chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nachtmystium - Silencing Machine

Chronique

Nachtmystium Silencing Machine
Voilà une sortie que pas mal d'entre nous guettaient avec plus ou moins d'attention. Les bad-boys du Black Metal ricain sont revenus dans les bacs ce 8 août dernier avec « Silencing Machine », sorti sur Century Media. Quand je dis « les bad-boys du Black Metal ricain », je fais référence à Nachtmystium. Ça c'est sûr, Blake Judd et sa bande ne sont pas des enfants de cœur et ils nous le prouvent régulièrement, par exemple en sortant des phrases du genre « avec nous, chaque album est un disque centré sur la drogue » dans les interviews, voire même en étant parodiés dans un épisode de Family Guy. Tout ceci en dit long sur la popularité du combo en général, mais surtout de son ténébreux leader à la ganache rappelant vite un bad-trip plutôt marquant.

Mais ne soyons pas moqueurs et concentrons-nous un tantinet sur la carrière plutôt exemplaire des compères de l'Illinois. Tout d'abord, une grosse période True-Black qui aura marquée les auditeurs grâce à un « Reign of the malicious » ou à l'excellent EP « Eulogy IV ». Puis, les membres du groupe amorcent un tournant peu commun : en effet, le style très True commence à diverger vers un Black Metal teinté de Rock sudiste, et de Rock progressif des années 70. « Assassins : Black Meddle Pt. I » sera l'exemple le plus simple pour découvrir ce Nachtmystium 2.0.
Après un revirement réussi de manière quasi-unanime, que doit-on attendre de cette cuvée 2012 ?

Pour tout dire, je n'attendais absolument rien de ce « Silencing Machine ». La formation n'ayant plus rien à prouver depuis un bon bout de temps dans ma tête, c'est avec peu d'enthousiasme que je débutais l'écoute de ce dernier opus.
Et quelle ne fut pas ma surprise, moi qui m'attendais à un album fait comme un simple « passage obligé pour un groupe qui n'avait rien sorti depuis un petit moment ». Que nenni les enfants, Blake est de retour et il a mis les petits pochons dans les grands !

Rarement on aura eu un Nachtmystium en si bonne forme : Parfois intrinsèquement Black, parfois doux, parfois émouvant, parfois fou... Il n'y a rien à redire, « Silencing Machine » est bon de A à Z. Commençons par cette production : massive, puissante, claire et servant totalement les compositions, on peut dire que l'ingénieur du son (Sandford Parker) a assuré son boulot comme un chef. Le son de batterie -triggé, puissant tout en restant organique sur la caisse claire- est remarquable. De même pour le set de basse imposant et d'une profondeur incroyable. On notera aussi un travail dantesque sur les claviers psychédéliques qui font depuis bien longtemps le sel de la musique des Américains.

Deuxièmement, on notera une inspiration assez forte. Le riff de « Dawn over the ruins of Jerusalem », le côté planant de « The Lepers of Destitution », l'émotion puissante contenue dans « Borrowed Hope and Broken Dreams », l'énergie de « I wait in Hell » ou la progression réglée comme une pendule de «  These rooms in which we weep ». Rien n'a été bâclé sur ce disque, le combo a peaufiné chaque détail en synthétisant parfaitement son savoir-faire acquis avec des années d'expérimentations. Si « Silencing Machine » peut paraître téléphoné ou un peu quelconque à la première écoute, l'auditeur qui s'attardera se rendra bien vite compte que ce disque est sûrement le plus riche jamais écrit par le groupe. Chaque musicien est mis en valeur et en même temps parfaitement fondu avec les autres pour donner un rendu cohérent sur la longueur.

Et bon sang ! Quels impact émotif incroyable ! Les mélodies de ce disque sont tout bonnement addictives. Impossible de ne pas être touché par les mélodies de « I wait in Hell », « Borrowed Hope and Broken Dreams » ou « Decimation, Annihilation ». Tout ce côté mélodique est saupoudré par des instants de folies, matérialisés par ces claviers démentiels, tous plus hallucinogènes les uns que les autres.

Qui aurait parié en Janvier sur le dernier Nachtmystium ? Ce n'était pas gagné sur le papier, « Silencing Machine » n'a pas vraiment su capter l'attention du public Black Metal et c'est peut-être là son plus gros défaut. Mais sans l'ombre d'un doute, le missile Américain à frappé une fois de plus bien fort sur notre petite tête. Un disque sur lequel il faudra compter en Décembre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
08/03/2013 23:06
note: 7/10
C'est noté pour "Instinct" !
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
08/03/2013 23:02
note: 8.5/10
De rien vieux, ça me fait plaisir que tu ai approfondi !

Addicts est moyen, c'est clair. quelques titres accrochent mais bon, ça reste timide. Assassins est plus réussi, mais j'accroche moins quand Nachtmystium est plus "rock" que BM.

Sinon, je t'invite à tenter le moins connu/exposé Instinct Decay, un chouilla plus brut, Black Metal et plus psychédélique. Pour moi leur meilleur disque. M'est avis que tu y trouveras ton compte !
Ikea citer
Ikea
08/03/2013 21:39
note: 7/10
Jusqu'à cet album, je trouvais Nachtmystium plutôt surestimé, sympa sur "Assassin", chiant sur "Addicts" (je n'ai écouté que les "Black Meddle" je précise). Et là, whaou. Nachtmystium s'approprie Killing Joke, The Sisters Of Mercy, Wolves In The Throne Room, Darkthrone, le tout avec une classe que je ne lui soupçonnais pas. Une très chouette compilation (oui, tout cela fait du bien mais manque quand même d'un fil rouge, on s'y perd un peu). Merci de la découverte en bagnole Max !
BBB citer
BBB
01/09/2012 20:22
Bon, bin... Je l'adore de plus en plus. L'excellente surprise de l'été!
Invité citer
Hoover
20/08/2012 23:31
La chronique est juste. Le seul défaut que je vois à cet album c'est un peu d'inconstance, la deuxième moitié (à partir de Borrowed hope) me semblant bien supérieure à la première. Après effectivement au vu des deux derniers il est clairement supérieur à mes attentes de début d'année.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
17/08/2012 18:15
note: 8.5/10
Oh que oui ! Si tu aimes Nachtmystium (et ce peu importe la période), je mets ma main à couper que tu vas te régaler de bout en bout avec ce dernier né !
BBB citer
BBB
17/08/2012 13:20
Chaque nouvelle écoute n'a fait que confirmer ce que cette chronique laisse entendre. C'est décidé, j'arrête de tourner en rond et je passe la commande.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nachtmystium
Black Metal / Rock Psychédélique / Rock Sudiste
2012 - Century Media
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  7.63/10
Webzines : (38)  8.07/10

plus d'infos sur
Nachtmystium
Nachtmystium
Black Metal / Prog-Rock - 2000 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Dawn Over the Ruins of Jerusalem
02.   Silencing Machine
03.   And I Control You
04.   The Lepers of Destitution
05.   Borrowed Hope and Broken Dreams
06.   I Wait in Hell
07.   Decimation, Annihilation
08.   Reduced to Ashes
09.   Give Me the Grave
10.   These Rooms in Which We Weep

+ 11. Ashes to Ashes (Bonus Track sur l'édition limitée)

Durée : 59.38 min.

line up
parution
30 Juillet 2012

voir aussi
Nachtmystium
Nachtmystium
Instinct : Decay

2006 - Battle Kommand Records
  
Nachtmystium
Nachtmystium
Assassins
(Black Meddle pt. 1)

2008 - Century Media
  
Nachtmystium
Nachtmystium
The World We Left Behind

2014 - Century Media
  
Nachtmystium
Nachtmystium
Addicts
(Black Meddle pt. 2)

2010 - Century Media
  

Essayez aussi
Horseback
Horseback
Half Blood

2012 - Relapse Records
  

Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique
Eternal Torment
Blind To Reality (EP)
Lire la chronique
Anaboth
Ścierwo o bruk
Lire la chronique