chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
82 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Between The Buried And Me - The Parallax II: Future Sequence

Chronique

Between The Buried And Me The Parallax II: Future Sequence
Le voilà enfin. Place à l’un des albums les plus attendus de cette année 2012 (et à la chronique la plus éprouvante de mon côté). Un an et demi après leur EP The Parallax: Hypersleep Dialogues en guise d’introduction à ce sixième opus The Parallax II: Future Sequence, les musiciens extra-terrestres (premiers de la classe au conservatoire) reviennent dégoûter les apprentis instrumentistes (dont je fais partie). Désormais sous l’aile teutonne du « tape à l’œil » Metal Blade, Between The Buried And Me (BTBAM) a ainsi pu rallier bon nombres de nouveaux disciples à leur metal/rock extrême progressif alambiqué (« metalcore » pour certains ?! Blasphème de notre « newser » Keyser.) lancé sur leur chef d’œuvre Colors (ou l’une des chroniques les plus lues du site, merci à vous). Leur fidèle acolyte Jamie King (depuis leur premier album) refait son apparition à la production (absent sur l’EP). Tous les éléments présents pour délivrer une autre pierre angulaire.

De ma modeste expérience et discographie metal personnelle (du brutal death technique au funeral doom en passant évidemment par le metal progressif), je crois que je n’ai jamais entendu une musique aussi poussée… C’est dit. On pensait que BTBAM avait atteint ses limites de complexité sur The Great Misdirect, parachevées sur leur EP The Parallax: Hypersleep Dialogues (une évolution nettement plus fluide). Faux. Quitte à faire passer leur chef d’œuvre Colors pour un album aux compositions « rudimentaires » (que dire alors des prédécesseurs), rien que ça… Le fossé avec leurs précédents brûlots est immense. Impossible donc d’écouter ce « pavé sonore» de façon désintéressée en simple musique de fond (pour passer l’aspirateur le dimanche après-midi). Vos quelques neurones restants seront mis à rude épreuve pendant près de 72 minutes (soit leur album le plus long à ce jour). Le retour des somptueux interludes (« Autumn », « Parallax » ou « The Black Box ») permettra heureusement de désengorger notre cerveau à la limite de l’asphyxie. Mais pour tout vous avouer, j’écoute la galette en boucle depuis deux semaines et je n’ai pas encore réussi à totalement apprivoiser la bête…

Pour rappel, BTBAM a fait muter sa musique chaotique « melting-pot » (« core » inclus) des débuts vers un rock progressif 70’s (influencés principalement par les maîtres que sont King Crimson ou Pink Floyd). Aucun bouleversement majeur sur The Parallax II: Future Sequence, le groupe de Caroline du Nord ne fait qu’affuter ce metal/rock ultra sophistiqué amorcé sur le mythique Colors. Le casque posé sur les oreilles, vous comprendrez assez rapidement que les membres ont bossé avec un certain masochisme l’écriture de la galette. Outre les arrangements indénombrables (à décrire sur une page), c’est toujours pour moi un pur bonheur d’analyser les parties rythmiques. Les plans de batterie sans artifice de Blake Richardson sont un vrai régal ! Sur 10 minutes l’étendu de son jeu passe d’un jeu poulpe brutal à des subtilités jazzy fantastiques (« Telos »). Quel batteur.

Oui et sinon à part ça ? Une composition édifiante et pourtant… The Parallax: Hypersleep Dialogues présageait d’une suite moins mémorable, je vous renvoie à ma conclusion. L’émotion, force majeure de la bande, s’en voit presque gommée. Le chant clair de Tommy reste sans réelle conviction, quelques rares passages sauront raviver la flamme antérieure (le final d’ « Astral Body » ou de « Silent Flight Parliament ») mais de manière transitoire. Quid des leads majestueux interminables de Paul Waggoner ? « Lay Your Ghosts to Rest » et quelques uns parsemés je suis d’accord, mais cela reste bien avare et convenu au final. La conclusion de « Silent Flight Parliament » peut-être (habitué aux monstrueux « White Walls » et « Swim To The Moon ») ? Et bien non. Oui mais les passages planants ? Hermétiques au plus haut point. Tout est beaucoup trop lisse et « contenu » (dès l’ouverture « Goodbye To Everything »), aucun titre ou passage ne se dégage concrètement. La violence en demi-teinte (camouflet ?) de BTBAM n’arrangera rien. Les mandales de l’époque d’Alaska semblent lointaines… Quant aux passages « nawak metal », ce n’est pas cette fois que je me convertirai (« Bloom »). Finalement chose assez paradoxale, la musique reste d’une richesse assez ahurissante mais elle demeure des plus prévisibles et anecdotiques. La comparaison avec le reste de leur discographie surprenante (et quasi-parfaite) à chaque nouvelle sortie (a fortiori Colors un des meilleurs albums de ma discographie) en est en grande partie responsable. The Parallax II: Future Sequence fait difficilement le poids malgré sa composition irréprochable. L’écoute entière sans piquer du nez sera bien ardue.

J’imagine déjà la moyenne des notes des autres webzines et celle de Thrashocore. Ne parlons pas de celle des lecteurs… Jetez-moi des cailloux ! Sans surprise, Between The Buried And Me continue d’approfondir les bases de Colors pour pondre un album d’une rare complexité (poussée à l’extrême) au détriment du plaisir d’écoute et des sensations procurées… Peut-être que le déclic se fera plus tard pour moi ? Je n’y crois pas trop. Musicalement cela reste juste époustouflant et encore une fois les quelques suiveurs seront balayés à des années lumières (qui a dit le nouveau The Faceless ?). Certes, mais rien ne s’en dégage, aucun frisson ou passage que l’on se réécoute en boucle... Une démonstration hermétique qui en devient lassante et pousse à un ennui profond (je n’imagine pas en concert). Leur œuvre la plus faible à ce jour… Dans une discographie frôlant la perfection.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
16/06/2017 12:46
note: 8/10
J'avais gardé un souvenir assez mitigé de ma dernière écoute du bestiau mais finalement, il est pas mauvais du tout ! Alors ok, ça manque un peu de "sincérité" mais tout de même, des émotions en pagaille et pleins de moments bien jouissifs !

Et du coup, celui que j'aime le moins, toutes proportions gardées, c'est Alaska (pas taper Mr Green )
Invité citer
William
22/10/2012 22:20
Bien, du même avis que les autres commentaires: Je ne comprends pas cette note si basse, pour moi c'est justement dans la suite de l'EP musicalement parlant, en proposant toujours des choses intéressantes, sans se reposer sur le chef d'oeuvre Colors, ni sur The great misdirect (que je trouve très bon également).

Un groupe qui évolue sans non plus changer carrément de style, sans perdre le talent? Moi je continue d'admirer! date à ne pas louper avec Periphery à la maroquinerie le 31 octobre!
Deathcrumble citer
Deathcrumble
22/10/2012 20:19
note: 9.5/10
Bah ouais, je comprends pas la chro non plus, meme si elle est argumentée. J ai recu l album il y a une semaine, et il tourne en boucle. Je suis d accord sur le fait que c'est hyper complexe, et c'est pour moi aussi l album le plus poussé que j ai jamais entendu, rien a voir avec les précédents albums. Au debut j etais assez déboussolé, puis apres j ai commencé a "comprendre" l album et la, j ai découvert toutes les subtilités, les émotions que je trouve dans ce groupe. Il va me falloir encore un peu de temps pour l apprivoiser entierrement, mais ce sera surement mon album de l'année. Ce groupe est, comme dit En Short c'est une des meilleures choses qui soient arrivés a la musique. Apres ce n est que mon avis perso.
La perf des musiciens est monstrueuse, etant batteur je ne peux que m extasier devant le jeu de Blake Richardson, que je trouve extraordinaire.
Si je ne devais choisir qu un morceau ce serais Silent Flight Parliament, qui est un de leurs tous meilleurs morceaux.

Bon bah pour l'instant vous avez mis 6.5 a mes 2 albums de la année (celui la et le Cattle Decapitation), on va pas s'entendre !
Nan je déconne, super kro, comme d'hab sur Thrasho. J'espere juste que vous mettrez une meilleur note au Unfathomable Ruination et au Cytotoxin, qui seront aussi surement dans mon top 5 de l année ! (désolé pour le roman Moqueur)
Invité citer
m4ttix
10/10/2012 22:43
je comprend pas cette critique cet album est génial pour moi leur meilleur et la chançon in bloom c pas du nawak c juste que les gammes joué ne sont pas courantes
Invité citer
En short
09/10/2012 10:44
Groupe ô combien pas surestimé. Un des trucs les plus intéressants qui soit arrivé à la musique dans les années 2000. "Colors" est un chef d'oeuvre et ce petit nouveau arrive à mon sens juste derrière après 2 sorties décevantes. Un des meilleurs albums de l'année, j'ai du mal à comprendre le peu d'engouement de la chronique!
LostSon citer
LostSon
07/10/2012 19:28
m.Kekchoz a écrit : Depuis The Great Misdirect inclus, ce groupe m'ennuie. Ca ne change pas...
Copain :O
Groupe au combien surestimé.
m.Kekchoz citer
m.Kekchoz
06/10/2012 09:54
note: 6/10
Depuis The Great Misdirect inclus, ce groupe m'ennuie. Ca ne change pas...
von_yaourt citer
von_yaourt
05/10/2012 18:57
gulo gulo a écrit : von_yaourt a écrit : Je viens d'écouter les deux titres et il n'y a rien, hormis quelques parties du batteur, qui ne m'impressionne de ce point de vue.

techniquement tu viens (il y a quelques heures) de dire que tout t'impressionnait sur ce disque, exceptées quelques parties du batteur ; ne me remercie pas, je le fais par simple bon cœur


Il est vrai, espèce de chieur. J'enlèverai la négation à condition que tu ajoutes une majuscule. Clin d'oeil
gulo gulo citer
gulo gulo
05/10/2012 18:41
von_yaourt a écrit : Je viens d'écouter les deux titres et il n'y a rien, hormis quelques parties du batteur, qui ne m'impressionne de ce point de vue.

techniquement tu viens (il y a quelques heures) de dire que tout t'impressionnait sur ce disque, exceptées quelques parties du batteur ; ne me remercie pas, je le fais par simple bon cœur
von_yaourt citer
von_yaourt
05/10/2012 16:53
Mitch a écrit : Ca y est j'ai mis une fois "technique" dans ma chronique et le Yaourt arrive à la charge ! Je retire. Mr Green

Les deux extraits sont pas les représentatifs à vrai dire, si tu écoutes "Lay Your Ghosts to Rest" ou " Extremophile Elite", tu comprendras le fossé au niveau de la complexité des compos par rapport à Colors. Mais bon c'est pas ta came, c'est sûr !


Je ne vois toujours pas. Ceci dit c'est de la musique pour batteur, alors ça ne m'étonne pas. Moqueur
gilwath citer
gilwath
05/10/2012 16:34
note: 6.5/10
J'avais adoré The Great Misdirect et le Génialissime Colors, mais là je sais pas j'accroche pas, il manque quelque chose.
Mitch citer
Mitch
05/10/2012 16:15
note: 6.5/10
Ca y est j'ai mis une fois "technique" dans ma chronique et le Yaourt arrive à la charge ! Je retire. Mr Green

Les deux extraits sont pas les représentatifs à vrai dire, si tu écoutes "Lay Your Ghosts to Rest" ou " Extremophile Elite", tu comprendras le fossé au niveau de la complexité des compos par rapport à Colors. Mais bon c'est pas ta came, c'est sûr !
von_yaourt citer
von_yaourt
05/10/2012 16:02
Tu trouves vraiment ça technique Mitch ? Je viens d'écouter les deux titres et il n'y a rien, hormis quelques parties du batteur, qui ne m'impressionne de ce point de vue. J'ajouterais même que, comme d'habitude avec BTBAM depuis Colors, c'est très codifié et vraiment prévisible. Et pour le coup dans mon souvenir Colors était quand même beaucoup plus élaboré.

Sinon je trouve toujours ça musicalement plat et vocalement inepte. Mais comme Keyser, j'aime pas le metalcore. Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Between The Buried And Me
Metal / Rock extrême progressif
2012 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (13)  7.73/10
Webzines : (26)  8.48/10

plus d'infos sur
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Progressive metal - Etats-Unis
  

vidéos
Astral Body
Astral Body
Between The Buried And Me

Extrait de "The Parallax II: Future Sequence"
  

tracklist
01.   Goodbye to Everything
02.   Astral Body
03.   Lay Your Ghosts to Rest
04.   Autumn
05.   Extremophile Elite
06.   Parallax
07.   The Black Box
08.   Telos
09.   Bloom
10.   Melting City
11.   Silent Flight Parliament
12.   Goodbye to Everything Reprise

Durée : 72:33

line up
parution
5 Octobre 2012

voir aussi
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Silent Circus

2003 - Victory Records
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Parallax: Hypersleep Dialogues (EP)

2011 - Metal Blade
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Colors

2007 - Victory Records
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Alaska

2005 - Victory Records
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Great Misdirect

2009 - Victory Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report