grind - Suède / Finlande
  

tracklist
01.   Life And Death Of A Broiler
02.   Living The Nightmare
03.   The Might Of A Nation
04.   H.A.A.R.P.Y.
05.   Beaurocrap
06.   Carniwars
07.   Genocide To Glorify
08.   Repaint The Truth
09.   An Aggregation Of Misfortune
10.   Discorporate
11.   The War On Drugs
12.   Planet Monsanto
13.   Le Grand Illusion
14.   Nuclear Hazard
15.   Life Banned
16.   Bullets Are Forever
17.   He Who Plants Sorrow
18.   The Carrier

Durée : 26'33

line up
parution
31 Juillet 2012

voir aussi
Afgrund
Afgrund
Vid Helvetets Grindar

2009 - Willowtip Records
  

Essayez aussi
Leng Tch'e
Leng Tch'e
The Process Of Elimination

2005 - Relapse Records
  
Regurgitate
Regurgitate
Hatefilled Vengeance

2002 - Relapse Records
  
Watchmaker
Watchmaker
Erased From The Memory Of Man

2005 - Willowtip Records
  
Lock Up
Lock Up
Play Fast Or Die (Live)
(Live In Japan)

2007 - Feto Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Cycles

2008 - Spinefarm Records
  

Blood Incantation / Spectral Voice
Blood Incantation / Spectra...
Lire la chronique
Seher
Nachzehrer
Lire la chronique
SubRosa
For This We Fought the Batt...
Lire la chronique
Gorguts
The Erosion Of Sanity
Lire la chronique
Hellbringer
Awakened from the Abyss
Lire la chronique
Nuke
Nuke
Lire la chronique
Motörhead
Overkill
Lire la chronique
Cepheide
Respire (EP)
Lire la chronique
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs
Lire la chronique
Paradise Lost
The Plague Within
Lire la chronique
Diabolical
Umbra (EP)
Lire la chronique
Dystopia
Human = Garbage (Compil.)
Lire la chronique
Iron Maiden
Iron Maiden
Lire la chronique
Soilwork
Death Resonance (Compil.)
Lire la chronique
Eldamar
The Force of the Ancient Land
Lire la chronique
Inquisition
Bloodshed Across the Empyre...
Lire la chronique
Temtris
Enter the Asylum
Lire la chronique
Hell Militia pour leur passage au Fall Of Summer
Lire l'interview
Auriga
VII - Dimensions of Asymmetry
Lire la chronique
Harm
October Fire
Lire la chronique
Abigail
The Final Damnation
Lire la chronique
Cauchemar
Chapelle ardente
Lire la chronique
Myrkur
Mausoleum (Live)
Lire la chronique
Falaise
As Time Goes By (Rééd.)
Lire la chronique
Dystopia
The Aftermath (Compil.)
Lire la chronique
Vader
Iron Times (EP)
Lire la chronique
Sol Sistere
Unfading Incorporeal Vacuum
Lire la chronique
Fyrnask
Fórn
Lire la chronique
Sad
Utter Nihil Worship
Lire la chronique
Ghoulgotha
To Starve The Cross
Lire la chronique