chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sophicide - Perdition Of The Sublime

Chronique

Sophicide Perdition Of The Sublime
Un an tout juste après l’excellent premier brûlot de Vale Of Pnath (une des meilleures sorties de 2011 pour ma part), le label américain Willowtip Records continue dans son recrutement de death technique « nouvelle génération ». Le groupe se nomme Sophicide (littéralement « le meurtre de la sagesse »), un « one-man-band » porté par le jeune allemand Adam Laszlo qui aura fait parler de lui sur la toile en sortant son EP « fait maison » The Art of Atrocity en 2009 (19 ans à l’époque) et en balançant des shreds tordus pour frimer sur YouTube. Trois années plus tard, le Teuton reprend les quatre morceaux de son EP, les réarrange et en aura composé sept autres pour son premier opus, Perdition Of The Sublime.

Death technique « nouvelle génération » ? Place ici à une musique à la fois influencée par les ténors du style (Necrophagist comme principale référence) mais aussi par la nouvelle vague metal polyrythmique (Textures) ou l’écurie aux accents « core » de Sumerian Records (The Faceless). L’auditeur s’en rendra compte dès « The Art Of Atrocity » (à 2:37). « True fans » ne fuyez pas de suite, la dominante étant clairement dans le culte à Suiçmez. En résulte ainsi quelques passages « saccadés » et « breakdowns » parsemés (de façon assez inattendue à vrai dire) sous une production puissante et relativement synthétique (dans son propre studio, nous serons indulgents). Un dernier aspect renforcé par une B.A.R plutôt bien programmée à première écoute (à l’instar d’un Onset Of Putrefaction) : riche, efficace et presque « naturelle », le son des cymbales horripilant viendra malheureusement gâcher le plaisir auditif (assez grinçant au casque si l’on se fixe dessus)… Espérons un vrai batteur (du moins de session) pour le deuxième album, difficile de se contenter (surtout pour un modeste musicien comme moi) d’un simple logiciel pour un instrument aussi essentiel dans le genre pratiqué… Et la moue n’est pas terminée. Les premiers émois seront en demi-teinte… Un sentiment d’inégalité, dès le début d’album bien peu convaincant. Il faudra attendre l’imparable « Perdition Of The Sublime » (titre phare) pour que le death de Sophicide prenne pleine possession de nos cervicales.

Les titres défilent et l’on se prend facilement au jeu. La musique de Sophicide aux relents death/thrash directs (et mélodiques) d’un The Forsaken ou des oubliés Codeon, arrive à accrocher les esgourdes sans de réels efforts et la technique d’Adam (et son chant modulé convaincant) saura bluffer son auditoire vu son jeune âge (ou dégoûter les apprentis guitaristes). C’est d’ailleurs dans ce registre « straight in your face » que Sophicide excelle et marque ses points (« Freedom Of Mind », « The Essence Of Warfare », « Perdition Of The Sublime » ainsi que « Dawn Of A New Age » et leur soli démentiels). Car pour le reste, aucune surprise ni prise de risques, Adam pioche un peu partout dans ces groupes de chevet mais peine à rendre la chose homogène et à lui donner une réelle « identité ». Des riffs génériques trop souvent entendus et ça du titre d’ouverture « The Art Of Atrocity » (son lead tout droit sorti de Bloodbath) à la conclusion « The Essence Of Warfare ». L’arrière goût de synthèse gâchera aussi le plaisir. Si ce n’est le break plutôt envoûtant de « Blood For Honour » (l’aura d’Opeth plane) et l’interlude acoustique prenant de « Folie A Deux », les rares tentatives de travail d’ambiance peinent à convaincre (le clavier kitsch de « Lafayette’s Deception » ?!).

Perdition Of The Sublime démontre pleinement le talent du jeune musicien Adam Laszlo. A à peine 23 ans, le gaillard prouve une technicité exemplaire et même parfois quelques passages qui pourraient titiller les grands noms du genre. Talent entaché par un manque de personnalité certain (sentiment de « random » de riffs) ainsi que par l’absence d’un batteur « humain ». On ne retiendra pas grand-chose… L’efficacité de l’offrande subsiste malgré tout et elle reprendra le dessus pour le plaisir d’écoute. Une bonne surprise finalement, j’attends avec curiosité la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

6 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
03/08/2012 15:24
Tiens, j'ai pré-commandé ça pas plus tard qu'hier ...
Mitch citer
Mitch
03/08/2012 14:02
note: 7/10
Dawn Of A New Age (bien meilleur)
von_yaourt citer
von_yaourt
03/08/2012 13:57
C'est tellement nul que je l'ai laissé à Mitch. Moqueur
Niktareum citer
Niktareum
03/08/2012 13:48
Effectivement l'extrait est pas mal. Le début fait très Necrophagist mais les petites mélodies par la suite lui donnent un petit côté suédois. Bon par contre le passage saccadé est un peu de trop.

A surveiller!
Keyser citer
Keyser
03/08/2012 11:54
Du potentiel à l'écoute de l'extrait. Pas mal.
Mitch citer
Mitch
03/08/2012 10:30
note: 7/10

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Sophicide
Death technique moderne
2012 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (16)  8.2/10

plus d'infos sur
Sophicide
Sophicide
Death technique moderne - Allemagne
  

tracklist
01.   The Art of Atrocity
02.   Within Darkness
03.   Perdition of the Sublime
04.   Of Lust and Vengeance
05.   Execration
06.   Blood for Honour
07.   Freedom of Mind
08.   Folie Á Deux
09.   Lafayette's Deception
10.   Dawn of a New Age
11.   The Essence of Warfare

Durée : 45:05

line up
parution
20 Août 2012

Essayez aussi
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Incongruous

2012 - Prosthetic Records
  
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  

The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique