chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Obituary - Slowly We Rot

Chronique

Obituary Slowly We Rot
OBITUARY. L’exemple typique du groupe culte qui n’aurait jamais dû se reformer, après les trois pierres angulaires death metal délivrées au début des années 90. Car malgré des performances scéniques toujours convaincantes, jamais le groupe from Tampa Florida ! n’a retrouvé le feu sacré de sa première partie de carrière, laquelle s’étend jusqu’à « Dead » (1998), bon best of live sur lequel Allen West n’en branle malheureusement pas une. Il fut donc un temps béni du diable où les Américains régnaient en patron sur la scène death, on ne peut plus effervescente suite à l’émergence du duo MASSACRE/DEATH. Formé en 1984 sous l’aimable sobriquet EXECUTIONER (puis XECUTIONER, d’où la référence sur l’album sorti en 2007), c’est un groupe déjà presque au complet qui enchaîne les démos puisque les frères Tardy sont épaulés par le duo Trevor Peres/Allen West (guitares), Jerome Grable (basse) cédant bientôt sa place à Daniel Tucker après avoir enregistré deux titres pour la compilation « Raging Death » (« Like The Dead » et, ô surprise, « Find The Arise »).

« Slowly We Rot » voit donc le jour le 14 juin 1989 et croyez moi, ça n’était pas franchement un jour à sortir madame ! Ni même son chien d’ailleurs, tant le déferlement de violence qui s’en suit frôle le déraisonnable. Toujours aussi malsain, cradingue et dérangeant pas loin de 25 ans après sa sortie, le premier full length d’OBITUARY est un monument d’ultra violence ; le chant de John Tardy déjà, parfaitement inhumain (au bord du gouffre sur « Intoxicated ») et qui donne le sentiment d’être traqué sans relâche par une horde de sans repos échappés du ZOMBIE de George Romero. Un frontman exceptionnel et charismatique, c’est l’atout majeur qui permettra aux Floridiens d’atteindre des sommets en termes de vente – « The End Complete » et ses 250 000 exemplaires écoulés – malgré des musiciens somme toute limités techniquement. Bien sûr, les références appuyées à CELTIC FROST sont déjà présentes (« Slowly We Rot », « Bloodsoaked », « Godly Beings ») mais pas autant que sur le tétanisant « Cause Of Death », le death metal d’OBITUARY baignant alors dans la même fange thrashisante que le « Consuming Impulse » de PESTILENCE (un autre groupe qui n’aurait jamais dû revenir, tiens !). On a donc droit à une agression en règle, façon « Kill ‘Em All » des Mets avec une production plus garage tu parques ta tire sur un terrain vague (signée Scott Burns), que je persiste à préférer largement aux remasters sortis par la suite. Ceux qui ne connaissent le groupe qu’en mode diesel seront surpris par la férocité de compositions comme « Immortal Vision », « Gates To Hell » ou encore la fantastique « Intoxicated », brillamment reprise par ILLDISPOSED sur « Retro ». Rarement l’expression passage à tabac n’a pris autant de sens que lors de séquences on ne peut plus explosives (pris à la gorge d’entrée de jeu sur « Words Of Evil », le climax gore à souhait de « Gates To Hell ») qu’on ne retrouvera plus guère par la suite, OBITUARY prenant le parti de ralentir le tempo par 4 dès l’opus suivant.

Et si la basse peine à s’extraire de la cave dans laquelle ce premier full length a été enfanté, Allen West délivre sa meilleure performance à ce jour (« World Demise » mis à part), dans un registre chaotique qui sied parfaitement aux 12 brûlots qui le composent. Musicalement moins carré que DEATH, OBITUARY compense largement ses manques par un groove infernal et une sauvagerie de tous les instants, au point qu’on a beau connaître l’album sur le bout des ongles, on sursaute encore à la moindre accélération initiée par un Donald Tardy déjà bien en place (cette caisse claire inimitable). Du survival horror death metal ? Il y a un peu de ça, tant l’ambiance inimitable qui règne sur ce premier sang pousse à la récidive, années après années, malgré l’indifférence plus ou moins polie suscitée par les fadasses « Darkest Day » et « Frozen In Time ». Sommet du genre et de la discographie inégale des Américains – seul « Cause Of Death » rivalisera, dans un registre plus lugubre que frontal – « Slowly We Rot » est au death metal ce que le premier Rambo est au film de guerre : le passage de témoin d’un conflit entre nations à celui, bien plus traumatisant, d’une guerre civile.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
09/11/2012 11:55
Pas grand chose à ajouter. Un classique de chez classique qui effectivement fera probablement s'étouffer dans leur tasse de chocolat ceux qui ne connaissent que les derniers albums du groupe qui, comme tu le dis très bien d'entrée de jeu, aurait mieux fait de laisser la clé sous le paillasson, bien au chaud.
TyrannyForYou citer
TyrannyForYou
02/11/2012 13:06
note: 9/10
Vous faites chier ! J'ai pas pû résister à l'envie de me l'envoyer une fois de plus !
Rien que le 1er "Yeeeeeeeeeuuuuuuuaaaaarghhh" de John Tardy vaut le détour !
Incontournable ? Oui ma p'tite dame !
citer
(ancien membre)
02/11/2012 11:15
Ouais mais si on a une retraite c'est lui qui va la payer !!
tasserholf citer
tasserholf
02/11/2012 10:58
The Shining a écrit : moi






car pas écouté

Salaud de jeune !
Momos citer
Momos
02/11/2012 03:48
tasserholf a écrit : ha l'album cultissime !
Qui n'a jamais headbangé sur "slowly we rot" ?
moi






car pas écouté
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
01/11/2012 20:01
note: 9.5/10
Ravi de voir que je ne suis pas le seul à trouver cet album fantastique Clin d'oeil
hurgh citer
hurgh
01/11/2012 14:19
note: 9/10
Ah ouai, un album vraiment bestial et poisseux. Je l'ai découvert après "Cause Of Death", "The End Complete" et "World Demise". C'te claque ! Un Obituary aussi bourrin ça m'a scotché, j'aurais pas cru ça possible. Mais je monte pas plus haut que 9/10, le génial côtoie le mouai bof, y'a quelques morceaux qui me gonflent un poil. Mais quand même putain d'album, putain d'époque !
gregwar citer
gregwar
01/11/2012 06:50
note: 10/10
Dans mon Death métal top 10 depuis plus de 20 ans.
Invité citer
Crom-Cruach
31/10/2012 18:57
Nous on faisait des concours d'imitation de John Tardy.
Ouais à 15 ans t'es pas encore tout entier...
tasserholf citer
tasserholf
31/10/2012 18:47
ha l'album cultissime !
Qui n'a jamais headbangé sur "slowly we rot" ?
Invité citer
Crom-Cruach
31/10/2012 17:12
RAAAAHHH !!! pareil.
Jamais un yaourt n'a fait ausssi peur !
AxGxB citer
AxGxB
31/10/2012 16:02
note: 9/10
L'un des premiers albums de Death Metal que j'ai écouté. Des souvenirs terribles. Raaa, ce son de gratte et cette voix! Merci pour la chronique Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Obituary
Death metal
1989 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (22)  8.91/10
Webzines : (10)  9.13/10

plus d'infos sur
Obituary
Obituary
Death Monolitique - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Internal Bleeding
02.  Godly Beings
03.  'Til Death
04.  Slowly We Rot
05.  Immortal Visions
06.  Gates to Hell
07.  Words of Evil
08.  Suffocation
09.  Intoxicated
10.  Deadly Intentions
11.  Bloodsoaked
12.  Stinkupuss

Durée : 35:09

line up
parution
14 Juin 1989

voir aussi
Obituary
Obituary
Cause Of Death

1990 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Darkest Day

2009 - Candlelight Records
  
Obituary
Obituary
World Demise

1994 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Frozen In Time

2005 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Obituary

2017 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Herpes
Herpes
Awakening Of A Sleeping Madness (Démo)

2012 - Devil's Blood Production
  
Afflicted
Afflicted
Prodigal Sun

1992 - Nuclear Blast Records
  
Obscure Infinity
Obscure Infinity
Putrefying Illusions

2012 - Obscure Domain Productions
  
Anata
Anata
Under A Stone With No Inscription

2004 - Wicked World
  
Vampire
Vampire
Vampire

2014 - Century Media Records
  

Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique