chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

BaK - Painter

Chronique

BaK Painter (EP)
Sorti de nulle part, les Australiens ont frappé fort l'année dernière en dévoilant un premier album autoproduit aussi surprenant que passionnant. Comme toujours avec ce genre de formations, la grande question vient quand sonne l'heure de la succession. Et dans le cas de BaK, elle se posait plus que jamais. En effet, difficile d'imaginer une suite à "Sculpture" qui ne tombe pas dans la redite. D'autres tels que Diablo Swing Orchestra y sont brillamment parvenus, alors pourquoi pas eux ?

La seconde production du groupe ne sera pas un album mais un EP cette fois, qui s'impose comme une véritable démonstration de l'étendue de leur savoir-faire. En à peine 23 minutes, le duo nous fait faire le tour du propriétaire : c'est simple, chacune de ces quatre pièces représente une facette de leur musique, de l'efficace "Us All" au titre fleuve "What Have We Done", en passant par l'ambiancé "Creation" et enfin la conclusion "The Tragedy Of Isabella Lockhardt" qui ne sera pas sans vous rappeler celle du précédent album. Sur la forme, le style n'a pas foncièrement changé et mélange subtilement metal et folklore moyen-oriental, avec encore cette petite touche death et symphonique. Un mariage improbable qui fonctionne toujours aussi bien ; on reste une nouvelle fois bouche bée devant la maîtrise de leur son, de l'ambiance et de cette capacité à faire cohabiter tant d'idées de manière aussi cohérente. L'atmosphère ici n'a donc pas changé et nous plonge de nouveau sous le soleil écrasant des rives de la Mer Rouge.

Concernant la question de l'évolution, "Painter" n'est pas "Sculpture". Le groupe a fait ici de nouveaux choix artistiques qui font de cet EP une entité bien différente, des choix qui pourraient d'ailleurs déplaire aux adorateurs du précédent volet. Le plus flagrant est la quasi-disparition de cette dimension théâtrale et folle qui régnait auparavant. BaK est devenu presque sérieux, plus grave aussi à l'image de *l'instrumentale* "Creation" (avec des choeurs tout de même) qui tranche avec les ambiances lumineuses de "Sculpture". Les compositions sont structurées, construites et laissent de côté le joyeux bordel qui faisait aussi leur charme. Si on ne regrettera pas les apparitions désormais anecdotiques du chant death (présent uniquement sur "What Have We Done"), j'ai par contre été déçu de ne pas retrouver le magnifique chant clair posé qui faisait mouche sur l'excellent "Why" par exemple : le groupe a misé sur les choeurs et la puissance d'un chant plus classique tirant sur le *heavy*, parfois un peu irritant. Néanmoins, ce que BaK a perdu de délirant et de surprenant, il l'a gagné en fluidité et en qualité. Les Australiens ont su ne conserver que le meilleur pour nous proposer un voyage sans errance d'inspiration, ces moments de moindre intensité étant le principal défaut de "Sculpture".

Sans trahir son style, BaK va de l'avant. "Painter" est plus prévisible et carré mais tellement bien foutu qu'il vous scotchera jusqu'à ses dernières notes. Malgré tout, je reste personnellement sceptique quant à la tournure des événements. Si je doute que dans le futur, le groupe se détourne de cet imaginaire inspiré des contes des 1001 nuits, leur choix de laisser de côté leur opérette metal pour un style plus conventionnel m'a moins séduit. Alors je me demande bien ce que nous réserve la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

cglaume citer
cglaume
26/08/2012 11:58
note: 4.5/5
EP qui figure parmi mon TOP5 2012 !!
Invité citer
Ywen
26/08/2012 10:50
Et ils ont un Bandcamp !
Il rendent leur musique écoutable à volonté en streaming et surtout la vendent en dématérialisé eux-mêmes, c'est génial qu'un groupe fasse ça, ça devrait figurer dans la review Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
BaK
Shéhérazade metal symphonique
2012 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4.5/5
Webzines : (2)  4.31/5

plus d'infos sur
BaK
BaK
Shéhérazade metal symphonique - 1995 - Australie
  

vidéos
Us All
Us All
BaK

Extrait de "Painter"
  
Creation
Creation
BaK

Extrait de "Painter"
  
What Have We Done
What Have We Done
BaK

Extrait de "Painter"
  
The Tragedy Of Isabella Lockhardt
The Tragedy Of Isabella Lockhardt
BaK

Extrait de "Painter"
  

tracklist
01.   Us All
02.   Creation
03.   What Have We Done
04.   The Tragedy Of Isabella Lockhardt

Durée : 23 min.

line up
  • Beau / Guitare, Basse, Bağlama
  • Kit / Batterie, Percussions, Claviers, Piano

voir aussi
BaK
BaK
Sculpture

2011 - Autoproduction
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report