chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

BaK - Sculpture

Chronique

BaK Sculpture
Dans toute ma vie de chroniqueur, je crois n'avoir jamais été aussi harcelé pour m'inciter à me pencher sur un groupe, rivalisant presque avec l'insistance féminine légendaire de la compagne (que chaque homme en couple doit connaitre). L'auteur de ces pressions se reconnaîtra à coup sûr ; pour les autres, sachez qu'il est jaune avec de grandes oreilles (et non ce n'est pas notre ancien président qui sourit). Face à un tel enthousiasme, il me fallait bien céder, d'autant plus qu'une merveille était censée m'attendre. Alors pourquoi pas après tout.

Avant toute chose, ayez en tête que BaK est un groupe australien, vous savez cette grosse île coupée du monde en bas à droite de la carte sur votre manuel de géo et dont la scène metal regorge d'excellentes formations aux styles aussi divers que variés. Si je vous dis ça, c'est qu'à l'écoute de ce premier manifeste sobrement intitulé "Sculpture", on peine à y croire. D'ailleurs comment vous décrire brièvement ça pour vous donner une idée ? Vraiment pas facile. On pourrait dire simplement que BaK est une sorte de rencontre improbable entre le metal progressif, le metal symphonique et la musique traditionnelle du Moyen-Orient, avec une touche de death et un gros grain de folie. Sur le coup, on pense aux talentueux israélites d'Orphaned Land mais croyez-moi, le style des Australiens est 1001 fois plus jusqu'au-boutiste, un véritable délire de musiciens, parfaitement assumé et maîtrisé.

La surprise ne se fera pas attendre : dès l'intro "The Search", BaK vous invite dans son univers. Le groupe ne lésine pas sur les moyens et nous offre une fresque d'une crédibilité hallucinante, d'une grande richesse, à l'instrumentation rayonnante. Puis au beau milieu de ce paysage ensoleillé, un gros barbu à la pilosité avancée muni d'une BC Rich intervient pour délivrer hurlements et distorsion, succédé rapidement par un homme frêle avec une coiffure de merde et des lunettes qui nous balance un solo dantesque avant un retour à la normale. Voilà c'est ça BaK, et ce n'était que l'intro... On peut ainsi voir "Sculpture" comme une sorte de théâtre où se succèdent les intervenants plus doués les uns que les autres, dans le but de nous conter cette histoire où absolument rien n'est prévisible. Et cela passe par des choeurs féminins, d'excellents solos de guitare, un chant magnifique aux faux-airs de Serj Tankian, et surtout beaucoup de folklore et quelques accès de violence, juste pour nous rappeler qu'on écoute du metal.

Les compositions sont à l'image de leur style, à savoir très hétérogènes. Elles intégrent plus où moins d'éléments et se montrent tantôt calmes, tantôt plus violentes sur des durées qui varient entre 3 à 9 minutes. Cela va des *tubes* à l'accroche immédiate ("Why", les efficaces "Pay" et "Sands of Time"), à des délires plus progressifs ("Not Just Your World", "Our Time") en passant par des transitions ambiancées ("Garuda", l'indien "Kali") ou tout autre chose ("The Lament Of Curtain Von Schnauzer" ???). Mais malgré tout, "Sculpture" forme un tout d'une grande cohérence. Toutefois, si le plaisir est au rendez-vous et le dépaysement total, l'album compte pour moi de nombreux moments de flottements où l'inspiration fait défaut. Si l'atmosphère ne faiblit pas en intensité sur ces 10 pièces, on ne peut pas en dire autant de la qualité de certains passages qui sans porter atteinte à l'ingéniosité générale de l'oeuvre, me laissent parfois de marbre. Tout simplement peut-être, juste un peu trop banals au milieu de ce joyeux bordel qu'on aimerait complètement démeusuré...

En tous cas, BaK est une belle découverte qui signe avec ce "Sculpture", un premier album audacieux et ambitieux, si riche et personnel qu'il vous fera oublier ses quelques défauts. Et les groupes qui tentent encore de nous surprendre de nos jours sont si rares, raison de plus pour jeter une oreille à ce combo plutôt prometteur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
21/08/2012 10:55
note: 9/10
Non: quand c'est pour se faire enfiler un truc aussi doux dans les orifices à plaisir... Mr Green
Dead citer
Dead
21/08/2012 09:55
note: 8/10
cglaume a écrit : Le harcèlement a parfois du bon, non ? Sourire))))))))

Tu veux dire quand c'est une nana super sexy le bourreau ? Mr Green
cglaume citer
cglaume
21/08/2012 09:09
note: 9/10
Le harcèlement a parfois du bon, non ? Sourire))))))))

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
BaK
Shéhérazade metal symphonique
2011 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (3)  8.67/10

plus d'infos sur
BaK
BaK
Shéhérazade metal symphonique - 1995 - Australie
  

écoutez
tracklist
01.   The Search
02.   Why
03.   Can't Understand
04.   Not Just Your World
05.   Kali
06.   Pay
07.   Our Time
08.   Garuda
09.   Sands Of Time
10.   The Lament Of Curtain Von Schnauzer

Durée : 53 min.

line up
  • Beau / Guitare, Basse, Bağlama
  • Kit / Batterie, Percussions, Claviers, Piano

voir aussi
BaK
BaK
Painter (EP)

2012 - Autoproduction
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report