chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
21 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ad Patres - Scorn Aesthetics

Chronique

Ad Patres Scorn Aesthetics
Après le calvaire du nouveau Cryptopsy, j'avais bien besoin d'une bonne dose de vrai brutal death pour me refaire une santé. Le premier full-length d'Ad Patres est ainsi tombé à pic pour me rabibocher avec un style qui peine à me convaincre ces derniers temps. Forts d'une démo prometteuse en 2010 (et a fortiori d'un split sorti cette année puisqu'il reprend les mêmes morceaux), les Français viennent de livrer leur premier full-length sur le label nordiste Kaotoxin Records, déjà apparu dans nos pages grâce aux albums de Dehuman et Eye Of Solitude. Présentée dans une belle pochette esthétique illustrant à merveille son titre, Scorn Aesthetics confirme sans complexe le potentiel de cette jeune formation promise à un bel avenir.

Un avenir que les Bordelais se construisent à grand renfort de blast-beats et de growls gutturaux. Car chez Ad Patres, ça ne rigole pas! Dans la droite lignée de la démo dont il reprend lui aussi les trois titres qu'on va décidément connaître par cœur, Scorn Aesthetics est une belle démonstration de brutal death pas original pour un sou mais exécuté avec talent et passion, ce qui suffit amplement à mon bonheur. La scène américaine reste l'influence principale du quintette, Suffocation en tête, avec des touches d'Aborted et de l'école polonaise (old-Decapitated, Behemoth...). Autant dire que ça bourre et que la production claire et puissante mais pas artificielle booste furieusement le tout. Le son de batterie d'Alsvid (Seth, Fornication, ex-Enthroned) en est le parfait exemple, un vrai régal pendant les blasts.

Blast, un mot qui revient souvent. On se s'en plaindra pas, d'autant que, si le jeu d'Ad Patres se fait souvent rapide et brutal, il ne se cache pas derrière le gros son et le martèlement incessant de fûts. Scorn Aesthetics n'est ainsi pas qu'un bête film d'action enchaînant les plans musclés, il y a aussi un scénario derrière. Traduction: le groupe sait riffer! Plein de bons riffs donc, classiques certes mais redoutables, dont l'ex-Withdrawn Olivier Bousquet ne doit pas être étranger, les deux formations girondines n'étant pas proches que géographiquement. On sent d'ailleurs une belle progression entre les anciennes compositions et les nouvelles (avec notamment un excellent "Circles Of Red" sombre et brutal qui fait très mal). Une combinaison blasts plus bons riffs que les amateurs sauront apprécier et à laquelle on ajoutera un bon sens du groove toujours important. La formation lève même le pied de temps en temps sur des breaks moins frénétiques et peut aussi poser une ambiance plus mélodique quand il faut. Des solos sympathiques, que j'aurais toutefois aimés plus développés, font d'ailleurs quelques apparitions ("The Lock", "Scars Of Compromise", "To The Fathers", "Emphasize Nihility").

Sans surprise, Scorn Aesthetics vient confirmer tout le bien que l'on pensait d'Ad Patres. Cependant, le groupe pêche encore par un manque de réelle personnalité, quelques passages plus banals (toujours pas fan de l'intro saccadée de "To The Fathers" entre autres) et une musique un peu trop répétitive malgré sa qualité et la volonté de ne pas blaster dans le vent. L'exemple à suivre serait plutôt le morceau "Anti", une des meilleures pistes de l'album car la plus variée. Un petit côté monotone inhérent au style qui ne gâche pas non plus l'écoute mais qui ne se faisait logiquement pas sentir sur la démo trois-titres. Pas encore l'album de l'année donc mais pour un premier full-length, Ad Patres s'en sort quand même foutrement bien. Ça fait plaisir de voir un groupe français jouer ce type de metal extrême, surtout quand c'est aussi bien fait. On ne peut que féliciter le groupe et Kaotoxin (qui a réédité le premier album d'Insain, autre grosse claque brutal death français) pour cette sortie de qualité qui devrait valoir à Ad Patres les louanges du milieu underground. La preuve qu'on peut encore faire du bon brutal death avec de vrais bons riffs aujourd'hui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
21/03/2017 13:29
note: 8/10
Réécouté ce matin et ça tâche toujours autant ! Ca envoie ce qu'il faut et ça tabasse sans trop en faire, et la qualité d'écriture est impeccable tant les titres sont prenants et agréables.

Dommage qu'il soit juste un peu trop court, on en aurait bien repris un peu, heureusement la suite ne devrait plus tarder !
Niktareum citer
Niktareum
07/08/2013 15:26
note: 8.5/10
Je l'avais pas encore dit ? Album énorme ! Un des meilleurs en brutal detha français de ces dernières années pour moi (avec le Insain et le dernier Kronos - oui je remonte loin - ). Les riffs sont excellents, ça transpire la brutalité à tous les niveaux, bref jouissif. Headbang
Invité citer
Kaotoxin records
20/11/2012 00:17
Merci, Keyser (avec beaucoup de retard...) Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ad Patres
Brutal Death
2012 - Kaotoxin Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (10)  7.7/10
Webzines : (20)  7.67/10

plus d'infos sur
Ad Patres
Ad Patres
Brutal Death - 2008 - France
  

tracklist
01.   ...
02.   The Lock
03.   Scars Of Compromise
04.   Circles Of Red
05.   To The Fathers
06.   Scorn Aesthetics
07.   In Vivo
08.   Emphasize Nihility
09.   Anti
10.   All That Remains

Durée : 31'31

line up
parution
3 Septembre 2012

voir aussi
Ad Patres
Ad Patres
Ad Patres (EP)

2011 - Autoproduction
  
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres (Split-tape)

2012 - Nihilistic Holocaust
  

Essayez aussi
Prion
Prion
Uncertain Process

2015 - Comatose Music
  
Septycal Gorge
Septycal Gorge
Scourge Of The Formless Breed

2014 - Autoproduction
  
Decapitated
Decapitated
Nihility

2002 - Earache Records
  
Pus Vomit
Pus Vomit
Stoned To Death (EP)

2014 - Berdugo Records
  
Gorgasm
Gorgasm
Masticate To Dominate

2003 - Unique Leader Records
  

Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Hegemon
Initium Belli (EP)
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique